Suman Pokhrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suman Pokhrel
Description de cette image, également commentée ci-après
Suman Pokhrel
Naissance
Mills Area, Biratnagar, Nepal
Activité principale
Distinctions
Prix littéraire de la SAARC 2015
Prix littéraire de la SAARC 2013
Auteur
Langue d’écriture Népalais
Aldeia - Kachide

Suman Pokhrel (népalais: सुमन पोखरेल), né le , est un poète, traducteur et artiste népalais.

Ses travaux ont été traduits et publiés à l'échelle internationale[1],[2].

Il a reçu le Prix littéraire de la SAARC en 2013 et 2015 pour sa propre poésie et ses contributions à la poésie et l'art en général dans la région sud-asiatique[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Suman Pokhrel receber Prêmio Literário SAARC 2013

Suman Pokhrel est né le , dans la Mills Area, Biratnagar, Népal, fils de Mukunda Prasad Pokhrel et de Bhakta Devi Pokhrel[4],[5].

Il déménage à Kachide dans la région de Dhankuta à l'âge de sept ans où il est élevé par sa grand-mère paternelle. Son grand-père Bidhyanath Pokhrel était poète et homme politique. Il a été introduit à la littérature grâce à la bibliothèque de son grand-père contenant de nombreuses œuvres de la littérature sanskrit classique, népalais et en hindi. À l'âge de douze ans, il retourne à Biratnagar vivre avec ses parents. Puis il est formé par son père, ingénieur de profession, ainsi que bibliophile ayant un vif intérêt pour l'art et la littérature[4].

Il obtient son baccalauréat de sciences, M.B.A. et B.L. à l'Université Tribhuvan au Népal.

Suman Pokhrel rejoint la fonction publique népalaise comme Officier de Section en . Il quitte cet emploi et rejoint le réseau international en en tant que militant pour le développement, et, s’installe dans la région la plus montagneuse du pays. Le travail exige alors des visites dans les zones les plus reculées[5].

Il écrit ensuite l’un de ses principaux poèmes : Le Taj Mahal et Mon Amour, dans lequel il fait l’apogée de la grandeur de l’œuvre qu’est le Taj Mahal[6].Les poèmes de Suman Pokhrel en anglais sont apparus dans différentes revues de poésie internationale et anthologies , y compris Jewel neige; Life & Legends; Les chansons que nous partageons; Sweet Dreams et Sour; La poésie mondiale , l' apprentissage et la créativité ; Gris Sparrow; Prachya examen ; Californie trimestriel ; Signature asiatique ; et dans différents volumes de Beyond Borders, Asie du Sud; et art d'être humain, Canada[5].

A côté en anglais, les poèmes de Suman Pokhrel sont traduits en bengali, français, allemand, hindi, italien, persan , et espagnol; et sont publiés en ligne ainsi que dans des revues d'impression à partir d' endroits différents.

Pokhrel a lu ses poèmes pour les publics nationaux et internationaux. Il a lu ses poèmes en SAARC Festivals de littérature en 2009, 2010, 2011, 2013 et 2015. Il a lu son poème en SAARC Fête Charte le à New Delhi, en Inde en tant qu'invité spécial. Il a récité ses poèmes en népalais au cours d' un programme mensuel de la poésie deux poète récital à Katmandou en . Il a lu ses poèmes à toute l' Inde Poètes Rencontrez en Orissa, en Inde en , comme un poète invité particulier d' un pays étranger[5].

En tant que traducteur, Pokhrel a traduit des poèmes de plusieurs poètes de partout dans le monde en népalais . Certains des poètes porminent il a traduit sont: Anna Akhmatova, Anna Swir, Allen Ginsberg, Delmira Agustini, Forough Farrokhzad, Gabriela Mistral, Jacques Prévert, Mahmoud Darwich, Nazik Al Malaika, Nazim Hikmet, Nizar Qabbani, Octavio Paz, Pablo Neruda, Sylvia Plath et Yehuda Amichai. Suman Pokhrel a traduit beaucoup de népalais œuvres de poètes de langue en anglais, en hindi et en ourdou . Ses traductions de poèmes népalais ont été considérés comme parmi quelques meilleures traductions de la poésie en népalais[5] .

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

Tatouage du vers de Suman Pokhrel sur le bras d' Andréa Fernandez.

Suman Pokhrel a été décerné SAARC Prix littéraire à deux reprises en 2013 et 2015. Il a été considéré comme l' une des plus importantes voix créatives de l' Asie du Sud[7],[8]. Pokhrel a été invité comme invité spécial à réciter son poème en SAARC Day Charte le .

Il a été invité à tous les poètes Inde Rencontrez en Orissa, en Inde en , comme un poète invité de pays étranger[9]. Les auteurs ont cité des extraits de poèmes de Pokhrel dans leurs comptes -rendus. À partir en citant les lignes forment le poème de Suman Prokhrel Chaque matin , poète et critique littéraire Dr Shividya Shivkumar a écrit un article dans The Hindu sur la façon dont la poésie répond au terrorisme[10]. Atula Gupta a commencé son article dans Deccan Herald au sujet du déséquilibre environnemental en citant les lignes du poème de Pokhrel Avant Statue de Bouddha dans la pluie[11] . Mona Mehata a commencé un de ses articles en parlant Arbre en citant les lignes d'un poème de Pokhrel[12]. Dans son examen d'un livre de Manna Bahadur, Minakshi Mohan a commencé son écriture en citant des lignes du poème de Pokhrel Chaque matin[13] . Emily T. Troscianko a conclu son article Qui veut être normal? sur la psychologie Aujourd'hui , en citant les lignes finales du poème de Pokhrel avant de conclure[14] .

Les universités ont inclus sa poésie dans leur programme. Andréa Fernandez, un admirateur français de la poésie de Suman Pokhrel a tatoué des vers de ses poèmes sur leurs parties du corps[15].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Recueils de poésie
  • Soonya Mutuku Dhadkanbhitra, Vaani Publication Biratnagar, 2000
  • Jeevanko Chheubaata, Vaani Publication Biratnagar , 2009
Collection de poèmes lyriques
  • Hazaar Aankhaa Yee Aankhaamaa, Vaani Publication Biratnagar, 2003

Traductions[modifier | modifier le code]

Poésie
Pièce de théâtre
Mémoire
  • Traduction de One Zero One d'Ajeet Cour en népalais sous le titre Phiranta.

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix littéraire de la SAARC 2015 – Fondation de la SAARC écrivains et la littérature
  • Prix littéraire de la SAARC 2013 – Fondation de la SAARC écrivains et la littérature
  • Prix Parikalpna, 2013 - Parikalpana Samaya, India
  • Jayandra Meilleur livre de l'année 2010– Jayandra Prasai Académie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Suman Pokhrel », Foundationsaarcwriters.com (consulté le 25 mai 2014)
  2. Ed. K. Satchidanandna and Ajeet Cour: SONGS WE SHARE, Poetry Across Borders". New Delhi: ERA, 2011. p. 88, 179, 255. (ISBN 8188703214)
  3. « Hindustan Times - Archive News / Hindustan Times », sur Hindustan Times (consulté le 9 octobre 2020).
  4. a et b (ne) Deepak Rai, आमाको आशीर्वाद, Université Tribhuvan,‎ , p. 27
  5. a b c d et e (ne) Abhi Subedi, साहित्य र आमवृत्त, Kathmandu, Mother Publication,‎ (ISBN 978 9937 852531, OCLC 867694631), p. 189
  6. The Art of Being Human Volume 6, An Anthology of International Poetry, p. 83 Blurb, Canada
  7. Suman Pokhrel, « Two Poems by Suman Pokhrel », sur prachyareview.com, Prachya Review, (consulté le 8 août 2017)
  8. « About Suman Pokhrel », Learning and Creativity (consulté le 5 août 2017)
  9. Anwesha Ambaly, « Poets gather to exchange creative thoughts », The Telegraph, (consulté le 8 août 2017)
  10. Dr Srividya Sivakumar, « Running on poetry: The wounded world », (consulté le 5 août 2017)
  11. Atula Gupta, « An environmental round-up », Deccan Herald, (consulté le 5 août 2017)
  12. Mona Mehta, « Indic Region: Shared Heritage », Speaking Tree, (consulté le 6 août 2017)
  13. Minakshi Mohan, « The Course of Nalanda », (consulté le 8 mars 2018)
  14. Emily T. Troscianko, « Who Wants to Be Normal? », Psychology Today, (consulté le 8 mars 2018)
  15. Madhav Ghimire, « फ्रान्सेली पाखुरामा नेपाली कविता », sur kantipurdaily.com,‎ (consulté le 6 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]