Sugar daddy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec la chanson Sugar Daddy des Jackson 5.

Un Sugar Daddy est un homme qui offre un support (généralement financier et matériel) à une compagne plus jeune. Il est impliqué dans une relation à bénéfices mutuels, qui implique le plus couramment Sugar Daddy et Sugar Baby[1]. Ces relations peuvent aussi fonctionner entre Sugar Boy et Sugar Mama.

Le site sugardaters.fr définit ces relations à bénéfices mutuels de la sorte : « Dans une relation entre un Sugar Daddy et une Sugar Baby, le rôle des genres est souvent plus défini et « à l’ancienne ». C’est l’homme qui gâte, prend soin et chouchoute la vie de la femme. En retour, celle-ci peut se focaliser sur son rôle de femme et prendre soin de l’homme avec qui elle est. »

Une relation à bénéfices mutuels[modifier | modifier le code]

Une relation à bénéfices mutuels est une relation dans laquelle chaque partie offre quelque chose que l’autre partie recherche. Dans le cas d’une relation Sugar Daddy / Sugar Baby, la Sugar Baby offre de son temps, sa présence sensuelle et son attention. En échange, le Sugar Daddy sait être généreux lorsqu’il s’agit de gâter sa Sugar Baby.

Sugar Baby[modifier | modifier le code]

Une Sugar Baby est définie comme une jeune femme séduisante et ambitieuse. Typiquement étudiante, une Sugar Baby recherche un confort dans la vie et apprécie les voyages et cadeaux en tous genres. Elle offre en échange sa compagnie[2]. Les Sugar Baby rencontrent régulièrement des Sugar Daddy.

Sugar Daddy[modifier | modifier le code]

Un Sugar Daddy (littéralement « papa gâteau ») est un homme généralement quadragénaire ou quinquagénaire, qui a le contrôle sur sa vie et ses finances. Il recherche la compagnie d’une femme séduisante. En échange, il lui offrira un confort de vie.

Sugar Dating et prostitution[modifier | modifier le code]

Le phénomène du Sugar Dating est souvent associé à la prostitution. Si bien que ses acteurs ont été attaqués en justice pour la cause. Aux États-Unis comme en France, la justice n’a pas trouvé le moyen d’inculper l’un de ces sites, qui se défendent en disant qu’ils ne font que mettre en relation des personnes d’intérêts complémentaires[2].

Références[modifier | modifier le code]