Stabilisation des plantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une rose rouge, entourée de fleurs blanches et de feuillage
Arrangement de fleurs stabilisées

La stabilisation des plantes est une technique de conservation des végétaux, rameaux, fleurs et feuilles, qui consiste à remplacer la sève par une solution de glycérine, afin de garder à la plante son aspect frais, pour en faire des bouquets, diverses compositions florales ou encore des murs végétalisés.

C'est aussi le nom donné aux procédés mis en œuvre pour la conservation des propriétés des plantes à usage médicinal, cosmétologique, condimentaire, aromatique ou alimentaire.

Stabilisation des plantes à la glycérine[modifier | modifier le code]

La technique consiste à placer les tiges et rameaux, dont la partie inférieure a été préalablement écrasée au marteau sur une longueur de 10 à 15 cm, dans une solution d'un tiers de glycérine et deux tiers d'eau chaude, et les y laisser durant deux à six semaines, en réajustant le niveau du mélange si nécessaire[1]. Le brevet déposé en 1996 précise qu'il faut ajouter du sel et au moins un autre alcool, contenant au moins un cycle aromatique, et, éventuellement, un colorant ; la durée du trempage peut ainsi être réduite à deux ou trois jours[2],[3].

Les végétaux stabilisés à la glycérine conservent un aspect naturel et restent frais et souples, ce qui les rend intéressants pour des arrangements floraux et bouquets[1], ainsi que pour des tableaux et murs végétalisés[4].

Stabilisation des plantes médicinales[modifier | modifier le code]

La conservation des propriétés des plantes médicinales requiert des conditions de séchage et de stabilisation contrôlées selon la nature des composés actifs (hétérosides flavoniques, phénoliques et chromogéniques, et alcaloïdes)[5],[6].

Un procédé breveté en 1994 consiste à soumettre la plante réhydratée à un traitement aux hyper-fréquences jusqu'à ce qu'elle atteigne une température au moins égale à la température de dénaturation des enzymes qu'elle contient[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gouin 1994.
  2. Alain M. Cassan, « Sève artificielle pour la conservation des plantes » [PDF], sur patentimages.storage.googleapis.com, Office européen des brevets, (consulté le 28 janvier 2018).
  3. Sève Artificielle pour Végétaux « éternels » ou projet S.A.V.e.
  4. Stéphanie Mahé, « Un concept de mur végétalisé original », sur The Epoch Times, (consulté le 28 janvier 2018).
  5. Nguyên-Hiëp, P.-G. Delaveau et R.-R. Paris, « Sur la dessiccation et la stabilisation des plantes médicinales : Plantes à hétérosides flavoniques », Annales pharmaceutiques françaises, vol. 22, no 10,‎ , p. 573-580.
  6. Nguyên-Hiëp, P.-G. Delaveau et R.-R. Paris, « Sur la dessiccation et la stabilisation des plantes médicinales : Plantes à hétérosides phénoliques et chromogéniques ; Plantes à alcaloïdes », Annales pharmaceutiques françaises, vol. 23, no 5,‎ , p. 297-305.
  7. « Procédé pour stabiliser des plantes végétales » [PDF], sur patentimages.storage.googleapis.com, Office européen des brevets, (consulté le 21 janvier 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]