Stone Age (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stone Age.
Ne doit pas être confondu avec le groupe américain de rock Queens of the Stone Age.
Stone Age
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Musique bretonne, pop rock, world, new age, electro
Années actives Depuis 1992
Labels Coop Breizh, Keltia musique, Columbia/Sony Music (débuts)
Site officiel www.kervador-stoneage.com
Composition du groupe
Membres Michel Valy
Marc Hazon
Jérôme Gueguen
Dominique Perrier
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Stone Age.

Stone Age est un groupe de pop rock français, originaire de Paris. Le concept de Stone Age consiste à mélanger les instruments traditionnels celtiques, essentiellement bretons, avec des arrangements contemporains rock ou électroniques, tour à tour futuristes, dansants, planants, oniriques ou méditatifs.

Le groupe compte un total de quatre albums : Stone Age (1994), Les Chronovoyageurs (1997), Promessa (2000) et Totems d'Armorique (2007). Depuis la fin 2009, le groupe travaille sur un cinquième album sans qu'une date de sortie soit annoncée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stone Age est formé en 1992[1] à Paris. Bien que très empreintes de sensibilité celte et bretonne, les mélodies sont globalement pop et restent donc facilement accessibles aux non-initiés à la musique bretonne. Leur musique étant à la croisée de plusieurs genres, les albums studio de Stone Age se trouvaient donc rangés (avant la dématérialisation des supports musicaux) aussi bien au rayon « Bretagne » qu'au rayon « pop/rock », en « world » ou encore à celui de la musique « new age ».

Leurs chansons sont surtout des compositions originales et les reprises sont exceptionnelles. Le groupe explique en 1998 dans Trad Magazine sa démarche d'authenticité : « En fait, nous sommes toujours partis de quelque chose de réel, c'est-à-dire qu'on n'a jamais utilisé de samplings. On a toujours fait jouer les instruments par les musiciens, on a interprété les chants en respectant au plus près la langue bretonne[réf. nécessaire]. » Leur univers s'inspire de ce qui a trait dans la culture celtique aux légendes, à la mythologie... Les paroles des chansons de Stone Age sont écrites en proportions égales en breton, en français et en anglais.

Même si certains de leurs morceaux peuvent être dansants à l'occasion, Stone Age n'est pas un groupe de Fest-noz, à la différence d'autres groupes électro-bretons comme Les Baragouineurs, Plantec ou Strobinell. Stone Age est donc aisément rattaché à d'autres artistes bretons évoluant hors du circuit des festou-noz, comme Tri Yann, EV, Denez Prigent, Alan Stivell ou Pascal Lamour. Cependant, la présence marquée des arrangements électroniques les rapproche aussi de groupes non-bretons de musique traditionnelle qui font grand usage de l'électronique, tels que Urban Trad, Afro Celt Sound System, Deep Forest, Transglobal Underground. On perçoit également l'influence certaine de l'artiste britannique Mike Oldfield, du moins pour sa période folk du début des années 1980.

En 1995, Stone Age sont nommés aux Victoires de la musique pour leur premier album, Stone Age, dans la catégorie « Musiques du monde » (près de 150 000 exemplaires vendus chez Sony Music)[1],[2]. Cependant, leur succès n'a jamais été massif en France et c'est paradoxalement au Japon que le groupe réalisa l'essentiel de ses ventes, à la fin des années 1990 (notamment avec l'album Les Chronovoyageurs, en 1997 sorti chez Columbia/Sony Music[3]). Cependant, à partir de l'album Promessa (paru en 2000, réédité en 2002[1]), le succès sur le marché nippon décline rapidement au point de faire figure d'engouement passager, tandis que le groupe gagne finalement une certaine reconnaissance en Bretagne.

Un nouvel album est annoncé pour 2015, mais est finalement repoussé.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Les quatre membres permanents de Stone Age étaient déjà des multi-instrumentistes confirmés lors de la formation du groupe. C'est au hasard de leurs diverses collaborations qu'ils se sont rencontrés et se sont découvert des affinités musicales au point de fonder leur propre groupe, en 1992.

  • Jérôme « Lach'Ilaouet » Gueguen - keypipe, piano, claviers, chant. Jérôme Gueguen est également membre à part entière du groupe Gwendal depuis 2003 et avait plus anciennement collaboré avec Philippe Lavil pour lequel il a notamment composé le tube De Bretagne ou d'ailleurs, en 1990. En mai 2010, Jérôme Guéguen est sollicité pour remplacer ponctuellement Dominique Perrier en tant que musicien de la tournée 2010 de Jean Michel Jarre. À la fin de l’été 2010, Dominique Perrier étant retenu pour des raisons personnelles, Jérôme Gueguen le remplace alors auprès de Jean Michel Jarre. Sur les albums de Stone Age, il intronise un nouvel instrument de sa création qu'il baptise « keypipe », une sorte de cornemuse qu'il a lui-même équipée d'un clavier à touches piano.
  • Michel « Kervador » Valy - basse, mandoline, guitare acoustique, chant principal. Michel Valy a régulièrement travaillé avec Alan Stivell.

Membres invités[modifier | modifier le code]

Aux côtés de Stone Age, les chanteuses invitées Marielle Hervé et Janet Woollacott assurent les voix féminines sur les quatre albums du groupe. L'importance et la récurrence de leurs contributions font quasiment d'elles des membres de Stone Age. Janet Woollacott décède malheureusement à la fin de l'année 2011.

Dans leurs albums, Stone Age font également appel à des musiciens, comme des membres du groupe Gwendal (Youenn Le Berre, Robert Le Gall), ou encore Patrick Rondat, Gilles Chabenat, Loïc Taillebrest, Jimmy Jay, Jimi Drouillard, Anton Yakovleff, Bunny Rizzitelli, René Lebhar, Jaco Largent, Jean-Marie Marrier, Jean-Philippe Naeder, Jean-Claude Philippe...

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « [MUSIQUE BRETONNE] Les vibrations lithiques de STONE AGE », sur argedour.bzh, (consulté le 8 septembre 2018).
  2. Dominique Le Guichaoua, Trad Magazine n°60, juillet-août 1998
  3. « Stone Age », sur letelegramme.fr, (consulté le 8 septembre 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2258044464), « Stone Age », p. 31

Liens externes[modifier | modifier le code]