Structure de la SS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Schutzstaffel (SS) fondée le pour servir de garde personnelle à Adolf Hitler était une organisation autonome au sein du NSDAP directement subordonnée à Hitler de 1934 à 1945. À partir du , elle fut dirigée par Heinrich Himmler, Reichsführer-SS. De sa création à la nuit des Longs Couteaux en 1934, la SS releva de la Sturmabteilung (SA), avant de conquérir son autonomie. La SS avait une structure adaptée à sa nature paramilitaire et était soumise au Führerprinzip.

Sous le troisième Reich, la SS a été responsable de crimes de guerre, de crimes contre la population civile dans le Reich comme dans l'Europe occupée, de crimes contre l'humanité et elle a joué un rôle déterminant dans le génocide des juifs. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette organisation a été interdite et classée comme organisation criminelle lors des procès de Nuremberg.

Organisation[modifier | modifier le code]

La SS est une organisation visant à mettre en place de manière implacable les théories racistes nazies et les plans d'expansion du NSDAP. Seuls des nazis convaincus, répondant à de sévères critères de sélection sont autorisés à y entrer, sur une base volontaire. Ces deux caractéristiques rendent la subordination aux ordres et directives de la hiérarchie et au Führerprinzip totale. Cette tendance est encore renforcée après l'accession des nazis à la tête de l'État, l'appartenance à la SS allant de pair avec les privilèges et le pouvoir et étant considérée comme un honneur dans les cercles nationaux-socialistes. Les rares comportements déviants étaient punis avec une grande sévérité, une violence pouvant aller jusqu'au meurtre. Même si l'on trouve dans les camps de concentrations des surveillantes faisant partie de la mouvance SS, cette organisation hautement patriarcale n'acceptait que des hommes dans ses rangs.

L'une des caractéristiques de l'organisation structurelle de la SS réside dans le principe de double subordination. Cela signifie que chaque degré de la structure est subordonné à deux, voire plus, instances supérieures. L'un des exemples de ce principe est celui des membres de la Kommandantur dans les camps de concentration et d'extermination. Ces derniers sont sous les ordres du commandant du camp en ce qui concerne la discipline mais obtiennent les consignes « techniques » de l'Inspection des camps de concentration. Ce principe de double subordination est principalement utilisé pour les degrés supérieurs de la hiérarchie. Les SS-Führer, qui relèvent de deux branches différentes de l'administration de la SS, disposent ainsi d'une relative grande liberté du fait du flou administratif, tout en étant soumis à une double contrainte, parfois contradictoire, et à des contrôles renforcés en ce qui concerne leur fiabilité politique et de leur efficacité.

Développement de l'organisation[modifier | modifier le code]

Les débuts (1925–1933)[modifier | modifier le code]

La SS-Oberleitung regroupe 12 régiments (Standarten) en 1926, pour en atteindre 22 en 1928, selon la répartition géographique suivante :

  1. SS-Gau Berlin-Brandenbourg : 2 régiments,
  2. SS-Gau Franconie : 4 régiments,
  3. SS-Gau Basse-Bavière : 3 régiments (Heinrich Himmler en a été le SS-Gauführer de 1926 à 1930 et à partir de 1927 Reichsführer-SS adjoint.),
  4. SS-Gau Haute-Bavière : 4 régiments (De 1929 au , Rudolf Hess en a été le SS-Gauführer),
  5. SS-Gau Rhénanie-Sud : 5 régiments,
  6. SS-Gau Saxe : 4 régiments.

Lorsqu'Himmler devient Reichsführer-SS en 1929, il met immédiatement en place une nouvelle organisation de la SS, en vigueur jusque fin 1930. Ainsi l'on trouve en parallèle du SS-Oberstab trois SS-Oberführerbereiche répartis comme suit :

  1. Domaine Est (Brigades SS de Berlin-Brandenbourg, Prusse orientale et Silésie avec en tout 8 régiments)
  2. Domaine Ouest (Brigades SS de Hessen-Nassau, Rhénanie-Nord, Rhénanie-Sud, Hanovre Sud-Brunswick et Thuringe avec en tout 16 régiments)
  3. Domaine Sud (Brigades SS de Bade, Wurtemberg, Franconie, Basse-Bavière, Haute Bavière Sud et Autriche avec en tout 7 régiments)

En 1931 la Schutzstaffel est élargie pour couvrir tous les domaines de la société et elle connaît une nouvelle réorganisation qui la régit jusqu'à la prise de pouvoir en 1933 :

SS-Oberstab:

  1. SS-Amt
  2. SS-Zentralkanzlei
  3. SS-Personalabteilung
  4. SS-Verwaltungsabteilung
  5. SS-Sanitätsabteilung
  6. SS-Führungsstab (1932)
  7. SS-Verbindungsdienst (1933)
  8. Amt SS-Sicherheitsdienst
  9. SS-Rasseamt

À partir de 1930, l'administration interne de la SS est complètement restructurée. La nouvelle structure ressemble beaucoup à celle de la SA. Les dénominations de grades de la SA sont reprises mais un uniforme propre à la SS est institué. Mais c'est aussi à partir de cette période qu'apparaît l'uniforme noir des SS qui les distingue visuellement des SA. Himmler voulait ainsi montrer, de manière symbolique, aux dirigeants de la SA qu'il considère que la SS n'est plus sous les ordres de la SA mais doit être considérée comme une organisation à part entière.

À Berlin, en , 120 membres de la SS sous le commandement de Sepp Dietrich sont armés pour devenir le service de surveillance intérieur de la Chancellerie du Reich, tandis que les militaires de la Reichswehr s'occupent de la surveillance extérieure. Ces 120 hommes, dont certains appartenaient déjà en 1923 à la « troupe de choc Adolf Hitler », sont tout d'abord connus comme la SS-Stabswache Berlin, qui deviendra la Leibstandarte-SS Adolf Hitler.

D'autres unités SS passent également du statut de Stabswachen à celui de SS-Sonderkommandos, puis sont par la suite regroupées dans les « services de garde politiques et armées. Pour atteindre ce stade, ces services de garde (même les SA-Wehrmannschaften armées) obtiennent le même grade que celui d'une police auxiliaire officielle.

Restructurations après 1934[modifier | modifier le code]

En , Hitler réunit les Leibstandarte-SS Adolf Hitler et les Services de garde politiques sous le nom de SS-Verfügungstruppe (appelées Verfügungstruppe). Ces formations spéciales casernées de la SSD portent constamment les armes et sont formées d'après les préceptes en vigueur dans la Wehrmacht.

À partir de l'automne 1934, la SS des origines change de nom pour devenir l’Allgemeine SS (également connue sous les noms de Schwarze-SS ou de Heimat-SS), pour se différencier des « formations sœurs » : la Verfügungstruppe (SS-VT) et les SS-Totenkopfverbände (SS-TV).

L’Allgemeine SS continue à être une organisation relevant du droit d'association dont les membres (sauf environ 100 000 SS-Führer à plein temps) exercent pour la majorité d'autres emplois et sont au service de la SS de manière volontaire et bénévole après le travail. Toutefois, les membres non armés reçoivent eux aussi régulièrement une formation militaire.

Le coût financier de l’Allgemeine SS est si élevé que les cotisations des membres ne suffisent pas. Des sociétés de droit privé comme le Freundeskreis Reichsführer-SS ou l’Organisation der Fördernden Mitglieder der SS prennent en charge une partie de ses coûts, ce qui permet aux donateurs de prouver leur fidélité au nouveau régime.

En 1934, une académie militaire propre à la SS, la SS-Junkerschule Bad Tölz est fondée et placée sous le commandement de Paul Hausser, pour former les officiers des SS-Verfügungstruppe.

À partir de 1935 et jusqu'à la fin de la guerre, la SS publie son propre hebdomadaire Das Schwarze Korps d'un ton violemment antisémite et dirigé par Gunter d'Alquen. C'est l'hebdomadaire le plus vendu après celui de Joseph Goebbels : Das Reich.

En 1934, le Reichsführer-SS Himmler donne la mission au service du personnel du SS-Hauptamt de dresser des « listes d'ancienneté au sein de la Schutzstaffel du NSDAP ». La première liste de ce genre est éditée le sous la forme d'un livre répertoriant tous les noms, les titres et les décorations (d'ordre politique et militaire comme la Médaille d'or du Parti, la Médaille des Sports de la SA ou encore le Blutorden). Les SS-Ehrendegen et les SS-Ehrenring y figurent également, tout comme les distinctions reçues lors des deux guerres mondiales : croix de fer, Ritterkreuz, Deutsches Kreuz et Großkreuz, toutes les décorations obtenues pour des actions militaires, des blessures des SS-Führer qui servaient dans l’Allgemeine SS, le service de sécurité Reichsführer-SS, les SS-Verfügungstruppe, les régiments SS-Totenkopf, les SS-Wachverbänden, les Waffen-SS et les SS-Totenkopfverbände.

À partir de 1936, les officiers de police y sont enregistrés dès que leur grade dans la police atteint un grade dans la SS.

La SS et la police[modifier | modifier le code]

Heinrich Himmler commence à partir de 1933 à construire son pouvoir. Il est nommé chef de la police politique bavaroise peu après la prise de pouvoirs des nazis.

En 1934 les « polices politiques du Reich allemand » sont regroupées par Hermann Göring sous le nom de Gestapo et Heinrich Himmler en devient le chef.

Le , Heinrich Himmler est à la tête de toute la police du Reich et prend le titre de « Reichsführer-SS et chef de la police allemande du ministère de l'Intérieur du Reich ». Les officiers supérieurs des corps de police doivent intégrer la SS pour conserver leur poste.

Entre 1938 et 1942, la SS est à nouveau réorganisée en plusieurs services principaux (Hauptamt) et la police du Reich divisée en plusieurs sections :

En 1943, Heinrich Himmler devient également ministre de l'Intérieur du Reich et de la Prusse, mais également agent général pour l'administration du Reich. Son titre est alors « Reichsführer-SS et chef de la police allemande » (avec la mention « au sein du ministère de l'Intérieur du Reich » en moins).

Restructurations après 1941[modifier | modifier le code]

En 1941 et 1942, les régiments de la SS-Totenkopf sont officiellement dissous et leurs membres incorporés définitivement à la Waffen-SS, dans la 3e Panzerdivision SS Totenkopf. Les SS-Totenkopf-Wachsturmbanne servant dans les camps de concentration ne reçoivent plus leur solde du budget de la police mais reçoivent leurs livrets de solde et leurs uniformes de la division Totenkopf. Toutefois, il était fait une différence entre les anciens Wachsturmbannen et les membres de la division Totenkopf : il leur était interdit de porter le brassard Totenkopf.[pas clair]

Les services de la SS principaux (1938–1941)[modifier | modifier le code]

En 1938 trois grands services sont subordonnés au Reichsführer-SS :

  • le SS-Hauptamt étant le commandement suprême des trois divisions de la SS ;
  • le Hauptamt Sicherheitsdienst étant le poste de surveillance politique ;
  • le Rasse- und Siedlungshauptamt chargé de l'éducation idéologique et de la propagation de la théorie du Blut und Boden.

En 1943 la SS est administrée par 12 services principaux.

Les dirigeants[modifier | modifier le code]

La SS était construite selon une structure militaire :

Reichsführer-SS[modifier | modifier le code]

À la tête de la SS se trouve le Reichsführer-SS (RFSS). Ce titre a été créé officiellement en 1926 en référence aux Reichs-SA-Führer[1] et désignait le plus haut commandant de la SS. Entre 1925 et 1926, Oberleiter était le titre du commandant SS suprême.

Les Oberleiter et Reichsführer-SS ont été :

Insigne de col Nom Reichsführer-SS N° dans la SS Entré dans la SS N° dans le NSDAP
Julius Schreck de 1925 à 1926 5   53
Joseph Berchtold de 1926 à 1927     964
Erhard Heiden de 1927 à 1929     74
Heinrich Himmler de 1929 à 1945 168   14.303
Karl Hanke du au      

SS-Oberstgruppenführer[modifier | modifier le code]

Insigne de col Nom Position N° dans la SS Entré dans la SS N° dans le NSDAP
Kurt Daluege Chef de la Ordnungspolizei 1.119 1928 31.981
Sepp Dietrich Commandant de la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler puis de la 6ème armée de Panzer 1.177 89.015
Paul Hausser Commandant du 2e SS-Panzerkorps 239.795 4.158.779
Franz Xaver Schwarz Trésorier du NSDAP 38 500 6

SS-Obergruppenführer[modifier | modifier le code]

Insigne de col Nom Position N° dans la SS Entrée dans la SS N° dans le NSDAP
Insigne de col après 1942.
Max Amann SS-Ehren- und Rangführer 53.143 3
Erich von dem Bach-Zelewski Höhere SS- und Polizeiführer dans la partie occupée de l'Union Soviétique. 9.831 1931 48.9101
Herbert Backe Ministre du Reich pour l'alimentation ; RuSHA 22.766 87.882
Gottlob Berger Chef du SS-Hauptamt
Theodor Berkelmann Höhere SS- und Polizeiführer Wartheland 6.019 128.245
Werner Best Adjoint de Reinhard Heydrich au RSHA et gouverneur du Danemark 36.183 341.338
Wilhelm Bittrich Commandant du IIe SS-Panzerkorps 39.177 829.700
Ernst Wilhelm Bohle Chef de l'Auslandsorganisation du NSDAP– NSDAP/AO 276.915 276.915
Martin Bormann Chef de la Chancellerie du Parti du NSDAP 555 60.508
Franz Breithaupt Juge supérieur du SS-Gericht, général de la Waffen-SS 39.719 602.663
Walter Buch Juge supérieur du NSDAP
Richard Walther Darré Chef du SS-Rasseamtes, ministre du Reich et Reichsbauernführer 6.882 248.256
Dr. Otto Dietrich Chef de presse du Reich au NSDAP ; SS-Ehren- und Rangführer 101.349 1932 126.727
Joachim Eggeling Gauleiter de Halle-Mersebourg 186.515 11.579
Theodor Eicke Commandant des Totenkopfverbände 2.921 114.901
August Eigruber Gauleiter du Oberdonau
Karl Fiehler Oberbürgermeister de Munich 91.724 37
Albert Forster SS-Ehren- und Rangführer ; Gauleiter de Danzig 158 1.924
Karl Hermann Frank SS- und Polizeiführer 310.466
Herbert Otto Gille Général commandant le IVe SS-Panzer-Korps 39.854 537.337
Curt von Gottberg Höhere SS- und Polizeiführer en Russie centrale et en Ruthénie blanche 45.923 948.753
Ulrich Greifelt Chef du Stabshauptamt du Commissariat du Reich pour la consolidation de la germanité[2] 72.909 1.667.407
Arthur Greiser Gouverneur du Reich et Gauleiter du Wartheland 10.795 166.635
August Heissmeyer Chef du service de la SS-Ausbildung 4.370 21.573
Konrad Henlein Gauleiter des Sudètes 310.307 6.600.001
Maximilian von Herff Chef du SS-Personalamt 405.894 8.858.661
Rudolf Hess Stellvertreter (suppléant) du Führer 1.932 16
Reinhard Heydrich Chef du RSHA 10.120 544.916
Richard Hildebrandt Chef du Rasse- und Siedlungshauptamt de la SS 7.088
Friedrich Jeckeln SS- und Polizeiführer pour la partie sud occupée en Union soviétique 4.367 163.348
Leo von Jena SS-Ehren- und Rangführer 277.326 4.359.167
Hans Jüttner Chef du SS-Führungshauptamt
Ernst Kaltenbrunner Chef du RSHA (successeur de Heydrich)
Hans Kammler Chef du Amtsgruppe C « Génie Civil » 113.619 1.011.855
Wilhelm Keppler SS-Ehren- und Rangführer 50.816 62.424
Matthias Kleinheisterkamp Général commandant le XIe Corps d'Armée SS 132.399
Wilhelm Koppe Höhere SS- und Polizeiführer du Wartheland 25.955 305.584
Friedrich-Wilhelm Krüger SS- und Polizeiführer pour la Pologne 171.199 6.123
Hans Heinrich Lammers SS-Ehren- und Rangführer 118.404 1.010.355
Werner Lorenz Directeur de la Volksdeutsche Mittelstelle 6.636 397.994
Konstantin Freiherr von Neurath Ministre des Affaires étrangères du Reich; Protecteur de Bohême et de Moravie
Carl Oberg Höhere SS- und Polizeiführer à Paris
Artur Phleps Commandant de la 7e Division des SS-Freiwilligen-Gebirgs Prinz Eugen 401.214
Oswald Pohl Chef du SS-Wirtschafts- und Verwaltungshauptamt 147.614 30.842
Hans-Adolf Prützmann Höhere SS- und Polizeiführer en Russland 3.002 142.290
Fritz Sauckel SS-Ehren- und Rangführer 1.395
Paul Scharfe Chef intérimaire du Rasse- und Siedlungshauptamt 14.220 665.697
Julius Schaub Adjudant-chef personnel de Hitler 7 81
Fritz von Scholz Commandant de la 11e Division des SS-Freiwilligen-Panzergrenadier Nordland 135.638
Arthur Seyss-Inquart Gouverneur d'Autriche
Felix Steiner Commandant du IIIe SS-Panzerkorps germanique 253.351 1935 4.264.295
Wilhelm Stuckart Ministre de l'Intérieur du Reich 1936
Josias Erbprinz von Waldeck-Pyrmont SS- und Polizeiführer principal 2.139 160.025
Fritz Wächtler Gauleiter de l'Ostmark
Karl Wahl Gauleiter de Souabe 228.017 1934 9.803
Paul Wegener Gauleiter de Weser-Ems 353.161 286.225
Fritz Weitzel Höhere SS- und Polizeiführer « Ouest » et « Nord » 408 18.833
Karl Wolff Chef d’état-major personnel du ReichsführerSS 14.235 695.131
Udo von Woyrsch HSSPF Elbe 3.689 162.349
Alfred Wünnenberg Chef de la Police allemande 405.898 2.222.600

Hiérarchie de la SS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de la Schutzstaffel.

Unités d'administration plus précises de la SS[modifier | modifier le code]

Depuis 1939, la Allgemeine Schutzstaffel est composée de quatorze unités d'administration, les Oberabschnitte. Ces Oberabschnitte sont divisées elles-mêmes en au moins 38 Abschnitte, auxquelles sont subordonnées les régiments de la Allgemeine SS. Ces régiments se décomposent d'une part en 104 Fußstandarten et d'autre part en 19 Reiterstandarten (Reiter-SS). Jusqu'en 1942, le nombre des Fußstandarten monte jusqu'à 127. Les Fußstandarten créés par la suite ne jouèrent plus aucun rôle politique puisqu'ils n'existèrent que sur le papier et furent dissous peu après leur création.

Les SS-Sturmbanne, SS-Stürme, SS-Trupps, SS-Scharen et SS-Rotten sont subordonnés aux régiments SS.

14 Nachrichtenstürme, 13 Pionierstürme et 14 Kraftfahrstürme (Motor-SS) sont également subordonnés aux Oberabschnitten.

Les SS-Verfügungstruppe et les SS-Wachverbände furent regroupés en plusieurs régiments du fait qu'ils dépendaient de plusieurs branches d'administration.

Les SS-Oberabschnitte[modifier | modifier le code]

Les SS-Oberabschnitte (Oa) regroupent plusieurs SS-Abschnitte, sont en règle générale subordonnées à un Gruppen- ou Obergruppenführer et peuvent également être appelées Obergruppe. À une Oberabschnitt correspond une division de l'armée.

  1. SS-Oberabschnitt Donau (Vienne)
  2. SS-Oberabschnitt Süd (Munich)
  3. SS-Oberabschnitt Südwest (Stuttgart)
  4. SS-Oberabschnitt Rhein (Wiesbaden)
  5. SS-Oberabschnitt West (Düsseldorf)
  6. SS-Oberabschnitt Nordwest (Hambourg)
  7. SS-Oberabschnitt Nord (Stettin)
  8. SS-Oberabschnitt Nordost (Königsberg)
  9. SS-Oberabschnitt Ost (Berlin)
  10. SS-Oberabschnitt Südost (Breslau)
  11. SS-Oberabschnitt Elbe (Dresde)
  12. SS-Oberabschnitt Main (Nuremberg)
  13. SS-Oberabschnitt Fulda-Werra (Arolsen)
  14. SS-Oberabschnitt Mitte (Brunswick)

Les SS-Abschnitte[modifier | modifier le code]

Une SS-Abschnitt (Ab) (également appelée Untergruppe) regroupe plusieurs régiments SS, est subordonnée à un SS-Oberführer et correspond à une brigade dans l'armée.

Tableau de comparaison entre Abschnitte et Oberabschnitte
N° d’Abschnitt Oberabschnitt Siège N° d’Abschnitt Oberabschnitt Siège
I Süd Munich XX Nordwest Kiel
II Elbe Chemnitz XXI Südost Hirschberg
III Ost Berlin XXII Nordost Allenstein
IV Mitte Hanovre XXIII Ost Berlin
V West Essen XXIV Südost Oppeln
VI Südost Breslau XXV West Bochum
VII Nordost Königsberg XXVI Nordost Danzig
VIII Donau Linz XXVII Fulda-Werra Weimar
IX Main Wurzbourg XXVIII Main Bayreuth
X Südwest Stuttgart XXIX Südwest Constance
XI Rhein Coblence XXX Fulda-Werra Kassel
XII Ost Francfort sur l'Oder XXXI Donau Vienne
XIII Nord Stettin XXXII Süd Augsbourg
XIV Nordwest Brême XXXIII Nord Schwerin
XV Nordwest Altona XXXIV Rhein Neustadt an der Weinstraße
XVI Mitte Magdeburg XXXV Donau Graz
XVII West Münster XXXVI Donau Innsbruck
XVIII Elbe Halle XXXVII Elbe Reichenberg
XIX Südwest Karlsruhe XXXVIII Main Karlsbad

Les SS-Standarten[modifier | modifier le code]

Les SS-Standarten viennent après les SS-Abschnitt et rassemblent les SS. Le régiment est dirigé par un Standartenführer et regroupe 3-4 Sturmbanne (1 000 à 3 000 hommes). Le Standarte correspond au régiment.

Toutes les divisions de la SS comme la Allgemeine SS et la Reiter-SS qui lui est subordonnée, mais encore les Totenkopfverbände et les Verfügungstruppe sont composées de Standarten.

Toutefois, la dénomination Standarte n'a plus de correspondance avec l'armée à partir de 1935, au grand dam du Reichsführer-SS Himmler.

Tableau des Fußstandarten de l'Allgemeine SS
SS-Standarte Oberabschnitt Siège SS-Standarte Oberabschnitt Siège
1 Julius Schreck Süd Munich 53 Dithmarschen Nordwest Heide
2 Hessen Fulda-Werra Francfort sur le Main 54 Seidel-Dittmarsch Osten Landsberg (Warthe)
3 Thüringen Main Nuremberg 55 Weser Nordwest Verden
4 Schleswig-Holstein Nordwest Altona 56 Franken Main Bamberg
5 Mosel Rhein Trêves 57 Thüringer Wald Fulda-Werra Meiningen
6 Eduard Felsen Ost Berlin 58 West Cologne
7 Fritz Schlegel Elbe Plauen 59 Loeper Mitte Stassfurt
8 Niederschlesien Südost Hirschberg 60 Nordost Insterburg
9 Pommern Nord Stettin 61 Masuren Nordost Allenstein
10 Pfalz Rhein Kaiserslautern 62 Südwest Karlsruhe
11 Planetta Donau Vienne 63 Württemberg-Süd Südwest Tübingen
12 Niedersachsen Mitte Hanovre 64 Marienburg Nordost Marienwerder
13 Württemberg Südwest Stuttgart 65 Schwarzwald Südwest Fribourg
14 Gotaburg Fulda-Werra Gotha 66 Friedland Nordost Elbing
15 Brandenburg Ost Neuruppin 67 Wartburg Fulda-Werra Erfurt
16 Unterelbe Südost Breslau 68 Oberpfalz Main Ratisbonne
17 Mitte Celle 69 Sauerland West Hagen (Westfalen)
18 Ostpreußen Nordost Königsberg 70 Südost Glogau
19 Westfalen-Nord West Münster (Westphalie) 71 Weichsel Nordost Danzig
20 Fritz Weitzel West Düsseldorf 72 Lippe West Detmold
21 Mitte Magdeburg 73 Mittelfranken Main Ansbach
22 Von der Schulenburg Nord Schwerin 74 Ostsee Nord Greifswald
23 Oberschlesien Südost Beuthen 75 Widukind Ost Berlin
24 Ostfriesland Nordwest Oldenbourg 76 Donau Salzbourg
25 Ruhr West Essen 77 Nord Schneidemühl
26 Paul Berck Elbe Halle (Saale) 78 Rhein Wiesbaden
27 Ostmark Ost Francfort sur l'Oder 79 Südwest Ulm
28 Nordwest Hambourg 80 Groß-Beeren Ost Berlin
29 Schwaben Süd Lindau 81 Main Wurzbourg
30 Adolf Höh West Bochum 82 West Bielefeld
31 Niederbayern Süd Landshut 83 Ober-Hessen Fulda-Werra Gießen
32 Baden Rhein Heidelberg 84 Saale Elbe Chemnitz
33 Rhein-Hessen Rhein Darmstadt 85 Rhein Sarrebruck
34 Oberbayern Süd Munich 86 Hanauer Land Südwest Offenbourg
35 Fulda-Werra Cassel (Hesse) 87 Tirol Donau Innsbruck
36 Nordost Danzig 88 Stedingen Nordwest Brême
37 Ob der Enns Donau Linz 89 Holzweber Donau Vienne
38 Donau Graz 90 Franz Kutschera Donau Klagenfurt
39 Ostpommern Nord Köslin 91 Elbe Wittenberg
40 Nordwest Kiel 92 Alt-Bayern Süd Ingolstadt
41 Oberfranken Main Bayreuth 93 Rhein Coblence
42 Fritz von Scholz Ost Berlin 94 Obersteiermark Donau Leoben
43 Südost Frankenstein 95 Südost Trautenau
44 Uckermark Ost Eberswalde 96 Elbe Brüx
45 Neiße Südost Oppeln 97 Main Eger
46 Elbe Dresde 98 Südost Mährisch-Schönberg
47 Fulda-Werra Gera 99 Donau Znaim
48 Elbe Leipzig 100 Elbe Reichenberg
49 Mitte Goslar 101 Main Elbogen
50 Nordwest Flensbourg 102 Südost Jägerndorf
51 Mitte Göttingen 103 Elbe Aussig
52 Donau Krems 104 Südost Troppau

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Fußstandarten de l'Allgemeine SS regroupent 127 régiments, dont la plupart n'existaient que sur le papier et n'avaient pas atteint la puissance exigée par Himmler.

Les SS-Reiterstandarten (Reiter-SS)[modifier | modifier le code]

L'histoire des unités SS à cheval commence en 1931 avec la fondation de la division SS à cheval à Munich. SS-Reitersturm jusqu'en 1933, cette division forme le noyau de la future Reiter-SS (dont la dénomination officielle à partir de l'été 1934 est SS-Reiterstandarten (abrégée en SS-RSt.).

Les véritables SS-Reiterstandarten ont été formés à partir des associations de cavaliers et d'élevage équins incorporées dans la Schutzstaffel en 1933 et 1934. Le terme de Reiter-SS fut forgé à cette occasion.

Le Reiter-SS appartient la plupart du temps à la haute bourgeoisie et à la haute noblesse comme par exemple le prince Bernhard zur Lippe Biesterfeld, qui sera plus tard le mari de la reine des Pays-Bas et le père de Beatrix des Pays-Bas, qui succède à sa mère sur le trône néerlandais.

Heinrich Himmler avait dû de son côté assurer qu'un certain nombre de cavaliers faisant partie de ces associations serait acceptés dans la SS pour que ces derniers ne s'engagent pas dans les troupes à cheval de la SA. L'orientation politique de ces nouveaux membres n'a pas donné lieu à des contrôles, ainsi les membres de la Reiter-SS restèrent fidèles au Deutschnationale Volkspartei, ce qui fut maintes fois pointé du doigt par les SS-Führer les plus anciens[3].

Ce sont Hermann Fegelein, cavalier sportif, et son frère Waldemar qui dirigent alors la Reiter-SS. En 1937, le haras familial de Munich est transformé en SS-Hauptreitschule (une sorte de grande école de cavalerie SS) et placé sous l'autorité de Himmler.

Les Reiterstandarten (régiments de cavalerie) sont composés sur le même principe militaire que les Fußstandarten (Standarten, Sturmbanne et Stürme) et sont contrôlés par un SS-Oberabschnittleiter. Chaque Reiterstandarte présente au moins cinq Reiterstürme, un escadron sanitaire et un corps de trompettes.

Les Reiterstandarten sont rassemblés en Reiterabschnitten au sein des SS-Oberabschnitten et sont dirigés par un SS-Reiterführer.

Jusqu'en 1945, la Reiter-SS regroupait neuf Reiterabschnitte avec un ensemble de vingt-quatre régiments.

La Ve Reiterabschnitt présente une particularité : elle a été fondée le . Toutefois elle est commandée seulement à partir du par l'ancien SS-Hauptsturmführer Hermann Fegelein et mise par Heinrich Himmler sous la direction de la SS-Oberabschnitt Süd.

À partir de branches des Reiterstandarten 15 et 17 a été créé par la suite en 1939 le SS-Reiterstandarte Totenkopf puis placé dans les SS-Totenkopfverbände de Theodor Eicke. En 1940, on divise le SS-Reiterstandarte Totenkopf en régiments de cavalerie SS 1 et 2. Ils sont placés sous le Kommandostab RFSS en tant que partie de la Waffen-SS. C'est entre ses rangs qu'a été fondée la division de Cavalerie SS Florian Geyer.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale le , l'ancienne influence de la Reiter-SS au sein du Scharzen Orden de Himmler diminua considérablement. La majorité de ses membres firent leur service dans les rangs de la Wehrmacht. Seule une petite partie s'incorporèrent dans la Waffen-SS. C'est ainsi qu'à partir de 1940, les Reiterstandarten n'existèrent plus que sur le papier.

La Reiter-SS fut la seule formation SS qui n'a pas été condamnée en 1946 comme organisation criminelle par les procés complémentaires de Nuremberg (en)[4].

Tableau des Standarten de la Reiter-SS (jusqu'en 1940)
SS-Reiterstandarte Oberabschnitt Siège SS-Reiterstandarte Oberabschnitt Siège
1 Nordost Insterbourg 11 Südost Breslau
2 Nordost Marienbourg 12 Nord Schwerin
3 Nordost Treubourg 13 Rhein Mannheim
4 Nordwest Hambourg 14 Südwest Stuttgart
5 Nord Stettin 15 Süd Munich
6 West Düsseldorf 16 Elbe Dresde
7 Ost Berlin 17 Main Ratisbonne
8 West Paderborn 18 Donau Vienne
9 Nordwest Brême 19 Mitte Hanovre
10 Fulda-Werra Arolsen Totenkopf Süd Munich

Les SS-Sturmbanne[modifier | modifier le code]

La SS-Sturmbann a été fondée à partir de 3 SS-Stürmen, dirigé par un SS-Sturmbannführer et regroupait entre 250 et 600 SS, soit l’équivalent dans l'armée d’un bataillon.

La Sturmbann était traditionnellement une unité de la SA et a été reprise par la SS en 1930.

On trouve la SS-Sturmbann dans toutes les sous-divisions de la Schutzstaffel, tant dans la Allgemeine SS et ses Reiterstandarten (y compris Totenkopf) que dans les Totenkopfverbände. Au départ, le terme de Sturmbann était également utilisé dans les Leibstandarte et les Verfügungstruppe mais son usage a été très vite abandonné au profit du terme utilisé dans la Wehrmacht, toujours au grand dam de Himmler.

Les SS-Stürme[modifier | modifier le code]

La SS-Sturm comprend 3 Truppe jusqu'en et est sous la direction d'un Sturmführer. Elle regroupe entre 70 et 120 hommes. Ce qui lui correspond dans l'armée est la compagnie. En , le grade de Sturmführer est remplacé par celui de Untersturmführer.

Les Nachrichten-, Pionier- et Kraftfahrstürme de la Allgemeinen SS en sont des exemples. Le SS-Sturm d'un Fußstandarte correspondait à d'autres divisions SS comme la Reiter-SS ou les régiments Totenkopf.

Même la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler comprenait à son origine des Stürme. Cependant à partir de 1935, la concordance entre ces divisions SS et l'armée fut obligatoire.

Les SS-Nachrichtenstürme[modifier | modifier le code]

Les SS-Nachrichtenstürme sont divisés de la même manière que les Fuß- et Reiterstürme de la Allgemeine SS et correspondaient aux Totenkopfverbänden et autres unités armées SS.

Tableau des unités de renseignement de la Allgemeine SS
SS-Nachrichtensturm Oberabschnitt Siège SS-Nachrichtensturm Oberabschnitt Siège
1 Süd Munich 8 Ost Berlin
2 Südwest Stuttgart 9 Elbe Dresde/Reichenberg
3 Fulda-Werra Arolsen 10 Südost Breslau
4 West Düsseldorf 11 Main Nuremberg/Karlsbad
5 Mitte Brunswick 12 Nord Stettin
6 Nordwest Hambourg 13 Rhein Wiesbaden/Mannheim
7 Nordost Königsberg 14 Oberabschnitt Donau Vienne
Les Pionierstürme de l’Allgemeine SS[modifier | modifier le code]

Les SS-Pionierstürme sont divisées de la même façon que les Fuß- et Reiterstürme de la Allgemeine SS. On les retrouve dans les Totenkopfverbänden et les Verfügungstruppe y compris les Leibstandarte.

Tableaux des unités de pioniners de la Allgemeine SS
SS-Pioniersturm Oberabschnitt Siège SS-Pioniersturm Oberabschnitt Siège
1 Süd Munich 9 Elbe Dresde
2 Südwest Stuttgart 10 Südost Breslau
3 Fulda-Werra Arolsen 11 Mitte Magdebourg
4 West Cologne 12 Rhein Mannheim/Ludwigshafen
5 Nordwest Hambourg-Wilhelmsbourg 13 Donau Vienne
6 Nord Stettin ----- ----- -----
7 Nordost Königsberg ----- ----- -----
8 Ost Berlin ----- ----- -----
Les SS-Kraftfahrstürme[modifier | modifier le code]

Les SS-Kraftfahrstürme ou SS-Motor-Stürme sont divisées de la même manière que les Fuß- et Reiterstürme de la Allgemeine SS.

Tout d'abord subordonnées à la Motor-SA, elles deviennent à partir de 1930 relativement indépendantes. Elles se scindent définitivement de la SA à l'été 1934.

C'est de l'ancienne Motor-SA et de divers clubs automobiles qu'est né le Nationalsozialistische Kraftfahrerkorps (NSKK).

On retrouve les Kraftfahrstürme également dans les SS-Verbänden Leibstandarte armées, les Verfügungstruppe et Totenkopf.

Tableau des unités de transport de la Allgemeine SS
SS-Kraftfahrsturm Oberabschnitt Siège SS-Kraftfahrsturm Oberabschnitt Siège
1 Süd Munich/Augsbourg 8 Donau Linz/Vienne/Graz/Innsbruck
2 Fulda-Werra Erfurt/Francfort sur le Main 9 Südost Breslau/Oppeln
3 Ost Berlin/Senftenberg 10 Südwest Stuttgart/Karlsruhe/Fribourg
4 Nordwest Hambourg/Kiel/Brême 11 Mitte Magdebourg/Hanovre
5 West Düsseldorf/Buer (Westphalie)/Dortmund 12 Main Bamberg/Schweinfurt/Nuremberg/Asch
6 Elbe Dresde/Chemnitz/Reichenberg 13 Nord Schwerin/Stettin
7 Nordost Königsberg/Elbing/Danzig 14 Rhein Bingen/Kaiserslautern

Les SS-Trupps[modifier | modifier le code]

La SS-Trupp se compose de 3 Scharen et jusqu'en , elle est dirigée par un Truppführer. Entre 20 et 60 SS composent ses rangs. Elle correspond au peloton. En le grade de Truppführer est transformé en Oberscharführer.

Selon les directives officielles, la SS-Verfügungstruppe commence à partir de 1935 à reprendre la dénomination de vigueur dans l'armée. Les Leibstandarte et les Totenkopfverbände suivirent peu après.

Les SS-Scharen[modifier | modifier le code]

La SS-Schar se compose jusqu'en de deux Rotten avec au total huit hommes et est dirigée par un Scharführer. En , le grade de Scharführer est changé en Unterscharführer.

La dénomination SS-Schar était utilisée dans toutes les divisions SS.

Les SS-Rotten[modifier | modifier le code]

La SS-Rotte est la plus petite unité de la Schutzstaffel. Elle est composée de quatre hommes et est commandée par un Rottenführer. Cette dénomination était en vigueur dans toutes les divisions SS.

Les Standarten de la SS-Verfügungstruppe et des SS-Wachverbände[modifier | modifier le code]

Les régiments de la Verfügungstruppe et des SS-Totenkopfverbände étaient divisés de la même manière que pour les Fuß- et Reiter-Standarten de la Allgemeine SS.

Articles détaillés : Verfügungstruppe et SS-Totenkopfverbände.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gunter d’Alquen: Die SS. Geschichte, Aufgabe und Organisation der Schutzstaffeln der NSDAP (Schriften der Hochschule für Politik 2,33), Berlin 1939.
  • Robert Bohn: Der Sporrenberg-Bericht. Ein Dokument aus dem Innern des SS-Apparates, in: Historische Mitteilungen, 1993, j. 6, n. 2, p. 250–277.
  • Bernd Boll: Aktionen nach Kriegsbrauch. Wehrmacht und 1. SS-Infanteriebrigade 1941, in: Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 2000, j. 48, n. 9, p. 775–789.
  • Charles von Denkwoski: Zur Verschmelzung von SS und Polizei – das Reichssicherheitshauptamt, in: Kriminalistik, 2003, j. 57, n. 8–9, p. 525–533.
  • Carlo Gentile: Politische Soldaten. Die 16. SS-Panzer-Grenadier-Division Reichsführer-SS in Italien 1944, in: Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 2001, bd. 81, p. 529–561.
  • Werner Haupt: Gliederung und Organisation der SS (Stand: 9.11.1944), Stuttgart 1981.
  • Klaus D. Patzwall: Das SS-Funkschutz-Bataillon der Waffen-SS, in: Militaria, 1996, j. 18, n. 4, p. 106.
  • Klaus D. Patzwall: Die SS-Bekleidung. 2. weißer Dienstrock für SS-Führer, in: Militaria, 1985, j. 9, h. 2, p. 24–26.
  • Edward Prus: Die Bildung und die Kampftätigkeiten der 14. SS-Division Galizien, in: wojskowy przeglad historyczny, 1988, n. 4, p. 104.
  • Hans Joachim Schneider: Der SS-Totenkopfsturmbann Stutthof, in: Dachauer Hefte, 1994, j. 10, n. 10, p. 115–141.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heinz Höhne: Der Orden unter dem Totenkopf – Die Geschichte der SS, Weltbild-Verlag, p. 29.
  2. Volkstum serait plutôt germanitude.
  3. Heinz Höhne : Der Orden unter dem Totenkopf - Die Geschichte der SS, Weltbild-Verlag, p. 129 et 130.
  4. Heiner Wember, Umerziehung im Lager. Internierung und Bestrafung von Nationalsozialisten in der britischen Besatzungszone Deutschlands, Essen 1991, ISBN 3-88474-152-7 (Düsseldorfer Schriften zur Neueren Landesgeschichte Nordrhein-Westfalens; Bd.30), p. 152

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens internet[modifier | modifier le code]