Susan Elizabeth Black

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sue Black.
Sue Black
Sue Black.jpeg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Robin Whitty (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Enregistrement vocal

Susan Elizabeth Black (née en 1962) est une développeuse, chercheuse et entrepreneure sociale anglaise[1]. Elle a créé la campagne Saving Bletchley Park pour sauver le site du centre névralgique de la cryptanalyse pendant la Seconde Guerre mondiale[2],[3].

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Black quitte l'école et le foyer familial à l'âge légal minimum de 16 ans. Elle se marie à 20 ans et donne naissance à trois enfants[4]. À 25 ans, elle est mère célibataire et vit dans un refuge pour femmes.

Elle prend un cours de mathématiques en cours du soir, puis s'inscrit à l'université[5]. Elle obtient sa licence en informatique à l'université de South Bank de Londres[6] en 1993, puis son doctorat en 2001[7],[8], après ses recherches sur l'effet papillon en informatique[9].

Carrière et recherche[modifier | modifier le code]

Black est directrice de la recherche à l'University College de Londres[10]. Auparavant, elle était à la tête du département d'informatique de l'université de Westminster. Black a fondé le groupe BCSWomen[11] et l'a présidé jusqu'en 2008. Elle soutient la présence des femmes dans l'informatique[12].

Activisme[modifier | modifier le code]

Saving Bletchley Park[modifier | modifier le code]

Bletchley Park Mansion

Pendant plusieurs années, Black est à la tête d'une campagne de financement de la restauration de Bletchley Park, le centre britannique où les chercheurs de la Seconde Guerre mondiale décryptaient les messages ennemis[13]. En 2003, elle crée un blog pour faire parler de l'endroit, après avoir visité le site et constaté le délabrement des locaux, vu la reconstruction de la machine Bombe, et entendu que plus de 10 000 personnes y avaient travaillé pendant la guerre[14]. La photographie d'un bâtiment avec une bâche bleue pour seule protection a aidé à faire parler de la campagne et à galvaniser les informaticiens. Le blog s'accompagne rapidement d'une activité importante sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter[15],[16], par Black et par le personnel de l'endroit[17],[18].

Fin 2015, Black publie un livre sur cette campagne, Saving Bletchley Park, dont la publication est d'abord financée par Unbound[19] et qui devient le livre soutenu le plus rapidement par financement participatif de l'histoire[20].

Black crée ensuite l'organisation Techmums pour les mères qui veulent comprendre l'activité de leurs enfants sur Internet. Techmums propose des cours gratuits en sécurité numérique, utilisation des réseaux sociaux, et programmation sous Python, entre autres. L'objectif de l'association est de donner confiance en elles à ces femmes en limitant la fracture numérique et à les aider à échapper à la pauvreté[21].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2009, Black gagne le premier prix John Ivinson[22] de la British Computer Society à la Royal Society de Londres. En 2011, elle gagne le Women's Inspiration Award de PepsiCo[23].

Elle fait partie des 30 femmes dont l'ebook de la British Computer Society "Women in IT: Inspiring the next generation" raconte l'histoire[24].

En 2015, Computer Weekly l'identifie comme la septième femme la plus influente de l'IT britannique[25].

Elle devient Officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) en 2016 pour sa contribution au domaine de la technologie[26],[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dr Sue Black official webpage », sur sueblack.co.uk
  2. (en) « Saving Bletchley Park » [archive du ], sur savingbletchleypark.org
  3. [vidéo] Interview with Sue Black by Robert Llewellyn about Bletchley Park sur YouTube
  4. (en) Sue Black, « Bio + Contact », sur blackse (consulté le 21 mai 2016) : « Dr Sue Black left home and school at 16, married at 20 and had 3 children by the age of 23. A single parent at 25 she went to university, gained a degree in computing then a PhD in software engineering. »
  5. (en) Amy Fleming, « #techmums: why can't geeks be mothers too? », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « LSBU alumna Sue Black becomes an OBE in New Year Honours List 2016 », UK, London South Bank University, (consulté le 7 janvier 2016)
  7. (en) « Publications by Dr Sue Black », sur sueblack.co.uk
  8. (en) « Susan Elizabeth Black », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  9. (en) Sue Black, « Computing ripple effect for software maintenance », Journal of Software Maintenance and Evolution: Research and Practice, vol. 13, no 4,‎ , p. 263–279 (ISSN 1532-060X, DOI 10.1002/smr.233)
  10. (en) « Sue Black profile » [archive du ], UK, University College London (consulté le 7 janvier 2016)
  11. Dr Sue Black|Committee|BCSWomen, British Computer Society.
  12. Sue Black profile,Skirts and Ladders.
  13. Cellan-Jones, Rory, Bletchley Park's social media war, BBC News, 18 March 2009.
  14. Brain, Jon, Neglect of Bletchley condemned, BBC News, 24 July 2008.
  15. (en) Rory Cellan-Jones, « OBE for Bletchley campaigner Sue Black », sur BBC News Technology, BBC, (consulté le 21 mai 2016) : « Others had been battling for years to make the same case without much success, but in 2008 social media was just beginning to play an important role in campaigning, and Dr Black made full use of it. »
  16. (en) Rory Cellan-Jones, « Bletchley Park's social media war », sur dot.life A blog about technology from BBC News, BBC, (consulté le 21 mai 2016) : « A vital component in this campaign has been what you might call the propaganda war - although one which has employed the most modern of weapons. Dr Black has assembled a significant crowd of supporters for Bletchley Park - geeks, history buffs, technologically literate celebrities - using all the modern social media tools. »
  17. (en) Rebecca Thomson, « Bletchley Park wins crucial funding using Facebook and Twitter », Computer Weekly,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Sue Black, Jonathan P. Bowen, and Kelsey Griffin, « Can Twitter Save Bletchley Park? », Museums and the Web 2010, Denver, United States, Archives & Museum Informatics,‎ 13–17 april 2010 (lire en ligne)
  19. (en) « Saving Bletchley Park », sur Unbound (consulté le 30 décembre 2015)
  20. (en-US) « Celebrating the incredible codebreakers of Bletchley Park - Dr. Sue Black OBE, Computer Scientist, Writer and Speaker - Womanthology », sur Womanthology (consulté le 7 avril 2016)
  21. (en) « About », sur techmums.co (consulté le 21 mai 2016) : « What is #techmums? #techmums is an e-skills accredited program of short, hands-on workshops that introduce mums to online security, social media savviness, essential computing skills, app and web design. In addition there is opportunity for mums to be introduced to simple Python programming to gain understanding of the computer skills their children may learn at school. #techmums programs are delivered via schools either directly by a #techmums trainer or by the school themselves. All mums enrolled onto the program are further supported by a dedicated #techmums online community. »
  22. (en) « First BCS John Ivinson Award Goes to Dr Sue Black », British Computer Society (consulté le 16 juillet 2014)
  23. (en) PepsiCo WIN, « PepsiCo Women’s Inspiration Award Winner – If I can do it, so can you… » [archive du ], Archive.org, (consulté le 7 janvier 2016)
  24. (en) Women in IT: Inspiring the next generation, British Computer Society, (ISBN 978-1-78017-287-3, lire en ligne), p. 57
  25. (en) « The 50 most influential women in UK IT 2015 », sur Computer Weekly (consulté le 11 juillet 2015)
  26. (en) « New Year's Honours 2016: CSV », sur www.gov.uk, HM Government, (consulté le 30 décembre 2015)
  27. (en) Rory Cellan-Jones, « OBE for Bletchley campaigner Sue Black », BBC Online, (consulté le 30 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]