Susanne Hay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Susanne Hay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Père-Lachaise - Division 19 - Hay 01.jpg
Vue de la sépulture.

Susanne Hay est une artiste peintre allemande née 1962 à Bad Mergentheim en Allemagne et morte accidentellement en 2004 à Lagos, au Portugal.

Elle est réputée pour ses peintures de personnes en piscine ou en automobile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle se forme en 1982-1983 à la Kunstakademie de Stuttgart puis de 1983 à 1989 à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris[1].

Elle s'installe à Paris et travaille avec des modèles mis en scène dans des lieux publics[2]… Sa peinture des corps aux « couleurs sourdes » exprime la solitude et l’intériorisation[3].

Elle tire son inspiration, « baroque ou expressionniste », de maitres comme Le Caravage, Pontormo, le Goya noir, Hans Baldung, Bacon[3]

En 1996, elle réalise une série de toiles montrant des hommes seuls, introvertis, passant le temps dans une piscine publique parisienne. Elle peint aussi une série de nus dans une salle de douche, jouant sur la sensualité conférées par ces salles d'eau[2]. Son œuvre « ne cesse de traquer la vérité des corps, le surgissement incongru de la beauté au sein de leur misère ou de leur effondrement »[4].

Susanne Hay est mariée à Frédéric de Verville et a trois enfants.

Elle se noie à l'âge de 42 ans, dans un lac au Portugal en voulant sauver deux enfants[3].

Son amie la peintre Emmelene Landon dit d'elle : « Elle se défendait du monde par sa peinture. »[5]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Expositions et Salons[modifier | modifier le code]

  • 2021 : Susanne Hay : À la piscine, musée La Piscine à Roubaix[2].
  • 2012 : Espace Culturel les Dominicaines, Pont-l'Évêque
  • 2007-2008 : Neuhauser Kunstmühle, Salzbourg
  • 2006 : Shedhalle Tübingen
  • 2006 : Espace Culturel les Dominicaines, Pont-l'Évêque
  • 2006 : Neuhauser Kunstmühle, Salzbourg
  • 2005 : Kunstverein Eisenturm, Mayence
  • 2005 : Civica Raccolta del Disegno, Salò
  • 2004 : Galerie Montrasioarte, Milan
  • 2003 : Galerie Eof, Paris
  • 2002 : Galerie En dessous du Volcan, Paris
  • 2000 : Galerie Schloß Neuhaus, Salzbourg
  • 1997 : Galerie Schloß Neuhaus, Salzbourg
  • 1997 : Galerie Eof, Paris
  • 1995 : Galerie Raymond Banas, Maison de la culture, Metz
  • 1991 : Maison des beaux-arts, Paris

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2004 : 1er Prix Paul-Louis Weiller (Académie des beaux-arts)
  • 2002 : Subvention de la DRAC Ile-de-France pour l’aménagement d’un atelier
  • 2001 : Prix de portrait Paul-Louis Weiller (Académie des beaux-arts) - Prix spécial du jury
  • 1995 : 3e Prix de portrait Paul-Louis Weiller (Académie des beaux-arts)
  • 1995 : Prix du Gouvernement Princier (Fondation Prince Pierre de Monaco)
  • 1987 : 3e Prix de portrait Paul-Louis Weiller (Académie des beaux-arts)
  • 1985 : Prix de Dessin de l'ENSBA

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie officielle de Susanne Hay », sur susannehay.com (consulté le ).
  2. a b et c Susanne Hay : À la piscine
  3. a b et c « Ce qui vit après la mort », sur Le Monde, (consulté le ).
  4. 4e de couverture du livre Susanne.
  5. Gérard Lefort, « https://www.liberation.fr/livres/2006/04/20/le-portrait-de-susanne-hay_36872/ », sur Libération, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Hommes à l'huile, film documentaire sur la peintre Susanne Hay, 60 min, 1995. Réalisation : Barbara Teufel, coproduction de la télévision berlinoise Sender Freies Berlin et de la DFFB (École nationale supérieure de cinéma de Berlin).

Liens externes[modifier | modifier le code]