Susan Folkman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Folkman.
Susan Folkman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Susan Folkman, née le , est une psychologue américaine et professeure d'université émérite. Elle connue pour ses travaux en psychologie cognitive sur le stress et le coping .

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle obtient son doctorat de psychologie en 1979, à l'université de Californie à Berkeley, où elle enseigne jusqu'en 1988, puis est nommée à l'université de San Francisco (UCSF)[1]. Elle est professeure à la faculté de médecine de San Francisco de 1990 à 2009, année de sa retraite académique[1]. Elle est depuis professeure émérite[1].

De 2001 à 2009, elle est également professeure au Osher Center for Integrative Medicine[1].

Entre 2001 et 2004, Susan Folkman travaille pour le conseil du NIH/NIMH National Advisory Mental Health[1]. Elle travaille également au sein de plusieurs groupes de recherche de l'Institut national de médecine et du NIH[1]. Elle est également membre du bureau de l'Association américaine de psychologie[1]. Entre 2002 et 2005, elle obtient un siège au sein de l'Academic Health Centers for Integrative Médicine[1]. La même année, elle participe à la conférence nord-américaine sur la médecine complémentaire et alternative[2],[1].

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses travaux sur le modèle transactionnel du stress et le coping, et particulièrement l'ouvrage Stress, Appraisal, and Coping, publié en 1984 avec Richard Lazarus (en), professeur de psychologie à l'université de Californie à Berkeley, lui ont valu une importante notoriété[3]. Les deux chercheurs suggèrent que le stress peut être appréhendé non pas comme un pur phénomène de nature biologique (un stimulus), mais comme une influence réciproque entre l'individu et son environnement[4],[5]. En ce sens, le mécanisme du stress est envisagé comme une « transaction » entre la personne et son environnement[6]. Afin d'évaluer le degré de cette interaction de l'individu avec son environnement, les deux chercheurs se basent sur deux éléments : d'une part une mesure de type cognitive, autrement dit, une estimation de l'effet produit par un événement sur l'individu, et d'autre part, la façon dont l'individu fait face à un contexte donné[4]. Selon Susan Folkman et Richard Lazarus, le « faire face » met en jeu deux processus : d'abord un ensemble de mécanismes cognitifs ayant pour objectif de réduire le stress, et un « comportement adaptatif » destiné à orienter le stress vers une pente de type rationnel, ou de type émotionnel[4]. Pour les deux chercheurs, le coping se définit comme étant « un ensemble d’efforts cognitifs et comportementaux en perpétuel changement pour gérer les demandes externes ou internes évaluées comme mettant à l’épreuve ou excédant les ressources personnelles »[5],[7]. À cet effet, le principe du coping établi par les deux psychologues, agit tel un « modérateur » dans l'interaction entre l'événement qui est à l'origine du stress et la détresse émotionnelle[7].

Susan Folkman et Richard Lazarus ont mis au point une échelle pour mesurer le coping, la WCC ou « Ways of Coping Checklist », traduite dans de plusieurs langues[1], dont le français[8].

En outre, les recherches de Susan Folkman ont mis en évidence que des émotions positives peuvent jouer un rôle important dans les soins apportés au patients atteint du cancer[9]. De manière plus globale, les travaux de la psychologue américaine ont permis d'établir que ce type de psychologie positive peut intervenir significativement lors d'un processus de résilience[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Cette liste, non exhaustive a pour objectif de récapituler les principales publications de la psychologue américaine[10] :

  • (en) « An Analysis of Coping in a Middle-Aged Community Sample », Journal of Health and Social Behavior, vol. 21, no 3,‎ , p. 219-239 (lire en ligne, consulté le 3 août 2017)
  • Stress, Appraisal, and Coping, avec Richard S. Lazarus, New York, Springer, 1984 (ISBN 978-0826141910)
  • (en) « Personal control and stress and coping processes : A theoretical analysis. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 46, no 4,‎ , p. 839-852 (DOI https://dx.doi.org/10.1037/0022-3514.46.4.839, lire en ligne, consulté le 3 août 2017).
  • (en) avec C. L. Park, « Meaning in the context of stress and coping. », Review of General Psychology, vol. 1, no 2,‎ , p. 115-144.
  • (co-dir.) Ethics in research with human participants, avec Bruce D. Sales, APA, 2000 (ISBN 978-1-55798-688-7)
  • The Oxford handbook of stress, health, and coping, Oxford/New York, Oxford University Press, 2011 (ISBN 9780195375343)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k (en) « Susan Folkman, PhD : Professor Emeritus, UCSF », sur le site de l'université de San Francisco (consulté le 3 août 2017).
  2. (en) « Interview with Susan Folkman », sur le site de l'université du Minnesota (consulté le 3 août 2017).
  3. Aurélie Untas, « L'ajustement à la maladie », in Serge Sultan et Isabelle Varescon (dir.), Psychologie de la pensée, p. 41-66, Puf, 2012 (ISBN 9782130593157).
  4. a b et c Déborah Dressaire et Denis Brouillet, « Effets de la vie en institution des personnes âgées sur leurs stratégies de faire face et sur leur difficulté à verbaliser leurs émotions (alexithymie) », Bulletin de psychologie, vol. 6, no 486,‎ , paragraphes 6 à 10 (DOI 10.3917/bupsy.486.0605, lire en ligne, consulté en 3).
  5. a et b Sandra Nicchi et Christine Le Scanff, « Les stratégies de faire face », Bulletin de psychologie, vol. 1, no 475,‎ , paragraphe 4 (DOI 10.3917/bupsy.475.0097, lire en ligne, consulté le 3 août 2017).
  6. Chantal Razurel, Huguette Desmet et Catherine Sellenet, « Stress, soutien social et stratégies de coping : quelle influence sur le sentiment de compétence parental des mères primipares ? », Recherche en soins infirmiers, vol. 3, no 106,‎ , paragraphe 5 (DOI 10.3917/rsi.106.0047., lire en ligne).
  7. a et b André Mariage, « Stratégies de coping et dimensions de la personnalité : étude dans un atelier de couture », Le travail humain, vol. 64, no 1,‎ , paragraphe 5 (DOI 10.3917/th.641.0045, lire en ligne, consulté le 3 août 2017).
  8. Cousson, F., Bruchon-Schweitzer, M., Quintard, B., Nuissier, J., & Rascle, N., « Analyse multidimensionnelle d'une échelle de coping : validation française de la W.C.C. (ways of coping checklist) », Psychologie française, vol. 41, no 2,‎ (ISSN 0033-2984, lire en ligne, consulté le 3 août 2017)
  9. a et b (en) Reich Zautra, « Resilience », dans Susan Folkman (directrice d'ouvrage), The Oxford Handbook of Stress, Health, and Coping, Oxford University Press, , 469 p. (lire en ligne), page 182.
  10. « Susan Folkman - Professor of Medicine Emeritus, UCSF », sur le site ScholarGoogle (consulté le 3 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]