Stéphane Trois Carrés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Stéphane Trois Carrés est un artiste vidéaste et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre, vidéaste de formation, il élabore une réflexion sur la nature de l'espace-temps. Ses œuvres sont autant des expérimentations physiques que des essais de science-fiction.

Citation : « Les peintures apparaissent comme des formalisations d'une pensée stupéfaite de sa complexité ».

Alors qu'il est étudiant à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs ENSAD, début des années 1980 il fonde le collectif Les Frères Ripoulin avec Jean Faucheur, OX, Bla+Bla+Bla, Piro Kao (Pierre Huyghes), Manhu, Closky, Luidgi (Louis Jean Gorry), ils seront rejoints par Nina Childress. Durant cette époque il travaille avec le photographe Denis Chapoulié. Résidant avec le groupe au rez de chaussée du 33, rue saint Antoine, immeuble de Nova Actuel, il collabore avec Keith Haring à Paris et participe aux deux expositions du groupe à la Galerie Agnès B rue du jour, Paris et chez Tony Shafrazi, New York. À la dissolution du groupe en 1989, il a poursuivi son travail de peintre.

Utilisant la peinture comme moyen pour développer une mathématique de l'intuition, il imagine que les surfaces peintes sont des ensembles de nombres de plus ou moins grande densité. Ce travail de correspondance sur les champs de savoir l'amène à utiliser la vidéo comme un autre système d'exploration de la structure spatio-temporelle. Ce procédé est assimilé à des sauts conceptuels, révélant ainsi d'autres façons de comprendre le monde. Jouant avec l'espace et le temps comme dans un roman de science-fiction, il a développé une esthétique des mondes multiples avec l'installation N+1, produite à cinq reprises en France. Actuellement il continue d'explorer ces possibilités de mondes multiples en travaillant sur le concept de peintures intermédiaires.

Il travaille dans l'atelier Art Force Industrie créé par Kiki Picasso, où il conduit un travail de vidéo expérimentale sur Paint Box Graphic

Il a réalisé les Electronic Wall Paper 1.0 projet de vidéo procédurale produit par Art Malta et a conçu avec Alain Longuet et Gabriel Soucheyre les projets de vidéo Cage Suite et VidéoAge à partir des archives du Centre Culturel Américain du Boulevard Raspail et des archives de Grand Canal.

Avec Alain Longuet, il a réalisé différents projets internet dont Babilearth, conception de récits et de modèles d'image de synthèse placés sur Google Earth.

Associé à différents projets pédagogiques, il collabore à l'Association Bois Sacré dans la cadre des formations au Conservatoire des arts et multimédia, Balla Fasséké Kouyaté de Bamako

Il enseigne la vidéo depuis 1999 à l'École Supérieure d'Art et Design Le Havre-Rouen et à l'université de Marne-la-Vallée. Membre du groupe ICR (Interregional Culture-led Regeneration), il conduit le projet Hinterland dans le cadre d'un financement FEDER Interreg sur la Région de la Manche avec l'Université for Creative Arts du Kent.

Membre de la commission arts numériques de la Société civile des auteurs multimédia où il créa la Bourse Pierre Schaeffer. Il développe un logiciel de montage procédural vidéo Electronic Wall Paper EWP 2.0 dans le cadre des projets tutorés de l'École d'ingénieurs IMAC. Il a écrit et réalisé plusieurs émissions de la série « L'Œil du cyclône » pour Canal+ en collaboration avec Jérôme Lefdup. (Inutile d'insister 1999; L'ôde au rat 1998, Que le Grand Tic me Toc 1998)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Une peinture peut être vue comme un axiome mais plus souvent comme une conjecture »
  • « Une peinture fait 3’30’’ d’énergie mentale exactement celle qu’il faut pour écouter un SP de garage punk ou avoir l'intuition d'un théorème »
  • « À d'autres échelles une peinture peut se voir comme un univers où les lignes, les formes, les surfaces et les couleurs sont autant de variables possibles »
  • « Une peinture peut se lire comme un récit de spéculatif »
  • « C’est à l’atelier que l’on explore les accidents de la pensée »
  • « Mon travail est d'explorer le chaos »

Liens externes[modifier | modifier le code]