Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Structure organisationnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le management
Cet article est une ébauche concernant le management.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La pertinence du contenu de cet article est remise en cause (mars 2015).

Considérez le contenu de cet article avec précaution. Discutez-en ou améliorez-le !

Sur les autres projets Wikimedia :

La structure organisationnelle d'une organisation (association, entreprise, institution, etc) est l'ensemble de ses règles de répartition de l'autorité, des tâches, de contrôle et de coordination[1].

C'est avec l'existence d'un but et d'individus, une des trois caractéristiques communes à toutes les organisations[1].

Elle est représentée visuellement par un organigramme.

Elle dépend de la stratégie et réciproquement [2],[3].

Définitions[modifier | modifier le code]

Le langage courant confond souvent « organisation » et « structure » employés seul, de façon isolée, et les prend pour synonymes. Le fait que le terme « organisation » ait deux sens, l'action d'ordonner, de mettre de l'ordre ; et le résultat de cette action, quelque chose d'ordonné ou règne l'ordre peut ajouter à la confusion.

Une organisation, c'est un ensemble d'individus liés entre eux par un ensemble de relations formelles et informelles qui sont ensemble pour faire ou réaliser quelque chose ensemble[4]. L'ensemble des relations formelles s'appelle la structure de cette organisation.

On peut ajouter les définitions de quelques auteurs :

  • Henry Mintzberg (1982), « Somme totale des moyens employés pour diviser le travail en tâches distinctes et pour ensuite assurer la coordination entre ces tâches » [5].
  • Alain Desreumaux (1992): « Ensemble de dispositifs selon lesquels une entreprise, ou plus généralement une organisation, répartit, coordonne, contrôle ses activités et au-delà oriente ou tente d'orienter le comportement de ses membres »[6].
  • Michel Ghertmann et al. Strategor, 1re édition (1998) Index, p. 487 : Ensemble des fonctions et des relations déterminant formellement les missions que chaque unité d'une organisation doit accomplir, et les modes de collaboration entre ces unités.
  • Yves-Frédéric Livian : Agencement des organes qui composent l'organisation [7]
  • Michel Barabel, Olivier Meier, Manageor, (2004) p. 83 : Agencement des différentes composantes d'une organisation et qui se définit comme l'ensemble des dispositifs et des mécanismes par lesquels une entreprise répartit, coordonne, contrôle et coordonne ses activité [… ]. Configuration plus ou moins stabilisée des différents éléments qui constituent une entreprise.
  • Maurice Thévenet (2014), Agencement de fonctions et de mécanismes permettant d'accomplir des tâches et d'atteindre des objectifs[8].
  • Stephen Robbins, Timothy Judge (2015), « La façon dont les tâches professionnelles sont réparties, regroupées et coordonnées », p. 520

Les grands types de relation composant une structure organisationnelle[modifier | modifier le code]

On peut en distinguer quatre, que l'on va retrouver sur un organigramme :

  • la relation hiérarchique (line)
  • La relation de conseil (staff)
  • La relation de spécialisation (fonction de l'entreprise)
  • Les relations latérales

Les six éléments de la structure organisationnelle d'une entreprise[modifier | modifier le code]

En fonction de leur nature — politique, criminelle, militaire, économique, etc. — toutes les organisations ne se structurent pas de la même façon. Il s'agit ici des six éléments de la structure organisationnelle d'une entreprise. Ce sont :

  • La spécialisation du travail ;
  • La départementalisation ;
  • La chaîne hiérarchique ;
  • L'éventail de contrôle ;
  • La centralisation ;
  • La formalisation.

Les 5 grands modèles de structures organisationnelles[modifier | modifier le code]

On rencontre principalement 5 grandes catégories de structures organisationnelles :

  • La structure hiérarchique
  • La structure fonctionnelle
  • La structure divisionnelle
  • La structure matricielle
  • La structure en réseau

La représentation visuelle de la structure[modifier | modifier le code]

  • L'organigramme
  • Les schémas de configuration de Mintzberg
  • Les dessins de Gareth Morgan

Les déterminants du choix d'une structure[modifier | modifier le code]

Henri Mintzberg, synthétise les travaux de l'Ecole de la contingence et distingue quatre facteurs de contingence ayant une influence sur le choix de la structure :

  • L'âge et la taille
  • Le pouvoir
  • Le système technique
  • L'environnement

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Années 1960

  • Arthur Chandler, Stratégie et structure, ………………
  • (en) Paul Lawrence et Jay Lorsch, Organisation and Environment, 1967.

Années 1980

  • Paul Lawrence et Jay Lorsch, Adapter les structures de l'entreprise, Éditions d'Organisation, 1973.
  • Henry Mintzberg, Structures et dynamique des organisations, Éditions d'Organisation, 1982.
  • Jean-Pierre Détrie et al. Strategor. Stratégie, structure, décision, identité, 1re édition, InterEditions, 1988, p. 210-310
  • Michel Kalika, Structures d'entreprise, Économica, 1988.

Années 1990

  • Alain Desreumaux, Structures d'entreprises, Vuibert, 1992.
  • (en) Henry Mintzberg, Structure in Fives. Designing Effective Organisation, Prentice Hall, 1992.

Années 2000

  • Yves-Frédéric Livian, Organisation. Théories et pratiques (1998), 4éd., 2008, « La structure d'une organisation et ses explications, p. 49-74.

Années 2010

  • Michel Barabel, Olivier Meier, Manageor, Dunod 2e ed. 2010, p. 82.
  • (en) Ray French, Charlotte Rayner, Gary Rees, Sally Rumbles, Organizational Behaviour, 2d édition, John Wiley, 2011, « Organizational structure and design », p. 288-336.
  • Laurence Lehmann-Ortega, Strategor, Dunod, 2013, passim.
  • Hervé Laroche, « Structure organisationnelle », dans : Nicole Aubert et al., Management. Aspects humains et organisationnels (1991), Puf, 2013, p. 463-510.
  • (en) Laurie Mullins, Management and Organisationnal Behaviour (1985), 10th éd., Pearson, 2013, p. ………
  • Maurice Thévenet, Les 100 mots du management, PUF, 2014, p. 122-123.
  • (en) Laurie Mullins, Management and Organisationnal Behavior, 10e ed., 2014.
  • Stephen Robbins et al., Management, Pearson, 2014, p. 191-226.
  • Maurice Thévenet, Cécile Dejoux, et al., Fonctions RH, 4e éd., Pearson, 2015, p. 394-396.
  • Stephen Robbins, Timothy Judge, Comportements Organisationnels, Pearson, …, p. 519 sq.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stephen Robbins et alii, Management, Pearson, 2014, p. 24
  2. Voir Chandler, Stratégie et structure
  3. Strategor, p. ……
  4. Robbins & Judge ; Barabel & Meier, ; etc.
  5. Structures et dynamique des organisations, 1982
  6. Structures d'entreprises, Vuibert, 1992.
  7. Organisation, p. 54.
  8. Les 100 mots du management, PUF, 2014, p. 122.