Street Fighter II': Champion Edition

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Street Fighter II'
Champion Edition
Image illustrative de l'article Street Fighter II': Champion Edition

Éditeur Capcom
Développeur Capcom

Date de sortie Mars 1992
Genre Jeu de combat
Mode de jeu 1 à 2 joueurs
Plate-forme
Arcade :
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Console(s) portable(s) :
Média PCB, cartouche, CD-ROM, DVD-ROM, UMD
Contrôle Joystick + 6 boutons, manette

Street Fighter II': Champion Edition est un jeu de combat en un-contre-un développé et édité par Capcom sur système d'arcade CP System en mars 1992. C'est la première amélioration du jeu Street Fighter II: The World Warrior. Il a été adapté sur de nombreuses plates-formes de jeu[1],[2], parmi lesquelles la Super Nintendo et la Sega Mega Drive.

Description[modifier | modifier le code]

Ce jeu est la première amélioration de la série Street Fighter II dont la mouture originale était sortie un an auparavant. Les principales nouveautés sont le fait que les quatre boss sont désormais jouables, que les combats entre deux copies du même personnage soient désormais possibles grâce à une nouvelle palette de couleurs par personnage exclusive à cette mouture du jeu (un gi bleu marine pour Ryu et Ken, une tenue de GI orangée pour Guile, une robe rouge pour Chun-Li, un costume vert pour Vega et M.Bison, etc.) ; une large modification de l'écran de sélection des personnages et de leurs portraits, ainsi qu'une légère augmentation de la vitesse de ceux-ci.

Mais l'autre importante nouveauté réside dans les multiples améliorations tactiques et stratégiques portées aux attaques des personnages de départ, les fameux World Warriors :

  • Ryu et Ken (jusqu'alors identiques dans Street Fighter I et The World Warrior, la première mouture du jeu Street Fighter II), se voient chacun différenciés l'un-l'autre : la Hadouken (boule de feu) de Ryu est plus puissante et se produit plus rapidement que celle de Ken, tandis que le Shoryuken (Dragon Punch) de celui-ci porte désormais plus loin que celle du japonais. Le Tatsumaki-Sempu-Kyaku (Hurricane Kick) de Ken est plus rapide et moins efficace tandis que celui de Ryu reste le même. Ceci ajoute une dimension stratégique au choix du personnage entre Ryu et Ken, qui était auparavant purement esthétique.
  • Edmond Honda peut désormais se déplacer en avant ou en arrière lorsqu'il exécute le Hundred Hand Slap, ce qui lui permet d'aller chercher son adversaire ou au contraire de le coincer dans un coin.
  • Chun-Li se voit offrir une nouvelle attaque, le Hienshu (coup de genou sur salto), au cours duquel elle exécute un salto au-dessus de son adversaire, avant de lui loger un coup de genou à l'arrière du crâne lors de son retour au sol. L'avantage stratégique de cette attaque est qu'elle ne peut être bloquée, car celle-ci porte après que Chun-Li se soit placée derrière son adversaire, rendant toute garde adverse inefficace. L'unique moyen d'éviter le Hienshu est donc de fuir le lieu d’atterrissage de la jeune chinoise.
  • Jimmy Blanka voit son Electric Thunder amélioré : celui-ci est bien plus facile à produire que dans la mouture originale.
  • Zangief se découvre la possibilité de délivrer des coups de boule à ses adversaires en plein vol.
  • William Guile dispose désormais d'une nouvelle attaque, le Knee Bazooka (genou lance-roquettes), qui est d'une importance cruciale pour ses joueurs : il peut être utilisé pour attaquer l'adversaire (ou pour l'en dissuader) tout en chargeant le Sonic Boom.
  • Dhalsim se voit offrir trois Drill Attacks (attaques perceuse) diagonaux, à angles divers, qui lui permettent de viser précisément son adversaire et donc de saper ses défenses.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le système de 1 contre 1 des deux jeux Street Fighter précédents est maintenu.

Comme dans le jeu original, le joueur, une fois ses crédits obtenus, peut lancer la partie et choisit son personnage parmi les 12 disponibles (les 4 boss de fin du jeu original sont désormais jouables dès le départ), puis découvre son premier adversaire. Au joueur de faire usage des techniques de combat et des coups spéciaux (spécifiques à chaque personnage sauf pour Ryu/Ken, ou les différences sont mineures) pour mettre son adversaire K.O. (en vidant sa "jauge" de vitalité) par deux fois avant que ce dernier n'y parvienne sur lui.

Le premier des deux combattants qui y parvient remporte le combat. Si c'est le joueur qui l'emporte, il continue la partie et affronte l'adversaire suivant. Mais si c'est l'adversaire qui emporte le combat, alors le joueur perd un crédit et doit en remettre un crédit dans les 10 secondes, sans quoi sa partie est terminée (Game Over).

Le joueur doit affronter une fois chacun des 8 personnages du jeu de départ, dont son clone (dans la tenue spéciale crée pour l'occasion), puis vaincre les 4 boss de fin (toujours dans le même ordre que le jeu original) pour terminer le jeu. Ce qui donne 12 combats à remporter par partie. La difficulté de ceux-ci va croissant  : le premier combat est facile, voire imperdable afin d'accrocher le joueur, tandis que le troisième ou quatrième combat (dans la plupart des cas Ryu ou Zangief) est particulièrement corsé pour "étriller" les joueurs (en accélérant le relais d'un joueur à un autre) et augmenter le rendement de la machine, tandis que les quatre boss sont très difficiles à vaincre, particulièrement Vega et Bison.

Bien que les 4 boss finaux du jeu original (The World Warrior) sont désormais jouables et sélectionnables par le joueur, ils restent des boss de fin et donc sont toujours les derniers combattants que le joueur affronte, dans l'ordre Balrog - Vega - Sagat - M.Bison. Ce dernier reste donc le boss de fin, que le joueur doit vaincre pour remporter la partie, finir le jeu et visualiser la cinématique de fin de son personnage.

Un autre joueur peut à tout moment obtenir ses crédits et lancer la partie à son tour. Si deux joueurs lancent un crédit en même temps, tout combat en mode un joueur (donc joueur contre ordinateur) est interrompu pour laisser place à l'écran de sélection des personnages, ou les deux joueurs peuvent sélectionner un combattant (le même s'ils le désirent), et s'affronter l'un contre l'autre là ou le premier joueur se trouvait au départ. Si c'est au début du jeu, alors l'emplacement du combat sera aléatoire.

Le principe reste alors le même qu'en mode un joueur : le premier à mettre l'adversaire K.O. par deux fois remporte le combat. Le vaincu perd un crédit et doit donc en remettre un en jeu pour continuer à jouer. Si le deuxième joueur à avoir rejoint la partie perd le combat face au joueur présent au départ, et ne remet pas de crédit, sa partie est terminée et celle du joueur de départ en mode un joueur reprend, là ou elle fut interrompue (le combat interrompu est cependant perdu, le joueur devant à nouveau battre l'adversaire qu'il était en train de combattre).

Personnages[modifier | modifier le code]

Les personnages marqués d'une astérisque sont jouables pour la première fois. Sagat, bien que présent dans Street Fighter I, n'y était pas jouable.

Portages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]