Stanley Hoffmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoffmann.
Stanley Hoffmann
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Bourse Guggenheim
Commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)
Prix Balzan ()
Commandeur de la Légion d'honneur‎ ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Stanley Hoffmann, né le à Vienne (Autriche) et mort le 13 septembre 2015 à Cambridge (Massachusetts)[1], est un professeur de sciences politiques français à l'université Harvard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hoffmann nait à Vienne en 1928 d'une famille juive, qui émigre dès l'année suivante à Paris et se sépare aussitôt. Il dit n'avoir rencontré son père que quelques journées dans toute sa vie [2].

Citoyen français depuis 1947, Stanley Hoffmann passe son enfance entre Paris et Nice, avant d'étudier à l'Institut d'études politiques de Paris, où il est major de la section Service public en 1948. Étant donné l'impossibilité pour lui de passer le concours de l'ENA avant 1952, il devient chercheur de la fondation de Sciences Politiques et à cette même période prépare un doctorat à la faculté de Droit de Paris sous la direction de Mme Bastide. En désaccord avec ses vues sur son doctorat, il part en 1955 pour une année à Harvard comme enseignant et y restera. Il y fait une carrière universitaire. Après avoir fondé notamment le Centre d’Études Européennes de Harvard en 1968, il est titulaire de deux chaires prestigieuses, celle de « Civilisation Française » à partir de 1980, puis celle de « Relations Internationales » depuis 1997. Il est resté en étroites relations avec les cercles universitaires français et a été directeur d'études de civilisation américaine à l'EHESS en 1983-1984.

Bien qu’il n’ait pas pu suivre à Sciences Po les cours de sciences politiques de Raymond Aron (que celui-ci commence en 1955 à la Sorbonne après avoir donné quelques cours sur la presse à Sciences Po), il fut très marqué par l’influence de celui-ci dont il restera proche[3]. Il raconte qu’il a fait sa connaissance fortuitement dans le train en revenant d’une réunion de l’Association Internationale de Sciences Politiques à Amsterdam en 1953 (?) où il était présent comme interprète[4]. Stanley Hoffmann choisit alors d’enseigner et non d’entrer en politique, comme certains de ses condisciples de Harvard, à l’enseigne de Kissinger. Il adopte une position aronienne de spectateur engagé, tranchant dans la critique des rigidités sociales de la France contemporaine, aussi bien que de l’impérialisme ravageur de la politique américaine. Il affirme néanmoins sa confiance dans l’existence nécessaire d’une éthique des relations internationales.

Stanley Hoffmann a également participé en tant qu'expert politique au film Le monde selon Bush traitant des dérives de l'administration Bush après l'élection de ce dernier à la Maison-Blanche en 2000.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications (extrait)[modifier | modifier le code]

  • Gulliver Unbound, 2004
  • L'Amérique vraiment impériale? Entretiens sur le vif avec Frédéric Bozo, Editions Louis Audibert, Paris, 2003, 174 p.
  • World Disorders, 1998
  • The Ethics and Politics of Humanitarian Intervention, 1997
  • The European Sisyphus, 1995
  • Janus and Minerva, 1986
  • La nouvelle Guerre froide, 1983
  • Duties Beyond Borders, 1981
  • Primacy or World Order : American Foreign Policy since the Cold War, 1978
  • Essai sur la France, Déclin ou Renouveau, 1974
  • De Gaulle, artiste de la politique, 1973
  • Gulliver empêtré, 1971
  • A la recherche de la France, 1963
  • Le mouvement Poujade, 1956

Préface au livre de Robert O. Paxton, La France de Vichy : 1940-1944, éd. du Seuil, 1973.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le grand intellectuel américain Stanley Hoffmann, qui se définissait comme "culturellement français", est mort à l'âge de 86 ans », sur nouvelobs.com, 13 septembre 2015
  2. Entretien A voix nue, sur France Culture, 3 novembre 2010
  3. Voir sa participation à l'ouvrage collectif en hommage à Raymond Aron Mélanges : Science et conscience de la société, Paris, Calmann-Levy, 1971
  4. Cf entretien cité note 1

Liens externes[modifier | modifier le code]