Stefano Bernardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stefano Bernardi
Bernardi Madrigal Book 2 Title page 1616.jpg
Page de titre du Secondo libro de madrigali a cinque voci de Bernardi, Venise Giacomo Vincenti 1616.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Mouvement

Stefano (ou Steffano) Bernardi (Vérone, c. 1577 – ), aussi connu comme « il Moretto », est un prêtre italien, compositeur et théoricien de la musique[1]. Né à Vérone et maître de chapelle à la Cathédrale de Vérone de 1611 à 1622, il s'installe plus tard à Salzbourg, où il est responsable de la musique à la Cathédrale, et compose un Te Deum pour 12 chœurs, exécutés à la cathédrale, lors de sa consécration en 1628.

La carrière de Bernardi traverse la transition entre la fin de la musique de la Renaissance et le début du Baroque, avec certaines de ses œuvres dans le style polyphonique de Palestrina et d'autres dans le style nouveau du concertato[2]. Il compose à la fois de la musique sacrée et de la musique profane, notamment plusieurs messes et motets, ainsi que sinfonias et trois livres de madrigaux à cinq voix. Il écrit également un traité sur le contrepoint, publié en 1615.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernardi naît à Vérone. Il effectue ses études à la Scuola Accolitale (Acolyte), attaché à la Cathédrale de Vérone[3], où il chante dans le chœur, sous la direction d'Ippolito Baccusi[4]. En 1602, il est rémunéré en tant que musicien à la cour du Comte Mario Bevilacqua et à l'Accademia Filarmonica de Vérone. En 1606, l’Accademia l'élève au poste de maestro della musica (maître de musique). L'année suivante, Bernardi se rend à Rome pour poursuivre sa formation, y restant quatre ans, avant de devenir le maître de chapelle de Santa Maria à Monti en 1610. Il retourne à Vérone en 1611, lorsqu'on lui offre la même position à la Cathédrale de Vérone, en succession de Francesco Anerio. Il occupe ce poste jusqu'en 1622, tout en étant également en étroite association avec l'Accademia Filarmonica. Il publie un traité de contrepoint, Porta musicale, en 1616, principalement à destination des élèves de la Scuola Accolitale où il enseigne également. Parmi ses élèves de ces années, se trouvent Antonio Bertali et Pietro Verdina[5].

gravure en noir et blanc de l'intérieur d'un bâtiment
L'intérieur de la Cathédrale de Salzbourg en 1682. On aperçoit les différentes tribunes destinées aux chœurs ou instruments où étaient placés les chanteurs du Te Deum à douze chœurs de Stefano Bernardi (gravure de Melchior Küsel).

En 1622, Bernardi quitte Vérone pour prendre un poste de directeur de la musique de la cour de l'Archiduc Carl Joseph, évêque de Breslau et de Bressanone[6]. À la suite de la mort de l'Archiduc en 1624, Bernardi s'installe à Salzbourg, où il est nommé directeur de la musique à la cour de Paris von Lodron, le Prince-Évêque de Salzbourg[7], poste qu'il occupe jusqu'en 1634. En tant que tel, il est profondément impliqué dans la vie musicale de la Cathédrale de Salzbourg, où il est l'un des premiers compositeurs à introduire le nouveau style italien du concertato[8]. Pour sa consécration en 1628, Bernardi compose d'un Te Deum (musique perdue) chanté par douze chœurs séparés placés dans les différentes galeries de marbre de la cathédrale[9]. Toujours à Salzbourg, il est ordonné prêtre et reçoit également un doctorat dans le droit canon et civil. Vers la fin de sa vie, Bernardi retourne à Vérone, où il meurt en 1637[10].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La plupart des œuvres de Bernardi ont été publiées de son vivant, principalement à Venise chez Giacomo Vincenti et après 1619, par Alessandro Vincenti, qui a également publié un recueil posthume de Bernardi en 1638, la Messe a otto voci (Messe pour huit voix). Deux recueils de ses œuvres ont été publiés à Rome : Motecta (motets) pour deux à cinq voix en 1610, dont quatre ont été également publiés dans l'anthologie de Georg Victorinus, Sirene coelestis publié à Munich en 1616[11], et un recueil de madrigaux à trois voix en 1611, qui contient également « la mascarade des paysans » à six voix. Les deux œuvres qu'il a composées à Salzbourg ont été perdues : le Te Deum et une œuvre dramatique au titre inconnu. Cependant, Encomia sacra pour deux à six voix, écrit à Salzbourg, a été publié par Gregor Kyrner en 1634[2]. Son Salmi concertati à cinq voix, publié en 1637, est considéré comme particulièrement important pour la manière dont les psaumes mettent en valeur un alto ou un soprano soliste, contre un chœur à quatre voix qui fait écho aux débuts et à la fin des passages soli[12],[13]. En plus des cinq psaumes pour les vêpres, la collection contient également un Magnificat et l'hymne, Jesu nostra redemptio. Une autre œuvre importante est la Concerti Accademici que Bernardi a composé pour l'Accademia Filarmonica de Vérone entre 1615 et 1616. Initialement publié en 1616 et contenant ce que Michele Magnabosco considère comme ses plus belles pièces de musique profane, il contient dix madrigali concertati (madrigaux concertants) et huit sinfonias[10].

Une édition moderne des Concerti Accademici de Flavio Cinquetti et Matteo Zenatti, avec relecture critique et un essai de Marco Materassi, est publiée en 2008[14].

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • Motecta pour deux à cinq voix (Rome, 1610)[15]
  • Psalmi integri pour quatre voix (Venise, 1613)
  • Motetti in cantilena pour quatre voix (Venise, 1613)
  • Messe pour quatre à cinq voix (Venice, 1615)
  • Missae octonis vocibus modulatae pour huit voix (Venise, 1616)
  • Concerti sacri scielti, et trasportati dal secondo, et terzo libro de madrigali pour cinq voix et orgue (Venise, 1621)
  • Psalmi pour huit voix, dont un avec accompagnement d'orgue (Venise, 1624)
  • Te Deum pour 12 chœurs (première donnée le 24 septembre 1628 dans la Cathédrale de Salzbourg, musique perdue)
  • Encomia sacra pour deux à six voix (Salzbourg, 1634)
  • Salmi concertati pour cinq voix (Venise, 1637)
  • Messe a otto voci pour huit voix (Venise, 1638)

Musique profane[modifier | modifier le code]

  • Il primo libro de madrigali à trois voix (Rome, 1611)
  • Il primo libro de madrigali à cinq voix (Venise, 1611)
  • Il secondo libro de madrigali à cinq voix (Venise, 1616)
  • Concerti academici con varie sorti di sinfonie à six voix (Venise, 1616)
  • Il terzo libro de madrigali à cinq voix concertantes (Venise, 1619)
  • Madrigaletti à deux ou trois voix, avec quelques  sonates/canzoni pour trois instruments — deux violons ou cornets et un théorbe, trombone ou basson (Venise, 1621)
  • Il terzo libro de madrigali à six voix concertantes, avec plusieurs sonates intrumentales (Venise, 1624)

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Porta musicale per la quale il principiante con facile brevità all'acquisto delle perfette regole del contrapunto vien introdotto (Vérone, 1615)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Stefano Bernardi » (voir la liste des auteurs).
  1. Magnabosco 2007, Il y a des variations considérables pour la date de naissance de Bernardi, dans les diverses sources. Magnabosco fournit une date de décès exacte, mais donne la date de naissance comme c.1575. D'autres sources italiennes, telles que Gatti et Basso (1968) donnent c.1576, alors que Marionni (2004) donne 1577 ou 1578. Les sources autrichiennes, par exemple Heinisch (1991) et Schimek (1995), donnent 1577. Les sources en anglais, par exemple, Roche, Arnold (1983) et Randel (1996) donnent sa date de naissance en tant que probablement 1585 et sa date et lieu de mort, comme « 1636 ?, probablement Salzbourg », p. 23.
  2. a et b Grove 2001.
  3. Magnabosco 2007, La Scuola Accolitale de Vérone offrait une éducation religieuse, littéraire et musicale principalement aux jeunes hommes qui se préparaient au sacerdoce (voir Grove 2001b), p. 22.
  4. Grove 2001b.
  5. Jensen 1992, p. 26.
  6. L'Archiduc Carl Joseph (1590–1624) est le jeune frère de Ferdinand II.
  7. Paris von Lodron (1586–1653) est le Prince-évêque de Salzbourg entre 1619 et 1653. Il est crédité de mener la ville à la paix et la prospérité au cours de la Guerre de Trente Ans et fonde l'Université de Salzbourg.
  8. Buelow 2004, p. 231.
  9. Sadie 2006, p. 4.
  10. a et b Magnabosco 2007, p. 23.
  11. Fisher 2008.
  12. Sadie 1995, p. 81.
  13. Kurtzman 1995, p. xvii.
  14. Stefano Bernardi: Concerti academici con varie sorte di sinfonie a sei voici 1615-1616, trascrizioni Flavio Cinquetti e Matteo Zenatti, revisione, introduzione e apparato critico Marco Materassi), Edizioni LIM, 2008. (ISBN 978-88-7096-521-6).
  15. Liste des œuvres principalement basée sur Grove 2001.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]