Stéphane Tarnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stéphane Tarnier
Stéphane Tarnier.jpg
Stéphane Tarnier (Étienne Tarnier) (1828-1897)
Biographie
Naissance

Aiserey
Décès
(à 69 ans)
Paris
Nom de naissance
Étienne Tarnier
Surnom
Stéphane Tarnier
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions


Monument en l'hommage de Stéphane Tarnier à Paris

Stéphane Étienne Tarnier, né le à Aiserey (Côte-d'Or) et décédé le à Paris, est un médecin et obstétricien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Étienne Tarnier (1796-1866), médecin de campagne qui exerce à Arc-sur-Tille près de Dijon. Sa mère est Jeanne Tarnier , née Jouy (1807-1888)[1]. Il commence ses études de médecine à Dijon, puis vient à Paris où il est reçu interne titulaire en second en 1852, devant Léon Lefort[2]. Il est nommé professeur à la Faculté de médecine de Paris en 1884.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est l'inventeur de plusieurs instruments obstétricaux, dont le forceps dit "de Tarnier". Il recommande à ses élèves - dont Paul Bar - de mettre en application lors des accouchements les pratiques d'asepsie introduites par Ignace Philippe Semmelweis et Joseph Lister. Il a aussi imaginé la couveuse[3].

La majorité de ses travaux en obstétrique sont groupés dans un ouvrage intitulé « Traité de l'art des accouchements », par les Prs S. Tarnier et P.C. Budin.

Distinction[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

La rue principale d'Arc-sur-Tille où se trouve son ancienne résidence (La Clochette) porte son nom. Au sud d’Arc-sur-Tille une fontaine porte également son nom.

À Paris, un monument lui a été élevé à l'angle de l'avenue de l'Observatoire et de la rue d'Assas sur le bâtiment de l'hôpital Tarnier regroupant aujourd'hui les services de psychiatrie et de dermato-vénérologie de l'hôpital Cochin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Cornemillot, « Etienne TARNIER Stéphane », sur GeneaNet.org.
  2. D. Poznanski, « Il y a 100 ans : le professeur Stéphane Tarnier (1828-1897) », Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, vol. 27, no 1,‎ , p. 9 (DOI JG-04-1998-27-1-0368-2315-101019-ART54, lire en ligne).
  3. « Couveuses et patrimoine néonatalogie », sur aphp.fr/musee,
  4. « Cote LH/2569/30 », base Léonore, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]