St-Hubert (restaurant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hubert.
Les rôtisseries St-Hubert Ltée
Image illustrative de l'article St-Hubert (restaurant)

Création
Fondateurs Hélène et René Léger
Forme juridique Compagnie
Slogan Livrer du bonheur
Siège social Laval, Drapeau : Québec Québec
Drapeau du Canada Canada
Activité Restauration
Produits Poulet BBQ, Poulet pané, Grillades, Sandwichs, Côtes levées, Salades, Fajitas, Desserts
Société mère Cara Limitée
Filiales St-Hubert rôtisseries

St-Hubert Express
Les Resto-bar St-hub
Produits alimentaires Chef Lelarge
Produits alimentaires àTable!
Produits alimentaires St-Hubert
Produits alimentaires Loney's
Produits alimentaires Hubert
Produits alimentaires Suwong

Site web www.st-hubert.com

Chiffre d’affaires en augmentation 500 millions $ (2010)[1]

St-Hubert, aussi connue comme Les rôtisseries St-Hubert (autres filiales aussi), est une chaîne québécoise de restaurants spécialisée dans la cuisine du poulet rôti. Son siège social est situé à Laval, Québec (Canada).

Historique[modifier | modifier le code]

Le tout premier restaurant St-Hubert fut fondé le 25 septembre 1951 à Montréal par Hélène et René Léger. Le premier établissement prit le nom de la rue sur laquelle il fut créé, la rue Saint-Hubert, et fut le premier restaurant au Canada à offrir la livraison à domicile gratuite dès 1952. Cette succursale, située au 6355 rue St-Hubert, est encore opérationnelle à ce jour.

En 1965, St-Hubert compte 5 succursales dans la région de Montréal. Une première franchise ouvrira à Québec en 1967. C’est aussi en 1965 que la sauce St-Hubert est commercialisée et fait son arrivée en épicerie.

En 1972, St-Hubert inaugure un centre d’appel, situé rue Jarry à Montréal, où sont centralisées toutes les commandes téléphoniques. 36 téléphonistes s’occupent de la prise des commandes.

En 1979, St-Hubert prend de l’expansion et créé 2 000 emplois directs. À la fin de l’année, St-Hubert compte 50 rôtisseries.

En 1988, le vaste réseau compte 7 500 employés, plus d’une centaine de restaurants et sert un demi-million de repas par semaine.

En 1991, Jean-Pierre Léger, fils des fondateurs des Rôtisseries St-Hubert, accède à la présidence.

En 1992, le concept du Resto-Bar le St-Hub est créé. Aménagé différemment de la salle à manger des rôtisseries traditionnelles, le St-Hub vise une clientèle adulte. Le concept offre une ambiance décontractée avec musique, éclairage tamisé et décor branché où des amis ou collègues peuvent se rencontrer et prendre un verre. Des entrées et repas complets y sont aussi servis. Dans certains St-Hub, une scène est aménagée et des groupes musicaux y donnent des prestations lors de soirées. Des écrans géants diffusent aussi des événements sportifs d’envergure.

En 1995, St-Hubert célèbre l’ouverture de son tout premier St-Hubert Express. L’ouverture de la première adresse de ce nouveau concept se fait, non sans symbolisme, à l’adresse de la première rôtisserie de la bannière, rue St-Hubert, à Montréal. Ce nouveau type de rôtisserie mise sur la rapidité en éliminant le service aux tables et en réduisant le menu, sans lésiner sur la qualité des ingrédients et des repas. Le client commande, paie et est servi au comptoir. Il bénéficie aussi d’une station à volonté qui offre des boissons gazeuses en fontaine, du café ainsi que la sauce BBQ St-Hubert.

Le 2 mai 2005, St-Hubert annonce sa décision d’opérer des rôtisseries dans un environnement totalement sans fumée. St-Hubert fut l'une des premières chaînes de restaurants québécoises à devenir sans fumée, en bannissant la cigarette dans ses établissements et ce, même dans les bars et sur les terrasses[3]. Ce changement se fait un an avant la mise en place de la loi sur l’interdiction de fumer dans les endroits publics.

Le 10 septembre 2006, St-Hubert débute sa nouvelle campagne de publicité avec des personnalités connues et aimées des Québécois qui remettent leur cachet à l’organisme de leur choix.

En 2007, St-Hubert  fait l’acquisition d’une usine de fabrication à Blainville pour devenir l’unique actionnaire de Produits Alimentaires St-Hubert. La division Détail (production et distribution de produits en épicerie) s’ajoute à la division Restauration (les rôtisseries) pour former le Groupe St-Hubert Inc. Ce faisant, le Groupe St-Hubert Inc. élargi la commercialisation de ses produits en épicerie en produisant et distribuant sous plusieurs autres marques.

En 2009, St-Hubert amorce un grand virage vert en introduisant de nouveaux emballages écologiques complètement recyclables et en éliminant l’utilisation de la styromousse. Tous les emballages peuvent donc être mis à la collecte après un simple rinçage.

En 2011, St-Hubert devient partenaire fondateur du Circuit électrique propulsé par Hydro-Québec. À ce jour, toutes les rôtisseries St-Hubert sont dotées d’une borne de recharge pour véhicule électrique et 11 de ces bornes sont même des bornes à recharge rapide.

En 2012, le Groupe St-Hubert Inc. intègre Maître Saladier Inc. à sa division Détail.

En 2012, l’entreprise met sur pied la Fondation St-Hubert, qui a pour mission de contribuer à la santé et au mieux-être des communautés, principalement aux familles et enfants qui y vivent.

Puis, en 2013, l'entreprise devient la première chaîne de restauration à implanter la collecte de matières compostables dans ses restaurants[4]. Le programme, St-Hubert, offert initialement dans 61 rôtisseries, vise à être implanté dans tout le vaste réseau de rôtisseries St-Hubert d’ici 2016.

Le 31 mars 2016, l'entreprise est achetée par la société ontarienne Cara Limitée pour la somme de 537 millions de dollars[2].

État actuel[modifier | modifier le code]

Un restaurant St-Hubert à Montréal, Québec.

La division restauration de St-Hubert exploite un large réseau de 120 rôtisseries Traditionnelles et Express qui se déploie au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’entreprise offre aussi un service traiteur.

Groupe St-Hubert compte également une division détail composée de Meilleures Marques et de Maître Saladier. La division détail fabrique et distribue en épicerie les produits alimentaires de marques Àtable!, Loney's, Suwong, Major Gourmet, Pasta Fiesta, Chef Lelarge ainsi que la gamme grandissante des produits St-Hubert.  Il distribue et commercialise également les produits Bonne Maman, Laura Secord, Allan, S-Sens et Hershey.

St-Hubert a également élargi ses champs de compétence au domaine philanthropique en créant la Fondation St-Hubert, qui a pour mission de contribuer à la santé et au mieux-être des communautés, principalement aux familles et enfants qui y vivent. La Fondation St-Hubert a donné plus de 2 millions de dollars à divers organismes depuis ses débuts et s’est associé à des causes comme la Fondation Martin Matte, Rêves d’enfants, le Centre de cancérologie Charles-Bruneau, Centraide, de nombreux organismes locaux et plus encore.

En chiffres[modifier | modifier le code]

  • 120 rôtisseries réparties au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario ;
  • Plus de 130 variétés de produits alimentaires disponibles en épicerie ;
  • Plus de 10 000 employés répartis à travers :
    • un siège social ;
    • un centre de distribution ;
    • deux usines de fabrication de produits alimentaires ;
    • un centre de service au client et de prise de commandes téléphoniques, répondant à près de 1,6 million d’appels pour le service de livraison chaque année ;
    • un site web transactionnel qui reçoit plus de 415 000 visites par mois.
  • 31 millions de repas servis par année, dont
    • Plus de 8 millions de kilos de poulet frais du Québec;
    • Plus de 6,7 millions de kilos de pommes de terre frites ;
    • Plus de 3,4 millions de litres de sauce barbecue ;
    • Plus de 2,8 millions de kilos de salade de chou;
    • Plus de 800 000 kilos de côtes levées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Turcotte, « Crémeuse ou traditionnelle? : Le grand patron de St-Hubert prépare sa succession, tout en planifiant l'expansion de son entreprise », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. « St-Hubert vendu pour 537 millions à une entreprise ontarienne », sur Radio-Canada, (consulté le 31 mars 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]