Suite de l'Apologie de M. l'abbé de Prades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suite de l'Apologie de M. l'abbé de Prades
Auteur Denis Diderot
Pays Drapeau de la France France
Genre essai
Lieu de parution Paris
Date de parution 1752

La Suite de l'Apologie de M. l'abbé de Prades est un essai polémique de Denis Diderot. Sur le fond, c'est une réponse à L'Instruction pastorale () de Charles de Caylus, évêque janséniste d'Auxerre et à un mandement de l'évêque de Montauban[1] qui, tous deux, condamnaient la thèse de l'abbé de Prades. Sur la forme, c'est la prétendue troisième partie de L'Apologie de abbé de Prades[2].

De suite, ce texte n'a que le titre, puisqu'il parait le à Paris, prétendument à Berlin où l'abbé de Prades rédigeait les deux parties de son Apologie, qui paraitront un peu plus tard dans l'année.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Consultez également la bibliographie donnée dans l'article consacré à Jean-Martin de Prades.

  • S. Goyard-Fabre, Diderot et l'affaire de l'abbé de Prades, Revue Philosophique de la France et de l'étranger (Paris), 1984, n° 3, p. 287-309.
  • Jean-Claude Davis, L’affaire de Prades en 1751-1752 d’après deux rapports de police, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1986, n° 245, p. 359-371.
  • Jean Haechler, L’article CERTITUDE de l’Encyclopédie commenté par un souscripteur anonyme, Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 2000, n° 29, p. 129-48.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel de Verthamon de Chavagnac, Mandement de Monseigneur l'evêque de Montauban, portant condamnation d'une thèse (...),
  2. Nous renvoyons à ces articles pour éviter les répétitions.