Sul ponte di Perati, bandiera nera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sul ponte di Perati, bandiera nera est un chant militaire alpin de la brigade « Julia » (appartenant aux « Alpins » italiens) qui fut engagée en 1940 dans la tentative italienne d’invasion de la Grèce à partir de l’Albanie.

Sul ponte di Perati, bandiera nera dérive du chant militaire Sul ponte di Bassano remontant à la Première Guerre mondiale, qui faisait référence au Ponte Vecchio, dit aussi Ponte degli Alpini, de Bassano del Grappa (province de Vicence, Vénétie, Italie).

Au pont de Bassano fut substitué le pont de Perati. Perati (Perat en albanais) est un village situé en Albanie, près de la frontière gréco-albanaise.

Articles détaillés : Guerre italo-grecque et Bataille de Grèce.

La tonalité de ce chant militaire est sombre, il fut jugé défaitiste et subversif par le régime fasciste qui le censura sévèrement avant de l’interdire totalement[1].

La structure et la mélodie de Sul ponte di Perati furent utilisées par la suite par Nuto Revelli dans sa Pietà l’è morta.

Texte et traduction[modifier | modifier le code]

Sul ponte di Perati
bandiera nera:
è il lutto della Julia
che va alla guerra.

È il lutto degli Alpini
che va alla guerra
la miglior gioventù [2]
che va sotto terra.

Sui monti della Grecia
c’è la Voiussa
col sangue degli Alpini
s’è fatta rossa.

Nell’ultimo vagone
c’è l’amor mio
col fazzoletto in mano
mi dà l’addio.

Col fazzoletto in mano
mi salutava
e con la bocca i baci
la mi mandava.

Quelli che son partiti
non son tornati
sui monti della Grecia
sono restati.

Un coro di fantasmi
vien giù dai monti:
l’è il coro degli Alpini
che son morti.

Gli Alpini fan la storia,
la storia vera:
l’han scritta con il sangue
e la penna nera.

Alpini della Julia
in alto i cuori:
sul ponte di Perati
c’è il tricolore!

Sur le pont de Perati
drapeau noir[3]:
c’est le deuil de la [division alpine] « Julia »
qui va-t-en guerre.

C’est le deuil des « Alpins »
qui va-t-en guerre
la meilleure jeunesse
qui va sous terre.

Sur les monts de la Grèce
il y a la [rivière] Vjosa
avec le sang des « Alpins »
s’est faite rouge.

Dans le dernier wagon
il y a mon amour
avec son mouchoir en main
qui me dit adieu.

Avec son mouchoir en main
elle me saluait
et avec sa bouche, les baisers
elle m’envoyait.

Ceux qui sont partis
ne sont pas revenus
sur les monts de la Grèce
ils sont restés.

Un chœur de fantômes
descend des monts:
c’est le chœur des Alpins
qui sont morts.

Les Alpins font l’histoire,
l’histoire vraie:
ils l’ont écrite avec le sang
avec la plume noire.

Alpins de la « Julia »
haut les cœurs:
sur le pont de Perati
il y a le drapeau tricolore!

Références audiovisuelles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manlio Cecovini, Ponte Perati: la Julia in Grecia, Florence, Vallecchi, 1966
  • Alceste Mainardis, Sul ponte di Perati, bandiera nera... storia di una compagnia alpina friulana nella guerra di Grecia, Trieste, Stabilimento tipografico nazionale, 1974

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=11&lang=it consulté le 9 mai 2010.
  2. L’expression, avec la substitution incorrecte de meglio (« mieux ») à migliore (« meilleur » ou « meilleure »), a été reprise par Pier Paolo Pasolini, d’abord dans le titre d’une ébauche de roman, puis dans le titre d’un recueil poétique en langue frioulane en 1954. En plus, et en 1976, il fit chanter la chanson des troupes alpines par les protagonistes de son film Salò ou les 120 journées de Sodome.
    L’expression change quasi complètement de sens en italien familier à partir de 2003, à la suite du succès du film homonyme La meglio gioventù (sorti en France sous le titre Nos meilleures années) de Marco Tullio Giordana qui raconte l’histoire de quelques jeunes gens durant les années 60. À cause de cela l’expression fait aujourd’hui allusion à la « génération heureuse » de ceux qui sont nés entre 1935 et 1955, les « babyboomers » italiens.
  3. Le noir est la couleur du deuil. Rien n’indique que ce drapeau noir soit celui du symbolisme anarchiste ou une allusion aux Chemises noires fascistes.