Steven E. Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Steven E. Jones
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Physicien, conspirationnisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Steven E. Jones, né le dans l'Idaho, est un physicien américain mormon[1] né en 1949. Ses travaux de recherche ont porté essentiellement sur la fusion catalysée par muons.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'automne 2006, il a été relevé de ses fonctions d'enseignement au sein de l'université Brigham Young. Le 20 octobre de la même année il a annoncé sa retraite. Il soutient la théorie selon laquelle le complexe du World Trade Center a été détruit à l'explosif lors des attentats du 11 septembre 2001[2],[3], hypothèse reprise dans les théories du complot. Il fait partie du mouvement Scholars for 9/11 Truth & Justice[4].

Travaux[modifier | modifier le code]

Steven E. Jones a tenté de reproduire la fusion froide de Fleischmann et Pons et a déclaré : « Les résultats suggèrent qu’on ne peut pas exclure un phénomène de fusion, bien qu’il soit peu susceptible d’être exploitable pour la production d’énergie[5]. » Ceci lui a valu la colère de fusionnistes-froids[6], et le mépris d'antifusionnistes[7].

Mormon, donc croyant que Jésus-Christ a séjourné sur le continent américain après sa résurrection, il en aurait trouvé des preuves dans des vestiges archéologiques provenant des anciens mayas[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) CV
  2. (en) [PDF] Why Indeed Did the WTC Buildings Collapse ? « Pourquoi le WTC s'est-il effondré ? »
  3. (en) [PDF] Answers to Objections and Questions « Réponses aux objections et questions »
  4. (en) Site de Scholars for 9/11 Truth & Justice
  5. (en) « Physicists Debunk Claim Of a New Kind of Fusion », The New York Times, 3 mai 1989.
  6. « But Jones, the egocentric denier of excess heat claims from day one, apparently has learned nothing and still knows nothing about the process of science » dans un article du Infinite Energy Magazine sur la fusion froide mentionnant les contributions de Jones.
  7. « another scientist - a physicist named Steve Jones - turned out to be pursuing similar work » dans un article de WIRED Magazine traitant de la fusion froide mentionnant les contributions de Jones.
  8. (en) « Behold My Hands: Evidence for Christ's Visit in Ancient America ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]