Staphylos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'historien grec, voir Staphylos de Naucratis.

Dans la mythologie grecque, Staphylos (en grec ancien Στάφυλος / Stáphulos, « grappe ») est le nom de plusieurs personnages difficiles à discerner les uns des autres, mais qui cependant appartiennent tous au cycle de Dionysos, le dieu de la vigne.

Les différents Staphylos[modifier | modifier le code]

Staphylos berger[modifier | modifier le code]

On raconte parfois que Staphylos était un berger du roi étolien Œnée. Tandis qu'il menait comme chaque jour les troupeaux au pâturage, il remarque que l'une des chèvres rentrait plus tard que les autres, et semblait d'humeur plus joyeuse. Intrigué par cet événement, il la suivit, et vit qu'elle mangeait des fruits qu'il ne connaissait pas. Il raconta l'aventure au roi. Celui-ci eut l'idée de presser ces fruits, qui s'avérèrent être des grappes, et ainsi on inventa le vin. On donna à ce liquide le nom du roi (οἶνος signifie « vin »). Le fruit lui-même prit alors le nom de « staphylos ».

Staphylos, fils de Silène[modifier | modifier le code]

Une légende voisine fait de Staphylos un fils de Silène, l'ami de Dionysos. C'est lui qui aurait eu le premier l'idée de mêler l'eau et le vin[1].

Staphylos fils de Dionysos[modifier | modifier le code]

Le plus souvent Staphylos est considéré comme le fils des amours de Dionysos[2] et d'Ariane[3], après que celle-ci eut été abandonnée par Thésée, à Naxos, bien qu'une tradition en fasse le fils de Thésée lui-même. Il habite à Bybastos[4] Il était le frère de Thoas, Œnopion et Péparéthos[3], auxquels on rajoute parfois Latramys, Evanthés et Tauropolis. Staphylos épousa Chrysothémis et ils eurent trois filles, Molpadie, Rhéo, et Parthénos[5] (et, selon certains auteurs, une quatrième, Hémithéa[5],[4]). Par Rhéo, il est le grand-père d'Anios. Staphylos figure parmi les Argonautes[2].

Dans les Dionysiaques, Nonnos de Panopolis a introduit le personnage de Staphylos, qu'il a développé sans grand rapport avec la légende antérieure[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 57
  2. a et b Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 16.
  3. a et b Apollodore, Épitome [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9.
  4. a et b Parthénios de Nicée, Passions amoureuses [détail des éditions] (lire en ligne), I.
  5. a et b Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], V, 62. En fait, chez Diodore de Sicile, Molpadie prend le nom de Hémithéa lorsqu'elle se fait secourir par Apollon.
  6. Nonnos de Panopolis, Dionysiaques [détail des éditions] [lire en ligne]. Les livres XVIII et XIX content l'histoire de Staphylos et de Bacchus. Et dans le livre LXIII, comment Bacchus et Staphylos menèrent la lutte du vin contre l'eau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires », (1re éd. 1951) (ISBN 2-13-050359-4), p. 428 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]