Supercell (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Supercell.
Supercell
Image illustrative de l'article Supercell (entreprise)

Création 2010
Fondateurs Anne Christine Vaylet
Siège social Drapeau de Finlande Helsinki (Finlande)
Direction Ilkka Paananen
Actionnaires GungHo Online EntertainmentVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie vidéoludiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère GungHo Online Entertainment
Effectif 180 (2015)[1]
Site web (en) http://supercell.com

Chiffre d’affaires 2,4 milliards € (2015)
Résultat net 848 millions € (2015)

Supercell est un studio finlandais de développement de jeux vidéo fondé en 2010[2]. Basée à Helsinki, la société possède des bureaux à San Francisco, à Séoul et à Tokyo[2].

Supercell développe principalement des jeux pour plates-formes mobiles, et est notamment l'auteur de jeux de stratégie en temps réel massivement multijoueur comme Clash of Clans, Boom Beach, Hay Day et Clash Royale.

Historique[modifier | modifier le code]

Supercell est fondée en mai 2010 par le co-fondateur de l'entreprise de jeux mobiles Sumea, Ilkka Paananen, et cinq autres dirigeants de Sumea, dont son associé Mikko Kodisoja et Junot Biramanana

[3],[4]. L'entreprise acquiert son premier local dans le quartier de Niittykumpu, à Espoo. En 2011, le studio lance les jeux Gunshine et Pets vs Orcs.

En 2012 Supercell ouvre un bureau aux États-Unis, il lance les jeux Battle Buddies, Hay Day et Clash of Clans.

En 2013 le studio ouvre des bureaux dans différentes villes à travers le monde (Tokyo, Séoul, San Francisco...) et recrute des développeurs. En octobre 2013 l'éditeur de jeu GungHo Online Entertainment, filiale de SoftBank, achète 51 % des parts du studio finlandais pour un montant de 1,5 milliard de dollars[5],[6]. L'année suivante Supercell lance les jeux Boom Beach et Spookie Pop.

Le jeu Smash Land sort en 2015. En juin cette année-là, SoftBank, achète 22,7 % de parts supplémentaires[7]. Sur l'année 2015, le studio engrange 2,4 milliards d'euros, dont 848 millions de bénéfices[8].

En 2016 sort Clash Royale. Supercell atteint les 100 millions de joueurs actifs quotidiennement cette même année[9].

En juin 2016, Tencent annonce l'acquisition de la participation de SoftBank de 73,2 % dans Supercell pour 6,6 milliards de dollars[10].

Jeux développés[modifier | modifier le code]

  • 2011-2012 : Zombies Online (anciennement Gunshine.net)
  • 2012 : Pets vs Orcs
  • 2012 : Battle Buddies
  • 2012 : Hay Day
  • 2012 : Clash of Clans
  • 2014 : Boom Beach
  • 2015 : Spooky Pop (soft-launch au Canada, Finlande, Suède, Norvège, puis annulé)
  • 2015 : Smash Land (soft-launch au Canada et en Australie, puis annulé)
  • 2016 : Clash Royale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) Päivikki Pietarila, « Supercelliltä hurjat luvut: liikevaihto harppasi 2,1 miljardiin », sur Kauppalehti,‎
  2. a et b Ewan Spence, « 'Clash of Clans' Developer Supercell Reports $829 Million In Revenue And A Desire To Support The Finnish Community », Forbes, 12 février 2014.
  3. (en) Juhana Rossi, Sven Grundberg et John D. Stoll, « Supercell: Zero to $3 Billion in 3 Years », The Wall Street Journal, 2013.
  4. Tom Cheshire, Ilkka Paananen, Wired, mars 2014.
  5. Supercell : 51 % rachetés pour 1,5 milliard de dollars
  6. Daniel Nye Griffiths, « SuperSell: Japan's SoftBank And Gungho To Acquire Finnish Gaming Hotshot Supercell For $1.5 billion », Forbes, 15 octobre 2013.
  7. (en) « SoftBank Ups Its Stake In Supercell To 73% As Sole External Shareholder », sur techcrunch.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  8. « Supercell : 2 milliards d'euros en 2015 et 100 millions de joueurs quotidiens », sur Jeuxvideo.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  9. « Supercell (Clash of Clans) atteint les 100 millions d'utilisateurs quotidiens », sur gameblog.fr,‎ (consulté le 26 mars 2016).
  10. Tencent nears $6.6 billion deal to buy majority stake in Supercell: source, Liana Baker et Yimou Lee, Reuters , 16 juin 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]