Stan Tohon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stan Tohon
Surnom Le roi du « Tchink System »
Nom de naissance Stanislas Roger TOHON
Naissance
Dahomey (Bénin)
Décès
Paris, France
Activité principale Chanteur, parolier, instrumentiste
Genre musical Musique traditionnelle,Tchink System
Instruments Gota, ...
Années actives 1978 - 2019

De son vrai nom Tohon Roger Stanislas,[1] l’artiste chanteur,musicien,compositeur béninois Stan Tohon, surnommé roi du “Tchink System” (rythme traditionnel béninois), né en à Abomey au (Bénin) est mort le à Paris en France où il était pour des soins des maux pulmonaires et de diabète.[2] Décédé à l'âge de 64 ans, il comptabilise plus de trente (30) ans de carrière musicale, avec à son actif plus de trente (30) albums et plusieurs distinctions[3],[4],[5],[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Au CM1 (Cours Moyen première année), Stan Tohon a abandonné les cours avant de les reprendre 4 ans plus tard mais de façon rétrograde en classe du CE2 (Cours l’élémentaire deuxième année) à la Mission Catholique d’Abomey où il a dû quitter pour se rendre à Houègbo dans la commune de Toffo[1].

Il continua les cours secondaires notamment la sixième et la cinquième au Collège d’Enseignement Général (CEG) de Houègbo dans la commune de Toffo et la classe de quatrième à Gbégamey à Cotonou où il obtient le Brevet de d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) et a sorti son premier album qu'il a dénommé « Djadjadja »[1].

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Stan Tohon est marié et père d’une fille et d’un garçon[1].

En 2004, il s’est marié avec Khadija Tohon à la mairie d’Abomey-Calavi une artiste chanteuse d’origine marocaine avec qui il n'a pas eu d’enfants. [5] Stan Tohon est le père de deux (02) enfants dont :

  • Pétronille Tohon sa première fille qu’il avait eue avec une ancienne relation tous deux élèves à l’époque. Elle vit en France.
  • Carlos Tohon, qu’il a eu avec une ancienne relation et qui vit aux Etatas-Unis.

Origine du rythme du Tchink system[modifier | modifier le code]

Originellement appelé Tchingounmey, ou communément "Tchinkounmè", ce rythme venu de la région de Savalou (centre du Bénin) et qui s'est propagé dans l'aire du département des Collines jusqu'à atteindre la hauteur de Gouka, se joue à base de percussions aquatiques et de gota (grosse gourde) raclée et frappée à l’aide d’un gros chiffon en forme d’éventail a été modernisé dans les années 1960/1970 par Anatole Houndéfo alias Alokpon originaire de savalou. Une musique sacrée qui servait à chasser le mauvais sort après un décès[7],[5],[1].

C’est en 1978 que Stan Tohon, décidé à rompre avec la musique de variété et les interprétations de James Brown ou Otis Redding, crée le rythme Tchink système, une musique qui se joue à base d’instruments occidentaux du « Tchinkoumè » originel[7],[5].

Début de carrière musicale[modifier | modifier le code]

Stan Tohon débute la musique depuis son jeune âge, à l’âge de neuf (09) ans, où il chantait le Tchingounmè dans son quartier à Abomey avant de se rendre à Cotonou et fit la rencontre du regretté Gnonnas Pedro qui lui permit de prendre le micro du fait de ses talents qui se sont révélés au cours des prestations. Il n’avait pas un grand niveau en anglais mais interprétait les chansons de James Brown et a parcouru beaucoup de pays de l’Afrique de l’Ouest comme le Ghana et le Nigeria[1],[5].

Rencontre du public[modifier | modifier le code]

Grace à son premier morceau « Yalo » qui évoquait la situation socio-économique du pays, il a été révélé au public. Cette chanson censurée par le gouvernement béninois d’alors le força à l’exil vers le Togo où il a eu l’opportunité d’être invité par la regrettée chanteuse Togolaise Lili Akoffa à chanter au Togo[1].

Engagements civiques et politiques[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Bandes originales. [7], [8][modifier | modifier le code]

  • 2007 : Nés pour briller
  • 2004 : Non à la violence
  • 2003 : Résurrection
  • 2000 : Voté Té Okovo
  • 1999 : Africa Fête : Welcome To The World
  • 1994 : Tchink Attack (Stan Tohon & The Tchink System)
  • 1991 : Zémidjan
  • 1985 : Parakou
  • 1985 : Métamorphose
  • 1984 : Explosion 84
  • 1983 : Aventurier
  • 1983 : Koudé Alafia Tchink System
  • 1980 : Dans son nouveau style tchink system
  • 1979 : Dans le tchink systeme

Collaborations[modifier | modifier le code]

Reprises et remixes[modifier | modifier le code]

Controverse et polémiques[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g asha-ibile, « Stan Tohon: Le roi du « Tchinc System » fait des révélations sur sa vie », sur Portail de la Diversité Culturelle au Bénin (consulté le 1er mars 2019)
  2. « Société : décès de l'artiste Stan Tohon », sur www.ortb.bj (consulté le 28 février 2019)
  3. « Bénin-Deuil : l’artiste Stan Tohon est décédé », sur Banouto (consulté le 26 février 2019)
  4. « Stan Tohon a quitté ce monde - 24 Heures au Bénin », sur www.24haubenin.info (consulté le 26 février 2019)
  5. a b c d et e « Hommage à Stan Tohon », sur RFI Musique, (consulté le 11 mars 2019)
  6. TVC BENIN, « Mémorial passage du roi Stan TOHON sur Hwenusu : Un vibrant hommage », (consulté le 11 mars 2019)
  7. a b et c « Stan Tohon - Bénin | cd mp3 concert biographie news | Afrisson », sur www.afrisson.com (consulté le 3 mars 2019)
  8. « Stan Tohon discography », sur RateYourMusic (consulté le 3 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]