Stephan Martinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stephan Martinière est un concepteur visuel et un illustrateur de science-fiction et de fantasy qui a également travaillé comme animateur et réalisateur. Il vit actuellement à Dallas, aux États-Unis et travaille comme concepteur artistique chez Midway Games. Les illustrations de Stephan Martinière se caractérisent par l'emploi des techniques de l'infographie et par un souci du détail et des textures qui leur confère un rendu photoréaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en France, Stephan Martinière suit des études à Paris dans une école d'art : École Nationale des Arts Appliqués, puis dans une école d'animation : École des Gobelins[1]. Ses premières références visuelles sont le magazine "Métal Hurlant", ensuite les films 2001, l'Odyssée de l'espace, Blade Runner, Alien et Dark Crystal. Il commence sa carrière en France, où il est engagé par DIC. Il est alors envoyé au Japon pour y travailler en tant que concepteur de personnages et de décors pour la série animé Inspecteur Gadget, puis aux États-Unis où il travaille sur Les Entrechats, puis de nouveau au Japon pour la série Jayce et les Conquérants de la lumière. Sa carrière chez DIC dure sept ans, durant lesquels il voyage entre Los Angeles, Paris et Tokyo. Il s'installe ensuite en Californie, et se voit confier la réalisation de la série animée Madeline, dont il assure également la conception visuelle. La série est un succès et remporte plusieurs prix. Stephan Martinière travaille ensuite pendant deux ans à la conception de parcs d'attractions chez Landmark Entertainment. Il travaille ensuite à la conception graphique de Star Trek : the Experience, une attraction de l'hôtel-casino Las Vegas Hilton au Nevada. C'est à l'occasion de ce travail qu'il découvre l'outil numérique avec les logiciels du type Photoshop.

Dans le même temps, il commence à s'intéresser à l'industrie du cinéma. Sa première participation à un film est Le Cinquième Élément, qui lui ouvre les portes de nombreux autres projets. Par la suite, il travaille à la conception graphique de films tels que Planète rouge, Virus, Sphère, La Machine à explorer le temps, ou encore I, Robot et les épisodes II et III de Star Wars, L'Attaque des clones et La Revanche des Sith.

Dans le même temps, il commence à travailler comme illustrateur avec la couverture de Terraforming the Earth de Jack Williamson. Il réalisera ensuite de nombreuses couvertures de livres, en France pour des romans publiés chez Quatrième Zone, Bragelonne et Pocket.

En 2001, il est contacté par l'entreprise Cyan, à l'origine de Myst et Riven, pour travailler au développement de nouveaux jeux dans cet univers. Il travaille ainsi sur Uru : Ages Beyond Myst, Uru : The Path of the Shell et Myst V. Par la suite, il travaille pour plusieurs autres firmes de jeux vidéo, dont dernièrement Midway Games où il travaille en particulier sur Stranglehold.

Dans le domaine des jeux de société, Stephan Martinière a réalisé des illustrations pour le jeu de cartes à collectionner Magic : l'assemblée (en particulier des cartes de terrains de l'extension Ravnica : la cité des guildes en octobre 2005).

Animation[modifier | modifier le code]

Conception visuelle

Réalisation et direction artistique

  • Madeline (série, 2D) (ACT Award, Parents' Choice Award, nommé aux Emmy Award)

Attractions à thèmes[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Stephan Martinière a participé à la conception visuelle des films suivants :

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Illustrations de couvertures parues en France[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Silver Award for Editorial, en 1997 et 2008
  • British Science Fiction Association Award for best cover en 2004
  • Chesley Award for best hard cover en 2006
  • Grand Master Award d'Exposé 4 de Ballistic Media en 2006[2]
  • Prix Hugo du meilleur artiste professionnel en 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quantum Dreams - The Art of Stephan Martinière, Design Studio Press, 80 p.
  • Quantumscapes - The Art of Stephan Martinière, 96 p.