Superman 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Superman (homonymie)
Superman 4
Titre québécois Superman IV: Le Face-à-face
Titre original Superman IV: The Quest for Peace
Réalisation Sidney J. Furie
Scénario Christopher Reeve
Lawrence Konner
Mark Rosenthal
Acteurs principaux
Sociétés de production Cannon Group
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Durée 87 minutes
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Superman 4 ou Superman 4 : Le Face-à-face (Superman IV : The Quest For Peace) est un film de super-héros anglo-américain réalisé par Sidney J. Furie, sorti en 1987. C'est le quatrième et dernier volet des adaptations cinématographiques de Superman avec Christopher Reeve dans le rôle-titre.

Il s'agit du premier film américain de la saga Superman, les trois autres étant des films britanniques produits par Alexander Salkind.

Le budget fut coupé de moitié et 45 minutes furent enlevés pour qu'un cinquième film puisse voir le jour mais a finalement été annulé après l'échec du film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Superman revient sur Terre et reprend sa place au sein du journal The Daily Planet sous le pseudonyme de Clark Kent. Mais Lex Luthor, toujours décidé à anéantir l'Homme d'Acier, décide de créer son propre super-héros et décide de voler quelques cheveux de Superman présentés dans un musée. Il crée alors Nuclear Man (l'Homme Nucléaire), un homme fait d'une matière que Superman ne peut combattre. Nuclear Man permettra ainsi à Lex Luthor de réaliser en toute liberté ses plans les plus criminels.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[2]

Production[modifier | modifier le code]

Génèse du projet[modifier | modifier le code]

En 1983, suite à l'échec de Superman 3, les producteurs Alexander et Ilya Salkind décident de ne pas faire un Superman 4 et, finalement, revendent les droits d'adaptation à la société Cannon Group, dirigée par Menahem Golan et Yoram Globus.

Les scénaristes (parmi lesquels Christopher Reeve) écrivent une histoire autour du sujet fort du moment : La course à l'armement entre les États-Unis et l'URSS qui, à cette époque, faisait la polémique dans le monde.

Richard Donner, réalisateur du premier film, et Richard Lester, celui des deuxième et troisième volets, se voient proposer de diriger ce quatrième opus mais tous deux déclinent l'offre[3].

Bien que Wes Craven fusse initialement prévu[3], c'est finalement Sidney J. Furie qui est engagé pour tourner le film.

Réputée pour ses films à faibles moyens, Cannon Group décide de ramener le budget initial du film de 37 M$ à 17 M, ce qui aura une mauvaise conséquence sur le succès du film.

Casting[modifier | modifier le code]

Pratiquement chaque acteur de la saga reprend son rôle respectif. Margot Kidder bénéficie à nouveau d'une prestation plus importante en tant que Lois Lane à l'inverse du précédent opus où elle n'avait que deux scènes. Après avoir été absent le temps du troisième volet, Gene Hackman est de retour dans le rôle du machiavélique Lex Luthor, redevenant même le méchant principal (contrairement à Superman 2 où il fût un peu en recul). À cette distribution se joignent Sam Wanamaker et Mariel Hemingway dans les rôles des Warfield père et fille, magnats de la presse.

À l'origine, les producteurs souhaitaient que Christopher Reeve tienne également le rôle de Nuclear Man, considéré dans le scénario comme le jumeau maléfique de Superman, mais il renoncèrent à cette idée par crainte de devoir doubler le cachet de l'acteur.

Tournage[modifier | modifier le code]

Certains plateaux jadis présents dans les précédents films sont reconstitués, entre autres la ferme des Kent et la Forteresse de Solitude. Ceux-ci sont cependant reproduits dans de moins bonnes mesures.

Christopher Reeve dirige lui-même la seconde équipe de tournage.

Lorsque Nuclear Man détruit un mur de la Grande Muraille de Chine, Superman le reconstruit en se servant de son regard-laser qui fait réapparaître les briques. Originellement dans le script, Superman devait reconstruire le mur manuellement avec vitesse, mais le budget n'a pas permis de réaliser cette prouesse à l'écran.

Post-production[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

En raison du budget très restreint, le film souffre par conséquent d'une qualité d'effets spéciaux nettement réduite par rapport aux précédents films de la saga.

Environ 44 minutes du film sont coupées au montage final. Ces scènes manquantes révélent notamment :

  • La visite de Superman dans l'école du petit Jeremy (qui lui a envoyé la lettre). Il affirme au jeune garçon qu'il ne peut pas donner suite à sa demande car il s'est engagé à ne pas se mêler du destin de la Terre. Un propos par ailleurs en contradiction avec le premier film, où Superman avait changé le cours de l'histoire pour effacer les dégâts des tremblements de terre en Californie et surtout la mort prématurée de Lois Lane.
  • La création d'un premier Nuclear Man. Il est de teint blanchâtre, aux cheveux noirs et se comporte de manière naïve, ce qui le fait ressembler à Bizarro. Il rencontre Lacy Warfield en boîte de nuit, tombe amoureux d'elle mais, se confrontant à Superman, est détruit. Lex Luthor réutilise ses restes pour créer un second Nuclear Man, celui qui est dans le montage final du film (et qui lui aussi tombe amoureux de Lacy, la voyant dans un journal).
  • Un passage figurant jadis sur l'édition VHS mais supprimé sur l'édition DVD : Nuclear Man arrive dans une zone campagnarde et cause une tornade qui emporte une fillette. Superman intervient, repousse le cyclone et sauve la vie de la petite fille avant de la rendre à sa famille.
  • Clark et Lacy se disant au revoir dans un taxi en s'embrassant.

L'édition spéciale du film sortie en DVD révèle quelques-unes de ces scènes coupées.

Musique[modifier | modifier le code]

Alexander Courage est engagé pour la composition musical du film. Il se contente surtout de réadapter les thèmes originaux de John Williams mais rajoutent tout de même quelques nouveaux thèmes, particulièrement autour de Nuclear Man.

Accueil[modifier | modifier le code]

À sa sortie, le film reçoit de très mauvaises critiques et, pour la première fois, un film de la saga échoue commercialement[4].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Les producteurs ont pensé pouvoir utiliser les quarante-quatre minutes de film coupées comme matériau de départ d'un probable Superman 5. Celui-ci devait s'intituler The New Superman et aurait pu être écrit et dirigé par Christopher Reeve, celui-ci abandonnant cependant l'interprétation du personnage qui l'avait popularisé. Les droits, appartenant jusqu'alors à la Cannon, repassèrent aux mains des frères Salkynd, qui tentèrent à leur tour de mettre en chantier un cinquième opus Superman : The New Movie, toujours avec Reeve dans le rôle-titre. Mais l'échec financier du quatrième épisode fut fatal à toutes ces intentions. Il faudra attendre 2006 pour que le personnage soit à nouveau porté à l'écran dans Superman Returns de Bryan Singer. Ce dernier dédiera d'ailleurs son Superman à Christopher Reeve, disparu deux ans auparavant.
  • Lorsque Superman ramène Lex Luthor au camp de travail dans la dernière scène du film, l'homme d'acier dit à son ennemi juré « Rendez-vous dans vingt ans ». Cette dernière réplique est quasi-prémonitoire car le cinquième film de la saga, Superman Returns, est sorti en 2006 soit dix-neuf ans après le quatrième.
  • Le film comporte trois incohérences :
    • Incohérence scénaristique : Lorsque Clark termine les préparatifs pour faire visiter la ferme de ses parents adoptifs, il jette un œil sur son vaisseau spatial et récupère un cristal vert contenant des informations enregistrées par sa mère biologique (Lara). Or dans le premier film, un seul cristal vert avait été inséré dans le vaisseau par Jor-El, celui que Clark avait découvert à l'âge de 18 ans et qui a été utilisé pour construire la "Forteresse de Solitude" dans le Grand Nord. Plus tard, Clark s'était servi de ce même cristal une ultime fois dans le second film pour récupérer ses pouvoirs qu'il avait jadis détruit dans la cabine moléculaire. Par conséquent, il n'avait depuis plus aucune source kryptonienne pour l'aider.
    • Incohérence géographique : Après avoir rassemblé tous les missiles nucléaires dans un énorme filet, Superman envoie tout le contenu s'écraser contre le Soleil. Le point atteint sa cible en une dizaine de secondes alors que le Soleil est censé se trouver à plus de 150 M de kilomètres de la Terre.
    • Incohérence scientifique : Après avoir kidnappé Lacy Warfield dans son nouveau bureau au Daily Planet, Nuclear Man s'envole directement dans l'espace avec son précieux otage, là où elle manque même de lâcher prise. Or il est parfaitement impossible qu'un être humain ordinaire puisse respirer dans le vide sans le moindre équipement spatial (scaphandre, bouteilles d'oxygène, etc.).

Anecdote[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Annette O'Toole, qui incarnait Lana Lang dans Superman 3, ne réapparait pas dans ce quatrième volet (alors qu'elle était devenue l'assistante de Perry White à la fin du troisième). En 2006, l'actrice a affirmé dans une interview[5] avoir même ignoré jusque-là l'existence de Superman 4.

Le film a été critiqué dans l'épisode 70 d'Escale à Nanarland.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Dates de sortie et titres - Internet Movie Database
  2. Fiche de doublage VF du film sur AlloDoublage, consulté le 16 février 2013
  3. a et b Secrets de tournage - AlloCiné
  4. Documentaire You Will Believe : La Saga de Superman au cinéma, 2006.
  5. extrait du documentaire Regardez là-haut dans le ciel : L'incroyable histoire de Superman