Survie (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Survie
Survie (Orne)
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Argentan Intercom
Statut Commune déléguée
Maire délégué Sylvie Gayon
2020-2026
Code postal 61310
Code commune 61477
Démographie
Gentilé Survivien
Population 168 hab. (2017 en augmentation de 14.29 % par rapport à 2012)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 37″ nord, 0° 11′ 59″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 258 m
Superficie 13,21 km2
Élections
Départementales Argentan-2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Gouffern en Auge
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Survie
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Survie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Survie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Survie

Survie est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 168 habitants[Note 1], devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Gouffern en Auge.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est entre pays d'Auge, pays d'Ouche et plaine d'Argentan. Son bourg est à 11 km au nord d'Exmes, à 11 km au sud de Vimoutiers, à 13 km au nord-ouest de Gacé et à 14 km à l'ouest de Trun[1].

Le point culminant (258 m) se situe au nord, près du lieu-dit la Bruyère-Fresnay. Le point le plus bas (137 m) correspond à la sortie de la Vie du territoire, au nord-est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Survie signifie apparemment « sur la Vie », la rivière[3],[4].

Le gentilé est Survivien[5].

Pour le nom de l'ancienne commune Belhôtel, il s'agit à l'origine d'un « bel autel », « beau sanctuaire », « belle église / chapelle », mentionné sous la forme feud[um] Belli Altaris en 1113[6].

Pour l'étymologie du nom de Ménil-Gonfroi (jadis Mesnil-Gonfray, ancienne commune de Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy), voir Gonfreville-l'Orcher.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fusions[modifier | modifier le code]

En 1822, Survie (367 habitants en 1821[7]) absorbe Belhôtel (277 habitants[8], à l'ouest de son territoire) et Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy (253 habitants[9], à l'est).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983[10] mars 2014 Michel Mauger SE Agriculteur
mars 2014[11] décembre 2016 Henri Barbot SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[11].

La mairie de Survie.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 2].

En 2017, la commune comptait 168 habitants, en augmentation de 14,29 % par rapport à 2012 (Orne : −1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %). Survie a compté jusqu'à 780 habitants en 1836, mais les trois communes de Survie, Belhotel et Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy, fusionnées en 1822, totalisaient 897 habitants en 1821 (respectivement 367, 277 et 253).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
376235287367780731680635612
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
547559522538454407409381350
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
339329284294298285280307226
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
212201161121156153149165168
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Belhôtel
1793 1800 1806 1821
262245268277
(Sources : EHESS[8])
Évolution démographique de Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy
1793 1800 1806 1821
233255259253
(Sources : EHESS[9])

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin (1761). Les églises Saint-Malo de Belhôtel et Sainte-Croix de Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy ont été détruites en 1830.
  • Manoir (XVIIIe siècle).
  • Motte castrale.
  • Musée de l'aviation.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 250
  5. « Ouest-france.fr - Mairie de Survie » (consulté le 15 janvier 2010)
  6. Orderic Vital, Historiæ ecclesiasticæ, 1123/1141, édition Auguste Le Prévost et Léopold Delisle, Jules Renouard, Paris, t. V, 1855, p. 198, § VIII.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Belhôtel », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 29 décembre 2015)
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Sainte-Croix-du-Mesnil-Gonfroy », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 29 décembre 2015)
  10. « Michel Mauger vise un cinquième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 décembre 2015)
  11. a et b « Survie (61310) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mai 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :