Suzanne Bérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Bérard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
PalaiseauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie-Suzanne Nicole Jeanne JaninVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Conjoint
Jean Bérard (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Maître
Directeur de thèse
Distinctions

Suzanne Bérard, née Janin le à Lyon et morte le à Palaiseau est une universitaire française, spécialiste d'Honoré de Balzac et du théâtre durant la Révolution française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille naturelle de l'homme politique Édouard Herriot, qui lui donne le nom de sa mère, Collon, et la présente comme une nièce, Marie Suzanne Nicole Jeanne Janin[1] naît en 1915 dans le 1er arrondissement de Lyon[2]. Elle intègre après une khâgne au lycée Ampère l'École normale supérieure en 1935[3], ce qui en fait l'une des 41 femmes reçues dans l'établissement avant 1940 et la fermeture des portes de l'établissement aux femmes jusqu'aux années 1980[4]. À l'ENS, elle étudie notamment l'histoire romaine avec Jérôme Carcopino puis réussit en 1939 l'agrégation de lettres[3], où elle est classée 13e.

Nommée membre suppléant de l'École française de Rome début 1940 pour étudier la colonie juive de Rome, son séjour est interrompu par la guerre et elle devient professeure en khâgne à Lyon[3]. Le , elle épouse à Lyon l'helléniste Jean Bérard, qu'elle avait rencontré à l'ENS[3].

En , son mari meurt dans un accident de voiture. En 1959, elle soutient sous la direction de Jean Pommier une thèse consacrée à la genèse du roman de Balzac Les Illusions perdues[5]. Les éditions Armand Colin publient en 1962 cette thèse alors qu'elle enseigne à l'université de Caen ; cet ouvrage en deux volumes reçoit le grand prix de la critique littéraire[5] et le prix Broquette-Gonin.

Dans les années suivantes, Bérard enseigne les lettres aux universités de Rouen, Reims puis Nanterre (Paris-X), publiant de nombreux articles sur Balzac, ainsi que sur le théâtre à l'époque révolutionnaire, qui fait l'objet de son deuxième ouvrage, posthume, en 2009[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Suzanne J. Bérard, Illusions perdues : La Genèse d'un roman de Balzac : 1837, Paris, A. Colin, (notice BnF no FRBNF37459182).
  • Suzanne J. Bérard, Le Théâtre révolutionnaire de 1789 à 1794 : La Déchristianisation sur les planches, [Nanterre], Presses universitaires de Paris-Ouest, , 422 p. (ISBN 9782840160373).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Reine-Marie Bérard, « Notices : Collon-Janin-Bérard, Marie-Suzanne », L'Archicube, no 3 bis,‎ , p. 103-104.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://deces.matchid.io/search?advanced=true&ln=Janin&bd=1915&dd=2006&dc=Palaiseau&bc=Lyon.
  2. Acte de naissance
  3. a b c et d Bérard 2007, p. 103.
  4. Loukia Efthymiou, « Le genre des concours », Clio, vol. 18,‎ , p. 91-112 (lire en ligne)
  5. a et b « Le Prix de la critique littéraire à Mme Jean-Bérard », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Bérard 2007, p. 103-104.