Suzanne Chevet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Suzanne Chevet
Surnom Suzy
Naissance 25 septembre 1905
Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire)
Décès 15 septembre 1972
Nice (Alpes-Maritimes)
Première incarcération 1942

résistance antifasciste
évasion
de la prison d'Angers

Origine français
Cause défendue socialisme

anarchisme
syndicalisme libertaire

Le numéro 8 de la revue La Rue, en 1970.

Suzanne Chevet, dite Suzy Chevet, née le 25 septembre 1905 à Montjean-sur-Loire et morte le 15 septembre 1972 à Nice, est une militante syndicaliste libertaire et anarchiste française.

Elle est directrice de publication de la « revue culturelle et littéraire d'expression anarchiste » La Rue, éditée par le « Groupe libertaire Louise-Michel » à partir de mai 68.

Biographie[modifier | modifier le code]

Case 4439 au columbarium du Père-Lachaise.

Élève de l'École Normale d'Institutrices d'Angers, elle devient institutrice, mais n'enseignera pratiquement jamais.

C'est au Parti socialiste, tendance Gauche révolutionnaire animée par Marceau Pivert, qu'elle s'engage en politique, puis en 1938, au Parti socialiste ouvrier et paysan[1].

Elle se fixe à Saint-Malo, où elle travaille dans les bureaux du service de l'emploi. Parallèlement, elle s'investit dans le mouvement des Auberges de Jeunesse et en crée une à Saint-Malo.

En 1938, elle participe aux Comités d'aide à la révolution espagnole. En 1941, elle est révoquée de l'enseignement et assignée à résidence à Saint-Malo par le régime de Vichy.

Dans les mois qui suivent, elle organise une filière d'évasions passant par l'île anglo-normande de Jersey. Arrêtée par la Gestapo en 1942, elle est transférée à Angers mais réussit à s'évader et à rejoindre Lorient où, sous une fausse identité, elle travaille dans les bureaux du Service du travail obligatoire jusqu'à la Libération. Position stratégique qui lui permet de renseigner utilement la Résistance.

Après la Libération, elle est embauchée au Ministère du Travail.

En 1945, elle rencontre Maurice Joyeux qui devient son compagnon[2].

Elle est parmi les refondateurs de la Fédération anarchiste aux côtés de, notamment, Robert Joulin, Henri Bouyé, Maurice Joyeux, Georges Fontenis, Renée Lamberet, Georges Vincey, Aristide et Paul Lapeyre, Maurice Laisant, Maurice Fayolle, Giliane Berneri, Solange Dumont, Roger Caron, Henri Oriol et Paul Chery[3].

Elle en anime le « Groupe de l'Ouest » qui devient le « Groupe libertaire Louise Michel ».

Engagements[modifier | modifier le code]

Elle est initiée en franc-maçonnerie[4] à la loge « Raspail » du Droit humain à Paris, puis s'affilie à la loge « Louise Michel »[5]. Elle anime la fraternelle maçonnique du 18e arrondissement et adhère à La Libre Pensée ainsi qu'à la Ligue des Droits de l'Homme.

Elle est parmi les fondateurs, en 1947, du syndicat Force ouvrière dont elle devient membre de la commission exécutive de la région parisienne. Elle est membre de la Fédération des fonctionnaires et participe à la plupart des congrès de FO entre 1948 et 1971.

Organisatrice de nombreux galas de soutien[6],[7] à la Fédération anarchisteGeorges Brassens, Léo Ferré et Jean Yanne font leurs débuts[8]. Elle prend part à la création de la revue La Rue[9] et collabore au Monde libertaire[10] dont elle est secrétaire de rédaction.

Elle meurt, renversée par une voiture à Port Grimaud, le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice : bataillesocialiste.
  2. Notice : Babelio.
  3. Cédric Guérin, Anarchisme français de 1950 à 1970, Mémoire de Maitrise en Histoire contemporaine sous la direction de Mr Vandenbussche, Villeneuve d’Ascq, Université Lille III, 2000, texte intégral, page 10.
  4. Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, 1990, page 301.
  5. Léo Campion, Le drapeau noir, l'équerre et le compas : les Maillons libertaires de la Chaîne d'Union.
  6. Notice : Cira
  7. Reproduction d'affiches.
  8. Michel Ragon, D'une berge l'autre, page 113.
  9. Notice : Sudoc
  10. Réussite éclatante de Georges Brassens, Le Monde libertaire, no 1, octobre 1954.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]