Surkhang Wangchen Gelek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Surkhang Wangchen Gelek
Wangchen Geleg Surkhang, Phuntsog Rabgye Ragashar.jpg
Surkhang Wangchen Gelek et Phuntsok Rabgye Ragashar, vers 1949-1950, à la Mission de l'Inde à Lhassa
Fonctions
Kalön Tripa
-
Kalön (d)
-
Membre du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Tibétain
Activité

Surkhang Wangchen Gelek (1910 au Tibet - 1977 à Taïwan)[1] est un ministre et un militaire tibétain[2]. Il est aussi écrivain, et l'auteur d'une histoire du Tibet, écrite en tibétain, et traduite en partie en anglais[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Surkhang Wangchen Tseten, ministre des Affaires étrangères du Tibet. Surkhang Lhawang Topgyal est son frère. Sa sœur, Dorje Yudon Yuthok, s'enfuit du Tibet en 1959, rejoint les USA en 1965 et a écrit une autobiographie, The House of the Turquoise Roof, publiée en 1990[4]. Il a épousé vers 1939 -1940 la sœur de Yuthok Tashi Dhondup, lequel a épousé Dorje Yudon Yuthok[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière comme fonctionnaire laïc de 7e rang dans le gouvernement du Tibet. Il est d'abord nommé shipkhang totampa (fonctionnaire responsable de la farine) et katrung (secrétaire adjoint du Kashag). En 1933, il est envoyé comme assistant du dochi (gouverneur du Kham). En 1938, il est nommé colonel (depons) dans l'armée tibétaine, dirigeant une unité de 1 500 soldats dans le Kham[2].

En 1939, il est transféré à la fonction publique à Lhassa. Là, en 1941, il est nommé phepchag gowpa (fonctionnaire responsable du palanquin). En 1943, il est de nouveau nommé adjoint du gouverneur du Kham et plus tard en août de cette année, ministre laïc (shapé) de Nangchen[2].

Dans les années 1940, il est responsable de la paye des soldats. En 1949, Ngabo est son assistant jusqu'en avril 1950 avant d'être nommé gouverneur du Kham[5].

Lors de la création du Comité préparatoire à l'établissement de la région autonome du Tibet en 1956, il figure parmi ses 51 membres en tant que membre désigné par le Kashag[6].

En 1959, lors du soulèvement tibétain, il s'enfuit en exil en Inde avec la délégation du 14e dalaï-lama[5]. Il se trouve dans le dernier et 4e groupe, le plus nombreux, qui comprend Ling Rinpoché, Trijang Rinpoché, Liuoushar, Shasour et différents auxiliaires[7].

De 1960 à 1964, il est Premier ministre tibétain du 1er Kashag[8].

Accompagné de son frère Surkhang Lhawang Topgyal, Surkhang Wangchen Gelek s'installe à Seattle entre 1964 et 1972 avant de partir pour Taïwan[9]. À Seattle, il travaille avec Melvyn C. Goldstein. Il meurt à Taïwan en 1977[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Tax measurement and lagʼdon tax, 1966, Bulletin of Tibetology, Gangtok, 3 (1) : 15-28.
  • (en) Tibet: The Critical Years (Pt. 1): The Thirteenth Dalai Lama, 1982, The Tibet Journal, 7 (4) : 11-19.
  • (en) Tibet: The Critical Years (Pt. 2): The Sixth Panchen Lama, 1983, The Tibet Journal, 8 (1) : 20-29.
  • (en) Tibet: The Critical Years (Part III): The Reting Rinpoche, 1983, The Tibet Journal, 8: 33-39
  • (en) Tibet: The Critical Years (Part IV): The Discovery ofthe XIVth Dalai Lama, 1983, The Tibet Journal, 8 (3) : 37-44.
  • (en) Government, monastic and private taxation in Tibet, 1986, The Tibet Journal, 11 (1): 21-40.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Barnett, Lhasa streets with memories, New York, Columbia University Press, (ISBN 978-0-231-13680-8, lire en ligne), p. 199
  2. a b c et d (en) Tibet Album, British photography in Central Tibet 1920-1950, Wangchen Geleg Surkhang
  3. (en) Dan Martin et Yael Bentor, Tibetan histories : a bibliography of Tibetan-language historical works, London, Serindia Publications, Inc., (ISBN 978-0-906-02643-4 et 0906026431, lire en ligne), p. 240
  4. Robert Barnett, op. cit. p. 181
  5. a et b (en) Shakya, Tsering, The dragon in the land of snows : a history of modern Tibet since 1947, New York, N.Y, Penguin Compass, oorspronkelijk Columbia University Press, (ISBN 978-0-140-19615-3), p. 12-15, 203-207.
  6. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Paris, Fayard, , 461 p. (ISBN 978-2-213-59502-3), p. 332.
  7. Michael Harris Goodman, Le dernier Dalaï-Lama? : biographie et témoignages, Vernègues (France, Éditions Claire Lumière, (ISBN 2-905-99826-1), p. 263.
  8. The Former Kalons.
  9. (en) David Paul Jackson, A saint in Seattle: the life of the Tibetan mystic Dezhung Rinpoche, p. 303.
  10. (en) Tenzin Namgyal Tethong, Tibet and Taiwan: Past History and Future Prospects.