Stéphanie Hennette-Vauchez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stéphanie Hennette-Vauchez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Stéphanie Hennette-Vauchez, née le , est une professeure de droit public à l'Université Paris-Nanterre. Elle dirige le Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF) depuis 2015. Ses recherches portent sur la bioéthique, le genre, la théorie et la sociologie des droits de l'homme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphanie Hennette est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po) et de l'Université Panthéon-Sorbonne. En 2000, elle soutient une thèse sous la direction du professeur Étienne Picard intitulée « Les droits de la personne sur son corps autour du moment de la mort : contribution à l'analyse théorique de la validité juridique des droits »[1]. Elle effectue une année post-doctorale à l'Université Northwestern de Chicago en tant que boursière du programme Fulbright.

De 2002 à 2007, elle est professeure à l'Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne. De 2007 à 2010, elle profite du programme de recherche européen Actions Marie Skłodowska-Curie pour étudier au Centre Robert Schuman de l'Institut universitaire européen de Florence. En 2013, elle est visiting professor à l'Université de Princeton aux États-Unis[2].

En 2010, elle devient professeure de droit public à l'Université Paris-Nanterre, et dirige la deuxième année du master Droits de l'homme. De 2011 à 2015, elle est coresponsable du projet de Recherches et études sur le genre et les inégalités dans les normes en Europe (REGINE)[3]. De 2011 à 2018, elle est membre du Conseil scientifique de l'Institut Émilie-du-Châtelet sur les femmes, le genre et la sexualité. De 2012 à 2015, elle est membre du Conseil scientifique de l'Institut du Genre du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), et depuis 2012 préside le Conseil scientifique de la mission de recherche Droit & Justice[4].

Depuis 2015, elle est présidente du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF) de l'Université de Nanterre[5],[6]. En 2020, elle est membre du comité scientifique du projet de recherche QPC 2020, étudiant la Question prioritaire de constitutionnalité pour le Conseil constitutionnel[7],[8]. Elle intervient dans le débat public pour alerter sur le risque d'intégrer des mesures d'exceptions de l'état d'urgence dans le droit commun, et appelle au respects des droits fondamentaux et droits de l'homme en France[9],. [10],[11],[12],[13],[14].

Prix[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Manuel[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Hennette-Vauchez et Diane Roman, Droits de l'Homme et Libertés Fondamentales, Paris, Dalloz, coll. « Hypercours », (ISBN 2247169376)

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Hennette, Thomas Piketty, Guillaume Sacriste et Antoine Vauchez, Pour un traité de démocratisation de l'Europe, Paris, Seuil, (ISBN 9782021372755)
  • R. Encinas, C. Herrera, O. Leclerc, S. Hennette, L'analyse juridique de (x). Le droit parmi les sciences sociales, Kimé,
  • Stéphanie Hennette-Vauchez et Vincent Valentin, L'affaire Baby Loup ou la Nouvelle Laïcité, Lextenso,
  • Stéphanie Hennette-Vauchez, Le droit de la bioéthique, La Découverte, coll. « Repères » (no 541), (ISBN 9782707156754)
  • Stéphanie Hennette-Vauchez, Disposer de soi ? Une analyse du discours juridique sur les droits de la personne sur son corps, L'Harmattan,
  • Stéphanie Hennette-Vauchez, La démocratie en état d'urgence : Quand l’exception devient permanente, Le Seuil, , 224 p. (EAN 9782021495515)

Directrice d'ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Hennette-Vauchez (dir.), Ce qui reste(ra) toujours de l'urgence, LGDJ/Varenne, , 402 p. (ISBN 978-2-37032-177-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hennette-Vauchez Stéphanie », sur univ-droit.fr (consulté le )
  2. « Stéphanie Hennette Vauchez | Program in Law and Public Affairs | Princeton University », sur lapa.princeton.edu (consulté le )
  3. « REGINE - Université Paris Ouest », sur regine.u-paris10.fr (consulté le )
  4. « Stéphanie Hennette-Vauchez », sur www.parisnanterre.fr (consulté le )
  5. Anne Chemin, « L’état d’urgence permanent subvertit en profondeur l’État de droit », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  6. ENS-PSL UMR 7074 CNRS, « Centre de Théorie et Analyse du Droit (UMR 7074 CTAD) - CREDOF » (consulté le )
  7. Conseil constitutionnel, « Stéphanie Hennette-Vauchez », sur www.conseil-constitutionnel.fr (consulté le )
  8. « QPC 2020 | Conseil constitutionnel », sur www.conseil-constitutionnel.fr (consulté le )
  9. Bernard Gorce, « Stéphanie Hennette-Vauchez : "La répétition de l’état d’urgence n’est pas viable à long terme" », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  10. Christian Losson, « Stéphanie Hennette-Vauchez : «Prendre ses distances avec le droit dans de graves crises est périlleux» », sur Libération, (consulté le )
  11. « Non à l’état d’urgence permanent », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  12. Cécile Deffontaines, « Le projet de loi séparatisme porte atteinte à nos libertés fondamentales » Accès libre, sur L'Obs, (consulté le )
  13. Sonya Faure, « Stéphanie Hennette-Vauchez et Thomas Piketty : «La réponse aux gilets jaunes doit aussi être européenne» » Accès libre, sur Libération, (consulté le )
  14. Nicolas Celnik, « Stéphanie Hennette-Vauchez: «Il y a une accoutumance de l’exécutif à gouverner par l’état d’urgence» » Accès libre, sur Libération, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]