Stratobus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stratobus
Image illustrative de l’article Stratobus
Vue d'artiste du Stratobus

Type Prototype
Constructeur Drapeau : France Thales Alenia Space
Premier vol Prévu 2019
Mise en service Prévue 2020
Motorisation

Stratobus est un concept de plateforme stratosphérique autonome à mi-chemin entre le satellite, le dirigeable et le drone[1].

Ce projet, sélectionné par le ministère de l’industrie et du numérique dans le cadre de la Nouvelle France industrielle, est réalisé avec un ensemble de cinq industriels français et deux partenaires étrangers[2].

Thales Alenia Space en est le maître d’œuvre industriel, sous la responsabilité de Jean-Philippe Chessel.

Cette plateforme a pour objectif d'être localisée dans la stratosphère (une position située au-dessus de l’espace dédié au trafic aérien et des jet-streams), avec la possibilité d'héberger des charges utiles.
Le projet est labellisé par le pôle de compétitivité Pégase, devenu SAFE Cluster[3], chargé de relancer la filière dirigeables en France[4], ainsi que par le pôle de compétitivité Techtera pour les innovations textile[5] et par le pôle de compétitivité S2E2, pour les innovations énergétiques[6].

Plateforme multi-missions[modifier | modifier le code]

Stratobus est une plateforme multi-missions en cours d'étude destinée à des applications aussi bien civiles que militaires dans les domaines de l'observation, Télécommunication et navigation[1].

Innovations techniques[modifier | modifier le code]

Le concept Stratobus fait appel à des innovations techniques :[source insuffisante]

  • Un concentrateur solaire placé à l’intérieur du ballon (un brevet Thales Alenia Space[source insuffisante]) le concentrateur solaire et l’anneau permettant la rotation de l’enveloppe permettent de maximiser les Watts par kg et de réduire son encombrement[source insuffisante].
  • une pile à combustible réversible permettant de disposer à bord d’une quantité d’énergie de jour comme de nuit. La pile à combustible réversible alimentée par le générateur solaire accumule de l'énergie dans la journée, pour l'alimenter en énergie la nuit.
  • Un anneau passé autour du ballon permet d'effectuer une rotation de l'enveloppe de telle sorte que celui-ci soit toujours face au soleil en journée et en toute saison[source insuffisante].

Transportable[modifier | modifier le code]

L’enveloppe du ballon est étudiée pour être pliable et pour tenir dans un container de 40 pieds pour être transporté par voies maritimes, ferroviaires et aériennes[source insuffisante].

Un ballon sécurisé[modifier | modifier le code]

Stratobus dispose de matériaux d’enveloppe souples, volontairement non rigides pour optimiser la masse, en légère surpression[source insuffisante]. Elle contient trois enveloppes avec les fonctions suivantes : Deux d’entre elles serviront à faire l’étanchéité entre le gaz porteur et l’air externe, la troisième étant constituée d’un tissu résistant en fils de carbone[source insuffisante]. L’enveloppe propose une compatibilité des deux gaz porteurs l’hélium ou le dihydrogène. La création de l’enveloppe souple du Stratobus est assurée par l’industriel CNIM Air Space[7]. CNIM Air Space est partenaire[8] de Thales Alenia Space au sein du programme Stratobus.
Un parachute en forme d'aile permet une descente sécurisée de la nacelle en cas d'explosion du ballon[9].

Zones géographique d'utilisation[modifier | modifier le code]

En dehors des zones situées entre les tropiques, Stratobus pourra être utilisé pour des missions saisonnières comme la surveillance des incendies en forêts pendant les mois d’été.

Partenariat industriel[modifier | modifier le code]

Le partenariat est composé d'industriels européens, et de centres de recherche publique[2]. Le programme Stratobus rassemble notamment cinq industriels français[10] : Alcen, Solution F (pour la propulsion électrique), Tronico (l’électronique de puissance), CNIM Air Space (l’enveloppe équipée) et CNIM (nacelle).

Financement[modifier | modifier le code]

Stratobus, projet de recherche et développement collaboratif sur 2 ans, est financé à hauteur de 16,6 millions d’euros sous forme de subventions et d’avances récupérables, par le programme Investissements d'avenir (PIA), piloté par le Commissariat général à l'investissement (CGI) et opéré par Bpifrance[11].

Avancée du programme[modifier | modifier le code]

  • Le , Thales Alenia Space reçoit sur son site de Cannes, la visite de Thierry Mandon, secrétaire d’État à la Recherche et à l’Enseignement supérieur[12]. En complément à sa visite dans les salles blanches c'est l’occasion d’échanger autour des grands enjeux de la société dans un monde du spatial en profonde mutation[13],[14]. Thales Alenia Space annonce le démarrage officiel du projet de Recherche et Développement Stratobus[15].
  • Entre 2016 et 2018, le programme fabrique un démonstrateur technique d'une valeur de 400 euros par l'équipe de Jean-pierre Prost pour valider le comportement dynamique[16].
  • Fin 2018, 45 millions d'euros sont mobilisés pour les travaux de recherche et développement depuis le démarrage du projet[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview Jean-Philippe Chessel par Thales Q&A
  2. a et b Rémy Decourt, « Le projet Stratobus », dans Air & Cosmos, no 2491, 11 mars 2016
  3. « Stratobus | Safecluster » (consulté le 29 janvier 2021)
  4. Jean-Philippe Chessel, « Stratobus : entre le drone et le satellite », Conférence faite au groupe Côte d'Azur de la 3AF le 1ermars 2016, Voir le blog 3AF Côte d'Azur
  5. « Lancement du projet STRATOBUS », sur Techtera (consulté le 29 janvier 2021)
  6. « STRATOBUS », sur S2E2 (consulté le 29 janvier 2021)
  7. A. B. Makar, K. E. McMartin, M. Palese et T. R. Tephly, « Formate assay in body fluids: application in methanol poisoning », Biochemical Medicine, vol. 13, no 2,‎ , p. 117–126 (ISSN 0006-2944, PMID 1, DOI 10.1016/0006-2944(75)90147-7, lire en ligne, consulté le 24 avril 2020)
  8. K. S. Bose et R. H. Sarma, « Delineation of the intimate details of the backbone conformation of pyridine nucleotide coenzymes in aqueous solution », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 66, no 4,‎ , p. 1173–1179 (ISSN 1090-2104, PMID 2, DOI 10.1016/0006-291x(75)90482-9, lire en ligne, consulté le 24 avril 2020)
  9. Michel Bovas, « Le projet de dirigeable stratosphérique StratoBus est lancé », dans L'Usine Nouvelle, 27 avril 2016, Le projet de dirigeable stratosphérique StratoBus est lancé
  10. R. J. Smith et R. G. Bryant, « Metal substitutions incarbonic anhydrase: a halide ion probe study », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 66, no 4,‎ , p. 1281–1286 (ISSN 0006-291X, PMID 3, DOI 10.1016/0006-291x(75)90498-2, lire en ligne, consulté le 24 avril 2020)
  11. Finyear, 17 juin 2016, « Le projet Stratobus va bénéficier d’une aide de 16,6 M€ dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) opéré par Bpifrance »
  12. « Thierry Mandon, secrétaire d’État à la Recherche et à l’Enseignement supérieur en visite chez Thales Alenia Space », communiqué de presse Thales Alenia Space, 26 avril 2016, en ligne sur le site Thales
  13. Jean-Pierre Largillet, « Le coup de chapeau de Thierry Mandon à Thales Alenia Space! », dans WebTimeMedias, 27 avril 2016, en ligne sur le site WebTimeMedias
  14. Gaëlle Arama, « Thierry Mandon : "L'État doit continuer son effort" », dans Nice-Matin, 27 avril 2016, en ligne sur le site Nice-Matin
  15. Stratobus décolle !, Communiqué de presse Thales Alenia Space, 26 avril 2016, en ligne sur le site Thales
  16. « Stratobus : production du premier appareil en 2019 », sur Sciences et Avenir (consulté le 18 février 2019)
  17. « Thales Alenia Space : un premier prototype pour Stratobus », sur tribuca.net (consulté le 18 février 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]