Suzanne Adams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Suzanne Adams
SuzanneAdamsStern1899.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Tessiture
Maîtres

Suzanne Adams () est une soprano colorature américaine, connue pour sa voix pure et agile. Adams est connue en France avant de s'établir comme l'une des sopranos de premier plan du Metropolitan Opera au début du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Adams est née à Cambridge, dans le Massachusetts, le .

Elle étudie à Manhattan avec Jacques Bouhy, puis à Paris avec Mathilde Marchesi. Elle fait ses débuts à l'Opéra de Paris en 1894 ou 1895 dans Roméo et Juliette de Charles Gounod[2]. Elle étudie les rôles de Juliette et Marguerite de Faust avec Gounod lui-même, qui admire sa belle technique, son ton brillant, et sa flexibilité vocale.

Adams reste à l'Opéra de Paris pendant trois ans, puis va à Nice. En France, elle chante de nombreux rôles de Gounod et de Meyerbeer, ainsi que la Reine de la Nuit de La Flûte enchantée de Mozart et le rôle-titre de Orphée et Eurydice de Gluck. Au cours de l'été 1898, elle apparaît à Covent Garden à Londres en tant que Hero dans la première mondiale de Much Ado About Nothing de Charles Villiers Stanford. À l'automne 1898, Adams rejoint le Metropolitan Opera de New York, où elle chante de nombreux rôles jusqu'en 1903. Ses rôles au MET inclus Juliette, Marguerite, Marguerite de Valois dans Les Huguenots, Micaela dans Carmen, Cherubino dans Les Noces de Figaro, Donna Elvira dans Don Giovanni, Philine dans Mignon, Berthe dans Le Prophète, l'Oiseau de la Forêt dans Siegfried, Nedda dans Pagliacci, Gilda dans Rigoletto, l'Infante dans Le Cid, Inès dans L'Africana, et Mimì dans La bohème , entre autres.

En 1898, Adams se marie avec Leo Stern, un violoncelliste britannique, qui est mort en 1904. À la suite de sa mort, Adams prend sa retraite de la scène et s'installe à Londres. Elle apparaît à Covent Garden dans quelques représentations de Carmen en novembre 1906, probablement dans le rôle de Micaela, peut être ses dernières apparitions à l'opéra[note 1].

Elle apparaît dans quelques concerts au Royaume-Uni, en 1905 et 1906. Elle va aux États-unis fin 1907 pour apparaître dans un vaudeville à Chicago, New York et ailleurs.

En 1915, elle épouse John Lumsden Mackay, un homme riche[note 2]. Il est mort en . Ils ont vécu pendant plusieurs années au nord de Hyde Park, à Londres, au 55 Inverness Terrace[note 3]. Adams a peut etre continué à enseigner jusqu'à sa mort à Londres le .

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Adams a enregistré cinq cylindres phonographiques pour Gianni Bettini en 1898[1]. En 1902, elle a fait cinq enregistrements de disques à Londres pour la Gramophone Company[1], dont quatre ont été publiés aux États-Unis par la Victor Talking Machine Company pour leur RCA Red Seal Records, l'année suivante.[3]. En 1903, Adams a fait sept disques de plus aux États-unis pour Columbia Records de" pour la série Grand Opéra. Elle apparaît également sur quelques cylindres Mapleson Cylinders (en) enregistrés en live sur la scène du Metropolitan Opera, y compris A ce mot tout s'anime des Huguenots[note 4].

Références et notes[modifier | modifier le code]

Notes
  1. A en juger par une liste de passagers de New York de 1903, elle avait déjà cessé d'être une citoyenne américaine; sans doute était-elle devenue citoyenne britannique. Cependant, le recensement du Royaume-Uni, publié récemment en 1911, la considère comme une citoyenne américaine résidant au Royaume-Uni. Elle aurait enseigné le chant pendant plusieurs années, mais il manque des détails supplémentaires.
  2. Peu de détails sur John Mackay sont connus, mais il a peut-être connu une carrière d'acteur avant la Première Guerre mondiale (sources: liste des passagers de NY en 1912, Garrick Club comme adresse dans l'index des médailles de la Première Guerre mondiale). Il a servi pendant la Première Guerre mondiale, peut-être en tant qu'infirmier dans le service de santé de l'US Navy.
  3. Certaines sources affirment qu'Adams a géré une blanchisserie à Londres après sa retraite, mais ne citent pas de sources primaires fiables pour cela. Voir, par exemple, l'enquête discographique de Richard Law, "Roméo et Juliette" (p.199) in Alan, ed. Blyth, Opera on record 2, London, Hutchinson,
  4. ce record a été, à tort, attribué à Nellie Melba
Références
  1. a b et c Frank Hoffmann et Howard Ferstler, Encyclopedia of Recorded Sound, Volume 1, CRC Press, , 12 p. (ISBN 0-415-93835-X)
  2. (en) John William Leonard, Albert Marquis Nelson, Who's who in America, Volume 5, , 11 p. (présentation en ligne)
  3. John Bolig, The Victor Red Seal Discography, vol. 1, Denver, Colorado, Mainspring Press, , 2 p. (ISBN 0-9671819-8-4)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :