Stas Namin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stas Namin
Description de cette image, également commentée ci-après
Stas Namin, 2009
Informations générales
Nom de naissance Anastase Alekseevitch Mikoïan
Naissance
Moscou, URSS
Activité principale Musicien, compositeur, producteur, artiste peintre, photographe, réalisateur de théâtre et de cinéma, impresario (opéra)
Genre musical Art rock, blues rock, folk rock, musique symphonique, rock symphonique, rock progressif
Site officiel www.StasNamin.com

Stas Namin (de son vrai nom Anastase Alekseevitch Mikoïan, né le à Moscou, URSS) est un musicien soviétique russe, compositeur et producteur, artiste peintre et photographe, directeur de théâtre et de cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1951 à Moscou, « Namin » est un pseudonyme en l'honneur de sa mère - Nami Artemievna Mikoïan. Il passe toute son enfance avec ses parents dans des villes de garnisons militaires : camp de Ross en Biélorussie, Alakourtti dans la région de Mourmansk et dans la petite ville de Rechlin en Allemagne de l'Est. Son père, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, est un pilote militaire nommé Alexeï Anastassovitch Mikoïan (1925-1986).

Stas est élevé par sa mère qui l'initie à la musique et à la littérature. Leur maison est fréquentée par Dmitri Chostakovitch, Aram Khatchatourian, Mstislav Rostropovitch, Leonid Kogan, Alfred Schnittke, Guia Kantcheli, Gueorgui Sviridov et d'autres musiciens et artistes célèbres. Le premier professeur de musique de Stas est le compositeur Arno Babadjanian, qui lui apprend le piano et l’accordéon.

En 1957, Stas, âgé de six ans, il entre à l'école secondaire de Moscou et, en 1961, perpétuant ainsi la tradition militaire de sa famille, devient étudiant à l'École militaire de Souvorov à Moscou, où il étudie pendant sept ans.

Fondateur en 1969 du groupe Tsvety (en)[1], il devient l'organisateur du centre de production indépendante, le Stas Namin Centre (SNC)[2], qui a lancé de nombreuses vedettes du rock et de la musique pop, dont le groupe Gorky Park créé et produit par Namin, les groupes Kalinov Most (en), Brigada S (en) Splin, etc.

Stas Namin est aussi l’organisateur des premiers festivals de musique nationaux, parmi lesquels le Festival international musical de la Paix dans le stade Loujniki en 1989, une série de festivals du Monde Uni de 1990 à 1995, Rock au Kremlin en 1991. Il est le fondateur des premières entreprises privées du pays : une agence de concerts, un studio et une maison de disques, une station de radio, une chaîne de télévision, un studio de design, etc., qui ont donné naissance au show-business russe. En 1999, il a créé le premier[réf. nécessaire] théâtre de comédies musicales du pays[3]. Il est aussi l’organisateur de grands festivals internationaux culturels indépendants[réf. insuffisante][4] à l’intérieur des frontières de l’URSS et de la Russie ainsi qu’à l’étranger (Russian Nights).

En musique, en 2009, l'année du quarantième anniversaire du groupe Tsvety, Namin a relancé cette formation et a enregistré un best-off de son répertoire et de leurs nouvelles chansons à Abbey Road (Londres). Le groupe a donné le concert anniversaire Tsvety – 40 ans et en a sorti un DVD. En 2013, il publié deux nouveaux albums live, Homo sapiens et Flower Power. Le concert du 45e anniversaire du groupe Tsvety, où ont été présentées de nouvelles chansons sur le thème d’une journée, était le dernier concert public moscovite de Stas Namin avec le groupe Tsvety. En ce qui concerne la musique ethnique, ce fut aussi la période où il a produit les albums Chansons russes de village, One World Music Freedom et Méditation. En musique symphonique, Namin a produit une suite de huit parties dénommée Automne à Saint-Pétersbourg[réf. nécessaire].

Art et photographie[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Stas Namin a commencé à s’intéresser à la photographie dès l'enfance. Dans les années soixante-dix, il photographiait des affiches lors des performances de son groupe. Dans les années 1980, il prenait son appareil photo lors des tournées mondiales du groupe.

Dans les années quatre-vingt-dix, il se met à travailler en studio puis, dans les années 2000, étudie les arts visuels, la peinture et le dessin. Ses œuvres incluent des concepts auxquels il a contribué, et notamment la représentation précise d’une beauté découverte, dont des photos comportant des corrections et des effets attestant de sa vision subjective et proches des arts visuels.

L’artiste américain Peter Max a déclaré à son propos : « Stas Namin a un talent extraordinaire. Je le connais et le suis dans son travail depuis des années. Nous nous sommes rencontrés dans un environnement créatif, et j’ai été impressionné par ses connaissances et son amour pour le rock’n’roll. Il est musicien, impresario et un maître en photographie. Sa composition et son choix des sujets sont uniques, et c’est un grand artiste. J’ai quelques-unes de ses photos dans ma collection. Et je suis heureux de savoir que le nom et les œuvres de Stas Namin sont reconnus à New York. C’est un artiste confirmé et célèbre »[réf. nécessaire].

Le critique d’art Alexander Borovski, dans le magazine Sobaka Ru a écrit : « Namin est vraiment destiné à la reconnaissance, au contact générateur d’émotions, du sens et de la forme. Le courant passe ! Et le cadre est construit solidement, autrement dit, il est organisé - sans les « ciseaux » et le traitement informatique. Le courant passe! - Et la couleur tombe à point, en surmontant les caprices de développement informatique. Le courant passe! – Et le motif qui semblait banal, touristique, acquiert cette «virginité» inattendue. Un vrai «Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu». Même le truc le plus simple, limite enfantin, une photo avec un objectif grand-angle, soi-disant « fish-eye », que Namin aime à utiliser, taquine ses collègues, embourbés dans l'autoréflexion. Il faut être capable de voir, messieurs, et d'apprendre ! »[réf. incomplète]

Peintures et dessins[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, Namin a sérieusement commencé à pratiquer différentes techniques d'art. En 2006, le Musée théâtral Bakhrouchine a présenté ses travaux pour la première fois (dessins, peintures et techniques mixtes) dans lesquelles il a expérimenté les technologies informatiques modernes et d'autres techniques[réf. nécessaire]. Tout au long de ces années, ses œuvres d'art ont été exposées dans des collections prestigieuses, galeries et musées en Russie et à l'étranger. En 2013, à la Foire du livre de Francfort, le Musée Russe a présenté l'album photo original de Namin, La Magie de Vénus. En 2014, ses travaux ont été intégrés à l'exposition de la galerie de photos classiques incluant les meilleurs photographes du pays. En juin 2014, Stas Namin a été élu membre d’honneur de l'Académie des Arts russe[réf. nécessaire].

Expositions d’art et de photos[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1996 - Exposition personnelle à la Maison du Cinéma, Moscou.
  • 1998 - Exposition personnelle au Grand Manège Le Monde à travers les yeux de Stas Namin. L'exposition présentait plus de 600 œuvres créées par Namin pendant toute la période de sa passion pour la photographie.
  • 1998 - Exposition personnelle dans une galerie privée Vmeste, Moscou.
  • 1999 - Exposition personnelle à la Maison centrale des Artistes. Plus de 200 œuvres ont été présentées, comprenant également les photographies scéniques de studio.
  • 2000 - Participation au Forum international de l'art à Perm. Parmi les participants figuraient Sébastien Mercedes (Espagne), Andrew Logan (Angleterre), Alexander Kosolapov (États-Unis) et d'autres artistes.
  • 2001 - Exposition personnelle au Palais Stroganov à Saint-Pétersbourg, organisée par le Musée Russe.
  • En 2001, sur décision du Conseil académique et sous les auspices du Musée Russe, l’album artistique de Stas Namin a été publié.
  • 2001 - Galerie de Alla Bulyanskaya. Maison centrale des Artistes, Moscou.
  • 2004 - Pacific Design Center, Hollywood, Los Angeles.
  • 2004 - Fonds international pour les arts visuels de Russie et d’Europe de l'Est, Manhattan, New York.
  • 2006 - Galerie Veni, Vidi..., Maison centrale des Artistes, Moscou.
  • 2006 - Musée théâtral Bakhrouchine, Moscou. The faces of talent.
  • 2007 - Galerie Mars, Moscou. L'exposition était organisée par le magazine Rolling Stone.
  • 2007 - Le Nouveau Manège, Moscou. Art graphic (Khudgraf).
  • 2007 - La Maison Centrale des Artistes, Moscou. Art Moscow.
  • 2007 - Exposition personnelle au Ministère des Affaires étrangères de la Russie, Moscou.
  • 2008 - Exposition personnelle au Musée d’art de Belgorod.
  • 2009 - Galerie Khankhalaev. Maison centrale des Artistes, Moscou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]