Susan G. Finley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Susan G. Finley
Sue Finley JPL.jpg
Biographie
Naissance
Domicile
Formation
Scripps College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Susan G. « Sue » Finley est une ingénieure système et calculatrice humaine américaine née en Californie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est employée du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la National Aeronautics and Space Administration (Nasa) depuis [1],[2]. Le service est composé uniquement de femmes appelées "ordinateurs humains", pour deux raisons, les hommes n'auraient pas accepté de travailler sous les ordres de la cheffe de service, les salaires des femmes sont moindres[3]. Leurs calculs ont contribué aux programmes spatiaux des États-Unis.

Deux jours avant le lancement d'Explorer 1, Susan Finley commence sa carrière au laboratoire en tant que calculatrice humaine, calculant manuellement les trajectoires de lancement des fusées[4],[5].

De 1963 à 1969, elle s'arrête de travailler pour élever ses enfants. Quand elle reprend son activité au sein du laboratoire, les ordinateurs ont remplacé les cerveaux humains. Sue Finley apprend à coder avec le langage Fortran[3].

Elle est chargée d'élaborer le système de télétransmission des sons et des images le , lorsque Buzz Aldrin et Neil Armstrong atterrissent sur la lune[6].

C'est elle qui imagine et une solution pour la sonde Galileo. Au moment de quitter la Terre, une des antennes ne s'ouvre pas. Les signaux envoyés par la sonde sont trop faibles pour être reçus. Sue Finley modifie le programme des antennes terrestres de la Nasa afin que les signaux de Galileo puissent être perçus[7].

En 2016, elle est ingénieure système pour le Deep Space Network (DSN). En 2019, elle comptabilise 58 années au service de la Nasa[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Meet the longest-serving woman at NASA », sur MNN - Mother Nature Network (consulté le 17 juillet 2019)
  2. (en) « Hired in 1958 as a 'computer,' Sue Finley talks about her long career at JPL », sur Los Angeles Times (consulté le 17 juillet 2019)
  3. a b et c « Sue Finley, 82 ans, codeuse et plus ancienne employée de la Nasa », sur Sciences et Avenir (consulté le 18 août 2019)
  4. (en) « Meet Our Host-To be copied — Caltech Alumni Association », sur Caltech Alumni Association (consulté le 17 juillet 2019)
  5. (en) « A Space Pioneer, 79, Is Ready to Track Juno for NASA » (consulté le 17 juillet 2019)
  6. Par Marie ZafimehyLe 19 juillet 2019 à 15h23, « Apollo 11 : le «petit pas pour l’homme» n’aurait pas eu lieu sans ces femmes », sur leparisien.fr, (consulté le 18 août 2019)
  7. « Sue Finley, 82 ans, codeuse et plus ancienne employée de la Nasa », sur Sciences et Avenir (consulté le 18 août 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]