Stade Adolphe-Chéron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Adolphe-Chéron
Généralités
Noms précédents
Stade olympique du Parc de Saint-Maur
Adresse
2 Avenue de Neptune 94100 Saint-Maur-des-Fossés, Val-de-Marne
Construction et ouverture
Construction
Ouverture
Rénovation
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Ville de Saint-Maur-des-Fossés
Équipement
Capacité
3 500
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le stade Adolphe-Chéron est le stade principal de football et d'athlétisme de la ville de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

Description[modifier | modifier le code]

Ce stade, d'une capacité totale de 3 500 places, est aujourd'hui utilisé par les footballeurs de l'US Lusitanos Saint-Maur et les footballeuses de la VGA Saint-Maur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Stade olympique du Parc de Saint-Maur[modifier | modifier le code]

L'origine du stade remonte à 1912 et au legs Vassal. Le terrain de 37 hectares est en effet légué à la Ville de Saint-Maur par Philéas Vassal. Le testament pose quelques conditions comme l'interdiction de scinder la parcelle et l'obligation de la consacrer à la pratique sportive « des deux sexes »[1]. La Compagnie du Stade olympique est créée en 1920 pour gérer et exploiter le site. Sous la houlette d'Adolphe Chéron, le stade est construit entre début 1920 et mai 1922. L'inauguration de l'enceinte qui peut alors accueillir 10 000 spectateurs a lieu le 28 mai 1922[2],[3]. Le gymnase Henry-Paté se trouve également sur le site.

Le stade accueille notamment les Championnats de France d'athlétisme féminin en 1929, 1933 et 1934.

Le stade est rénové superficiellement entre 1943 et 1951.

Stade Adolphe-Chéron[modifier | modifier le code]

Le stade prend son nom actuel le [4]. L'enceinte est encore rénovée entre 1958 et 1973. L'éclairage est définitivement installé le . Avant cette date, l'éclairage est seulement partiel et parfois renforcé de manière provisoire pour la tenue d’événements en nocturne comme les fameuses « soirées de Saint-Maur », réunions d'athlétisme.

Plaque commémorant les records de Michel Jazy, Hervé d'Encausse et du relais 4X1500m français
Plaque commémorant les records de Guy Drut et Roger Quemener

Au cours de ces soirées athlétiques, citons notamment les records battus par Michel Jazy :

  • le , il bat le record du monde du 3000 mètres en 7:49.2.
  • le , il bat le record du monde du mile en 3:55.5,
  • le , il fait ses adieux à la compétition en battant le record du monde du 2000 mètres (4:56.1).

D'autres records internationaux d'athlétisme sont également battus sur le stade :

Le stade est encore rénové entre 1987 et 1988 avec l'érection d'une nouvelle tribune principale de 680 places assises : la tribune Michel Jazy est inaugurée le .

Le stade est de nouveau rénové en 2017 pour notamment le mettre conforme aux normes du Championnat National où espère évoluer les Lusitanos. La pelouse du terrain de football est remplacée par du synthétique nouvelle génération pour permettre une utilisation intensive et les six couloirs, un temps voulu réduits à quatre[5], de la piste d'athlétisme sont également remplacés par du synthétique[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Clavel Cyrille, Saint-Maur, cité des sports, Saint-Maur-des-Fossés, Le Vieux Saint-Maur, 2014, p. 71
  2. L'Echo de Paris, No 29 mai 1922, p. 4 sur gallica.bnf
  3. Le Petit Journal, No 29 mai 1922, p. 4 sur gallica.bnf
  4. Clavel Cyrille, op.cit., p. 147
  5. Yann Bouchez, « Athlétisme : la piste de Saint-Maur en sursis », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. Nicolas Herbelot, « Le mythique stade de Saint-Maur ressuscité ! », L'Équipe,‎ (lire en ligne)