Stellaire holostée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stellaria holostea

La Stellaire holostée (Stellaria holostea) est une plante herbacée vivace de la famille des Caryophyllacées. Elle pousse en forêt, lisières et sur les talus en Europe au printemps. Elle est aussi appelée Langue d'oiseau.

Phytonymie[modifier | modifier le code]

Le nom « holostée » veut dire « entièrement [constitué] d'os », en raison de la forme particulière des tiges, anguleuses, et renflées aux extrémités, ce qui les fait ressembler quelque peu à des os[1]. Comme la tige est particulièrement cassante, la stellaire était autrefois tout naturellement préconisée dans le traitement des fractures, selon la théorie des signatures[2].

L'espèce porte plusieurs noms vernaculaires : Craquet, Collerette de la Vierge, épingles de la Vierge, faisceau de la Vierge ou Herbe à la Sainte-Vierge en référence à ses fleurs blanches immaculées[3], Gramen-fleuri, Bec d'oiseau, Langue d'oiseau, en référence à la forme allongée et aiguë de ses feuilles[4].

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Cette plante vivace développe une souche rhizomateuse souterraine traçante qui s'étale (reproduction végétative) et d’où partent de fines tiges quadrangulaires couchées à la base, puis redressées, pubérulentes au sommet, faisant une hauteur de 10 à 60 cm. Elle présente un polymorphisme foliaire : feuilles basales parfois courtement pétiolées, feuilles caulinaires sessiles (10-15 mm), rugueuses, lancéolées, longuement acuminées, fermes, ciliées-scabres aux bords et sur la nervure en dessous (face supérieure poilue, face inférieure glabre). Les feuilles persistantes restent vertes l'hiver[4].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

L'inflorescence est constituée de boutons floraux turbinés donnant naissance à 6-15 fleurs actinomorphes blanches (2-3 cm de diamètre, la couleur tirant au vert-jaune à la base) disposées en cyme bipare terminale. Les bractées sont herbacées, à la différence des bractées à bords scarieux de Stellaria graminea[4].

Le calice glabre est formé de cinq sépales libres (6-8 mm), ovales à lancéolés, sans nervures, appliqués sur les pétales. La corolle est composée de 5 pétales bifides (ce qui donne l’impression qu’il y a 10 pétales) veinés, deux fois plus grands que le calice (de taille supérieure à 1 cm, ils dépassent peu les sépales chez S. graminea). La période de floraison va de mai à juillet[4]. L'androcée est constitué de 10 étamines jaune-verdâtres, protandres et hypogynes. Plante gynodioïque, son gynécée comprend 5 carpelles soudés en un ovaire supère surmonté de 2 à 5 styles libres de couleur blanche[5]. À l'issue de la pollinisation zoogame (la plante nectarifère est visitée par les abeilles, les papillons et les oiseaux), se forment des petites capsules déhiscentes à 6 valves, subglobuleuses à globuleuses, égalant le calice persistant. Ces fruits contiennent plusieurs graines roussâtres, à dissémination barochore[4].

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Les habitats types de cette plante qui pousse partiellement à l’ombre sur des sols riches en éléments nutritifs sont les ourlets externes acidophiles médioeuropéens (forêts claires de feuillus, forêts à essences mixtes, lisières, prairies, haies, taillis)[4].

L'aire de répartition de de cette chaméphyte, très commune en France (rare dans la région méditerranéenne), est européen méridional[4].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Comme la Stellaire intermédiaire, les jeunes pousses[6], feuilles et fleurs sont comestibles en salade (goût du petit pois), mais les organes végétatifs sont en général trop coriaces et filandreux avec l'âge, et il ne faut pas en abuser à cause de sa qualité légèrement laxative voire toxique[7].

Dans les pharmacopées traditionnelles en Europe, sa richesse en saponines et flavonoïdes[8] fait qu'elle elle était employée comme la Stellaire intermédiaire (diurétique, troubles gastro-intestinaux), mais surtout, une fois écrasée, en applications externes, en particulier sur les furoncles et les anthrax[9].

Ses longues feuilles étroites et ses tiges grêles font songer à une Graminée, d'où son emploi jadis comme plante vivace ornementale des parcs et des rocailles[9].

Les chenilles de papillons de nuit (Noctuidae : Panemeria tenebrata (en); Geometridae : Euphyia biangulata (en), Euphyia frustata (en), Aporophyla lutulenta (en)) se nourrissent de son feuillage et de ses fleurs[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolite, Éditions Quae, (lire en ligne), p. 86.
  2. Pierre Déom, La Hulotte n°65, Le petit guide des fleurs des bois, 1995
  3. Édouard Lévêque, La flore du Touquet et de Paris-Plage, P. Kincksieck, , p. 45.
  4. a, b, c, d, e, f et g Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, G. Dumé, Flore forestière française: Plaines et collines, Forêt privée française, , p. 1565.
  5. Michel Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Lavoisier, , p. 380
  6. Éviter les tiges rasant le sol car elles ont un goût terreux.
  7. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 39.
  8. (en) Zoll A, Nouvel G, Comparative study of the C-glycosyl flavones of two Caryophyllaceae, Spergularia rubra and Stellaria holostea, Plantes Medicinales et Phytotherapie, 8, 1974, 134-140
  9. a et b Paul Fournier, Le livre des plantes médicinales et vénéuses de France, P. Lechevalier, , p. 454.
  10. (de) Herbert Beck, Die Larven der europäischen Noctuidae, Hrsg. Ulf Eitschberger, , p. 334.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]