Suroît (groupe de musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suroît.
Le groupe Suroît, lors d'un concert à Saint Aubin sur Mer, Calvados, dans le cadre de la semaine acadienne

Suroît est un groupe de musique à tendance traditionnelle des Îles-de-la-Madeleine, au Québec. Depuis sa création en 1977, le groupe, à la structure changeante, a exploré plusieurs courants musicaux reliés à leurs origines acadiennes : folklore, cadien, bluegrass, blues et celtique pour ne nommer que ceux-là. Leur musique évoque la mer, la pêche et le fait Acadien. Reconnus pour leur enthousiasme communicatif, les membres du groupe ont su s'inspirer de leurs influences musicales individuelles et faire évoluer la musique traditionnelle à un niveau que peu de groupes peuvent se vanter d'atteindre. Malgré un succès incontesté en Europe et un parcours de près de 30 ans, Suroît a encore de la difficulté à s'imposer véritablement sur la scène musicale québécoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

Les premiers balbutiements de Suroît survinrent en 1977 lorsque le groupe est né de l'amour de la musique de Bertrand Déraspe (voix, violon et guitare), Pierrot Déraspe (voix, guitare) et Alcide Painchaud (voix, accordéon, piano, synthétiseur et contrebasse). Les trois amis vivent alors aux Îles-de-la-Madeleine et finissent par pondre un premier 33 tours éponyme. À l'époque, le but n'étant pas de faire carrière, le groupe se sépare. Bertrand Déraspe continue néanmoins à faire de la musique en duo avec Roger Aucoin, également madelinot. Ils proposent alors à Alcide Painchaud et Henri-Paul Bénard (voix, guitare, violon, mandoline, accordéon, bandonéon, harmonica, cuillères, osselets, planche à laver) de se joindre à eux et reprennent ainsi le patronyme de Suroît. La formation restera ainsi jusqu'en 1981.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

En 1981, Roger Aucoin (voix, guitare) quitte les Îles-de-la-Madeleine pour aller s'établir à Paris. Pour le remplacer au sein du groupe, on demande à Michel Leblanc (voix, guitare et basse).

Jusqu'à 1989, Suroît roule sa bosse dans les bars. Le groupe prend doucement ses aises dans les grandes villes québécoises.

À la fin de la décennie, il enregistre une cassette, Si l'amour prenait racine, qui marquera un tournant dans sa carrière. En effet, il fait sa première tournée en Europe, la "grand terre", en 1989, grâce notamment à la rencontre décisive de la chanteuse folklorique française, Marie Courcelle qui les programme dans son festival Brie-Québec. Le groupe se rapproche du milieu artistique québécois. Lentement mais sûrement, Suroît devient un groupe professionnel. Certaines pièces deviennent cultes aux Îles telles que : Mon Oncle Willie ou Si l'amour prenait racine toutes parues sur la cassette.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Dès 1992, la tendance professionnelle du groupe se confirme. Alcide Painchaud et Henri-Paul Bénard s'installent à Québec, quittant les Îles-de-la-Madeleine pour permettre à Suroît de s'imposer plus solidement sur la scène musicale. À ce moment, le groupe s'élargit : Félix Leblanc (voix, violon, podorythmie), Réal Longuépée (voix, basse) et Kenneth Saulnier (voix, guitare, mandoline, banjo et tifer).Ce dernier fut également membre du groupe 1755 .

Sous le chapeautage de Gestion Son Image, ils réalisent leur 2e album éponyme en 1993. Un an plus tard, un nouveau membre se joint au groupe : André Cummings (batterie, djembé, percussions, voix).

Suroît participe également avec succès au Congrès Mondial Acadien de 1994 .

Le groupe est nominé pour l'album de l'année Country-Folk au Gala de L'ADISQ de 1994[1].

Dès 1995, le succès du groupe devient plus sérieux : il est, entre autres, l'invité spécial du Festival de la Bière de Mars à Paris, impressionne lors de la fête de la St-Jean-Baptiste, à Montréal, devant 100 000 personnes et est sacré Coup de Cœur Francophone.

Bien sûr, l'emploi du temps du groupe se charge de plus en plus. Pourtant, même avec plus d'une centaine de spectacles donnés en 1996, il trouve quand même le temps de façonner l'album Ressac, réalisé par Pierre Bazinet.

Suroît sillonne en 1997 le Canada francophone tout en gardant un pied en Europe pour des tournées en France et en Suisse. Il réalise en 1998 à Moncton, Nouveau-Brunswick, l'album Bootleg qui recrée l'atmosphère chaleureuse des veillées de cuisine. Encore une fois, la France est au rendez-vous alors que le groupe fait l'ouverture de Robert Charlebois au Bataclan, à Paris. Malgré les incursions fréquentes en Europe, Suroît n'oublie pas ses origines acadiennes en participant à nouveau au Congrès Mondial Acadien à Lafayette, en Louisiane. La fin de cette décennie se passera en France et en Suisse pour Suroît.

En 1999, le groupe est nominé pour l'album Bootleg Catégorie Album Folk au 21e gala de l'ADISQ[2]

Les années 2000[modifier | modifier le code]

L'entrée pour Suroît dans le nouveau millénaire se concrétise avec un album hommage à La Bolduc (alias Mary Rose Anna Travers), première chansonnière québécoise. La même année, Kenneth Saulnier quitte le groupe. On y accueille alors Luc Bourgeois (guitare électrique et acoustique, cornemuse, flûte irlandaise). Originaire également des Îles-de-la-Madeleine, et alors âgé de vingt ans, Bourgeois est issu de l'école du heavy metal et donne à Suroît un son plus rock amenant ce dernier vers une tendance rock-celtique. L'album compilation Les Grandes Marées naît en 2001 sous le management de Lorraine Pouliot et le groupe signe avec les Productions Octant. Mme Pouliot est la première gérante de Suroît depuis sa création.

Le 13 janvier 2002, Alcide Painchaud, fondateur et âme de Suroît, décède subitement à la suite de problèmes cardiaques. Le choc est dur pour le reste du groupe. Néanmoins, les membres lui survivant canalisèrent leur deuil dans la composition de l'opus Prends le temps, sous la réalisation de Pierre Duchesne. Gabriel Bourque (accordéon, clavier) joint les rangs de Suroît temporairement, soit jusqu'en 2003. Cette même année, l'histoire du groupe est présentée à la télévision anglophone canadienne sous la forme d'un documentaire nommé Le vent dans les voiles.

Lorsque Réal Longuépée et Gabriel Bourque quittent la formation, ils sont désormais quatre. Qu'à cela ne tienne, Suroît travaille sur un nouveau spectacle, avec l'aide de Gilles Cormier à la mise en scène. S'ensuit une tournée sous le signe de l'Eau en France. Ils visitèrent de nombreux ports de mer : Saint-Pierre-et-Miquelon, la Bretagne, Belle-Île-en-Mer, Cannes ainsi que la Corse. Leur succès européen se confirme avec la distribution de leur album dans plus de 600 points de ventes en territoire français. En 2004, les tournées se continuent en France et au Québec alternativement. Suroît est même invité à jouer à la Place Bolchoï à Moscou, spectacle malheureusement annulé en raison du stress national causé entre autres par la prise d'otages de Beslan.

La formation quitte les Productions Octant en 2005 et entreprend de se produire elle-même à nouveau. Le premier album live de Suroît fut enregistré en mai 2005 à l'Anglicane de Lévis. Cet album fut présenté en primeur lors d'un spectacle en août 2005 à Fatima, aux Îles-de-la-Madeleine, après 5 ans d'absence dans leur coin de pays. Au mois de décembre suivant, l'album Suroît en Concert à l'Anglicane de Lévis est lancé officiellement sur les lieux même de l'enregistrement.

Pour une deuxième année consécutive, en 2006, Suroît est invité aux Déferlantes Hivernales à Pralognan-la-Vanoise en France, ainsi que pour une tournée en Suisse, notamment au Festival Pully-Québec.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres du groupe depuis 1977
Année
1977 Alcide Painchaud Bertrand Déraspe Pierrot Déraspe
1978 Roger Aucoin Henri-Paul Bénard
1979
1980
1981 Michel Leblanc
1982
1983
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992 Félix Leblanc Réal Longuépée Kenneth Saulnier
1993
1994 André Cummings
1995
1996
1997
1998
1999
2000 Luc Bourgeois
2001
2002 Gabriel Bourque
2003
2004
2005
2006

Alcide Painchaud est un chanteur, multi-instrumentiste québécois et cofondateur du groupe Suroît en 1977. Il en fit partie jusqu'à son décès le 13 janvier 2002.

Ses fils Jonathan Painchaud et Éloi Painchaud furent membres du groupe Okoumé et du duo Éloi et Jonathan Painchaud. Jonathan a aussi une carrière solo.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Suroît - 1977 (33 tours)
  • Si l'amour prenait racine - 1989 (Cassette)
  • Suroît -1993 (Nommé au Gala de L'ADISQ)
  • Ressac -1996
  • Bootleg -1998 (Nommé au Gala de L'ADISQ)
  • Suroît salue La Bolduc -2000
  • Les Grandes Marées - 2001 (compilation des succès des albums Suroît (1993), Ressac (1996), Bootleg (1998) et Suroît salue La Bolduc (2000))
  • Prends le temps - 2002 (Nommé au gala de l'ADISQ)
  • Suroît en Concert à l'Anglicane de Lévis - 2005
  • Chouche - 2006 (Destiné au public européen et asiatique)
  • Mi-Carême - 2009
  • Bercer l'amer - 2014
  • La r'visite - 2017

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Mon oncle Willie - 1989
  • Si l'amour prenait racine - 1989
  • La Reel à Théo - 1989
  • Léo - 1993
  • La danse du samedi soir - 1993
  • Mi-Carême - 2009
  • Mets d'la danse dans tes semelles -2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives 1994 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 22 mai 2017)
  2. « Archives 1999 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 17 juin 2017)

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]