Steamboat Willie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Steamboat Willie
Réalisation Walt Disney
Ub Iwerks
Scénario Walt Disney
Ub Iwerks
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine États-Unis
Durée 7 min
Sortie 1928

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Steamboat Willie est un court-métrage d'animation muet américain des studios Disney avec Mickey Mouse sorti en 1928. Troisième film de la série Mickey Mouse, il marque la naissance officielle du personnage. Il est également le premier à avoir bénéficié d'une bande sonore synchronisée dès sa sortie.

Le film est une parodie de Cadet d'eau douce (Steamboat Bill Jr.) avec Buster Keaton, sorti en mai 1928.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mickey est matelot sur le Steamboat Willie, sous les ordres du capitaine Pete. Reprenant les commandes du bateau que Mickey conduit au début du film, il lui ordonne de briquer le pont. Le bateau s'arrête entre temps à un ponton pour embarquer une vache et d'autres animaux.

À peine sorti du port, Minnie arrive, en retard, pour l'embarquement. Mickey utilise une grue pour attraper Minnie sur le bord de la rive et la hisser à bord. En arrivant, elle perd accidentellement sa partition de la chanson populaire Turkey in the Straw. La feuille de papier est mangée par une chèvre, un des animaux embarqués. Mickey et Minnie utilisent alors la queue de l'animal comme manivelle et la chèvre devient un phonographe. Mickey poursuit en utilisant les objets et animaux du bord comme instruments de musique.

Le capitaine Pete, gêné par le vacarme, renvoie Mickey au travail : il est condamné à éplucher des pommes de terre pour le reste du voyage. Un perroquet tente de l'amuser mais agacé Mickey lui lance une pomme de terre pour le faire taire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Produit de juillet à août 1928[1], Steamboat Willie est l'un des cinq premiers courts métrages de Mickey Mouse presque totalement animés par Ub Iwerks[5]. Deux courts métrages animés muets mettant en scène Mickey Mouse étaient sortis précédemment, Plane Crazy et Mickey gaucho (The Gallopin' Gaucho)[6],[7], mais c'est Steamboat Willie qui marque officiellement la naissance du personnage[4] en raison de sa diffusion auprès d'un large public et de l'utilisation pour la première fois d'une bande sonore.

L'immense succès du premier long métrage sonore, Le Chanteur de jazz, sorti le 6 octobre 1927, ayant incité la plupart des salles de cinéma aux États-Unis à se doter d'un équipement sonore, Walt Disney décide en effet de tirer profit de cette nouvelle tendance en étant le premier studio d'animation à proposer un dessin animé complètement synchronisé[7].

Bande sonore[modifier | modifier le code]

Si le film possède un scénario assez simple, Mickey sauvant Minnie des avances de Pat Hibulaire, son succès tient surtout à l'utilisation de la musique. Au début du film, Mickey sifflote l'introduction de Steamboat Bill (1911) d'Arthur Francis Collins (1864-1933), air repris par les sirènes du bateau. La seconde moitié du film est consacrée à l'interprétation par Mickey de Turkey in the Straw, avec l'aide des animaux transportés par le bateau et transformés en instruments[8].

Les historiens de l'animation ont longuement débattu sur le compositeur de la musique originale du film. Ce rôle a été attribué à Wilfred Jackson, Carl W. Stalling et Bert Lewis mais rien ne l'affirme clairement. Leonard Mosley et Christopher Finch indiquent que seul Jackson savait jouer d'un instrument (de l'harmonica)[9],[10]. Sinyard cite Jackson qui se souvient avoir expliqué à ses collègues le principe du métronome ; le rythme d'un dessin animé étant de 24 images/seconde, pour un tempo de 120 (Allegro), chaque battement représentait ainsi 12 images[7]. Il joua ensuite Turkey in the Straw à l'harmonica pour permettre à Disney d'appréhender le rythme de l'action[7].

Le reste de la bande sonore est essentiellement composé de bruitages réalisés avec les moyens du bord, dans un garage, tandis que les voix de Mickey et de Minnie[11] sont interprétées par Walt Disney lui-même. Lors d'une présentation expérimentale aux familles des membres du studio, le film a été projeté tandis que l'équipe jouait de l'autre côté d'une vitre[7].

Concernant la version finale, Leonard Mosley indique que c'est le chef d'orchestre Carl Edouarde qui supervisa l'enregistrement en septembre 1928 contre un cachet important[3]. La première session d'enregistrement a, selon Jackson, été un désastre, le chef d'orchestre n'ayant suivi ni la partition ni le tempo défini par l'équipe d'animation[7]. Une fois calés, les effets sonores furent insérés directement sur la pellicule grâce au système Cinephone de Pat Powers.

Accueil[modifier | modifier le code]

Avec l'énorme succès de Steamboat Willie qui contribua à asseoir la popularité de Mickey, Walt Disney travailla à l'ajout de son sur Plane Crazy et The Gallopin' Gaucho, initialement sortis en version muette, avant de mettre en chantier un quatrième court métrage : The Barn Dance. Toutefois, Mickey ne parle pas encore et c'est seulement avec The Karnival Kid, qu'il prononce enfin ses premiers mots : « Hot-dogs, hot-dogs! »

Analyse[modifier | modifier le code]

Impact dans l'animation[modifier | modifier le code]

Steamboat Willie est souvent considéré comme le premier comportant du son, de la musique et des paroles synchronisées sur la bande même du film, bien que Dinner Time de Paul Terry, sorti le 14 octobre 1928[12], soit le premier dessin animé sonore (ce serait en le voyant que Disney aurait décidé d'ajouter du son à sa dernière production). Mais l'utilisation novatrice du son dans un but comique par Disney remporta immédiatement l'adhésion du public et éclipsa Dinner Time[7].

Alexander Walker écrit dans The Shattered Silents (1979) que « Steamboat Willie fait l'usage le plus imaginatif du son audible au cinéma à l'époque et pour une longue période[7]. » Le film est, pour Sinyard, un merveilleux exemple de l'imagination surréaliste de Disney à ses débuts mariant la musique et l'animation, ce qu'il nomme « cinésymphonie », et atteint son paroxysme dans Fantasia (1940)[8].

Le terme « Mickey Mousing » est même utilisé pour dénigrer la synchronisation trop précise de la musique et des images de dessins animés[7]. Le film Steamboat Willie a été admis au National Film Registry américain pour conservation à la Bibliothèque du Congrès. En 1994, il a été élu le treizième plus grand court métrage d'animation de tous les temps par les membres de la profession de l'animation.

On peut noter que c'est à nouveau la société Disney qui franchit plusieurs des étapes suivantes dans l'animation avec l'introduction de la couleur (1932), l'invention de la caméra multiplane (1933), la réalisation du premier long métrage (1937), l'utilisation de l'informatique (Tron, 1982) et la réalisation du premier long-métrage entièrement en image de synthèse (Toy Story coproduit avec Pixar, 1995).

Propriété intellectuelle[modifier | modifier le code]

Le film Steamboat Willie est revenu au centre de l'attention du public en 1998 lors de la promulgation de la Loi américaine d'extension du terme des droits d'auteur. Le film devait tomber dans le domaine public en 2003 en raison de l'arrivée à échéance des 75 ans de protection après la création d'une œuvre en nom collectif d'entreprise. Toutefois la loi repoussa le terme de l'échéance de 24 ans (déjà allongée de 25 ans en 1976) pour atteindre les 99 ans. De nombreux observateurs ont déclaré que cette loi, proposée et soutenue par Sonny Bono (sénateur et ex-chanteur) jusqu'à sa mort au début de l'année 1998, était passée non pas en hommage à Disney ou en raison d'une quelconque nécessité mais grâce au lobbying de la Walt Disney Company qui risquait de perdre son symbole.

Cette nouvelle loi permet à Mickey Mouse d'être protégé jusqu'en 2027 tout du moins aux États-Unis, tout comme dans les pays qui ont une durée de protection comparable, les États-Unis étant signataires de la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Bien qu'étant plus vêtu que dans Plane Crazy et Gallopin' Gaucho, Mickey porte des chaussures mais n'a pas encore tous ses signes distinctifs, comme ses gants blancs[7].
  • Le perroquet, que Mickey croise à deux reprises, fait son apparition dans deux autres courts métrages : Bal de campagne (The Barn Dance, 1929) et Gare au gorille (The Gorilla Mystery, 1930) avant de disparaître définitivement. Certaines scènes présentant une violence gratuite envers des animaux (scènes avec le chat, l'oie et la truie) furent censurées puis réintroduites quelques années plus tard[13].
  • Il existe deux versions du film, une de 7 min. 15 et une autre de 7 min. 45, non éditée[13].

Références au film[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Steamboat Willie a été utilisé dans plusieurs jeux avec Mickey Mouse. Il sert ainsi de premier niveau dans le jeu Mickey Mania: The Timeless Adventures of Mickey Mouse (sur Super Nintendo, Sega Genesis, Sega CD et Sony PlayStation) ainsi que Mickey's Wild Adventure

Le jeu Kingdom Hearts 2 développé conjointement par Disney et Square Enix comprend un monde basé sur Steamboat Willie nommé la Rivière intemporelle (Timeless River). Toutefois le jeu vidéo ne respecte pas exactement la concordance des styles graphiques. Le personnage de Mickey joué dans le jeu possède le style graphique et vestimentaire des années 1980 et non celui d'origine.

Mickey Mouse est aussi le héros principal dans Epic Mickey avec laquelle il va faire la rencontre de tous les personnages oubliés de Disney tels que Oswald le lapin chanceux, Clarabelle Cow, Horace Horsecollar, etc.

Films Disney[modifier | modifier le code]

  • À la fin du film Aladdin et le Roi des voleurs (1996), le Génie s'échappe d'une tortue géante à bord du Steamboat, transformé en Mickey. Ces éléments du dessin animé sont en noir et blanc mais le Génie porte des babouches, une barbe et une boucle d'oreille et sifflote Turkey in the straw au lieu de Steamboat Bill[14].
  • Dans un épisode de Mickey Mania mettant en vedette Dingo, la scène de départ reprend la totalité, même le titrage, de Steamboat Willie exception faite de Dingo représenté à la place de Mickey sous sa forme originale de Dippy Dawg. Le bateau de Dingo percute par l'arrière un autre navire, le véritable Steamboat Willie de Mickey, ce dernier étant aux commandes. Mickey sermonne Dingo alors qu'il coule dans la rivière.
  • En 1995 dans Runaway Brain, Mickey parcourt des photos de lui, lorsqu'il tombe sur une avec Steamboat Willie, il déclare « Oh, c'est vieux... »
  • Dans le premier épisode de Disney's tous en boîte, Donald Duck essaye d'imiter la scène d'ouverture de Steamboat Willie afin de plaire au public.

Parodies[modifier | modifier le code]

  • L'épisode The New Terrance et Phillip Movie Trailer de la série South Park contient des scènes extraites d'une émission de télévision fictive, Russell Crowe Fightin' Around the World, dans laquelle Russell Crowe parcourt le monde sur un remorqueur et lutte contre des gens de différentes ethnies. Il est montré sur le pont de son bateau, sifflotant et faisant tourner la barre, dans une parodie de Steamboat Willie.
  • Dans le film de 1998, Il faut sauver le soldat Ryan (Saving Private Ryan), un prisonnier de guerre allemand dit à un soldat américain : « American...I like American. Steamboat Willie. *toot-toot* ». Le personnage est crédité à la fin du film en tant que Steamboat Willie.
  • Dans la série télévisée d'animation Les Simpson, le dessin animé favori de Bart et Lisa est Itchy et Scratchy. Scratchy le chat aurait été créé en 1923, Itchy la souris en 1928. Leur premier dessin animé ensemble, en noir et blanc, se déroule sur un bateau à vapeur dirigé par la souris, qui porte un chapeau et une culotte avec deux boutons de cuivre et s'intitule Steamboat Itchy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Russel Merritt et J. B. Kaufman, Walt in Wonderland, p. 159
  2. a, b, c et d (en) Steamboat Willie (1928) sur l’Internet Movie Database
  3. a et b (en) Leonard Mosley, Disney's World - A Biography by Leonard Mosley, p. 106
  4. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 522
  5. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 51
  6. (en) Flora O'Brien, Walt Disney's Mickey Mouse : His Life and Times, p. 16-17
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Neil Sinyard, The Best of Disney, p. 18.
  8. a et b (en) Neil Sinyard, The Best of Disney, p. 19.
  9. (en) Leonard Mosley, Disney's World - A Biography by Leonard Mosley, p. 105.
  10. (fr) Christopher Finch, L'Art de Walt Disney de Mickey à Mulan, p. 21
  11. Limitées à ce stade à quelques onomatopées et exclamations.
  12. (en) Dinner Time sur l’Internet Movie Database
  13. a et b Steamboat Willie sur The Encyclopedia of Disney Animated Shorts
  14. Aladdin and the King of Thieves

Liens externes[modifier | modifier le code]