Stolon (organe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Plusieurs stolons aériens de Chlorophytum.

Le stolon est un organe végétal de multiplication végétative (forme de multiplication asexuée chez les végétaux). C'est une tige aérienne rampante ou arquée (lorsqu'elle est souterraine, on parle plus spécifiquement de drageon) contrairement au rhizome, tige tubérisée souterraine et parfois subaquatique. Il pousse au niveau du sol ou dans le sol et ne porte pas de feuilles ou uniquement des feuilles réduites à des écailles. Au niveau d'un nœud, il donne naissance à une nouvelle plante et, contrairement aux tiges radicantes, c'est à son extrémité, souvent au contact du sol.

A travers le stolon, la plante mère alimente la plante fille jusqu'à ce que cette dernière soit capable de produire ses propres biomolécules. Alors le stolon s'assèche et la plante fille devient indépendante. Notons que la plante fille est donc un clone.

Une technique de multiplication des végétaux tire parti de cet organe : le marcottage.

Types de stolons[modifier | modifier le code]

Les stolons peuvent être rampants, aériens ou souterrains.

La plante stolonifère (plante produisant des stolons) classique est le fraisier, tandis qu'en plante d'intérieur, on en trouve sur le Chlorophytum comosum.

Stolons rampants[modifier | modifier le code]

Une espèce très représentative est le trèfle blanc. D'autres plantes produisent des stolons, notamment le Fraisier des bois (Fragaria vesca), la Piloselle (Hieracium pilosella), la Saxifrage stolonifère (Saxifraga stolonifera), le Pilea nain (Pilea pumila) ou encore la bugle rampante (Ajuga reptans).

Stolons rouges de Fraisier (ici Fragaria ×Potentilla).

Parmi les espèces aquatiques, citons la caulerpe (Caulerpa prolifera)

Stolons aériens[modifier | modifier le code]

La plante stolonifère (plante produisant des stolons) classique est la pomme de terre, tandis qu'en plante d'intérieur, on en trouve sur le Chlorophytum comosum.

Stolons souterrains[modifier | modifier le code]

Les stolons sont souterrains chez des plantes traçantes comme l'Oyat (Psammia arenaria), graminée utilisée pour la fixation des dunes des littoraux sablonneux. Dans le cas des stolons souterrains le terme de drageon est utilisé.

Chez certaines plantes comme la Pomme de terre, les extrémités des nombreux stolons souterrains formés par un seul pied se renflent en des tubercules qui, chez cette espèce, sont à la fois des organes de multiplication et de réserve.

En dehors de la botanique[modifier | modifier le code]

C'est l'organe de bourgeonnement de certains animaux marins inférieurs. Chez certaines espèces, par exemple les ascidies Stolonica socialis, le stolon permet la reproduction asexuée par bourgeonnement[1]. C'est un fin cordon reliant chaque individu d'une colonie à l'organisme mère, et les fait communiquer entre eux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Berrill N. J., The Tunicata, The Ray Society, 1950, London