Sunny Leone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sunny (homonymie) et Leone.
Sunny Leone
Description de cette image, également commentée ci-après
Sunny Leone au Studio Mehboob en 2016.
Nom de naissance Karenjit Kaur Vohra
Naissance (37 ans)
Sarnia, (Ontario, Canada)
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice, femme d'affaires,
mannequin, Actrice pornographique, productrice,
réalisatrice
Films notables Jism 2
Ek Paheli Leela

Sunny Leone, née le 13 mai 1981 à Sarnia (Ontario), est une actrice, femme d'affaires, mannequin, réalisatrice et ancienne actrice pornographique indo-canadienne et américaine[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Sunny Leone, de vrai nom Karenjit Kaur Vohra est née le 13 mai 1981 à Sarnia, dans la province d'Ontario), au Canada. Elle grandit dans une petite ville de 7 000 habitants sur les bords du lac Huron. Ses parents, installés au Canada avant sa naissance, sont originaires du Pendjab, au Nord de l'Inde. Bien que de religion sikh, ils choisissent d'inscrire leur fille dans une école catholique[3]. Enfant, elle aime particulièrement l'hiver et, très sportive, elle joue au hockey avec les garçons du quartier[4].

Elle a quatorze ans quand sa famille part pour les États-Unis et s'établit en Californie[5]. Dans une interview, elle admet que, si elle n'avait jamais quitté le Canada, elle aurait été une personne différente et qu'elle ne serait jamais allée dans l'industrie pornographique[6]. Elle perd sa virginité à l'âge de 16 ans avec un joueur de basketball et se découvre bisexuelle à 18 ans[7]. Après avoir terminé le lycée en 1999, elle entame des études d'infirmière puéricultrice.

Elle commence a travailler dans une boulangerie allemande, ensuite dans un centre de maintenance automobile ou encore dans une agence de retraite.

Période porno-érotico softcore (2001 - 2005)[modifier | modifier le code]

Par l'intermédiaire d'une condisciple danseuse exotique, elle rencontre Jay Allen, un photographe de Penthouse. Elle lui affirmera que Sunny était son véritable nom (en fait, il s'agissait du véritable nom de son frère cadet) et qu'elle s'était inspiré de Bob Guccione pour Léone, propriétaire du magazine Penthouse.

Au départ, Sunny Leone accepte de se dénuder face à l'objectif suite aux recommandations de Jay Allen. Réalisant le potentiel de son image au sein de cette industrie, elle renouvelle les clichés suggestifs et érotiques en espérant gagner 10 000 à 15 000 dollars par semaine afin de pouvoir s’offrir tout ce dont ses parents lui avaient refusé.

Afin que ses parents ne découvrent pas sa nouvelle vie, elle achète tous les magazine Penthouse auprès des commerces environnants la région de Sarnia (Ontario) dès la publication du dernier numéro.

Elle devient Penthouse Pet of the Month en mars 2001 puis pose nue pour d'autres magazines comme Hustler, High SocietySwank, Cheri, Club International, ou Lowrider'. Elle apparaît sur les sites Mystique Magazine, ModFxmodels, Suze.net[8] ou Mac and Bumble. On la retrouve aussi dans des vidéos de charme comme Pets in Paradise, Erotic Idols ou Virtual Harem. Elle est consacrée Penthouse Pet of the Year en 2003. Elle apparaît sur le show d'Howard Stern. Cette apparition sera l'élément déclencheur de la révélation de sa double vie auprès de ses parents. En effet, un membre de sa famille la reconnait. Son frère, qui était dans la confidence et approuvait le choix de Sunny, informera alors les parents de celle-ci afin de gérer au mieux la situation.

Sunny tentera de leur expliquer son choix de carrière et de divertir leur attention grâce aux économies qu'elle avait récolté (100 000 $). Cependant, sa mère s’effondrera en larmes en réalisant que sa fille s’exhibait nue et continuerait à le faire. Confrontée aux remontrances de ses parents, Sunny reste ferme et déclare vouloir continuer à apparaître dans des productions pornographiques coûte que coûte, en dépit de leurs désaccords. Son père lui accorde alors sa bénédiction mais l'avise d'exceller dans son domaine.

La mère de celle-ci développe une profonde dépression ainsi qu'une addiction à l'alcool qui finira par la tuer. Dans son documentaire "Mostly Sunny", l'actrice déclare "J'ai vu ma mère mourir sous mes yeux." (“I watched my mother die in front of me.”). Le père de Sunny Leone décédera quelque temps après d'une complication chirurgicale due à un cancer.

Sunny Leone déclarera que le restant de sa famille, ainsi que les personnes qu'elle a connues étant plus jeune, se refusent à lui adresser la parole dorénavant. Cependant, elle déclare n'en être que très peu affectée car elle estime avoir trouvé une nouvelle famille parmi ses fans et les 1,2 milliards de personnes qui composent son public indien.

Période pornographique hardcore (2005 - 2013)[modifier | modifier le code]

En 2005, Sunny Leone signe un contrat d'exclusivité de 3 ans avec la firme Vivid Entertainment. Elle tient désormais la vedette dans des films pornographiques, même si on ne la voit que dans des scènes lesbiennes ou « solo ». Sortent alors successivement Sunny, Virtual Vivid Girl Sunny Leone[9], Sunny and Cher, The Female Gardner, It's Sunny in Brazil, et The Sunny Experiment.

En mai 2007, elle signe un nouveau contrat avec Vivid pour six films et accepte de tourner avec des hommes. Durant l'été, elle reçoit des implants mammaires qui font passer son tour de poitrine de 85B à 85C. Elle tourne ses premières scènes « hard » avec Matt Ericsson, directeur marketing du magazine Penthouse et son fiancé de l'époque, pour les films Sunny Loves Matt (sorti en mars 2008) et The Other Side of Sunny. Une première car elle ne tournait jusque-là que des scènes homosexuelles ou solitaires.

En janvier 2008, elle annonce avoir eu des ébats sexuels filmés avec d'autres partenaires masculins (Tommy Gunn, Voodoo, Charles Dera et James Deen).

En août de la même année, elle lance son propre studio, Sunlust Pictures, en partenariat avec Daniel Weber. Ses premières productions indépendantes, The Dark Side of the Sun et Sunny Slumber Party sortent en 2009, toujours distribuées par Vivid Entertainment. En 2009, Vivid distribue "Sunny B/G Adventure", rare film de sa filmographie dans lequel elle est filmée en ayant des rapports sexuels avec des acteurs autres que ses compagnons à la vie.

On la voit désormais le plus souvent dans ses scènes hardcore avec Daniel Weber (Ariel King), son nouveau partenaire à la ville, qu'elle a épousé le 20 janvier 2011. Elle effectue des scènes hétérosexuelles avec ce dernier notamment le dernier film qui la lie avec la firme Vivid Entertainment, intitulé "Undress Me".

Devenue productrice et réalisatrice de films x, Sunny Leone n'apparaît plus à partir de 2012 que dans des scènes lesbiennes ou avec son compagnon Daniel Weber.

Le magazine Maxim la classe dans le « top 12 » des actrices pornographiques, en juin 2010[10].

Sunny Léone annonce sa retraite des films pornographiques en 2013.

Virage Bollywoodien (2008 - Présent)[modifier | modifier le code]

L'année 2008 la voit amorcer une carrière en dehors du porno. Elle participe à trois épisodes de la série Co-Ed Confidential. Elle apparaît aussi dans The Virginity Hit de Will Ryder (en).

Très populaire dans son pays d'origine, elle intéresse tout naturellement Bollywood[11]. Elle tourne à Oman Pirate's Blood de Mark Ratering, une coproduction américano-indienne avec Salim Bahwan[12]. En 2011, elle participe en Inde à l'émission de télé réalité Bigg Boss 5. Sa présence dans ce programme suscite un débat sur la place de la pornographie dans un pays très conservateur sur le plan des mœurs[13],[14] mais confirme aussi la popularité dont elle jouit dans cette partie du monde.

Son premier film « Bollywoodien », Jism 2, un thriller érotique qui lui vaut de partager l'affiche avec Randeep Hooda, sort en 2012[15]. Elle est choisie par Ekta Kapoor pour tenir la vedette de sa prochaine production, Ragini MMS 2, sorti en octobre 2013.

Documentaires et films autobiographiques[modifier | modifier le code]

En 2016, une société canadienne produit un documentaire intitulé "Mostly Sunny" consacrée à la vie de l'actrice en abordant sa carrière en tant qu'actrice pornographique et sa reconversion dans un cinéma traditionnel bollywoodien, au travers d'images d'archives et d'interviews. le film bénéficie d'une avant-première lors du festival international du film de Toronto le 11 septembre 2016. Le film bénéficie également d'une exploitation en salle au cours du mois de janvier 2017.

Afin de ne pas ternir l'image que l'actrice s'est évertuée à changer auprès de son public indien très puritain, Sunny Leone a demandé à ce que les images la montrant nue ou en plein ébats sexuels issues de ses vidéos pornographiques, soient retirées du documentaire. Sa demande lui a été refusée ce qui entraînera une rupture dans ses relations avec le réalisateur. L'actrice ira jusqu’à boycotter la promotion du film en prétextant devoir assister à une Bar Mitzvah à New York. Le film recevra un pourcentage de 33 % sur le site de Rotten Tomatoes.

Sunny Leone a annoncé qu'une web-série consacrée à sa vie intitulée "Karenjit Kaur: The Untold Story of Sunny Leone" devrait bientôt voir le jour. L'épisode pilote est diffusé sur la chaîne Zee5 le 16 juillet 2018.

Activités en dehors de la pornographie, notoriété et vie privée[modifier | modifier le code]

Ouvertement bisexuelle, l'actrice déclarera préférer fréquenter les hommes. En 2008, elle fréquente l'humoriste américain Russell Peters durant une brève période. Elle déclarera plus tard regretter d'avoir fait ce choix.

Entre 2008 et 2013, elle est la personnalité la plus recherchée sur le moteur de recherche Google en Inde. Elle est également beaucoup associée à l'ex-actrice pornographique Sasha Grey pour leur ressemblance tant physique que dans le parcours professionnel.

En 2012, elle affirme avoir acquis la citoyenneté indienne. Ce choix a été motivé pour les besoins du tournage du film Jism 2 dans lequel elle tient la vedette.

Femme d'affaires accomplie, elle est très présente sur le net (sites de poker, de rencontres…), participe à de nombreux événements (présentations de soirées, de shows télévisés, mariages, salons, publicités[16],[17]…) et prête son image pour des produits dérivés. Elle sait aussi s'engager pour la bonne cause et en octobre 2011, elle participe avec Monique Alexander, au semi-marathon Rock n’ Roll Los Angeles Half-Marathon afin de récolter de l'argent pour l'American Cancer Society et de lutter contre la maladie qui a emporté son père l'année précédente.

Sunny Léone est fréquemment considérée comme étant l'une des plus belles femmes de l'industrie pornographique[18].

En 2011, elle épouse Daniel Weber, son partenaire à la vie avec lequel elle avait notamment tourné sur des productions pornographiques[19]. Elle déclare avoir voulu arriver en retard lors de leur premier rendez-vous afin de lui montrer qu'elle n'était pas impressionnée par lui mais qu'elle changea d'avis après qu'il lui eut adressé 24 roses à son hôtel.

Sunny Leone et son époux sont parents de trois enfants. Le couple adopte une fille nommée Nisha Kaur Weber en juillet 2017 dans un orphelinat à Latur dans l'état de Maharashtra. Ils ont ensuite recours à une gestation pour autrui (procédé très controversé, de nombreux pays ne reconnaissent pas le statut de parents aux conjoints qui ont recours à cette pratique), ce qui leur permit d'accueillir deux jumeaux qu'ils ont nommés Asher Singh Weber et Noah Singh Weber[20].

Son compte Instagram officiel est suivi par 13,7 millions de personnes.

La fortune personnelle de l'actrice est estimée entre 2 et 4 millions de dollars.

Sunny Leone adopte la citoyenneté américaine en juin 2006. Elle vit aujourd'hui, avec son mari, entre Mumbai (Bombay) et Los Angeles.

En 2018, un activiste dépose une plainte contre Sunny Leone au "Nazarethpet police station" à Chennai. Il affirme que l'actrice fait la promotion de la pornographie ce qui est contraire aux lois indiennes en vigueur. Il ajoute que cela contribue à la dégradation de la culture indienne tout en bouleversant les mœurs de la société.

Filmographie[modifier | modifier le code]

L’équipe de Jism 2

Pornographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Centerfold Babylon, documentaire d'Erik Himmelsbach-Weinstein : Elle-même
  • 2005 : Poorman's Bikini Beach: Ms. Rio Competition, Axe House Party, and the Battle Royale : Elle-même
  • 2007 : Debbie Does Dallas Again, série télévisée : Elle-même
  • 2008 : The Bachelor Party, épisode de la série Co-Ed Confidential : la strip-teaseuse
  • 2008 : Splitsville, épisode de la série Co-Ed Confidential : la strip-teaseuse
  • 2008 : The Truth Will Out, épisode de la série Co-Ed Confidential : la strip-teaseuse
  • 2008 : My Bare Lady, série télévisée : Elle-même
  • 2009 : Vente a Las Vegas, nena: Un retrato de Rebeca Linares, documentaire de Amanda Sans : Elle-même
  • 2010 : Rated A for Adult, série documentaire, épisodes Getting in the Biz, Under the Covers et Bedtime Stories : Elle-même
  • 2011 : Undivided: The Preston and Steve Experience, documentaire de Sean McKnight : Elle-même
  • 2013 : Risky Business: A Look Inside America's Adult Film Industry, documentaire de David Mech : Elle-même
  • 2014 : C.I.D., épisode Diamond Robbery : Ragini

Web[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Filmographie comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Sunny Leone », sur IMDb
  2. « Qui est Sunny Leone, la personnalité la plus googlisée en Inde ? », sur Direct Matin,
  3. Ils préfèrent mentir sur leur religion et lui éviter l'école publique ou elle pourrait être chahutée et discriminée en raison de ses origines. Cf. [1] Interview de Sunny Leone pour Daily Loaf
  4. Cf. [2] Interview de Sunny Leone pour Rabbits Reviews
  5. Cf. ambushinterview
  6. http://www.pmpnetwork.com/sunny_leone/ interview pour pmpnetwork.com
  7. Présentation sur sunnyleone.com
  8. Sunny Leone sur Suze.net
  9. Première production du genre pour Vivid Cf. AVN, le film reçoit l'AVN Award du meilleur DVD interactif.
  10. (en)« Maxim U.K. Names Top 12 Porn Stars », sur AVN,
  11. « La personne la plus recherchée sur Internet en Inde est... Canadienne », sur Radio Canada.ca,
  12. Peter Warren, « Sunny Leone to Appear in Bollywood Film », sur AVN,
  13. Clément Ghys, « Sunny Leone, l’actrice X qui séduit l’Inde », sur Libération,
  14. « Sa nouvelle carrière après le porno fait scandale », sur L'Essentiel,
  15. « L’actrice Sunny Leone met le feu en Inde », sur Libération,
  16. « Inde : une pub pour un préservatif avec une ex-star du porno suscite la polémique », sur Le Parisien, .
  17. Allison Pujol, « Scandale autour des propos d'un élu indien sur le viol et une pub pour préservatifs », sur Au féminin.com, .
  18. (en) « Most Desirable Woman 2014 List: Sunny Leone Wins », https://www.filmibeat.com,‎ (lire en ligne).
  19. (en) « Sunny Leone and Daniel Weber share their wedding photos on 7th anniversary », sur India Today (consulté le 16 juillet 2018).
  20. « Sunny Leone, Husband Daniel Weber Are Now Parents To Three Children. Pic Here », NDTV.com,‎ (lire en ligne).
  21. « Bollywood : scène érotique du film "Ek Paheli Leela" (2015) », sur Le Point,
  22. Palmarès des F.A.M.E. Awards 2010 Hot Video, publié le 12 juillet 2010
  23. (en) « PornStarGlobal Announces 2010 5 Star Award Winner », XBIZ.com (consulté le 6 mars 2010)
  24. (en) « And Now... The 2013 AVN Award Winners! », Adult Video News,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :