Stotzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stotzheim (Euskirchen) et Stotzheim (Hürth).

Stotzheim
Stotzheim
Rue Principale.
Blason de Stotzheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Obernai
Intercommunalité C.C. Barr-Bernstein
Maire
Mandat
Jean-Marie Koenig
2014-2020
Code postal 67140
Code commune 67481
Démographie
Population
municipale
999 hab. (2015 en diminution de 7,5 % par rapport à 2010)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 49″ nord, 7° 29′ 32″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 189 m
Superficie 13,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Stotzheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Stotzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Stotzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Stotzheim

Stotzheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du village de Stotzheim (Bas-Rhin).

Stotzheim est une commune faisant partie du canton de Barr et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein. La commune longe le Mulhbach, canal de dérivation de l'Andlau et est située dans la plaine. Les habitants vivent de la culture, du tabac notamment. Les habitants sont appelés les Stotzheimois.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Stozzezswilare, 783 ;
  • Stozzeswilla, 787 ;
  • Stotesheim, 824.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné la première fois en 783. À partir de 1314, il passe à l'évêché de Strasbourg. Le village est pillé dès 1444 par les Armagnacs. Il est incendié en 1622 par les troupes du comte de Mansfield. La synagogue et la mairie datent des années 1830. Les écoles sont également construites au XIXe siècle par Antoine Ringeisen. La commune, qui s'étend le long du Muhlbach, canal de dérivation de l'Andlau, est situé dans la plaine et vit de ses cultures, de tabac notamment.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Stotzheim

Les armes de Stotzheim se blasonnent ainsi :
« D'azur aux trois écots d'or, celui du centre plus gros, plantés en pal sur une terrasse de gueules. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Stotzheim.

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 777 000 , soit 749  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 489 000 , soit 472  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 271 000 , soit 266  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 288 000 , soit 277  par habitant ;
  • endettement : 470 000 , soit 453  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,97 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,16 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 36,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Frindel    
mars 2008 en cours Jean-Marie Koenig[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 999 habitants[Note 1], en diminution de 7,5 % par rapport à 2010 (Bas-Rhin : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1571 2331 3381 5681 7261 7991 7231 7201 770
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 7961 7641 6811 6091 4931 4951 4431 3851 369
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3611 3291 2991 1551 0711 0611 0661 0401 026
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0021 0211 0721 0059539601 0211 0301 038
2013 2015 - - - - - - -
1 008999-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas (1765)[modifier | modifier le code]

L'église actuelle construite en 1765 fait suite à un autre édifice érigé en 1626 qui a été démolie pour la remplacer par une église plus grande[8]. Le mobilier est alors entièrement renouvelé. Le maître-autel à baldaquin est réalisé par le menuisier Scharmatt. Le tableau de saint Nicolas exposé dans l'église est une œuvre du peintre Jacob Erhart de Sélestat. Le tombeau d'autel provient de Pontarlier (Doubs) et le tabernacle de Lachapelle-sous-Chaux (Territoire de Belfort). Martin Feuerstein natif de Barr décore de grisailles les lambris du chœur, en 1875. Dans le mur Nord de la nef est encastrée la dalle funéraire de Jean-Frédéric de Schwengsfeld (1719-1783), général de brigade puis maréchal de camp au cours de la campagne de Bohême et pendant la guerre de Sept Ans. Dans un buffet d'orgue de 1751 dû au célèbre Jean-André Silbermann, classé Monument Historique[9] et provenant du couvent des Franciscains de Sélestat, est installé un instrument, à traction pneumatique, de Martin et Joseph Rinckenbach de 1904.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ancienne synagogue[modifier | modifier le code]

La synagogue, inaugurée en 1837, est désaffectée depuis 1939[10].

Moulin Gelb[modifier | modifier le code]

Ce moulin d'époque inconnue a été reconstruit au XVIIIe siècle. La roue à aubes et le rez-de-chaussée ont été conservés puis restaurés. L'étage en revanche a été reconverti en séchoir à tabac puis supprimé. Au XXe siècle, la commune ne comptera plus que cinq moulins aménagés[11],[12],[13],[14],[15].

Château de Grunstein[modifier | modifier le code]

Il existait sans doute deux châteaux à Stotzheim. L'un des châteaux, peut-être sur motte daté du XIIIe siècle était connu sous le nom de Schollenhof. Le second dénommé Grunstein a été construit dans sa basse-cour au XVe siècle. Il est toujours entouré de fossés, rectangulaire, mêlé de styles différents qui sont le résultat d'aménagements successifs[16],[17],[18].

Château d'Andlau[modifier | modifier le code]

Château du Haut-Village ou château d'Andlau[19],[20].

Chapelle de la famille d'Andau (1826)[modifier | modifier le code]

Les comtes d'Andlau font reconstruire l'ancienne chapelle du Rosaire tombée en ruine et en font une chapelle funéraire. Dans le mur de la chapelle est intégré dans le mur de la façade, un calvaire sans doute récupéré de l'ancienne chapelle. La chapelle de la famille d'Andlau abrite une série de cinq tableau du XIXe siècle, peints à l'huile sur marbre blanc[21],[22].

La chapelle funéraire du Sacré-Cœur et la statue du Christ de Résurrection[modifier | modifier le code]

La chapelle funéraire du Sacré-Cœur dans le cimetière, abritant les tombes des prêtres de la commune, et la statue du Sacré-Cœur de Jésus offerte par le jésuite Charles, fils aîné du comte d'Andlau[23],[24].

Hôtel du Lion d'Or (1884)[modifier | modifier le code]

L'originalité de cet édifice tient au décor de sa façade. Les motifs géométriques ainsi que de la date indiquée (1884) sont en effet entièrement constitués par le jeu de la brique rouge et jaune et du pan de bois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  2. Les comptes de la commune
  3. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Eglise paroissiale Saint-Nicolas », notice no IA00115472, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PM67000328, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Synagogue », notice no IA00115473, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Moulin, restaurant A l'Arbre Vert », notice no IA00115491, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Moulin désaffecté », notice no IA00115493, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Moulin Obermuhl », notice no IA00115492, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Moulin Gelb », notice no IA00115494, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Moulin, 21 route Romaine », notice no IA00115495, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Château Grunstein », notice no IA00115480, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Château de Grünstein », notice no PA00085011, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « parc du château Grunstein », notice no IA67011082, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Château du Haut-Village ou Château d'Andlau », notice no PA00085012, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « parc du château d'Andlau », notice no IA67011083, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Chapelle funéraire dite Chapelle d'Andlau », notice no IA00115474, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. La chapelle de la famille d'Andlau
  23. La chapelle funéraire du Sacré-Cœur
  24. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=67481_2 La statue du Christ de Résurrection] dans le cimetière
  25. Frère Albert Pfleger