Supermarine Scapa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Supermarine Scapa
Vue de l'avion.
Un Scapa de la Royal Navy au Marine Aircraft Experimental Establishment, à Felixstowe, dans le Suffolk (Royaume-Uni), en 1933.

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Supermarine Aviation Works (Vickers), Ltd.
Rôle Hydravion de reconnaissance[1]
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 15 exemplaires
Équipage
5 membres
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Kestrel IIIMS
Nombre 2
Type Moteurs V12 à refroidissement liquide
Puissance unitaire 525 ch, soit 392 kW
Dimensions
Envergure 22,85 m
Longueur 16,20 m
Hauteur 6,40 m
Surface alaire 121 m2
Masses
À vide 4 500 kg
Avec armement 7 290 kg
Performances
Vitesse maximale 229 km/h
Plafond 4 720 m
Vitesse ascensionnelle 195 m/min
Rayon d'action 805 km
Charge alaire 60,2 kg/m2
Armement
Interne • 1 mitrailleuse mobile défensive Lewis Mark I de 7,7 mm (calibre .303 British) montée à la proue
• 2 mitrailleuses mobiles défensives Lewis Mark I de 7,7 mm (calibre .303 British) montées en position centrale
Externe 454 kg de bombes sous les ailes

Le Supermarine Scapa était un hydravion de reconnaissance générale britannique, utilisé par la Royal Navy entre 1935 et 1939.

Construit par Supermarine Aviation Works (Vickers), Ltd., il fut conçu à partir du Southampton et forma la base de développement pour le futur Stranraer.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué des expérimentations avec des hydravions à trois moteurs (les Nanok/Solent/Southampton X), l'ingénieur en chef de Supermarine, Reginald Mitchell, décida que le concept hydrodynamique réussi qui avait été développé pour le bimoteur Southampton servirait de plateforme de départ pour l'avion suivant.

Un prototype, désigné Southampton IV, fut construit. Il possédait une coque qui se montra même encore meilleure pendant les essais effectués en réservoir. Une spécification du Ministère de l'Air britannique (Air Ministry) fut reçue en . Le pilote d'essai Joseph « Mutt » Summers effectua le premier vol le . Le nom de l'avion avait entre-temps été changé en « Scapa ».

Quinze exemplaires su Scapa furent construits, avant que la production ne soit transférée sur une version plus puissante, le Stranraer.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La coque du Scapa était une structure entièrement métallique. Les ailes et les surfaces de queue étaient recouvertes de tissu. Les deux moteurs V12 Rolls-Royce Kestrel étaient montés dans des nacelles suspendues sous l'aile supérieure, et deux dérives étaient placées à mi-longueur de chacun des plans horizontaux arrières.

Comme sur le Southampton, il y avait trois emplacements pour les postes de mitrailleurs défensifs : un dans le nez et deux installés vers le milieu du fuselage. Ces postes étaient chacun dotés d'une mitrailleuse Lewis Mark I de 7,7 mm (calibre .303 British), fixée sur un pivot lui donnant un champ de tir important.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C.F. Andrews et E.B. Morgan, Supermarine Aircraft since 1914, Londres, Putnam, , 2e éd. (ISBN 0-85177-800-3)
  • (en) John Shelton, Schneider Trophy to Spitfire - The Design Career of R.J. Mitchell, Sparkford, Royaume-Uni, Hayes Publishing, (ISBN 978-1-84425-530-6)