Sumi-e

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paysage des quatre saisons (paravent 2), Shūbun, XVe siècle, collection Maeda.
Article général Pour un article plus général, voir lavis.

Le sumi-e (墨絵?, signifiant « peinture à l’encre ») ou suiboku-ga (水墨画?, « image à l’eau et à l’encre ») est un mouvement de la peinture japonaise originaire de Chine et dominant à l’époque de Muromachi[1]. Ce courant se caractérise par l’usage du lavis à l’encre noire, la prédominance du paysage comme sujet et la proximité avec la philosophie du bouddhisme zen[2].

Venue de Chine, la technique du lavis apparaît au Japon aux alentours du VIIIe siècle, puis s’impose comme la peinture dominante à l’époque de Muromachi sous l’influence du zen, des célèbres paysages au lavis de la Chine des Song et de grands maîtres comme Josetsu, Shūbun ou Sesshū[3]. Le peintre de sumi-e modifie la dilution de l’encre, la position du pinceau, la force et la vitesse pour jouer sur l’épaisseur et la netteté des lignes ainsi que les niveaux de gris[4].

Le sumi-e perd de sa vigueur à la fin de l’époque de Muromachi, qui marque le retour de la peinture de genre aux couleurs éclatantes[5]. Ses influences restent tangibles dans le style de différents peintres de l’école Kanō ainsi que le bunjin-ga, qui renoue avec la monochromie au XVIIIe siècle. De nos jours, la peinture au lavis, qui a donné quelques-unes des œuvres les plus acclamées des arts japonais, est très intimement associée à la culture raffinée de Muromachi tout emprunte du bouddhisme zen, de même que la cérémonie du thé, le , les jardins secs ou l’ikebana[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Suiboku-ga », Encyclopædia Britannica en ligne
  2. « Japanese Ink Painting: Suibokuga », British Museum
  3. Mason et Dinwiddie 2005, p. 223-226
  4. Saitō 2013, p. 24-38
  5. Mason et Dinwiddie 2005, p. 244-246
  6. (en) Ichirō Ishida (trad. Delmer M. Brown), « Zen Buddhism and Muromachi Art », The Journal of Asian Studies, vol. 22, no 4,‎ , p. 417-432 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Faure, L’Esprit du geste. Philosophie et pratique de la peinture à l’encre de Chine tch’an et sumi-e, Édition du Chêne, (ISBN 9782842774882) (manuel).
  • (en) Hiroshi Kanazawa (trad. Barbara Ford), Japanese Ink Painting: Early Zen Masterpieces, Kodansha International, (ISBN 9780870113765).
  • (en) Penelope E. Mason et Donald Dinwiddie, History of Japanese Art, Pearson-Prentice Hall, (ISBN 9780131176010).
  • (ja) 松下隆章, 室町水墨画, 室町水墨画刊行会,‎ (Takaaki Matsushita, Peinture suiboku de la période de Muromachi, Tōkyō, Muromachi suiboka kankokai).
  • (en) Hugo Münsterberg, The Landscape Painting of China and Japan, C. E. Tuttle Company, .
  • (en) Ryūkyū Saitō (trad. Bruce Darling), Japanese Ink Painting: Shūbun to Sesshū, Weatherhill, (ISBN 9780834810051).
  • (en) Ryūkyū Saitō, Japanese Ink Painting: Lessons in Suiboku Techniques, Tuttle Publishing, (ISBN 0804832609, lire en ligne) (première édition : 1959).
  • Christine Shimizu, L’Art japonais, Flammarion, coll. « Tout l’art », (ISBN 9782080137012).
  • Akiyama Terukazu, La Peinture japonaise, Genève, éditions Albert Skira, coll. « Les trésors de l’Asie », .