Surya Bonaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Surya Bonaly
Image illustrative de l’article Surya Bonaly
Surya Bonaly en représentation à Nuremberg en Allemagne en 2007.
Biographie
Nom complet Surya Varuna Claudine Bonaly
Nationalité française et américaine
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Nice (France)
Parcours
Entraineur Nicole Erdos
Didier Gailhaguet
Annick Dumont-Gailhaguet
André Brunet
Frank Carroll (en)
Alain Giletti
Tatiana Tarassova
Suzanne Bonaly
Chorégraphe Natacha Volkova-Dabbadie
Olga Volozhinskaya (en)
Retraite 1998

Surya Bonaly, née le à Nice, est une patineuse artistique franco-américaine et un entraîneur du même sport. Française de naissance, elle a acquis la nationalité américaine en 2004 [1]. Son prénom, Surya, signifie soleil en hindi.

Elle a été neuf fois championne de France en solo (de 1989 à 1997) et une fois championne de France en couple en 1989 en compagnie de Benoît Vandenberghe. Elle a remporté seize médailles en Grand Prix ISU (dont dix médailles d'or), cinq titres de championne d'Europe (1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 2e en 1996), trois médailles aux championnats du monde juniors (3e en 1989, 2e en 1990, 1re en 1991) et trois médailles d'argent aux championnats du monde seniors (1993, 1994, 1995). Elle a également participé à trois éditions des Jeux olympiques (1992, 1994 et 1998), son meilleur résultat étant une quatrième place à Lillehammer en 1994.

Elle détient de plus deux médailles mondiales en tumbling, une médaille d'or remportée lors des mondiaux espoirs en 1986 et une médaille d'argent acquise lors des mondiaux seniors par équipe la même année. Ce qui porte son palmarès à huit médailles mondiales (patinage artistique et tumbling confondus).

Surya Bonaly est la créatrice d'un mouvement sur la glace, le salto arrière, jambes tendues, pieds décalés, réception sur un pied. Cette figure porte son nom, le « Bonaly ». Elle est la première patineuse à avoir tenté de nombreuses combinaisons de sauts en compétition, mais aussi des quadruples rotations (détails ci-dessous).

Entraîneur à Las Vegas puis à Minneapolis où elle réside, elle continue toujours, en 2019, de réaliser des triples sauts sur la glace. Elle est également conférencière spécialiste de la motivation.


Carrière amateur[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly lors du programme court des Championnats d'Europe de Copenhague en 1994.

Enfance[modifier | modifier le code]

De mère biologique réunionnaise, elle a été adoptée à huit mois par Suzanne et Georges Bonaly. Elle grandit dans une ferme reculée dans l’arrière-pays niçois entourée d'animaux, une ruine reconstruite sans électricité ni eau courante nommée « Sannyâsa », ce qui signifie en hindouiste: « Celui qui ne s'attache pas aux biens matériels » [2].

Débuts[modifier | modifier le code]

C'est sa mère adoptive, Suzanne Bonaly, professeur de gymnastique au collège Paul-Langevin à Carros, qui l'initie au sport. Surya Bonaly commence par l'escrime et pratique plusieurs sports dès son plus jeune âge: le tumbling, le trampoline, le plongeon, la gymnastique artistique, la danse classique et le patinage artistique vers lequel elle finira par s'orienter définitivement. Elle chausse ses premiers patins à l'âge d'un an et demi à l'aide de doubles lames et participe à sa première compétition de patinage à six ans. Entraînée sur la glace à ses débuts par Nicole Erdos à Nice, elle est repérée par la suite lors d’un stage par Didier Gailhaguet à l’âge de 11 ans. A la suite de cette rencontre, elle décide de le suivre à Champigny-sur-Marne pour poursuivre sa progression. Elle loge les six premiers mois dans une camionnette, tout en effectuant sa scolarité par correspondance. En mars 1987, elle participe à sa première compétition internationale de patinage à Gdansk en Pologne et gagne. Elle deviendra championne de France junior un an plus tard à Cherbourg.

Saison 1987 / 1988[modifier | modifier le code]

Quatrième lors de ses premiers championnats de France seniors à Grenoble, elle est sélectionnée pour participer aux championnats du monde juniors à Brisbane en Australie et termine 14e. Malgré ce classement, elle est invitée à participer au gala de la compétition et réalise un salto arrière.

Saison 1988 / 1989[modifier | modifier le code]

Championne de France senior en solo et en couple à Caen avec Benoît Vandenberghe, elle perce médiatiquement et auprès du grand public lors des championnats d'Europe de Birmingham et des Mondiaux de Paris en 1989, où elle se classe respectivement 8e et 10e. Elle décroche également la médaille de bronze lors des Mondiaux juniors de Sarajevo pour sa deuxième participation à cette compétition.

Saison 1989 / 1990[modifier | modifier le code]

En 1990, elle confirme sa progression en terminant 2e des Mondiaux juniors de Colorado Springs, 4e des championnats d'Europe de Léningrad et 9e des Mondiaux d'Halifax, avec pour la première fois en compétition majeure des tentatives de quadruples sauts.

Saison 1990 / 1991[modifier | modifier le code]

Avec la disparition des figures imposées à la fin de la saison précédente et grâce à une constante progression, la saison 90-91 marque un tournant dans sa carrière. Championne du monde junior à Budapest, elle remporte son 1er titre européen à Sofia, pour ensuite finir 5e des championnats du monde de Munich, en réceptionnant pour la première fois un quadruple boucle piqué (mais à rotation incomplète).

Saison 1991 / 1992[modifier | modifier le code]

De nouveau championne d'Europe en 1992 à Lausanne, elle se classe 5e des Jeux olympiques d'Albertville, avec là encore, un quadruple boucle piqué dans son programme libre (également à rotation incomplète). Lors de la cérémonie d'ouverture de ces J.O., il est à noter aussi qu'elle prononça le serment olympique au nom de tous les athlètes. À la suite de cette compétition, elle décide de changer d'entraîneur et quitte Annick Dumont et Didier Gailhaguet pour rejoindre André Brunet. Après une 11e place lors des Mondiaux d'Oakland, toujours en 1992, elle change de nouveau d'entraîneur et choisit Alain Giletti, champion du monde en 1960. Mais sa mère, Suzanne Bonaly, reste toujours son co-entraîneur.

Saison 1992 / 1993[modifier | modifier le code]

En 1992, lors de l'inter-saison, elle effectue un stage avec l'entraîneur américain Frank Carroll pour améliorer sa technique et sa qualité de patinage. Ce travail s’avère payant, elle enchaîne les victoires sur le début de saison, lors du Grand Prix de Saint Gervais, de la Coupe d'Allemagne, du Trophée Lalique du Trophée NHK et des championnats de France à Grenoble. Elle confirme en remportant un 3e titre européen à Helsinki début 1993. L'un de ses plus beaux programmes libres reste celui des championnats du monde de Prague en 1993, sur Les Quatre Saisons de Vivaldi, où elle décroche sa 1re médaille mondiale senior, une médaille d'argent. Elle réussit un programme libre sans faute avec sept triples sauts, dont un deuxième triple Lutz en fin de programme parfaitement réalisé.

Saison 1993 / 1994[modifier | modifier le code]

Championne d'Europe en 1994 à Copenhague devant la championne du monde en titre Oksana Baiul, elle est victime de la pression aux Jeux olympiques d'hiver de 1994 de Lillehammer. Lors du programme libre, elle échoue à deux reprises sur ce qui est pourtant sa spécialité, le triple Lutz. Malgré une 3e place après le programme court, elle ne peut finir que 4e au classement général. Aux championnats du monde 1994 à Chiba au Japon, elle est classée 2e derrière la japonaise Yuka Sato à cinq juges contre quatre lors du programme libre. En pleurs lors de la remise des médailles, elle refuse de monter sur le podium, jugeant injuste la décision des juges. Elle accepte finalement de monter sur la 2e marche, mais ôte sa médaille dès qu'elle la reçoit. Une image qui marquera sa carrière.

Saison 1994 / 1995[modifier | modifier le code]

En 1995, elle remporte avec une marge conséquente un 5e titre européen consécutif à Dortmund devant la patineuse russe Olga Markova et décroche une 3e médaille d'argent consécutive aux championnats du monde de Birmingham derrière la chinoise Chen Lu. Comme en 1994, une décision à cinq juges contre quatre sur le programme libre.

Saison 1995 / 1996[modifier | modifier le code]

L'année 1996 met un terme à son ascension avec une 2e place aux championnats d'Europe de Sofia et une 5e place aux championnats du monde d'Edmonton (où elle tenta une quadruple rotation pour la dernière fois).

Saison 1996 / 1997[modifier | modifier le code]

Gravement blessée au tendon d'Achille droit lors de l'inter-saison en 1996, au mois de mai, elle termine sa carrière diminuée. Cette blessure l'empêchant de réaliser deux sauts prépondérants, le flip et le Lutz. Malgré ce handicap, elle réussit à remporter un dixième titre de championne de France à Amiens devant Vanessa Gusmeroli, mais elle ne pouvait plus espérer les premières places lors des compétitions internationales et se classe 9e des championnats d'Europe de Paris en 1997. À la suite de cette performance, la Fédération française des sports de glace décide de ne pas l'envoyer aux championnats du monde de Lausanne et sélectionne Laëtitia Hubert à sa place.

Saison 1997 / 1998[modifier | modifier le code]

Seconde lors de ses derniers championnats de France à Besançon, Surya Bonaly est passée professionnelle en 1998 après une 6e place aux championnats d'Europe de Milan et une 10e place lors des Jeux olympiques de Nagano. Elle ponctue le dernier programme libre de sa carrière amateur, lors de cette compétition, par un salto arrière interdit en compétition.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly s'est longtemps entraînée auprès de Didier Gailhaguet (de 1985 à fin février 1992) et Annick Dumont-Gailhaguet, mais aussi de Nicole Erdos, André Brunet, Frank Carroll, Alain Giletti, Tatiana Tarassova, Suzanne Bonaly (sa mère). Elle a également beaucoup travaillé avec la chorégraphe Natacha Volkova-Dabbadie.

Tuniques[modifier | modifier le code]

En plus d'être son entraîneur, sa mère fut à de nombreuses reprises sa costumière. Christian Lacroix lui confectionna également plusieurs tuniques pour ses programmes lors des Jeux olympiques d'Albertville en 1992. Une réplique de la tunique espagnole de son programme libre lors de ces Jeux olympiques fut réalisée en 2014 lors de la tournée française d'Holiday on Ice à laquelle elle participa[3].


Statistiques[modifier | modifier le code]

Les records de son palmarès[modifier | modifier le code]

  • Elle est la seule patineuse française (hommes, dames, danse, couples confondus) depuis les championnats de France de la saison 1988-1989 à avoir remporté deux titres nationaux seniors sur le même championnat (le titre individuel et le titre en couple avec Benoît Vandenberghe).
  • Elle demeure toujours la seule patineuse individuelle française à avoir remporté le Skate America en 1994, le Skate Canada en 1991, le Trophée NHK en 1992 et 1993 et la Coupe d'Allemagne en 1992 (cette dernière n'existe plus aujourd'hui). Elle compte au total seize médailles en Grand Prix ISU, dont dix victoires, ce qui là aussi constitue un record pour une patineuse individuelle française. La Finale du Grand Prix est apparue lors de la saison 1995-96, ce qui explique qu'elle n'ait jamais participé à cette compétition.
  • Surya Bonaly reste également à l'heure actuelle la seule patineuse individuelle française à avoir remporté le titre européen depuis les premiers championnats d'Europe pour les dames en 1930.
  • Avec une 3ème, une 2e et une 1re place lors des Mondiaux juniors en 1989, 1990 et 1991, elle est la patineuse française (hommes, dames, danse, couples confondus) la plus médaillée sur cette compétition depuis les premiers championnats du monde juniors en 1976.
  • Avec trois médailles d'argent aux championnats du monde seniors (1993, 1994, 1995), Surya Bonaly est également la patineuse individuelle française la plus médaillée de l'histoire sur cette compétition depuis les premiers mondiaux seniors dans la catégorie féminine en 1906.
  • Surya Bonaly a participé à la première compétition amateur par équipe organisée par l'ISU, l'International Team Challenge à Kennewick aux Etats-Unis, en 1995.  Elle a remporté la compétition avec l’équipe mondiale en compagnie de Lu Chen, Laëtitia Hubert, Vyacheslav Zagorodnyuk, Steven Cousins et Elena Berezhnaya - Oleg Shlyakhov, devant l'équipe américaine composée de Michelle Kwan, Nicole Bobek, Tonia Kwiatkowski, Todd Eldredge, Scott Davis (en) et Shelby Lyons - Brian Wells (en).

Tumbling[modifier | modifier le code]

  • Dans la discipline du tumbling, elle a à son actif un titre de championne du monde espoir et un titre de vice-championne du monde senior par équipe en compagnie de Sandrine Vacher, Corinne Robert et Isabelle Jagueux. Deux titres acquis en 1986 en France, le premier à Moulins et le deuxième dans l’enceinte du Palais omnisports de Paris-Bercy inauguré en 1984. Elle retrouvera ce stadium par la suite à de multiples reprises en tant que patineuse. Championne de France junior à Evry en 1987, il s’agira de son dernier titre dans cette discipline.

Combinaisons de sauts[modifier | modifier le code]

La raison principale de son succès tient à sa manière d'exécuter les sauts et de réaliser des combinaisons inédites très difficiles :

  • 1993 (Piruetten à Hamar) - 1re patineuse à tenter deux combinaisons triple-triple dans un programme libre (triple Lutz - triple boucle piqué & triple boucle piqué - triple boucle piqué). Une performance qu'elle répéta lors des Jeux olympiques en 1994 et des championnats du monde en 1994 et 1995 en effectuant dans le même programme libre la combinaison triple Flip - triple boucle piqué et la suite de sauts triple boucle piqué - demi boucle - triple Salchow.
  • 1998 (Jeux Olympiques à Nagano) - 1re patineuse à tenter une combinaison triple-triple aux Jeux olympiques dans le programme court (triple boucle piqué - triple boucle piqué).

Quadruples rotations[modifier | modifier le code]

  • Surya Bonaly a été la première patineuse à tenter une quadruple rotation en compétition officielle, lors des championnats d’Europe en 1990.
  • Elle tenta au moins treize fois de réaliser le quadruple boucle piqué ou (et) le quadruple Salchow en compétition: deux tentatives de quadruples rotations lors des championnats d’Europe en 1990 (Salchow et boucle piqué), une tentative de quadruple boucle piqué lors des championnats du monde en 1990, une tentative de quadruple boucle piqué lors des Goodwill Games en 1990, une tentative de quadruple Salchow lors du Trophée Lalique en 1990, une tentative de quadruple boucle piqué lors des championnats du monde en 1991, une tentative de quadruple boucle piqué lors du Trophée NHK en 1991, une tentative de quadruple boucle piqué lors des championnats de France en 1991, une tentative de quadruple boucle piqué lors des Jeux olympiques en 1992, une tentative de quadruple boucle piqué lors des championnats du monde en 1992, une tentative de quadruple Salchow lors du Skate America en 1993, une tentative de quadruple Salchow lors du Piruetten en 1993 et une tentative de quadruple Salchow lors des championnats du monde en 1996.
  • Elle réceptionna quatre fois le quadruple boucle piqué en compétition: lors des championnats du monde en 1991, lors du Trophée NHK en 1991, lors des Jeux olympiques en 1992 et lors des championnats du monde en 1992, mais toujours à rotation incomplète. C'est la raison pour laquelle il ne fut jamais homologué.
  • Lors des championnats d'Europe de Léningrad en 1990, elle tenta deux quadruples différents dans le même programme libre (Salchow et boucle piqué). Cette tentative est une première mondiale (hommes et femmes confondus).

Saltos arrière[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly est la première femme à avoir réalisé un salto arrière corps groupé sur la glace. Elle réalise son premier salto en public lors d’une exhibition à l’âge de douze ans sur la glace de la patinoire d’Annecy en mai 1986. Elle est également la première (hommes et femmes confondus) à avoir réalisé le salto arrière jambes tendues, pieds décalés, réception sur un pied (cette figure porte son nom). Elle a à plusieurs reprises effectué en exhibition des combinaisons avec ces saltos, comme le salto arrière corps groupé enchaîné avec un triple boucle piqué ou encore le salto arrière jambes tendues, pieds décalés, réception sur un pied enchaîné avec un triple Salchow. Il lui est également arrivé de présenter deux saltos arrière en combinaison. Le salto arrière est et demeure un saut interdit en compétition, mais Surya Bonaly le réalisa lors de sa dernière compétition amateur dans son programme libre lors des Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano. A 40 ans, elle effectue son dernier salto en public lors d’une exhibition à São Paulo au Brésil en novembre 2014.

Médias[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

  • Sa carrière, dès sa petite enfance à 1994, a fait l’objet d’un livre édité par TF1 Sports Editions en 1995. Un ouvrage écrit avec la collaboration d’Isabelle Rivière (« L’enfant du soleil »)[4].

Reportages et documentaires[modifier | modifier le code]

  • Le , elle est le sujet d'un documentaire sur sa carrière produit par Eva Longoria et diffusé dans SportsCenter sur ESPN aux États-Unis (« Rebel On Ice »)[5].
  • Le , elle est le sujet d'un reportage sur son parcours sportif sur la station de radio publique new-yorkaise Radiolab (« On the Edge »)[6].
  • Le , elle est le sujet d’un documentaire de 37mn sur son histoire et sa carrière sportive réalisé par Mickey Duzyj et diffusé sur Netflix (« Losers »)[8].

Participations à des émissions télévisée[modifier | modifier le code]

Film[modifier | modifier le code]

  • Un film biopic sur sa vie est actuellement en préparation.

Rôles officiels[modifier | modifier le code]

  • Du 26 mars au 2012, elle est la marraine officielle des championnats du monde de patinage artistique à Nice, sa ville natale[13].

Engagements divers[modifier | modifier le code]

  • En 2007, en tant que végétarienne et marraine de la PETA, elle participe à une campagne contre le massacre des bébés phoques et débute cette dernière en patinant nue sur la patinoire d’Asnières-sur-Seine le . En réalité, elle ne patina pas nue le jour dit, arborant une simple tenue noire[14].
  • Elle s'engage également pour l'interdiction de la corrida avec mise à mort de l'animal, et demande à être reçue par le président de la République française Nicolas Sarkozy alors en vacances aux États-Unis en août 2007. Il la reçoit à l'Élysée le , afin d'aborder l'abolition de la corrida d'une part et l'interdiction de l'entrée dans les arènes pour les moins de 16 ans. La société protectrice des animaux était également présente lors de cette entrevue[15].
  • Elle a été l'ambassadrice d'une association intitulée « La France des talents et des couleurs », qui a pour but de lutter contre le racisme, la violence et les discriminations dans le sport[16].
  • Surya Bonaly est « Championne de la Paix » de « L'Organisation pour la paix par le sport » Peace and Sport. Basée en Principauté de Monaco et placée sous le Haut Patronage de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, cette organisation a été créée par le médaillé olympique et champion du monde de pentathlon moderne Joël Bouzou en 2007. Réunis dans un collectif de plus de 100 sportifs de haut niveau engagés personnellement en faveur du mouvement de la paix par le sport, les « Champions de la Paix » constituent un des piliers fondamental de Peace and Sport[17].
  • Le 4 février 2018, elle s’exprime lors d’une conférence TEDx sur la scène du théâtre Grande Valdocco de Turin pour parler de son parcours et de son expérience. Une conférence qui avait pour nom « Humans in Co - Evolve your idea of cooperation »[18].

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Le , elle reçoit le prix du « Nom de l'année - 2018 » pour des réalisations professionnelles et une contribution considérable au patinage artistique international lors du Business Triumph Festival au Carlton de Cannes[19].

Sondage[modifier | modifier le code]


Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

  • Continuant à participer à de nombreux événements internationaux de patinage, Surya Bonaly a notamment participé à la 17e édition du prix Paektusan, du 15 au , à Pyongyang en Corée du Nord[24].
  • Les 24, 25 et , elle est la marraine d'une grande manifestation sportive à Saint-Leu sur l'île de La Réunion. Lors de cet évènement se prénommant le Kartié 3 Lèt i défoul' regroupant de nombreuses disciplines, elle réalise plusieurs démonstrations et initiations de patinage sur une piste synthétique pour 300 enfants des écoles Saint-Leusiennes[29].
  • Le 13 novembre 2012, elle donne une représentation à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau centre commercial à La Chapelle-Saint-Luc près de Troyes au côté de Philippe Candeloro[30].
  • Cinq jours plus tard, le 18 novembre, elle donne une représentation à Las Vegas sur une patinoire synthétique pour le Winter in Venice.
  • Le 30 novembre 2012, elle participe à l'inauguration des 11e Plaisirs d’Hiver de Bruxelles en patinant sur la patinoire de Noël de la capitale belge[31].
  • Les 5, 7 et , elle participe à l'inauguration des patinoires de Noël de Thionville, Saint-Maur-des-Fossés et Chennevières-sur-Marne[32].
  • Les 15 et sur la patinoire Pôle Sud de Grenoble puis sur la patinoire Charlemagne de Lyon, elle participe aux spectacles de Sarah Abitbol et Stéphane Bernadis (Le Noël de Princesse Sarah et Music Hall)[33].
  • Le , elle participe à un grand gala de Noël sur la patinoire Alex Jany de Toulouse en compagnie notamment de Scarlett Rouzet et Yannick Bonheur et Samuel Contesti[34].
  • Le , elle donne une représentation sur la patinoire de Noël de Mons en Belgique.
  • Le , elle participe au gala des Étoiles de la Glisse de Courchevel en compagnie de l'équipe de France, d'Alexei Yagudin et de plusieurs chanteurs[35].
  • Les , elle participe au gala d'inauguration de la nouvelle patinoire de Vaujany en compagnie notamment de Brian Joubert[36].
  • Le lendemain, le , elle participe à un gala sur la patinoire Pôle Sud de Grenoble avec plusieurs membres de l'équipe France.
  • Le , elle donne une représentation sur la patinoire provisoire de Cabourg à l'occasion de son inauguration[37].
  • Le , elle donne une représentation sur la patinoire découverte de Sun Valley (Idaho) aux États-Unis.
  • Les 28, 29 et , elle participe à plusieurs galas à São Paulo au Brésil.
  • Les 23, 24 et , elle participe à la 9e édition du Forum International Peace and Sport à Monaco[39].
  • Les 19, 20 et , elle est la marraine d'une grande manifestation à Saint-Denis sur l'île de La Réunion. Lors de cet évènement appelé « Au Bonheur des Enfants » et regroupant de nombreuses activités, elle réalise plusieurs démonstrations et initiations de patinage sur une piste synthétique pour les enfants[40].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Patinage[modifier | modifier le code]

Compétition 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Jeux olympiques d'hiver 5e 4e 10e
Championnats du monde 10e 9e 5e 11e 2e 2e 2e 5e -
Championnats d’Europe 8e 4e 1re 1re 1re 1re 1re 2e 9e 6e
Championnats du monde junior 14e 3e 2e 1re
Championnats de France 4e 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 2e
Grand Prix ISU[42] 1987/88 1988/89 1989/90 1990/91 1991/92 1992/93 1993/94 1994/95 1995/96 1996/97 1997/98
Finale du Grand Prix
Skate America 6e 5e 3e 2e 1re 4e
Skate Canada 7e 1re 3e
Coupe d'Allemagne 1re
Trophée de France 7e 1re 1re 5e 1re 1re 1re 3e
Coupe de Russie 4e
Trophée NHK 2e 1re 1re 2e 4e


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Surya Bonaly obtient la nationalité américaine », sur RDS.ca, (consulté le 9 mars 2019)
  2. « Les bons mots de Georges Bonaly, père de Surya », sur L'Humanité, (consulté le 6 avril 2019)
  3. Madame Figaro, « Neuf choses que vous ne saviez pas sur les costumes de patinage artistique », sur Madame Figaro, (consulté le 12 mars 2019)
  4. « L'enfant du soleil - Livre de Surya Bonaly », sur booknode.com (consulté le 28 février 2019)
  5. (en) « The story of Surya Bonaly's full backflip on ice - ESPN Video », sur ESPN.com, (consulté le 28 février 2019)
  6. (en) « On the Edge | Radiolab », sur WNYC Studios (consulté le 28 février 2019)
  7. Camille Regache, « Surya Bonaly, Corps et lames », sur Binge Audio, (consulté le 28 février 2019)
  8. « Losers | Site officiel de Netflix », sur www.netflix.com (consulté le 28 février 2019).
  9. « Le grand défi de la glace », sur Toutelatele (consulté le 1er avril 2019)
  10. Telestar.fr, « "La Ferme" : Surya Bonaly éliminée ce soir ! - Télé Star », sur www.telestar.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  11. « Ice Show : Surya Bonaly présente son équipe », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le 28 février 2019)
  12. (en) « Cultural Attaché Surya Bonaly meets with Princess of Hanover », sur Honorary Consulate of the Principality of Monaco in Las Vegas, (consulté le 12 mars 2019)
  13. « Surya Bonaly, marraine des Mondiaux », sur www.cnews.fr (consulté le 28 février 2019).
  14. « Surya Bonaly nue ? Elle ne l'a pas fait ! », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le 28 février 2019)
  15. « Les anti-corridas reçus à l'Elysée », sur ladepeche.fr (consulté le 9 mars 2019)
  16. « ANGE GRAVELOT : « La France des Talents et des Couleurs a pour objectif de prévenir et de lutter contre les racismes… » – Courrier des Afriques », sur www.courrierdesafriques.net (consulté le 28 février 2019)
  17. (en) « Olympians to Feature at 9th Annual Peace and Sport Forum », sur olympians.org (consulté le 12 mars 2019)
  18. TEDx Talks, « Willing to change the rules for a brighter future | Surya Bonaly | TEDxTorino », (consulté le 1er avril 2019)
  19. « About Event », sur awards.ebaoxford.co.uk (consulté le 28 février 2019)
  20. leblogtvnews.com, « Légion d'Honneur ce 1er janvier pour Marin Sauvajon, Michel Houellebecq, Stéphane Bern, Didier Deschamps... », sur Leblogtvnews.com (consulté le 28 février 2019).
  21. « Les sportives préférées des Français », sur Kantar TNS, (consulté le 10 mars 2019)
  22. (en-US) « World Professional Figure Skating Championships- Landover, MD », sur Golden Skate (consulté le 8 avril 2019)
  23. « Bonaly et Boitano récoltent l'or aux Jeux de l'Amitié », sur RDS.ca, (consulté le 10 mars 2019)
  24. Succès des patineurs français à Pyongyang, sur le site de l'Association d'amitié franco-coréenne.
  25. « BILLETS BLANCHE-NEIGE SUR GLACE : Spectacle de Noël à Paris Bercy avec Surya Bonaly », sur Mes Tickets (consulté le 12 mars 2019)
  26. « Surya Bonaly à Cavalaire pour l'inauguration de la patinoire », sur archives.varmatin.com (consulté le 12 mars 2019)
  27. « PHOTOS - Philippe Candeloro concentré sur son putt sous l'oeil de Surya Bonaly... Le 19e Trophée Kimbo Sport Passion a pu compter sur la participation de 80 personnalité », sur www.purepeople.com (consulté le 12 mars 2019)
  28. « Cauterets. Surya Bonaly en spectacle », sur ladepeche.fr (consulté le 12 mars 2019)
  29. « Saint-Leu - Kartié 3Lèt i défoul : Kassav' et Surya Bonaly vont faire le show », sur Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, (consulté le 12 mars 2019)
  30. « Ouverture du Centre Commercial l'Escapade - La Chapelle St-Luc », sur www.aqualuc-piscine.fr (consulté le 12 mars 2019)
  31. « La patineuse star Surya Bonaly pour inaugurer les Plaisirs d’Hiver », sur www.lavenir.net (consulté le 12 mars 2019)
  32. « Bonaly : « La reconversion c’est assez difficile au début » », sur www.republicain-lorrain.fr (consulté le 12 mars 2019)
  33. « “Le Noël de Princesse Sarah” à Polesud », sur www.ledauphine.com (consulté le 12 mars 2019)
  34. admin, « Spectacle de Patinage – Jany – 21/12/2012 – 20h » (consulté le 12 mars 2019)
  35. « Les étoiles de la glisse de retour sur la glace de Courchevel », sur www.ledauphine.com (consulté le 12 mars 2019)
  36. « Gala de patinage à Vaujany - TéléGrenoble », sur www.telegrenoble.net (consulté le 12 mars 2019)
  37. « Surya Bonaly enflamme la patinoire de Cabourg », sur actu.fr (consulté le 12 mars 2019)
  38. « HOLIDAY ON ICE - 2014 - Zénith de Paris | THEATREonline.com », sur www.theatreonline.com (consulté le 9 mars 2019)
  39. (en-US) « 9th PEACE AND SPORT INTERNATIONAL FORUM “CHANGING THE WORLD THROUGH SPORT” – The European Olympic Committees » (consulté le 12 mars 2019)
  40. « Au Bonheur des Enfants - La championne assure plusieurs représentations au Jardin de l'Etat : [AUDIO - VIDEO] Surya Bonaly : "ce pays m'émerveille" », sur Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, (consulté le 12 mars 2019)
  41. Chay Christophe, « Nîmes : la patinoire inaugurée sous les premiers coups de patins de Surya Bonaly », sur viaoccitanie.tv (consulté le 10 mars 2019)
  42. Le Grand Prix ISU a débuté en 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :