Statistiques démographiques sur l'orientation sexuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les études démographiques sur l'orientation sexuelle varient considérablement, et les estimations de la communauté LGBT sont l'objet de controverses et de débats.

L'obtention d'un nombre précis est difficile pour une variété de raisons. L'une des principales raisons de la différence dans les résultats statistiques concernant l'homosexualité et la bisexualité est liée à la nature des questions de recherche. La plupart des études sur l'orientation sexuelle sont discutées. La plupart des études énumérées ci-dessous reposent sur des données auto-déclarées, ce qui pose des défis pour les chercheurs dont leurs recherches portent sur les sujets délicats.

Plus important encore, les études tendent à poser deux séries de questions :

  1. Examiner l'auto-déclaration d’expériences sexuelles avec le même sexe ainsi que les attractions
  2. Examiner l'auto-déclaration d'identification personnelle comme homosexuels ou bisexuels.

De moins en moins d'individus s'identifient comme homosexuels ou bisexuels, malgré le fait qu'ils aient déclaré avoir eu des expériences sexuelles ou une attirance pour une personne du même sexe. Plusieurs études sur l'orientation sexuelle dans les pays tendent à fournir un point de vue similaire. Des tableaux comparant plusieurs villes des États-Unis font partie de ces données. Cependant, puisque de nombreuses personnes n'arrivent pas à s'identifier à l'extérieur de la norme hétérosexuelle ou à définir leur sexualité dans leurs propres termes, il est difficile de saisir pleinement la taille de la population LGBT. Le type de sondage utilisé et le type de paramètres lors de l'étude peuvent également affecter la réponse que le sujet donne.

L'Incidence en rapport avec la prévalence[modifier | modifier le code]

Une autre distinction importante peut être faite entre ce que les statisticiens médicaux appellent l'incidence et la prévalence. Par exemple, même si deux études s'accordent sur un critère commun pour la définition d'une orientation sexuelle, une étude peut considérer cela comme s'appliquant à toute personne qui a répondu ne serait-ce qu'une seule fois à ces critères au cours de sa vie, tandis qu'une autre peut ne regarder que ceux qui rentrent sous ces critères sur l'année de l'enquête. Selon l'American Psychological Association, l'orientation sexuelle fait référence à un « comportement durable, affectif, amoureux et/ou comprenant les attractions sexuelles pour les hommes, les femmes ou les deux sexes », ainsi que « la perception de l'identité basée sur les attractions, les comportements, et l'appartenance à une communauté de personnes qui partagent ces attractions »[1]. Par conséquent, une personne peut être célibataire et pourtant encore s'identifier comme bisexuel ou homosexuel, basé sur ses inclinations romantiques[2].

La perception occidentale de l'homosexualité par rapport à celle du reste du monde[modifier | modifier le code]

Le terme par lequel une population est qualifié de « gay » en Occident n'est pas un terme descriptif qui est reconnu par tous les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH) dans le reste du monde. Alors que le terme "gay" est de plus en plus ouvert et discuté, le monde du HSH se compose d'une population diversifiée qui, souvent, peut réagir différemment selon la façon dont les communications dans les milieux cliniques sont encadrées. « Gay » est généralement utilisé pour décrire une orientation sexuelle, alors que « HSH » décrit un comportement[3].

Certains hommes qui ont des rapports sexuels avec d'autres hommes ne se qualifieront pas avec le terme « gay » ou homosexuel, et ne considèrent pas les relations sexuelles avec d'autres hommes comme une activité sexuelle, un terme qu'ils réservent pour les relations sexuelles avec les femmes. Cela est particulièrement vrai chez les personnes provenant de cultures non occidentales. Néanmoins, il est commun aux États-Unis. Des termes tels que le HSH ou « l'amour du même sexe » sont souvent utilisés à la place du mot gay. Les hommes en Afrique et en Amérique latine peuvent s'engager dans des relations sexuelles avec d'autres hommes tout en se considérant toujours référence comme « hétérosexuel », une situation connu sous le nom de « down-low »[4]. Il en est de même pour des hommes qui se livrent à des activités homosexuelles dans l'armée, dans des écoles et universités réservées à un seul sexe, ou en prison; la plupart d'entre eux ne se considèrent pas gay, mais s'engagent pourtant sexuellement avec des membres de leur propre sexe afin de satisfaire leurs désirs, exercer leur pouvoir, gagner des faveurs, ou pour d'autres raisons[5].

Il y a un manque d'information sur les comportements sexuels dans la plupart des pays en développement. Les rares sources disponibles indiquent que, bien que l'auto-identification comme homosexuel se produit relativement rarement, la prévalence du comportement homosexuel est plus élevée. Ces hommes ne sont pas pris en considération dans certaines études de l'identité sexuelle ce qui peut conduire à une sous-déclaration et des inexactitudes[6].

L'importance de disposer de données démographiques fiables[modifier | modifier le code]

Des données fiables sur la taille de la communauté gay et lesbienne de la population serait très utile pour éclairer les politiques publiques[7]. Par exemple, les données démographiques permettrait de calculer les coûts et les avantages de partenariat domestique des prestations, ou sur l'impact de la légalisation de l'adoption homoparentale. En outre la connaissance de la taille de la « gay et lesbienne de la population est prometteuse pour aider les chercheurs en sciences sociales à comprendre un large éventail de questions importantes, questions sur la nature générale du travail des choix sur le marché, sur l'accumulation de capital humain, sur la spécialisation au sein des ménages, sur la discrimination, et sur les décisions concernant l'emplacement géographique. »

Les rapports Kinsey[modifier | modifier le code]

Deux des plus célèbres études démographiques de l'orientation sexuelle humaine sont le travail du Docteur Alfred KinseySexual Behavior in The Human Male (le Comportement Sexuel chez l'Homme (1948)) et Sexual Behavior in the Human Female (le Comportement Sexuel chez la Femme (1953)). Ces études ont utilisé un spectre de sept points pour définir le comportement sexuel, de 0 pour complètement hétérosexuel à 6 pour complètement homosexuel. Kinsey a conclu qu'un petit pourcentage de la population est ou a été bisexuel à un degré plus ou moins grand (tombant sur l'échelle de 1 à 5). Il a également indiqué que 37 % des hommes aux États-Unis avaient atteint l'orgasme par le contact avec un autre mâle après l'adolescence et 13 % des femmes qui avait atteint l'orgasme par le contact avec une autre femme[8].

Ses résultats ont toutefois été contestés, en particulier en 1954 par une équipe composée de John Tukey, Frederick Mosteller et William G. Cochran, qui soutient que l'essentiel du travail de Kinsey se fonde sur des échantillons arbitraires plutôt que sur des échantillons aléatoires, et donc aurait été vulnérable aux biais[9].

Paul Gebhard, ancien collègue de Kinsey et successeur en tant que directeur de l'Institut Kinsey[10], consacra des années à examiner les données de Kinsey et à trier ce qu'il a affirmé être ses prétendus contaminants. En 1979, Gebhard (avec Alan B. Johnson) a conclu qu'aucune des estimations initiales de Kinsey n'ont été significativement affectée par la partialité, et de trouver que 36,4 % des hommes s'étaient engagés à la fois dans des activités hétérosexuelles et homosexuelles, par opposition aux 37 % de Kinsey.

Résultats modernes des enquêtes[modifier | modifier le code]

Les critiques récentes de ces études ont suggéré que, en raison de leur dépendance à l'égard de l'auto-identification, ils peuvent avoir un dénombrement incomplet de la prévalence réelle des personnes avec une histoire de comportement ou de désir à l'égard d'une personne de même sexe.

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Une étude de marché réalisée en 2012 par Lunch Box Media, sur les profils de consommateurs homosexuels, a constaté que la communauté LGBT sud-africaine était d'environ à 4 900 000.

En 2016 un rapport intitulé : « Progressive Prudes: A Survey of Attitudes towards Homosexuality and Gender Non-Conformity in South Africa », produit par l'Other Foundation et le Conseil de recherches en sciences humaines, a publié les résultats suivants : environ 430 000 hommes et 2 800 000 femmes se présentaient avec une identité sexuelle non conforme, 530 000 hommes et femmes de tous les groupes de population, à la fois d'habitations rurales et urbaines et de tous groupes d'âge, s'auto-identifiaient comme homosexuels, bisexuels, ou d'identité sexuelle non conforme avec des proportions similaires à celles observées dans d'autres pays à travers le monde.

Allemagne[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

Selon Yougov[11], voici comment les adultes allemands sont répartis le long de l'échelle de Kinsey (selon l'âge) :

L'orientation sexuelle des Allemands (N = 1,122)
Catégorie d'âge Hétérosexualité exclusivement Prédominance hétérosexuelle, homosexualité

juste occasionnelle

Prédominance hétérosexuelle, homosexualité plus qu'occasionnelle Autant hétérosexuel qu'

homosexuel

Prédominance homosexuelle, hétérosexualité plus qu'occasionnelle Prédominance homosexuelle, hétérosexualité juste occasionnelle Homosexualité exclusivement Ne sais pas
Tous les adultes 63 % 10 % 5 % 4 % 1 % 1 % 3 % 13 %
Les adultes âgés de 18 à 24 ans 45 % 20 % 11 % 5 % 1 % 2 % 2 % 13 %

2016[modifier | modifier le code]

Dans une enquête en face à face représentatives à l'échelle nationale, avec plus de 2 500 Allemands (dont 55 % de femmes), il a été constaté que 86 % des hommes et 82 % des femmes s'identifiaient comme exclusivement hétérosexuels, 3 % des hommes et 4 % des femmes comme principalement hétérosexuels, 1 % de chaque sexe se déclaraient comme bisexuels, et 1,5 % principalement ou exclusivement homosexuels. D'autres orientations sexuelles ont été signalés par 3 % des hommes et 4 % des femmes. Un pour cent de chaque sexe était incertain. Quatre pour cent des hommes et 7 % des femmes n'ont donné aucune réponse[12].

Une enquête portant uniquement sur les femmes a révélé que 5 % des femmes allemandes s'identifiaient comme homo - ou bisexuelles.

Australie[modifier | modifier le code]

2001-2002[modifier | modifier le code]

L'enquête la plus grande et la plus complet en Australie a été réalisée par entretien téléphonique avec 19,307 répondants âgés entre 16 et 59 en 2001/2002. L'étude a constaté que de 97,4 % des hommes s'identifiaient comme des hétérosexuels, 1,6 % comme homosexuels et 0,9 % comme bisexuels. Pour les femmes, 97,7 % se sont identifiées comme des hétérosexuelles, 0,8 % comme des lesbiennes et 1,4 % comme bisexuels. Néanmoins, 8,6 % des hommes et 15,1 % des femmes ont déclaré avoir soit des sentiments d'attirance pour le même sexe ou avoir eu certaines expériences sexuelles avec le même sexe[13].  Dans l'ensemble, 8,6 % des femmes et 5,9 % des hommes ont déclaré avoir eu certaines expériences homosexuelles au cours de leur vie ; ces chiffres ont chuté de 5,7 % et 5,0 % respectivement lorsque les expériences sexuelles non génitales ont été exclues[14]. La moitié des hommes et les deux tiers des femmes qui ont eu une expérience sexuelle avec une personne de même sexe se sont considérées comme étant hétérosexuelles, plutôt que d'homosexuelles[15].

2012-2013[modifier | modifier le code]

Une mise à jour de l'étude ci-dessus; elle emploie la même méthode, a un échantillon plus large (20,055 répondants), et d'élargissement de la tranche d'âge (16-69). L'étude a révélé que 96,5 % de l'ensemble de l'échantillon (96,8 % des hommes et 96,3 % des femmes) s'identifiaient comme des hétérosexuels, une baisse par rapport aux résultats de 2003 (97,5 %)[16]. Les homosexuels représentaient 1,9 % de la population masculine et de 1,2 % de la population féminine, une différence non significative entre les sexes. Les bisexuels représentaient 1,3 % de la population masculine et 2,2 % de la population féminine. Les femmes étaient significativement plus susceptibles que les hommes à s'identifient comme bisexuelles, et moins susceptibles de se déclarer exclusivement homosexuelles ou reporter des attractions et expériences exclusivement avec le même sexe. De même, plus de femmes ont signalé avoir eu des expériences et attractions envers de même sexe. Il apparaît que 9 % des hommes et 19 % des femmes reconnaissent avoir eu dans le passé des attractions et des expérience avec une personne de même sexe. Plus de femmes s'identifiaient comme lesbiennes ou bisexuelles par rapport à 2001-02. L'identité homosexuelle/gay était plus fréquente chez les hommes ayant fait des études universitaires et vivant dans des villes, et beaucoup moins fréquente chez les hommes avec des emplois de col bleu. La bisexualité chez les hommes et les femmes a été plus fréquente chez les répondants de moins de 20 ans. La bisexualité masculine est également surreprésentés parmi les hommes dans leurs soixantaines[17].

2006-2014[modifier | modifier le code]

Dans des entretiens avec 180 000 australiens âgés de 14 ans ou plus, Roy Morgan Research étudia en trois différentes vagues, de trois ans, la part des australiens qui se considèrent comme homosexuels. Les résultats sont présentés ci-dessous selon l'âge et la vague; le total des résultats par vagues sont affichés dans la dernière colonne.

Résultats de la Roy Morgan Research
Vague Part des Australiens se considérant eux-mêmes comme homosexuels
14-19 20s 30s 40 50+ TOTAL
2006-2008 2,9 % 4,4 % 2,5 % 2,4 % 1,3 % 2,4 %
2009-2011 4,0 % 5,7 % 3,8 % 2,7 % 1,6 % 3,1 %
2012-2014 4,6 % 6,5 % 4,2 % 2,8 % 1,7 % 3,4 %

Dans la dernière vague, 4,1 % des hommes et 2,8 % des femmes s'identifiaient comme homosexuels. Les hommes étaient plus nombreux que les femmes parmi les homosexuels dans tous les groupes d'âge. Pour les deux sexes, la part s'identifiant comme homosexuelle dans la dernière vague a été la plus élevé dans le groupe des 20-29 ans (hommes : de 7,6 %, femmes : 5,5 %)[18].

Brésil[modifier | modifier le code]

2013[modifier | modifier le code]

Dans une enquête d'Ibope auprès d'un échantillon de 2 363 Brésiliens, utilisateurs d'internet, pondérés pour être cohérent avec la représentativité nationale, 83 % des Brésiliens se déclarent hétérosexuels, 7 % homosexuels, 5 % bisexuels, 1 % autres, et 4 % ont refusé de révéler leur orientation. Deux fois plus d'hommes d'utilisateurs d'internet que femmes s'identifiaient comme gay ou bisexuels (16 % contre 8 %). Les personnes âgées de 18 à 29 ans étaient les plus susceptibles de s'identifier comme des non-hétérosexuels (15 %), suivis de ceux âgés de 30-49 (10 %). Seulement 5 % de la population âgée de 50 ans ou plus se considéraient comme gay ou bisexuels. Parmi les non-hétérosexuels, 42 % ont dit qu'ils n'avaient pas de religion, comparativement à 13 % de la population hétérosexuelle. La Classe B (classe moyenne) avait le pourcentage le plus élevé de non-hétérosexuels (14 %), suivie par la Classe A (classe supérieure, 11 %). Les Classes C et D (classes moyennes inférieures et classes inférieures) comprenaient 10 % d'homosexuels et de bisexuels. Parmi les régions brésiliennes, le nord du Brésil a le plus faible pourcentage de non-hétérosexuels (2 %). Toutes les autres régions ont des pourcentages supérieurs à 10 %, la région du centre-ouest avait la déclaration la plus élevé (14 %)[19].

Canada[modifier | modifier le code]

1988[modifier | modifier le code]

Une étude portant sur 5 514 universités et facultés met en évidence que parmi les étudiants de moins de 25 ans, 1 % étaient homosexuels, et 1 % étaient bisexuels[20].

2012[modifier | modifier le code]

Lors d'un sondage téléphonique par réponse vocale interactive auprès d'environ 2 700 Canadiens, 5,3 % se sont identifiés comme homosexuels, bisexuels ou transgenres. Les Canadiens âgés de 18 à 34 ans étaient beaucoup plus susceptibles de s'identifier comme des LGBT (11,1 %) que ceux des autres catégories étudiées (2,6 à 3,4 %)[21].

2003-2014 — The Canadian Community Health Survey[modifier | modifier le code]

The Canadian Community Health Survey
années Gay/lesbienne Bisexuels Total
2003[22] 1 % 0,7 % 1,7 %
2005[23] 1,1 % 0,8 % 1,9 %
2007[24] 2,1 %
2009[25] 1,1 % 0,9 %
2012[26] 1,3 % 1,1 %
2014[27] 1,7 % 1,3 %

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant uniquement sur les femmes a révélé que 8 % des femmes canadiennes s'identifiaient comme homo - ou bisexuelles.

Danemark[modifier | modifier le code]

1992[modifier | modifier le code]

Une enquête aléatoire constata que 2,7 % des 1 373 hommes qui ont répondu à leur questionnaire avait eu des expériences ou rapports homosexuels[28].

Espagne[modifier | modifier le code]

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant sur les femmes uniquement a révélé que 6 % des femmes espagnoles s'identifiaient comme homo - ou bisexuelles.

2017 l'enquête Barómetro Control[modifier | modifier le code]

La sixième édition de l'enquête sur le comportement sexuel du Barómetro Control, effectuée en 2017, représentative de la population espagnole âgés de 18 à 35 ans, a révélé que 89 % des jeunes Espagnols adultes s'identifiaient comme hétérosexuels, 6 % des hommes et 3 % des femmes comme homosexuels, et 2 % comme bisexuels[29].

États-Unis[modifier | modifier le code]

[30]

France[modifier | modifier le code]

1992[modifier | modifier le code]

Une étude portant sur 20 055 personnes a conclu que 4,1 % des hommes et 2,6 % des femmes ont eu au moins une relation sexuelle avec une personne du même sexe au cours de leur vie[31],[32].

2011[modifier | modifier le code]

Lors d'une enquête, à l'échelle nationale en ligne sur 7 841 adultes français, réalisée par l'IFOP au début de l'année 2011, 6,6 % des répondants se sont identifiés comme homosexuels (3,6 %) ou bisexuels (3 %), et 90,8 % comme hétérosexuels. Par rapport à la population hétérosexuelle, la population homosexuelle était beaucoup plus susceptibles d'être de sexe masculin, célibataire et vivant seul ainsi qu'âgés de moins de 65 ans. Les homosexuels ont plus de chances d'être économiquement actif et travaillant dans les « professions intellectuelles supérieures » mais avaient, en moyenne, un plus petit revenu de ménages. Ils étaient également plus susceptibles d'être résidant dans les grandes villes, en particulier dans la région de Paris. Les bisexuels de la population avait moins de différences statistiquement significatives avec la population hétérosexuelle, ressemblant aux hétérosexuels sur certaines mesures, aux homosexuels sur d'autres, ou d'être à un point intermédiaire sur encore quelques autres. Cependant, ils étaient plus susceptibles d'être âgés de 18 à 24 ans que les deux autres groupes. Comme les homosexuels, ils sont aussi plus susceptibles d'être célibataires[33].

Dans un autre sondage IFOP portant sur 9 515 adultes français réalisé plus tard cette même année, 6,5 % de l'échantillon s'identifiaient comme homosexuels (3 %) ou bisexuels (3,5 %). Parmi les LGB, les hommes étaient plus nombreux que les femmes avec un rapport de plus de 2 pour 1[34].

2014[modifier | modifier le code]

Selon sur une enquête auprès d'environ 10 000 répondants[35], l'IFOP estimait que 90 % des français étaient hétérosexuels, 3 % s'identifiaient comme bisexuels, et 4 % d'entre eux se considéraient eux-mêmes homosexuels. Deux pour cent disaient ne pas avoir adopté une définition de leur sexualité, et 1 % ne souhaitent pas répondre. Plus de femmes que d'hommes étaient hétérosexuels (93 % contre 86 %), tandis que plus d'hommes que de femmes s'identifient comme homosexuels (7 % contre 1 %) et, dans une moindre mesure, bisexuels (4 % contre 2 %). Une identité homosexuelle ou bisexuelle a été plus fréquente chez les personnes âgées de 18 à 49 (9 %) que chez celles âgées de 50 à 64 ans (6 %) ou de plus de 65 ans (4 %). Plus de célibataires que de gens en relation s'identifiaient comme des homo - ou bisexuels (11 % contre 6 %). Une identité LGB est également plus fréquente chez les personnes qui ont eu plus de 10 partenaires sexuels ou aucun par rapport à ceux qui ont eu des niveaux intermédiaires d'expérience sexuelle. Les catholiques sont plus susceptibles de s'identifier comme hétérosexuels (91 %) que les personnes qui ont dit avoir une autre religion ou aucune religion (88 % chacun)[36].

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant sur les femmes seulement a révélé que 4 % des femmes françaises s'identifient comme homo - ou bisexuelles. Dans la catégorie des femmes âgées de moins de 25 ans, 9 % s'identifient comme bisexuelles et 1 % comme lesbiennes[37].

2016 enquête sur Paris[modifier | modifier le code]

Dans une enquête représentative sur les résidents de Paris, l'IFOP a révélé que 79 % des hommes et 90 % des femmes s'identifient comme hétérosexuels, 13 % des hommes et 1 % des femmes sont homosexuels, 6 % des hommes et 4 % des femmes se considéraient comme bisexuels[38].

2019[modifier | modifier le code]

L'IFOP, dans une enquête nationale sur la perception de l'homosexualité et des personnes LGBT dans la société, estime à 3,2 % le nombre de personnes s'identifiant comme homosexuelles, 4,8 % comme bisexuelles assumées (0,9 % non assumées), 82,7 % comme hétérosexuelles exclusives, 5,6 % comme hétérosexuelles attirées par des personnes du même sexe et 2,8 % ne définissant pas leur orientation mais attirées par le sexe opposé[39].

Irlande[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

Une étude des réponses de 7 441 personnes, menée par l'ESRI, a constaté que 2,7 % des hommes et 1,2 % des femmes s'auto-identifiaient comme homosexuels ou bisexuels. Une question basée sur une variante de l'échelle de Kinsey constata que 5,3 % des hommes et 5,8 % des femmes ont signalé une attirance homosexuelle. Sur les personnes interrogées, 7,1 % des hommes et 4,7 % des femmes ont signalé une expérience homosexuelle à un certain moment dans leur vie au moment de l'étude. Il a également constaté que 4,4 % des hommes et 1,4 % des femmes ont signalé une « expérience génitale de même sexe » (le sexe oral ou anal, ou tout autre contact avec les organes génitaux) dans leur vie au moment de l'étude[40]. L'étude a été commandée et publiée par la Crisis Pregnancy Agency, en partenariat avec le Ministère de la Santé et de l'Enfance.

Israël[modifier | modifier le code]

2012[modifier | modifier le code]

Dans un échantillon représentatif de la population juive israélienne âgée de 18 à 44 ans, il a été constaté que 11,3 % des hommes et 15,2 % de femmes s'auto-déclaraient attirés par le même sexe, 10,2 % et 8,7 % ont signalé des rencontres durables avec une personne de même sexe, quand respectivement 8,2 % et 4,8 % s'auto-identifiaient comme des hommes homo - ou bisexuels et lesbiennes ou bisexuelles. Une identité non-hétérosexuelle était plus fréquente à Tel-Aviv que dans d'autres parties du pays et, parmi les hommes; il a également été corrélée avec le plus jeune âge[41].

2015[modifier | modifier le code]

Dans une étude employant l'échelle de Kinsey, 4,5 % des non-religieux israéliens se sont placés aux points 5 ou 6 sur l'échelle, indiquant une orientation homosexuelle avec une attraction sexuelle mineure ou inexistante envers le sexe opposé , et 91,5 % se sont placés aux points 0 ou 1, ce qui indique une orientation hétérosexuelle avec une attraction mineure ou inexistante envers le même sexe. Dans la catégorie des jeunes adultes, âgés de 18 à 24 ans, 7,4 %, se sont placés sur l'échelle aux points 5 ou 6, et de 80 % aux points 0 ou 1. Par rapport à l'ensemble de la population, plus de jeunes adultes se sont eux-mêmes placés sur le point 3 de l'échelle de Kinsey, ce qui signifie une attirance égale envers les deux sexes (de 4,2 % contre 1 %), et sur le point 2, ce qui signifie une orientation plutôt hétérosexuelle avec des attractions homosexuelles majeures (7,4 % contre 2,3 %). Point 4 de l'échelle de Kinsey, indiquant principalement de l'orientation homosexuelle avec des attractions hétérosexuelles majeures, contenait une proportion similaire de jeunes adultes et de tous les adultes (de 1,1 % contre 0,7 %, respectivement)[42].

Italie[modifier | modifier le code]

2011[modifier | modifier le code]

Une enquête aléatoire portant sur 7 725 Italiens (18-74 ans), menée par l'Institut National de la Statistique, entre juin et décembre 2011 avec technique CAPI[43] a trouvé que 2,4 % de la population s'est déclaré être homosexuel ou bisexuel, 77 % hétérosexuels, 0,1 % transgenre, 4 % ont déclaré être « autres », et 15,6 % n'ont pas répondu. Une longue enquête, comprenant toutes les personnes qui, au cours de leur vie, sont tombées amoureuses ou sont avec une personne de même sexe, ou qui ont eu des rapports sexuels avec une personne de même sexe, augmenta le pourcentage à 6,7 % de la population. Plus d'hommes que de femmes, plus de résidents du nord que du sud, plus les jeunes que les personnes plus âgées se sont identifiés comme homosexuels. Les membres de 7 725 familles, réparties sur 660 municipalités italiennes ont pris part à l'enquête[44].

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant sur les femmes seulement a révélé que 1 % des femmes italiennes s'identifiaient comme lesbiennes ou bisexuelles.

Japon[modifier | modifier le code]

2012[modifier | modifier le code]

Une enquête réalisée par le groupe Dentsu a estimé que 5,2 % des Japonais sont LGBT[45].

2015[modifier | modifier le code]

La nouvelle estimation de Dentsu de la population LGBT du Japon était de 7,6 % pour les personnes âgées de 20 à 59 ans[46].

Mexique[modifier | modifier le code]

2017[modifier | modifier le code]

Selon une étude représentative sur le plan national organisé par Kantar TNS, 88 % des Mexicains masculins âgés de 18 à 30 ans s'identifiaient comme hétérosexuels, 6 % comme homosexuels, 5 % comme bisexuels, et 1 % comme autres[47].

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

2007[modifier | modifier le code]

Lors un sondage anonyme portant sur 8 000 élèves d'école du secondaire en Nouvelle-Zélande, menée par l'Université d'Auckland, 0,9 % des personnes interrogées ont indiqué une attirance exclusive pour le même sexe, 3,3 % pour les deux sexes et 1,8 % pour aucun des deux[48].

La Dunedin Multidisciplinary Health and Development Study est une étude prospective qui a examiné les changements dans le comportement sexuel, l'attraction, et l'identité parmi environ 1 000 néo-zélandais nés en 1972 ou 1973. Les échantillons ont d'abord été interrogés en 1993, alors âgés de 21 ans, et, à nouveau, à l'âge de 26, 32 et 38, en 2010-2011. L'étude a révélé une forte diminution de la proportion de femmes qui ont auto-déclarés une attraction exclusivement hétérosexuelles à partir de l'âge de 21 ans (88,3 %) à l'âge de 26 ans (82,5 %), mais une petite augmentation à l'âge de 32 ans (84,2 %) et à nouveau à 38 (87,6 %). En revanche, chez les hommes, la part d'auto-déclaration d'attraction exclusivement hétérosexuelles est restée globalement stable entre les âges de 21 (94,9 %) et 32 (94,2 %), avec une légère baisse à l'âge de 38 ans (92,9 %). L'identité sexuelle était la seule à être évaluée à l'âge de 32 et 38. À l'âge de 32 ans, de 0,9 % des femmes et 1,3 % des hommes s'auto-identifiaient comme homosexuels, 2,9 % des femmes et 1,7 % des hommes comme bisexuels. En outre, 1,5 % des femmes et 2,2 % des hommes s'identifiaient comme « autres ». À l'âge de 38 ans, 1,1 % des femmes et 1,7 % des hommes s'auto-identifiaient comme homosexuels, 2,6 % des femmes et 3 % des hommes comme bisexuels et, 1,1 % de femmes et 0,2 % d'hommes s'identifiaient comme « autres ». Alors que l'attraction sexuelle a changé plus pour les femmes que pour les hommes, les changements chez les hommes étaient plus systématiquement vers une tendance à plus d'homosexualité, tandis que les changements chez les femmes, passé l'âge de 26 ans s'est produite également dans les deux directions (c'est-à-dire, à la fois vers une attraction plus et moins hétérosexuels). Les chercheurs ont discuté de plusieurs facteurs derrière les changements; les effets étant liés à l'âge, aux effets culturels, à l'homosexualité, en particulier le fait que l'homosexualité féminine soit devenue de plus en plus socialement acceptable en Occident dans les années 1990 et 2000[49].

Selon les résultats de la cinquième vague de la New Zealand Attitudes and Values Study, qui a interrogé plus de 14 000 personnes au sujet de leur orientation sexuelle, 94,2 % des Néo-Zélandais s'identifiaient comme hétérosexuels, 2,6 % en tant que qu'homosexuels, 1,8 % comme bisexuels, 0,6 %, comme bicurieux, 0,5 %, comme pan-sexuelle, et 0,3 % comme asexuels[50]. Aucune différences significative entre les sexes n'ont été trouvées dans la part des néo-Zélandais s'identifiant comme hétérosexuels (94,1 % des hommes et 94,4 % des femmes) ou pan-sexuelle (0,5 % des hommes et des femmes), mais les hommes étaient plus susceptibles de s'identifier en tant qu'homosexels (3,5 %) que les femmes (1,8 %), et les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de s'identifier comme bisexuels (2,1 % contre 1,5 %), bicurieux (0,7 % contre 0,4 %) ou asexuels (0,4 % contre 0,1 %). Les femmes de toutes les catégories non hétérosexuelles étaient significativement plus jeunes que les femmes de catégorie hétérosexuelle. Les hommes des catégories homosexuelle, bisexuelle et bicurieuse ont également été significativement plus jeunes que les hommes hétérosexuels[51].

Norvège[modifier | modifier le code]

1988[modifier | modifier le code]

Dans une enquête aléatoire de 6300 Norvégiens, 3,5 % des hommes et 3 % des femmes ont rapporté qu'ils avaient eu une expérience homosexuelle au cours de leur vie[52].

2003[modifier | modifier le code]

Dans un sondage anonyme portant sur 1 971 étudiants masculins du secondaire réalisé en 2003, 1 % d'auto-déclaré avoir déjà eu un petit ami, et 2 % étaient tombés amoureux avec un homme.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

2001[modifier | modifier le code]

Dans étude réalisée en personne par l'Enquête Nationale Néerlandaise de la Médecine Générale, auprès de 4 229 hommes, avec une réponse valable à la question de l'orientation sexuelle, 1,5 % s'auto-identifiaient comme homosexuels, 0,6 % comme des bisexuels et 97,9 % comme hétérosexuels. Sur les 5 282 femmes, 1,5 % s'auto-identifiaient comme lesbiennes, 1,2 % comme bisexuelles, et 97,3 % comme hétérosexuelles[53].

2009[modifier | modifier le code]

Sur un échantillon représentatif à l'échelle nationale, en ligne, après de 3 145 hommes et 3 283 femmes, 3,6 % des hommes et 1,4 % des femmes s'identifiaient comme homosexuels. Un autre 5,5 % des hommes et 7,4 % des femmes s'identifiaient comme bisexuels. L'auto-identification a été évaluée sur une échelle de 5 points, et toutes les trois options non exclusives ont été combinées pour l'auto-identification bisexuelle. Une attirance homosexuelle est plus répandue que l'orientation homo - ou bisexuelle. Chez les hommes, 9,9 % ont déclaré au moins une certaine attirance homosexuelle (4,2 % exclusivement). Chez les femmes, elles étaient 10,9 % (1,5 % exclusivement), dont un grand groupe rapportait des attractions principalement hétérosexuelles. Chez hommes, 3,6 % avaient eu des rapports sexuels avec des hommes dans les six derniers mois et 2,0 %, avec des hommes et des femmes. Pour les femmes, ces pourcentages étaient de 1,6 % et 0,8 % respectivement. L'auto-identification homosexuelle ou bisexuelle, sans attraction pour le même sexe était presque inexistante. Cependant, tous les hommes et toutes les femmes qui se sentaient attirés par leur propre sexe ne s'identifiaient comme homosexuels ou bisexuels. Les comportements sexuels envers le même sexe se produisaient chez les hommes et chez les femmes qui n'ont rapporté aucune attirance homosexuelle ou une identification homo - ou bisexuelle, surtout lorsque le comportement sexuel durable était considéré[54].

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant seulement sur les femmes a révélé que 8 % des Néerlandaises s'identifiaient comme homo - ou bisexuelles[55].

Philippines[modifier | modifier le code]

Une étude sur la sexualité et la fertilité des jeunes adultes (Young Adult Fertility and Sexuality Survey) réalisée en 2002 par l'Institut des Populations de l'Université des Philippines et la Fondation des Recherches Démographiques et du Développement constata qu'environ 11 % des jeunes sexuellement actifs âgés de 15–24 ans ont eu des rapports sexuels avec une personne du même sexe. Parmi eux, 87 % étaient des hommes ayant eu des rapports sexuels avec des hommes[56].

Pologne[modifier | modifier le code]

Une recherche sur des adultes volontaires polonais a montré que différentes méthodes d'enquêtes produisaient d'importantes différences dans la proportion des gens qui admettent l'attraction homosexuelle. Dans les sondages sur papier, 6 % des personnes interrogées ont rapporté une attraction de même sexe, comparés aux 12 % des répondants en ligne. Il n'y avait pas d'autres différences significatives quant aux autres aspects de la vie sexuelle, et les deux ensembles de volontaires étaient du même âge, avaient une éducation similaire et vivaient dans un même emplacement géographique[57].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

L'identité sexuelle au Royaume-Uni, 2012.

1992[modifier | modifier le code]

Une étude sur 8 337 hommes britanniques trouva que 6,1 % ont eu une « expérience homosexuelle » et que 3,6 % ont eu « plus d'un partenaire homosexuel »[58]

2005[modifier | modifier le code]

La Trésorerie et Ministère du Commerce et de l'Industrie de Sa Majesté a réalisé un sondage pour aider le gouvernement à analyser les répercussions financières de la Loi sur les Partenariats Civils (tels que les pensions, l'héritage et les avantages fiscaux). Ils ont conclu qu'il y avait 3,6 millions de personnes homosexuelles dans en Grande-Bretagne – environ 6 % de la population totale, soit 1 personne sur 16,66[59].

2008[modifier | modifier le code]

Dans une enquête auprès d'environ 1 000 britanniques réalisé à l'aide d'un questionnaire auto-rempli, 2 % de l'échantillon total s'étaient identifiés comme bisexuels, 4 % comme homosexuels, et 92 % comme hétérosexuels[60].

2009[modifier | modifier le code]

Dans un sondage en ligne avec plus de 75 000 panélistes YouGov en Grande-Bretagne, 90,9 % se sont identifiés comme hétérosexuels, 5,8 % comme homo - ou bisexuels, 1,3 % ont choisi de ne pas donner une réponse et 2,1 % ont donné d'autres raisons[61]. L'échantillon a été recruté pour correspondre à l'ensemble de la population britannique selon les variables démographiques telles que l'âge, le sexe, le statut d'emploi et la classification socio-économique. Chez les hommes, environ 89 % se sont identifiés comme des hétérosexuels, 5,5 % se sont identifiés comme homosexuels, et 2,5 % comme des bisexuels. Les femmes hétérosexuelles constituaient autour de 93 % de toutes les femmes, les lesbiennes 1,4 %, et les femmes bisexuelles 2,3 %. Un peu plus de 2 $ de chaque sexe s'identifiaient comme « autres », et un peu plus de 1 % ne veulent pas d'indiquer d'orientation sexuelle. Les non-hétérosexuels ont tendance à être plus jeunes, et cela a été particulièrement le cas pour les femmes bisexuelles et les hommes homosexuels, dont la moyenne d'âge est de 32 et 36 ans respectivement, comparativement à une moyenne de 47 ans chez les hétérosexuels. Les minorités ethniques ont une moindre tendance à s'identifier comme homosexuels que les Blancs (1,4 % contre 3,5 %), mais sont plus susceptibles de préférer ne pas divulguer leur orientation sexuelle (7,5 % contre 0,9 %). Les minorités sexuelles ont tendance à se concentrer davantage dans certaines parties du pays, Londres en particulier, où 27 % des homosexuels tous sexes confondus, ainsi que les 19 % des personnes bisexuelles ont pris résidence, comparativement aux seuls 14 % hétérosexuels. Le statut d'emploi est aussi en corrélation avec l'orientation sexuelle ; les hommes homosexuels sont plus susceptibles que les hétérosexuels de travailler à plein-temps (trois quarts contre 57 %), et il en était de même chez les femmes (lesbiennes : 58 %, femmes hétérosexuelles : 41 %). De même, les hommes homosexuels (73 %) et les lesbiennes (66 %) étaient surreprésentés parmi les classes supérieures (classes ABC1), mais la différence entre les hétérosexuels et les bisexuelles (54 % contre 58 %) n'était pas statistiquement significative. Les personnes LGB — en particulier les lesbiennes — ont également eu, en moyenne de meilleures réussites scolaires.

L'étude a fait valoir la nécessité de fournir un anonymat assuré aux répondants, afin de mesurer la véritable dimension de la population non-hétérosexuelle, comme il est moins probable pour les personnes LGB que les hétérosexuels de divulguer qu'ils leur véritable orientation sexuelle lors d'une entrevue en personne que dans une enquête en ligne auto-administrée[62].

2010[modifier | modifier le code]

Une enquête représentative portant sur 238 206 britanniques toutes catégories a révélé qu'un pour cent s'identifiaient comme homosexuels et 0,5 % disaient être bisexuels. Un autre 0,5 % s'identifiaient comme « autre », et 3 % ont répondu « ne pas savoir » ou bien ont refusé de donner une[63]. Au total, 5 % des personnes interrogées ne s'identifiaient pas comme hétérosexuelles ou autrement dit, 98,5 % ne s'identifiaient pas comme homo - ou bisexuelles. Ben Summerskill, directeur général de la Gay Equality Charity Stonewall déclara :

This is the first time that people were asked and data collection happened on doorsteps or over the phone, which may deter people from giving accurate responses – particularly if someone isn't openly gay at home.

« C'est la première fois que des gens se sont vus interroger et que les données ont été collectées au pas de la porte ou au téléphone, ce qui aurait empêcher certains de donner des réponses exactes – en particulier si quelqu'un n'était pas tolérante envers l'homosexualité au domicile »

Stonewall travailla avec 600 employeurs de haut niveau et leur expérience a montré que les résultats allaient dans ce sens lorsque les personnes étaient interrogées sur leur orientation sexuelle comme n'importe quelle collecte d'information générale.

2014[modifier | modifier le code]

Dans une enquête en ligne portant sur la sexualité réalisé par The Observer sur la vie sexuelle des britannique, 4 % des 1 052 répondants s'identifiaient comme homosexuels, et 4 % comme bisexuels[64].

Dans une étude Survation représentative à l'échelle nationale portant sur 1 003 femmes britanniques, 92 % se sont identifiées comme des hétérosexuelles, 1,6 % comme homosexuelles, 3,5 % comme bisexuelles, 0,3 %, comme « autres », et 2,6 % ont refusé de révéler leur orientation sexuelle. L'orientation sexuelle semble être liée à l'âge. Les femmes de la Génération Y, âgées de 18 à 34 ans, étaient significativement plus susceptibles de s'identifier comme bisexuelles (6,6 %) que les femmes âgées de 35 à 54 ans (1,4 %) ou les femmes plus âgées (0,7 %). Les différences d'âge étaient de plus petite taille pour l'identité lesbienne, mais la tendance a été la même, avec 1,9 % de jeunes femmes s'identifiant comme lesbiennes, contre 1,6 % d'âge moyen et 1,3 % pour les femmes âgées. Identité hétérosexuelle suivit le schéma inverse, ayant l'occurrence la plus élevée chez les femmes plus âgées (95,3 %) et la plus faible chez les post-boomers (89,1 %). L'identité sexuelle est également fortement corrélée avec l'absence d'enfants, avec 9,6 % des femmes sans enfants s'identifiant comme homo - ou bisexuelles, contre 3,6 % des femmes ayant des enfants mineurs, et 0,5 % des femmes ayant des enfants adultes[65].

2015[modifier | modifier le code]

Dans un sondage Yougov portant sur 1 632 adultes, 5,5 % se sont identifiés comme homosexuels, 2,1 % comme bisexuels et 88,7 % comme hétérosexuels[66]. En étant demandé de se placer sur l'échelle de Kinsey, 72 % de tous les adultes, et 46 % des adultes âgés de 18 à 24 ans, a choisi un score de zéro, ce qui signifie qu'ils identifiaient comme totalement hétérosexuels. Quatre pour cent de l'échantillon total, et 6 % des jeunes adultes, affichèrent un score de six, ce qui signifie une identité totalement homosexuelle[67].

2011-2016 Enquête Intégrée des Ménages[modifier | modifier le code]

Identité sexuelle en Grande-Bretagne[68]
Année Hétérosexuel Gay/lesbienne Bisexuel Autre Ne sait pas/Refus/Pas de réponse
2009[69] 94,2 % 0,9 % 0,5 % 0,5 % 3,8 %
2010 94,0 % 1,0 % 0,5 % 0,4 % 4,3 %
2011 93,9 % 1,1 % 0,4 % 0,3 % 4,2 %
2012 94,4 % 1,1 % 0,5 % 0,3 % 3,8 %
2013 93,6 % 1,1 % 0,5 % 0,3 % 4,5 %
2014 93,8 % 1,1 % 0,5 % 0,3 % 4,3 %
2015 93,7 % 1,1 % 0,6 % 0,4 % 4,1 %
2016 93,4 % 1,2 % 0,8 % 0,5 % 4,1 %

Dans toutes les années, il a été observé qu'une identité LGB est plus commune aux résidents de Londres et ceux âgés de moins de 35 ans. L'identité homosexuelle en 2016 a été plus de deux fois plus fréquente chez les hommes (1,7 %) que chez les femmes (0,7 %), tandis que l'identité bisexuelle était plus fréquente chez les femmes (0,9 %) que les hommes (0,6 %).

2016[modifier | modifier le code]

Une enquête portant sur les femmes uniquement a révélé que 4 % des femmes britanniques s'identifiaient comme homo - ou bisexuelles.

2017[modifier | modifier le code]

Dans un sondage Survation sur les adultes âgés de 40 à 70, 92,5 % se sont identifiés comme des hétérosexuels, 3,5 % en tant qu'homosexuels, 2,4 % comme bisexuels, 0,5 % comme autres et 1 % ne voulaient pas révéler leur orientation sexuelle. Les moins de 60 ans étaient moins susceptibles de s'identifier comme hétérosexuels que les 60-70 ans. Une identité homosexuelle était plus fréquente chez les hommes (6,1 %) que chez les femmes (1 %), et l'inverse était vrai de l'hétérosexualité (hommes : 89,9 %, femmes : 95 %). Aucune différence significative n'a été trouvée parmi ceux qui s'identifiaient comme bisexuels (2,4 % contre 2,5 %). Londres avait une proportion plus élevée de personnes d'âge moyen ou âgées s'identifiant comme homosexuelles (8 %) ou bisexuelles (6 %) que les autres régions du pays[70].

Selon une étude représentative sur le plan national, organisée par Kantar TNS, 87 % des hommes britanniques âgés de 18 à 30 ans s'identifiaient comme hétérosexuels, 7 % comme homosexuels, 5 % comme bisexuels, et de 2 % comme autres.

2017 Enquête générationnelle de la BBC[modifier | modifier le code]

Un sondage Ipsos MORI pour le compte de la BBC[71] a trouvé que les britanniques âgés de 16 à 22 ans (aussi appelée Génération Z) ont moins de chances d'identifier comme étant exclusivement hétérosexuels (66 %) que ceux qui appartiennent à la Génération Y (71 %), la Génération X (85 %), ou les Baby-Boomers (88 %). Au sein de la Génération Z, il y avait plusieurs différences importantes entre les sexes dans l'identité sexuelle : les jeunes hommes étaient plus susceptibles de s'identifier comme complètement hétérosexuel que les jeunes femmes (73 % contre 59 %) tandis que les jeunes femmes avaient plus de chances de s'identifier non exclusivement hétérosexuelles (19 %) et bisexuelles (14 %) que les jeunes hommes (10 % et 5 %, respectivement). Il n'y a pas eu de différences entre les sexes dans la portion s'identifiant comme principalement ou exclusivement homosexuelle (5 % pour chaque sexe), mais pour la Génération Z, les hommes étaient beaucoup plus susceptibles de refuser de divulguer leur orientation sexuelle (7 %) par rapport à leurs homologues féminins (3 %). Il y avait significativement plus de jeunes Blancs s'identifiant comme étant exclusivement homosexuels (3 %) que ceux des minorités ethniques (0 %) mais aucune autre différence ethnique n'a été trouvée. Les jeunes se considérant comme exclusivement heterosexuels étaient également moins susceptibles de se présenter comme assez ou très actif dans la vie politique, mais ils étaient plus susceptibles de croire qu'ils jouissaient d'une meilleure vie que les post-boomers.

Chez les adultes plus âgés, il n'y avait aucune différence significative dans la proportion des hommes (82 %) et des femmes (80 %) qui s'identifiaient comme étant exclusivement hétérosexuels. Mais plus de femmes que d'hommes s'identifiaient comme plutôt hétérosexuels (11 % contre 6 %), tandis que plus d'hommes que de femmes s'identifiaient comme étant exclusivement homosexuels (4 % contre 2 %) et comme plutôt homosexuels (2 % contre 0,4 %). Les hétérosexuels exclusifs étaient plus susceptibles d'avoir voté « Leave » lors du référendum au Royaume-Uni de 2016 pour quitter l'Union Européenne, alors que les personnes plutôt hétérosexuelles et homosexuelles exclusivement ont été surreprésentées parmi les électeurs du « Remain »[72].

Suède[modifier | modifier le code]

2003[modifier | modifier le code]

Dans un sondage anonyme portant sur 1 978 étudiants masculins du secondaire, réalisé en 2003, les répondants ont répondu à une question sur l'attirance homosexuelle par le choix d'un nombre sur l'échelle de Likert s'étalant sur 5 points (1 = pas du tout et 5 = élevée). Ceux qui ont marqué le nombre 5 composaient 4 % de l'échantillon et ceux qui ont marqué les numéros 3 ou 4, présenté par les chercheurs comme une auto-déclaration d'une « certaine » attraction pour le même sexe représentaient 7 % de l'échantillon[73].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Mode d'enquête[modifier | modifier le code]

Selon plusieurs sources de chercheurs universitaires[74],[75] pour les sondeurs[76] des groupes de recherche organisant des études de marché[77], la population qui s'identifie comme LGBT et/ou a eu des relations sexuelles avec le même sexe peut être sous-estimée dans les sondages qui emploient des intervieweurs en face à face à la collecte de données. Leur argument est que les méthodes plus forte pour couvrir l'anonymat et la confidentialité, tels que des questionnaires en ligne et entretiens IVR, sont mieux que les modes enquêtes plus traditionnelles pour mesurer la taille de la population non hétérosexuelle.

Des chercheurs britanniques avec la troisième vague de la National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles (NATSAL) a abordé cette question dans une de leurs études. Les intervieweurs ont recueilli des données sur le comportement sexuel à partir d'un échantillon de plus de 15 000 sujets à leur domicile. Cependant, une partie des répondants ont accepté de remplir un questionnaire en ligne, leur posant les mêmes questions que lors du questionnaire en face à face. Le questionnaire devait être pris avec un ou deux mois d'intervalle après la première entrevue. Les données ci-dessous ont été extraites à partir du même groupe de 202 hommes et 325 femmes qui ont donné des informations à propos d'expérience sexuelle avec le même sexe lors du face à face, puis ont complété le questionnaire en ligne plus tard. Les chiffres illustres à quel point les réponses peuvent varier selon les modes de l'enquête et à quel point la différence entre les méthodes d'enquête peut être significative ou non lorsqu'il s'agit de fournir de l'information[78].

National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles
Les données partielles de la NATSAL-3 Tout expérience sexuelle avec une personne de même sexe Tout rapport sexuel avec le une personne de même sexe (expérience avec un contact génital)
Face-à-Face En ligne Différence statistiquement significative entre les méthodes? Face-à-Face En ligne Différence statistiquement significative entre les méthodes?
Les hommes 11,4 % 17,3 % Oui 9,9 % 13,5 % Oui
Les femmes 14,5 % 19,7 % Oui 9,2 % 10,5 % Non

Les chercheurs d'autres pays ont produit des résultats similaires. En Pologne, par exemple, il a été trouvé dans une expérience que l'auto-déclaration d'attraction envers le même sexe était deux fois plus fréquente lors d'un questionnaire en ligne que lors d'un questionnaire papier, malgré le fait que le groupe qui a répondu à des questions en ligne et celui qui a rempli le formulaire papier étaient similaires sur toutes les variables démographiques et sur tous les autres aspects de leur sexualité. Dans les années 1990, une expérience a été faite aux États-Unis où il a été constaté que les adolescents masculins étaient beaucoup plus susceptibles de reconnaître avoir eu des expérience avec le même sexe lorsqu'une méthodologie impliquait l'interface avec un ordinateur par rapport aux questionnaires papier[79].

Les Ratios de proportions[modifier | modifier le code]

En général, la plupart des recherches est d'accord que le nombre de personnes qui ont eu de multiples expériences sexuelles avec le même sexe est moindre que le nombre de personnes qui ont eu une seule expérience de ce genre; que le nombre de personnes qui s'identifient comme étant exclusivement homosexuels est inférieur au nombre de personnes qui ont eu de multiples expériences homosexuelles.[travail inédit ?]

Changer au fil du temps[modifier | modifier le code]

En outre, des changements peuvent se produire dans les rapports sur la prévalence de l'homosexualité. Par exemple, l'Institut pour les Recherches Sexuelles de Hambourg a mené une enquête sur le comportement sexuel des jeunes en 1970 et l'a répété en 1990. Alors qu'en 1970, 18 % des garçons âgés de 16 et 17 ans ont rapporté avoir eu au moins une expérience sexuelle avec une personne de même sexe, le nombre avait chuté à 2 % en 1990[80],[81].

Les données de l'Enquête Sociale Générale montre que le pourcentage d'américains ayant reporté avoir eu principalement des partenaires de même sexe est resté stable entre 1989 et 2014. En revanche, le pourcentage de personnes déclarant avoir un jour eu un partenaire du même sexe augmenté[82]. Par contraste, la National Survey of Family Growth (en) a constaté une augmentation dans la part des hommes et des femmes qui s'auto-signalaient avoir une orientation bisexuelle, dans leur étude de 2011-2013 comparée aux enquêtes précédentes[83]. De Même, dans la Seconde Étude Australienne de la Santé et des Relations Humaines, dont les données ont été collectées en 2012 et 2013, les chercheurs ont remarqué une croissance significative de la proportion de femmes qui déclaraient une orientation et une attraction bisexuelles, et une augmentation de la part d'hommes qui rapportaient une attraction exclusivement homosexuelle, par rapport aux résultats de la Première Étude Australienne de la Santé et des Relations Humaines, exécutée en 2001.

Dans les grandes villes[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

En 2009, une enquête menée par l'Université de São Paulo dans 10 capitales du Brésil, 7,8 % des hommes étaient homosexuels et 2,6 % étaient bisexuels, pour un total de 10,4 %, et 4,9 % des femmes étaient lesbiennes et 1,4 % étaient bisexuelles, pour un total de 6,3 %[84].

Parmi les hommes de la ville de Rio de Janeiro, 14,3 % étaient homo - ou bisexuels. Parmi les femmes de la ville de Manaus, 10,2 % étaient lesbiennes ou bisexuelles.

Classement des dix villes du Brésil selon la place de la population LGB
Rang Ville Pourcentage
de la population urbaine
Population LGB
rang
1 Rio de Janeiro 14,30 % 1
2 Fortaleza 9,35 % 2
3 Manaus 8,35 % 3
4 São Paulo 8,20 % 4
5 Salvador 8,05 % 5
6 Brasília 7,95 % 6
7 Belo Horizonte 6,85 % 7
8 Curitiba 6,55 % 8
9 Porto Alegre 5,95 % 9
10 Cuiabá 5,65 % 10

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le Williams Institute à l'UCLA School of Law, un think tank en droit sur l'orientation sexuelle, a publié une étude en avril 2011[85] estimant, sur l'appuie de ses travaux de recherche, à 1,7 % la proportion d'adultes américains qui s'identifiaient comme homosexuels, tandis qu'un autre 1,8 % s'identifiaient comme bisexuels. Sur la base de quatre enquêtes nationales et deux au niveau des États des États-Unis, les analyses suggèrent qu'il existe plus de 8 millions d'adultes aux États-Unis qui sont homo - ou bisexuels, soit 3,5 % de la population adulte. Parmi les hommes, 2,2 % s'identifiaient comme homosexuels et 1,4 % comme bisexuels. Parmi les femmes, 1,1 % s'identifiaient comme lesbiennes auxquelles s'ajoutaient 2,2 % comme bisexuels.

Pourcentage des Adultes LGBT par État en 2012.
Les villes avec le plus haut pourcentage de LGBT en 2006.

Ces cartes montrent les listes des villes et des régions métropolitaines avec les plus populations LGB les plus importantes en termes de nombre de total de résidents homosexuels et de résidents bisexuels, fondés sur des estimations publiées en 2006 par la Williams Institute de l'UCLA School of Law[86].

En tête de classement par pourcentage :
Rang Ville Pourcentage
de la population urbaine
Population LGB
 population rang
1 San Francisco 15,4 % 94 234 4
2 Seattle 12,9 % 57 993 9
3 Atlanta 12,8 % 39 805 12
4 Minneapolis 12,5 % 34 295 16
5 Boston 12,3 % 50 540 10
6 Sacramento 9,8 % 32 108 20
7 Portland 8,8 % 35 413 14
8 Denver 8,2 % 33 698 17
9 Washington 8,1 % 32 599 18
10 Orlando 7,7 % 12 508 36
En tête de classement par le nombre total de la population :
Rang Ville Pourcentage
de ville
la population
Population LGB
population rang
1 New York 6 % 272 493 1
2 Los Angeles 5,6 % 154 270 2
3 Chicago 5,7 % 114 449 3
4 San Francisco 15,4 % 94 234 4
5 Phoenix 6,4 % 63 222 5
6 Houston 4,4 % 61 976 6
7 San Diego 6,8 % 61 945 7
8 Dallas 7,0 % 58 473 8
9 Seattle 12,9 % 57 993 9
10 Boston 12,3 % 50 540 10
11 Philadelphie 4,2 % 43 320 11
12 Atlanta 12,8 % 39 085 12
13 San Jose 5,8 % 37 260 13
Les grandes régions métropolitaines par la population totale :
Rang Ville LGB Pourcentage de la population LGB
1 La Ville de New York – Northern New Jersey – Long Island, NY 568 903 2,6 %
2 Los AngelesLong Beach, CASanta Ana, CA 442 211 2,7 %
3 Chicago–Naperville–Joliet, ILLINOIS 288 478 3,1 %
4 San FranciscoOaklandSan Jose, CA 256 313 3,6 %
5 BostonCambridge, MAQuincy, MA 201 344 3,4 %
6 Washington, DC 191 959 2,5 %
7 DallasFort WorthArlington, TX 183 718 3,5 %
8 MiamiMiami BeachFort Lauderdale 183 346 4,7 %
9 AtlantaMarietta, GASandy Springs, GA 180 168 4,3 %
10 PhiladelphieCamden, NJWilmington, DE 179 459 2,8 %

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) American Psychological Association, « Answers to Your Questions: For a Better Understanding of Sexual Orientation & Homosexuality », Psychology Help Center (consulté le 23 juin 2014)
  2. (en) American Psychological Association, « Sexual Orientation and Homosexuality », Psychology Help Center (consulté le 9 décembre 2011)
  3. (en) « Primary care of gay men », Uptodate.com (consulté le 26 août 2013)
  4. (en) Latino Studies, « Latino Studies – Latinos on DA Down Low: The Limitations of Sexual Identity in Public Health », Palgrave-journals.com, (consulté le 26 août 2013)
  5. (en) « Afghan Men Struggle With Sexual Identity, Study Finds », Fox News, (consulté le 26 août 2013)
  6. (en) « Sexual Orientation and Young People » [PDF] (consulté le 26 août 2013)
  7. (en) « Demographics of the homosexual and lesbian population in the United States: evidence from available systematic data sources », Demography, vol. 37, no 2,‎ , p. 139–54 (PMID 10836173, DOI 10.2307/2648117, JSTOR 2648117)
  8. (en) « Data from Alfred Kinsey's Studies »,
  9. (en) W. G. Cochran, F. Mosteller et J. W. Tukey, Statistical Problems of the Kinsey Report on Sexual Behavior in the Human Male, Washington, Amer. Statist. Assoc., .
  10. (en) New River Media, « NEW RIVER MEDIA INTERVIEW WITH: PAUL GEBHARD Colleague of Alfred Kinsey 1946–1956 Former Director of the Kinsey Institute », PBS.org (consulté le 1er janvier 2016)
  11. (de) « Bisexuelle Prozente in Deutschland YouGov-Studie für Deutschland », BiJou Das Bisexuelle Journal, no 31,‎ , p. 5–8 (lire en ligne)
  12. (en) Julia Haversath et al., « Sexual Behavior in Germany », Deutsches Ärzteblatt International, vol. 114, nos 33-34,‎ , p. 545–50 (DOI 10.3238/arztebl.2017.0545)
  13. (en) Smith, C. E. Rissel, J Richters, A. E. Grulich et R. O. De Visser, « Sex in Australia: Sexual identity, sexual attraction and sexual experience among a representative sample of adults », Australian and New Zealand Journal of Public Health, vol. 27, no 2,‎ , p. 138–45 (PMID 14696704, DOI 10.1111/j.1467-842x.2003.tb00801.x)
  14. (en) Grulich, R. O. De Visser, A. M. Smith, C. E. Rissel et J Richters, « Sex in Australia: Homosexual experience and recent homosexual encounters », Australian and New Zealand Journal of Public Health, vol. 27, no 2,‎ , p. 155–63 (PMID 14696706, DOI 10.1111/j.1467-842x.2003.tb00803.x)
  15. (en) « Sex in Australia: the rationale and methods of the Australian Study of Health and Relationships », Aust N Z J Public Health, vol. 27, no 2,‎ , p. 106–17 (PMID 14696700, DOI 10.1111/j.1467-842X.2003.tb00797.x)
  16. (en) « The intriguing reason why there are now more gays and lesbians in Australia », GayStarNews,‎ (lire en ligne[archive du ]) :

    « men who say they are heterosexual has gone down in 10 years from 97.5% to 96.8% »

  17. (en) « Sexual identity, sexual attraction and sexual experience: the Second Australian Study of Health and Relationships. », Sex Health., vol. 11, no 5,‎ , p. 451–60 (DOI 10.1071/SH14117)
  18. (en) « Is Australia getting gayer—and how gay will we get? », sur Roy Morgan Research,
  19. (pt) « QUASE A METADE DOS INTERNAUTAS BRASILEIROS CONCORDA COM O CASAMENTO GAY », sur Ibope,
  20. (en) King et al, Canada, Youth and AIDS Study, Kingston, Queen's University, .
  21. (en) « One twentieth of Canadians claim to be LGBT », sur Forum Research,
  22. (en) « Canadian Community Health Survey », sur Statistics Canada,
  23. (en) Handbook of Psychology and Sexual Orientation, Oxford University Press (ISBN 978-0-19-024707-2, lire en ligne), p. 71
  24. (en) Basia Pakula et Jean A Shoveller, « Sexual orientation and self-reported mood disorder diagnosis among Canadian adults », BMC Public Health, vol. 13,‎ (PMID 23510500, PMCID 3599883, DOI 10.1186/1471-2458-13-209, lire en ligne)
  25. (en) « Gay Pride... by the numbers » [archive du ], sur Statistics Canada,
  26. (en) « Same-sex couples and sexual orientation… by the numbers » [archive du ], sur Statistics Canada,
  27. (en) « Same-sex couples and sexual orientation... by the numbers », sur Statistics Canada,
  28. (en) « Interactions between persons at risk for AIDS and the general population in Denmark », Am. J. Epidemiol., vol. 135, no 6,‎ , p. 593–602 (PMID 1580235, lire en ligne)
  29. (es) « 6ª Edición Barómetro CONTROL 2017 — “Los jóvenes y el sexo” »,
  30. Statistiques démographiques sur l'orientation sexuelle aux États-Unis (en)
  31. (en) « AIDS and sexual behaviour in France. Mostly Indian Girls are affected from France girls .ACSF investigators », Nature, vol. 360, no 6403,‎ , p. 407–9 (PMID 1448162, DOI 10.1038/360407a0)
  32. (en) « AIDS and sexual behaviour in France. », urbanreproductivehealth.org
  33. « Le profil de la population gay et lesbienne en 2011 », IFOP,‎ (lire en ligne)
  34. « Les électorats sociologiques: Gays, bis et lesbiennes : Des minorités sexuelles ancrées à gauche », (consulté le 1er mai 2015)
  35. « LES FRANÇAIS, LE SEXE ET LA POLITIQUE », sur Ifop (consulté le 30 octobre 2017)
  36. « Les pratiques sexuelles des Français », sur ifop.com,
  37. « To bi or not to bi ? Enquête sur l'attirance sexuelle entre femmes. ZOOM SUR LES RÉPONSES DES FILLES DE MOINS DE 25 ANS », sur ifop.com
  38. « Paris, ville lumière, ville de débauche ? L'OBSERVATOIRE DE LA VIE SEXUELLE DES PARISIENS », sur ifop.com,
  39. « Le regard des Français sur l’homosexualité et la place des LGBT dans la société » [PDF], sur IFOP, (consulté le 28 juin 2019)
  40. (en) Richard Layte, The Irish study of sexual health and relationships, Dublin, Crisis Pregnancy Agency, (ISBN 1-905199-08-2, lire en ligne), p. 126
  41. (en) Zohar Mor et Udi Davidovich, « Sexual Orientation and Behavior of Adult Jews in Israel and the Association With Risk Behavior », Springer Science+Business Media, New York, vol. 45,‎ , p. 1–9 (ISSN 0004-0002, OCLC 5966345530, DOI 10.1007/s10508-015-0631-0)
  42. (he) « הסר תיוג: שליש מהצעירים בישראל לא מגדירים את עצמם כסטרייטים לחלוטין »,‎
  43. (it) « La popolazione omosessuale nella società italiana – Nota metodologica », (consulté le 23 mai 2015)
  44. (it) « La popolazione omosessuale nella società italiana – Testo integrale », (consulté le 23 mai 2015), p. 17–18
  45. (ja) « ソリューション » (consulté le 13 juillet 2018)
  46. >(ja) « 電通ダイバーシティ・ラボが「LGBT調査2015」を実施 » (consulté le 13 juillet 2018)
  47. (en) « THE MAN BOX: A Study on Being a Young Man in the US, UK, and Mexico »,
  48. (en) « Archived copy » [archive du ] (consulté le 23 mars 2013)
  49. (en) Nigel Dickson, Thea van Roode, Claire Cameron et Charlotte Paul, « Stability and Change in Same-Sex Attraction, Experience, and Identity by Sex and Age in a New Zealand Birth Cohort », Archives of Sexual Behavior, vol. 42,‎ , p. 753–763 (DOI 10.1007/s10508-012-0063-z)
  50. (en) Jamie Morton, « What Kiwis really think about ... race, sex, euthanasia, commuting and changing the flag », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne)
  51. (en) Lara M. Greaves, Fiona Kate Barlow et al., « The diversity and prevalence of sexual orientation self-labels in a New Zealand National Sample », Archives of Sexual Behavior,‎ , p. 1–12 (DOI 10.1007/s10508-016-0857-5)
  52. (en) Sundet JM, Kvalem IL, Magnus P et Bakketeig LS, Global Impact of AIDS, New York, Fleming AF, Carbaliv M, Fitzsimons DF et Alan R. Liss, , 53–60 p., « Prevalence of risk-prone sexual behaviour in the general population of Norway »
  53. (en) Theo G.M. Sandfort, Floor Bakker, François G. Schellevis et Ine Vanwesenbeeck, « Sexual Orientation and Mental and Physical Health Status: Findings From a Dutch Population Survey », Am J Public Health, vol. 96, no 6,‎ , p. 1119–1125 (DOI 10.2105/AJPH.2004.058891)
  54. (nl) F. Bakker, « Seksuele gezondheid in Nederland 2009 », (consulté le 12 octobre 2015)
  55. « To bi or not to bi ? Enquête sur l'attirance sexuelle entre femmes », sur ifop.com,
  56. 2002 Young Adult Fertility and Sexuality Study, yafs.com, (lire en ligne[archive du ])
  57. (en) « T01-O-19 The analysis of sexual lifestyles of adult Poles. Comparison of an internet-based survey and paper-based survey », Sexologies, vol. 17,‎ , S56 (DOI 10.1016/S1158-1360(08)72669-0, lire en ligne)
  58. (en) Johnson AM, Wadsworth J, Wellings K, Bradshaw S et Field J, « Sexual lifestyles and HIV risk », Nature, vol. 360, no 6403,‎ , p. 410–2 (PMID 1448163, DOI 10.1038/360410a0)
  59. (en) « 3.6m people in Britain are gay – official », sur The Gardian
  60. (en) « Sex uncovered poll: Quantity and quality », sur The Guardian,
  61. (en) Gavin Ellison et Briony Gunstone, « Sexual orientation explored: A study of identity, attraction, behaviour and attitudes in 2009 »,
  62. (en) Peter J Aspinall, « Estimating the size and composition of the lesbian, gay, and bisexual population in Britain », , p. 13
  63. (en) « UK gay, lesbian and bisexual population revealed », Bbc.co.uk, (consulté le 26 août 2013)
  64. (en) « British sex survey 2014: 'the nation has lost some of its sexual swagger' », The Observer,‎ (lire en ligne)
  65. (en) « Women on Low Pay Survey », sur Survation,
  66. (en) Yougov, Yougov results (lire en ligne)
  67. (en) « 1 in 2 young people say they are not 100% heterosexual »,
  68. « Sexual identity, UK », ons.gov.uk
  69. « ONS data for 2009–2011 », ons.gov.uk
  70. (en) Survation, Sex Poll, (lire en ligne)
  71. (en) Rachel Hosie, « Two thirds of 16 to 22-year-olds say they are only attracted to the opposite sex », The Independent,‎ (lire en ligne)
  72. https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2017-09/bbc-newsbeat-survey-tables-2017_2.pdf
  73. (en) Michael C. Seto, Cecilia Kjellgren, Gisela Priebe, Svein Mossige, Carl Göran Svedin et Niklas Långström, « Sexual Coercion Experience and Sexually Coercive Behavior: A Population Study of Swedish and Norwegian Male Youth », Child Maltreatment, vol. 15, no 3,‎ , p. 219–228 (DOI 10.1177/1077559510367937)
  74. (en) Kuyper L et Vanwesenbeeck I, « High Levels of Same-Sex Experiences in the Netherlands: Prevalences of Same-Sex Experiences in Historical and International Perspective », Journal of Homosexuality, vol. 56, no 8,‎ , p. 993–1010 (DOI 10.1080/00918360903275401)
  75. (en) Robert D. Bailey, Winona E. Foot et Barbara Throckmorton, Psychological Experiments on the Internet, Academic Press, (ISBN 978-0120999804), chap. 6 (« Human Sexual Behavior: A Comparison of College and Internet Surveys »)
  76. (en) « A Survey of LGBT Americans », sur Pew Research, , p. 24
  77. (en) « The GLBT Market Research Leaders – Hands Down »,
  78. Sarah Burkill et al. et al., « Using the Web to Collect Data on Sensitive Behaviours: A Study Looking at Mode Effects on the British National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles (Tables S2 and S3) », PLoS One,‎ (DOI 10.1371/journal.pone.0147983)
  79. (en) Turner CF, Ku L, Rogers SM, Lindberg LD, Pleck JH et Sonenstein FL, « Adolescent sexual behavior, drug use, and violence: increased reporting with computer survey technology », Science, vol. 280, no 5365,‎ , p. 867–73 (PMID 9572724, DOI 10.1126/science.280.5365.867)
  80. (de) « Gibt es Heterosexualität? », Lsbk.ch, (consulté le 26 août 2013)
  81. (de) « Jugendsexualität – Veränderungen in den letzten Jahrzehnten » [archive du ], Bvvp.de (consulté le 26 août 2013)
  82. (en) Twenge, J. M., Sherman, R. A. et Wells, B. E., « Changes in American Adults’ Reported Same-Sex Sexual Experiences and Attitudes, 1973-2014 », Arch Sex Behav, vol. 45, no 7,‎ , p. 1713–30 (DOI 10.1007/s10508-016-0769-4)
  83. (en) « Bisexuality on the rise, says new U.S. survey », sur CNN,
  84. (en) « LGBT proportions by sex in Brazil »
  85. (en) « How Many People are Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender? », Williamsinstitute.law.ucla.edu, (consulté le 26 août 2013)
  86. Gary J. Gates, « Same-sex Couples and the Gay, Lesbian, Bisexual Population: New Estimates from the American Community Survey » [PDF], The Williams Institute on Sexual Orientation Law and Public Policy, .

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Diamond M, « Homosexuality and bisexuality in different populations », Arch Sex Behav, vol. 22, no 4,‎ , p. 291–310 (PMID 8368913, DOI 10.1007/BF01542119)

Voir Aussi[modifier | modifier le code]