Sudan (rhinocéros)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sudan.
Sudan
Ceratotherium simum cottoni -Ol Pejeta Conservancy, Kenya.jpg
Sudan en .
Informations
Espèce
Rhinocéros blanc
(Ceratotherium simum)
Sexe
Date de naissance
Lieu de naissance
Date de décès
Lieu de décès
Réserve d'Ol Pejeta
Drapeau du Kenya Kenya
Fait notable
Dernier représentant mâle de la sous-espèce rhinocéros blanc du Nord.

Sudan, né en dans le sud du Soudan et mort euthanasié le au Kenya, était le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord (Ceratotherium simum cottoni), une des deux sous-espèces de rhinocéros blanc.

Sa mort condamne la sous-espèce, celle-ci n'étant plus représentée que par deux femelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la naissance de Sudan en 1973, la population de rhinocéros blancs du Nord, dont le territoire s'étend du Tchad au Zaïre, est en déclin mais représente encore environ 700 représentants (contre 2 000 en 1960). Les conflits qui déchirent la région, la réduction de son habitat et le braconnage pour alimenter les marchés des médecines traditionnelles chinoise et vietnamienne[Note 1] réduisent cette population au nombre critique d'une quinzaine d'individus dans les années 1980[1].

Dans les années 1970, Sudan et cinq autres spécimens soudanais sont capturés et envoyés au zoo de Dvůr Králové, en Tchécoslovaquie. Là-bas, il donne naissance à deux filles : Nabiré et Najin. Dvůr Králové est le seul lieu où des rhinocéros blanc du Nord sont parvenus à se reproduire en captivité. Le 29 juin 2000, sa petite-fille Fatu naît au zoo[2].

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, les ravages de la deuxième guerre du Congo viennent à bout de la dernière population sauvage de la sous-espèce. Celle-ci est considérée comme éteinte dans la nature en 2008[2].

En 2009, Sudan est déplacé dans la réserve d'Ol Pejeta, au Kenya, avec trois autres spécimens dont Najin et Fatu, dans le cadre du programme « L'ultime chance de survie ». L'espoir est que le retour dans leur milieu naturel aide les femelles à retrouver un niveau normal d'hormones permettant la reproduction. Dans les années 2010, l'âge le rend incapable de se reproduire[2].

En puis en , les morts de Suni au zoo de San Diego (États-Unis) et d'Angalifu (à Ol Pejeta) font de Sudan le dernier mâle en vie. Les puis , ce sont les femelles Nabiré (en Tchéquie) et Nola (à San Diego) qui sont euthanasiées à la suite de problèmes de santé[3]. Il ne reste alors que trois rhinocéros blancs du Nord : Sudan et ses descendantes Najin et Fatu.

En , l'organisation Ol Pejeta Conservancy lui crée un profil sur l'application de rencontre en ligne Tinder. Cette opération médiatique, baptisée « le célibataire le plus convoité du monde », a pour objectif de faire connaître le sort du rhinocéros blanc du Nord et de lever des fonds afin de développer de nouvelles techniques de fécondation in vitro, seul espoir de sauver la sous-espèce[4].

En mars 2018, la santé de Sudan se détériore rapidement, jusqu'à le rendre incapable de se déplacer par ses propres moyens. Ses vétérinaires décident de l'euthanasier.

À sa mort, le 19 mars 2018 à 45 ans (un âge important pour un rhinocéros), Najin (28 ans) et Fatu (18 ans) deviennent les dernières représentantes de la sous-espèce. Son matériel génétique est prélevé dans l'espoir que le progrès scientifique puisse dans l'avenir permettre de l'utiliser[5].

Les rhinocéros blancs du Sud, après avoir frôlé l'extinction, sont environ 22 000 à la fin des années 2010 et garantissent à moyen terme la survie de l'espèce[1],[6].

Descendance[modifier | modifier le code]

Descendance de Sudan :

Sudan
(1973 - 2018)
 
Nasima
(v. 1965 - 1992)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nabiré
(1983 - 2015)
 
Najin
(née v. 1990)
 
Saut
(v. 1972 - 2006)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fatu
(née en 2000)
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces médecines non conventionnelles croient à des vertus curatives de la corne de rhinocéros.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Elaina Zachos, « Ce rhinocéros blanc est le dernier représentant mâle de son espèce », sur nationalgeographic.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  2. a b et c « Kenya: mort du dernier rhinocéros blanc du Nord mâle », sur arte.tv, (consulté le 25 mars 2018).
  3. « Mort de l'un des quatre derniers rhinocéros blancs du Nord », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  4. Anne-Sophie Tassart, « Le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord cherche l'amour sur Tinder », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  5. « Le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle est mort au Kenya », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  6. « "Pour nous, c'est comme perdre un membre de la famille" : Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc, est mort », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 mars 2018).