Street Fighter Alpha 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (août 2015).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Street Fighter Alpha 3
Image illustrative de l'article Street Fighter Alpha 3

Éditeur Capcom
Développeur Capcom

Date de sortie Juin 1998
(+ voir § portages)
Genre Combat
Mode de jeu un ou deux joueurs
Plate-forme
Arcade
Console(s)
Console(s) portable(s)
Média Cartouche, CD-ROM, GD-ROM
Contrôle Joystick + 6 boutons, manette

Street Fighter Alpha 3, connu au Japon sous le nom Street Fighter Zero 3 (ストリートファイターZERO 3?), est un jeu vidéo de combat développé et édité par Capcom sur CP System II en juin 1998. C'est le troisième épisode de la série Street Fighter Alpha et il fait suite à Street Fighter Alpha 2, incluant de nouveaux personnages et des améliorations au niveau du système de jeu comme la possibilité d'effectuer des juggles. Le jeu est par la suite converti sur plusieurs consoles de salon ou portables[1],[2].

Une version légèrement améliorée intitulée Street Fighter Zero 3 Upper sort en 2001 sur borne d'arcade, et est adaptée sur Game Boy Advance sous le nom Street Fighter Alpha 3 Upper. Le portage sur PlayStation Portable s'intitule Street Fighter Alpha 3 Max.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Bases[modifier | modifier le code]

Le système de contrôle du jeu Street Fighter Alpha 3 se présente sous la forme d'un joystick (pour la version arcade CP System II) et de six boutons d'attaque : trois boutons pour les coups de poing et trois pour les coups de pieds, léger et rapide, moyen et puissant et lent. Les directions gauche et droite du joystick servent à déplacer le joueur, la direction haut à sauter et la direction bas à se baisser. Il faut ajouter à ces possibilités la garde (protection) qui se fait en orientant le joystick dans la direction opposée à l'adversaire, mais celle-ci est limitée par une jauge de garde qui laisse le joueur ouvert à une attaque adverse si celle-ci se vide complètement.

Subtilités et particularités[modifier | modifier le code]

  • Il est possible de lancer des attaques spéciales propres à chaque personnage en exécutant une manipulation définie à l'aide du joystick, par exemple des quarts de cercles ou des 360° (ceci est très similaire à la majorité des jeux du genre)
  • Il est également possible de lancer des super attaques spéciales bien plus puissantes, mais limitées en nombre par une jauge se remplissant à chaque attaque.
  • Une particularité intéressante de Street Fighter Alpha 3 contrairement, par exemple, à la série King of fighters (excepté les versions 96, 97 et 98), est la garde aérienne. Il est en effet possible dans Street Fighter Alpha 3 de se protéger en plein saut, ce qui augmente considérablement les possibilités tactiques et d'anticipation.
  • Street Fighter Alpha 3 dispose de trois systèmes de jauge de super attaque bien distincts, à choisir en même temps que le personnage :
  1. X-ISM : La jauge est une jauge simple, elle permet le déclenchement d'une super attaque une fois la jauge totalement remplie et se vide ensuite entièrement. La garde aérienne est impossible dans ce système et la défense du personnage est légèrement en dessous de la moyenne, mais il frappe aussi légèrement plus fort. Il s'agit du système original de la franchise Street Fighter, adopté dans le premier de ses jeux intégrant les super attaques, Super Street Fighter 2 Turbo.
  2. A-ISM : C'est le système « standard » du jeu, la jauge se divise en trois sous-parties de même taille se remplissant l'une après l'autre, il est donc possible de lancer des super attaques spéciales de trois niveaux différents (correspondant à un, deux ou trois niveaux de jauge remplis). Le niveau de défense et d'attaque du personnage sont moyens. Ce système, devenu une référence des jeux de combat par la suite, est celui qui accompagnait les jeux Street Fighter Alpha 1 ou encore les Street Fighter EX.
  3. V-ISM : C'est le système à jauge dite « variable », il est impossible de lancer des super attaques spéciales conventionnelles dans ce système. La jauge est divisée en deux, et commence à se vider lorsque le joueur appuie simultanément sur deux boutons de coup de poing et pied de même force. Pendant que la jauge se vide, une sorte de fantôme suit le joueur et répète ses actions à quelques secondes d'intervalles, permettant des enchaînements personnalisés et variables. Ce système provient de l'opus précédent, Street Fighter Alpha 2.

À noter que les différents personnages n'ont généralement pas les mêmes attaques spéciales d'un système à l'autre.

  • Il est possible de « reprendre ses esprits » plus vite après avoir été projeté en appuyant sur deux boutons de coup de poing simultanément en plein air. Il est également possible, toujours après avoir été projeté, d'effectuer une roulade salvatrice en appuyant sur deux boutons de coup de pied juste avant de toucher le sol.
  • Il est enfin possible, pendant une garde, d'effectuer un contre appelé « alpha counter » qui ne provoque que de faibles dommages mais qui interrompt l'enchaînement de l'adversaire en le projetant dans les airs. Ceci se fait en appuyant sur (avant + coup de poing fort + coup de pied fort) pendant la garde. Cette manipulation, qui ne peut s'effectuer en mode X-ISM, fait perdre un niveau de jauge de super spéciale, et diminue la taille de la jauge de garde (à utiliser avec parcimonie donc).

Liste des personnages[modifier | modifier le code]

Personnages apportés sur les versions consoles :

Personnages exclusivement disponibles sur les versions GameBoy Advance et PlayStation Portable :

Personnage disponible exclusivement sur la version PlayStation Portable :

Portages[modifier | modifier le code]

Logo de la version améliorée sortie sur borne d'arcade en 2001 dénommée Street Fighter Zero 3 Upper.
  • 1998 - PlayStation ;
  • 1999 - Saturn ;
  • 1999 - Dreamcast, titré Street Fighter Zero 3 : Saikyo-Ryu Dojo au Japon ;
  • 2001 - Dreamcast, titré Street Fighter Zero 3: Saikyo-Ryu Dojo for Matching Service au Japon ;
  • 2001 - Arcade, titré Street Fighter Zero 3 Upper ;
  • 2002 - Game Boy Advance, titré Street Fighter Alpha 3 Upper (ou Street Fighter Zero 3 Upper) ;
  • 2006 - PlayStation Portable, nommé Street Fighter Alpha 3 Max (ou Street Fighter Zero 3 Double Upper) ;
  • 2006 - PlayStation 2 dans la compilation Street Fighter Alpha Anthology.

Accueil[modifier | modifier le code]

En 2014, Marcus souligne la qualité des graphismes, encore plus précis que ceux des précédents jeux[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Street Fighter Alpha 3 sur Arcade-History
  2. (en) Street Fighter Alpha 3 sur Progetto EMMA
  3. Marcus (ill. Guillaume Lapeyre, photogr. Raoul Dobremel, mise en couleurs Julien Nido), Nos Jeux vidéo 90-2000 : De la raquette de Pong au racket dans GTA, l'irrésistible ascension des jeux vidéo, Hors Collection, coll. « Nostalgie / Nostalgie illustré »,‎ , 1e éd. (1re éd. 2014), 142 p., 260 × 260 mm, broché (ISBN 978-2-258-11049-6, notice BnF no FRBNF44203686, présentation en ligne), partie 1, « La PlayStation, le retour du jeu cool ! », p. 13

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]