Stadler GTW

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stadler GTW est le nom d'une gamme modulaire de rames automotrices construites par l'entreprise suisse Stadler Rail. Le sigle GTW provient du nom allemand GelenkTriebWagen qui signifie automotrice articulée.

Description[modifier | modifier le code]

Cette gamme modulaire peut se décliner en différentes motorisations (électrique ou diesel), en différents écartements (normal ou métrique) et même en version crémaillère. De même différents types de design des faces frontales sont proposés.

profil d'une rame GTW 2/6

Le concept de base est celui déjà appliqué sur les rames de tramway : la rame comporte en son milieu un court module moteur à deux essieux et les deux voitures encadrantes, ne comportant qu'un bogie porteur, s'appuient sur le module moteur. Ces voitures peuvent être courtes ou longues selon l'inscription en courbe requise par le client.

La version de base est le type GTW 2/6 ce qui signifie que pour 6 essieux, 2 sont moteurs. En ajoutant une voiture à un seul bogie au centre de la rame, celle-ci devient GTW 2/8.

Cet aspect très modulaire explique sans doute le succès mondial de ces rames qui se sont exportées dans de nombreux pays et pour des types de transport très variés : du transport urbain au chemin de fer de montagne en passant par le transport rapide interurbain. Plus de 500 rames ont déjà été vendues (état en jan. 2010).

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Les rames de la DB et du HLB sont construites sous licence par Bombardier (voitures) et Adtranz (motorisation).

  • Deutsche Bahn
    BR 646.0 (43 GTW 2/6)
    • DB Regio Berlin/Brandenburg - BW Neuruppin
      BR 646.0 (30 GTW 2/6)
  • Usedomer Bäderbahn (UBB, filiale de la DB)
    BR 646.1 (23 GTW 2/6)
  • SBB GmbH ex Euro Thurbo ex Mittelthurgaubahn (MThB)
    Bm 596 671–673 (1997), GTW 2/6
  • Hessische Landesbahn (HLB)
    BR 508 101–103, 509 104-112, 508 113-115, 525 116-118, HLB 119-130, GTW 2/6

Autriche[modifier | modifier le code]

  • Linzer Lokalbahn (bicourant: 15kV alternatif/750V continu, ET 22.151-164)

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

rame française de Cerdagne

Italie[modifier | modifier le code]

rame italienne "Sistemi Territoriali"
  • Sistemi Territoriali S.p.A.
  • SAD (Val Venosta/Vinschgau)
  • Società Ferrovie Udine Cividale
  • Ferrovie Nord Milano
  • Ferrovie del Sud Est
Opérateur Type Motorisation Utilisation
Drapeau de l'Italie Trenord Be 2/6 Diesel Ligne de chemin de fer Brescia–Iseo–Edolo

Grèce[modifier | modifier le code]

rame grecque

Certaines rames sont construites sous licence par la société grecque Hellenic Shipyards.

  • OSE
    560.101/901/201 -17 (voie normale, diesel)
    4501-4512 (voie métrique, diesel)
    3107 : 4 rames à crémaillère pour la ligne de Diakofto à Kalavryta (750 mm, diesel)

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Slovaquie[modifier | modifier le code]

rame slovaque
  • ZSSK Baureihe 425.95 (métrique)
  • ZSSK 840.001-006

Suisse[modifier | modifier le code]

Voie normale[modifier | modifier le code]

rame suisse Thurbo
  • Thurbo ex Mittelthurgaubahn (MThB)
    RABe 526 680–689 (1998), GTW 2/6
  • Chemins de fer fédéraux suisses (SBB-CFF)
    SBB RABe 520 000–016 (2002), GTW 2/8
    SBB RABe 526 260–265 (2003), GTW 2/8 (anc. 2/6, ex-RM et BLS))
    SBB RABe 526 280–286 (2004), GTW 2/8 (ex-RM et BLS)
  • Thurbo
    RABe 526 701–751 (2003), GTW 2/6
    RABe 526 752–780 (2006/07), GTW 2/8

Voie métrique[modifier | modifier le code]

La Be 2/6 7003 à la gare de Blonay sur la ligne Vevey-Blonay-Les Pléiades des MVR au couleur du Goldenpass en mars 2012.

USA[modifier | modifier le code]

rame du NJT

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Multiple units for mixed operation - ABeh 2/6 », sur stadlerrail.com (consulté le 7 avril 2017)
  2. a b c et d (en) DVV Media International Ltd, « Stadler awarded eBART train contract », Railway Gazette,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]