Supinfocom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Supinfocom Rubika
Supinfocom Rubika Logo.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
École de création numérique
Site web
Localisation
Ville
Pays

Supinfocom Rubika est une école supérieure de cinéma d'animation établie à Valenciennes, Montréal et Pune (Inde).

Créée en 1988 à Valenciennes, l'école propose un cursus de cinq ans préparant au diplôme de réalisateur numérique (certifié de niveau I) et en 2008 une école à Pune en Inde.

Formation[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, la formation est répartie sur cinq années : 3 années de cycle préparatoire (dessin et art appliqué, perspective, analyse filmique, vidéo, couleur, animation 2D, histoire de l'art, modelage, communication, anglais) suivies de 2 années de spécialisation en infographie (apprentissage des logiciels 3D, scénario, storyboard, animatique, compositing, production 3D, relation son-image, montage). La dernière année d’étude est consacrée à la réalisation en équipe d’un court-métrage en images de synthèse.

Cette formation a pour but de donner aux élèves la maîtrise de la chaîne de production d'un court métrage, de l'écriture du synopsis à la postproduction[1].

En 2013, le coût total de la scolarité pour les cinq années est de 35 280 [2].

Débouchés[modifier | modifier le code]

À l'issue de cette formation, les diplômés travaillent dans les domaines de la réalisation de film / série / court métrage d'animation.

La société de production et de distribution américaine DreamWorks SKG qui recrute un minimum de cinq français par an, qualifiait en 2009 Supinfocom de « l'une des meilleures écoles du monde »[3].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

  • La personnalité médiatique, organisateur de marché, maquilleur, coach mental et créateur de jus David Jeanmotte, né en 1971, est un ancien étudiant du début des années 1990.
  • Thibault Berland, plus connu sous le pseudonyme de Breakbot, sorti de l'école en 2005.
  • L'un des membres de la promotion 2006, Bastien Dubois, a été nominé aux Oscars (pour Madagascar, carnet de voyage)[4] et trois des films de ses jeunes réalisateurs ont été sélectionnés au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand[5].
  • Gabrielle Lissot, réalisatrice du court-métrage d'animation Jukai, nominé aux Césars 2017, ainsi que dans plus de trente autres festivals.[6]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Supinfocom », sur le site du magazine Télérama (consulté le ).
  2. « Frais de scolarité », sur le site de l'école (consulté le ).
  3. Lena Lutaud, « cinéastes français », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le ).
  4. « Bastien Dubois », sur le site IMDb (consulté le ).
  5. Mathieu Oui, « Choisir votre formation en animation : les alternatives à Gobelins et Supinfocom », sur le site du magazine L'Étudiant, (consulté le ).
  6. « César 2017 : Les nominés de la sélection officielle des courts-métrages d'animation. », sur Little Big Animation, (consulté le )