Struth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Struth
Struth
La synagogue.
Blason de Struth
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de Hanau-La Petite Pierre
Maire
Mandat
Jean-Claude Berron
2020-2026
Code postal 67290
Code commune 67483
Démographie
Gentilé Struthois
Population
municipale
243 hab. (2018 en diminution de 3,95 % par rapport à 2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 41″ nord, 7° 15′ 24″ est
Altitude Min. 248 m
Max. 367 m
Superficie 4,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Struth
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Struth
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Struth
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Struth

Struth (Strutt en francique rhénan) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune de Struth.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hansmannshof.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Struth est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (55,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,9 %), prairies (42,3 %), zones urbanisées (7,3 %), zones agricoles hétérogènes (6,6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du germanique struot « fourré marécageux ».
  • Strude (XVIIIe siècle), Struth (1793), Strouth (1801)[8]. Strutt en francique rhénan[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut fondé au XVIIe siècle lorsque les familles propriétaires des terres - de Steinkallenfels (1648-1692) et de Fouquerolles (1706-1756) - les louèrent à des exploitants. L'établissement d'une verrerie près du village voisin de Tieffenbach a pu contribuer à le peupler. La famille de Fouquerolles étant religieusement tolérante, et le territoire dépendant du Saint-Empire romain germanique et non du royaume de France, toutes les confessions furent accueillies. Un recensement effectué en 1756 indique qu'il existait à Struth 7 familles luthériennes, 8 familles réformées, 19 familles catholiques, 3 familles anabaptistes et 7 familles juives.

La seigneurie de Struth, petite enclave alsacienne immédiate de l'Empire germanique, fut annexée à la Première République française malgré le droit de M. de Fouquerolle, « prince possessionné ».

La diversité religieuse se maintint sous les lois de la République et des régimes suivants, et en 1868, on comptait 161 juifs, 88 catholiques, 110 réformés et 100 luthériens. Les anabaptistes avaient émigré aux États-Unis. Une synagogue fut construite en 1836, ainsi qu'une école israélite avec un mikve (bain rituel) en sous-sol en 1862.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Alfred Reutenauer    
mars 2001 En cours
(au 31 mai 2020)
Jean-Claude Berron[10],[11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 243 habitants[Note 2], en diminution de 3,95 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
191252363512520518501471482
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
430442459474460413396399418
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
449464480420406368319337309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
261233213192204221221244249
2018 - - - - - - - -
243--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Banc-reposoir[modifier | modifier le code]

Banc-reposoir de Struth (1856)

Un banc Napoléon[Note 3] datant de 1856 se trouve en bordure de la route départementale 78, sur le territoire de la commune. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [15].

Cimetières[modifier | modifier le code]

Deux cimetières [16], [17].

Église[modifier | modifier le code]

L'église protestante luthérienne est construite dans un style néo-roman, en 1900[18]. Un orgue Link y est installé[19].

Synagogue[modifier | modifier le code]

On peut voir à Struth une synagogue du XIXe siècle en excellent état de conservation, inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le . Elle contient dans son mobilier de style néoroman intégralement conservé un banc de circoncision en bois datant de 1886, inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis novembre 1995. Le bâtiment, construit en 1836, est de style classique avec un chevet néogothique polygonal ajouté en 1903[20], [21]. En raison de la diminution de la population israélite du village, les offices réguliers se sont interrompus en 1969. La synagogue appartient depuis le à la commune, qui s'est engagée à en réserver l'usage aux offices religieux et aux activités culturelles organisées sous l'égide du Consistoire israélite du Bas-Rhin ou de l'Association de sauvegarde du patrimoine historique israélite de Struth.

Il existe également un cimetière[22] et une école juive[23]. Cette dernière abrite un mikvé (bain rituel) au sous-sol ; construite en 1862, elle est restée en fonction jusqu'en 1924. Elle joue actuellement le rôle de salle communale.

Maison de l'Eau et de la Rivière[modifier | modifier le code]

Dans les limites administratives de Struth, la Maison de l'Eau et de la Rivière[24] est un site pédagogique et de loisirs. Elle est située sur la route forestière du Donnenbach entre Frohmuhl et La Petite-Pierre, à côté de l'étang du Donnenbach.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est inscrite dans le périmètre de la réserve de biosphère transfrontalière des Vosges du Nord-Pfälzerwald, et fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Présentation du blason
Blason de Struth

Les armes de Struth se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de sinople au léopard d'argent, au second d'azur au chevron d'or, chargé à senestre d'un lion de sable. »[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  3. 48° 53′ 53″ N, 7° 15′ 07″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Geoplatt
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Notice no PA00085197, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Notice no IA67006922, base Mérimée, ministère français de la Culture cimetière 1
  17. Notice no IA67006967, base Mérimée, ministère français de la Culture cimetière 2
  18. Notice no IA67006904, base Mérimée, ministère français de la Culture église protestante
  19. Notice no IM67010273, base Palissy, ministère français de la Culture Orgue église de protestants (1900)
  20. Notice no IA67006905, base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue
  21. Notice no PA00085198, base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue
  22. Notice no IA67006923, base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière juif
  23. Notice no IA67006906, base Mérimée, ministère français de la Culture école juive
  24. « Maison de l'eau et de la rivière - La maison pleine de vie entre eau et forêt », sur www.maisoneauriviere.fr (consulté le 19 février 2016).
  25. « Struth », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 février 2015).
  26. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).