Stéphane Ravacley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stéphane Ravacley
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Stéphane Ravacley est un boulanger français de Besancon. Il est connu notamment pour avoir fait une grève de la faim en soutien à son apprenti, guinéen, menacé d'expulsion, puis pour s'être présenté aux élections législatives de 2022 soutenu par la NUPES.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Stéphane Ravacley est originaire d’une famille paysanne de Bonnevent-Velloreille, une petite commune de Haute-Saône[1].

Pâtissier pendant son service militaire à La Réunion, il ouvre en 1998[2] la boulangerie La Hûche à pain, dans le quartier Rivotte à Besançon, où il propose notamment des pains spéciaux réalisés à partir d'une technique particulière d'hydratation et de levain naturel[3].

En 2006, il recrée un pain romain à partir d'une recette du traité de Caton De agri cultura, pour l'exposition De Vesontio à Besançon, au musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon en 2006[4]. En 2009, il propose un « croissant anti-crise » à 65 centimes d'euros[5]. Amateur d'art[6], il installe en 2011 dans sa boulangerie une œuvre en métal de la sculptrice Émilie Muzy représentant un cheval. En 2014, il remporte le premier prix de la catégorie artisan de la finale régionale du concours Talents Gourmands organisé par le Crédit Agricole et le Bottin gourmand[3].

En février 2014, il figure sur la liste Besançon génératons citoyennes pour les élections municipales[7]. En 2019, il participe à une opération en partenariat avec des miss de la région, représentées sur les fèves, qui conduisent à faire gagner à des associations un euro par galette vendue[8].

Grève de la faim pour soutenir son apprenti menacé d'expulsion[modifier | modifier le code]

En août 2019, il signale dans l'Est républicain ses difficultés à recruter un apprenti[9], et prend en apprentissage dans sa boulangerie un jeune mineur non accompagné originaire de Guinée. Début 2021, ce dernier devient majeur, il n'est plus pris en charge et se trouve en situation irrégulière, sous OQTF, malgré sa formation au CAP. Les recours restant vains, Stéphane Ravacley décide d'alerter les médias, lancer une pétition, puis d'entamer une grève de la faim afin d'attirer l'attention sur la situation[10], qui est alors relayée dans des médias de plusieurs pays. Le jeune apprenti est régularisé après une douzaine de jours, et Ravacley interrompt sa grève de la faim[11],[12].

Un documentaire de Corentin Germaneau en trois épisodes retrace ce combat[12].

En octobre 2021, il est présent au Sénat à l'occasion de l'examen d'une proposition de loi de Jérôme Durain visant à sécuriser l’intégration des jeunes majeurs étrangers en cours de formation[13].

Solidarité avec l'Ukraine[modifier | modifier le code]

Début 2022, lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Stéphane Ravacley organise un convoi pour acheminer des dons à destination de l'Ukraine, et ramener des réfugiés ukrainiens en France au retour[14]. Cela conduit à la création de l'association Les convois solidaires, dont il est président d'honneur[15] et qui organise le 2 avril 2022 un second convoi de 36 tonnes de denrées[16].

Candidat à la députation[modifier | modifier le code]

En mai 2022, Stéphane Ravacley se présente comme candidat aux élections législatives avec le soutien d'Europe Écologie-Les Verts puis est investi par la NUPES[17], dans sa circonscription du Doubs à Besançon[18],[19]. Il n’adhère toutefois pas à EELV afin de « garder (sa) liberté de ton et de conscience ». Il déclare vouloir porter « la voix des petites entreprises des villages et petites villes » et les « redynamiser en réimplantant l’artisanat ». Il promet aussi de défendre le monde de l’agriculture, avec le but de le « sortir de sa dépendance vis-à-vis de la grande distribution »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Législatives. Quatre militants de terrain, une même bannière : la Nupes », sur L'Humanité,
  2. S. L., « Un roi, une reine, une perle », L'Est républicain,‎ , p. 4 (édition de Besançon) (lire en ligne Accès payant)
  3. a et b Catherine Chaillet, « Une finale gourmande », L'Est Républicain,‎ , p. 25 (édition Franche-Comté) (lire en ligne Accès payant)
  4. « Un boulanger recrée le pain romain », Le Bien public,‎ (lire en ligne Accès payant)
  5. Philippe Sauter, « Le centre-ville low-cost », L'Est républicain,‎ , p. 3 (édition de Besançon) (lire en ligne Accès payant)
  6. « En vue. Stéphane Ravacley », L'Est républicain,‎ (lire en ligne Accès payant)
  7. « Liste « Besançon générations citoyennes » », L'Est républicain,‎ , p. 3 (édition de Besançon) (lire en ligne Accès payant)
  8. B. D. S., « Des Miss et des galettes », L'Est républicain,‎ , p. 18 (édition de Besançon) (lire en ligne Accès payant)
  9. Céline Mazeau, « Boulanger recherche apprenti désespérément », L'Est républicain,‎ , p. 4 (édition de Besançon) (lire en ligne)
  10. Gurvan Kristanadjaja, « A Besançon, soutien croissant pour le boulanger et son apprenti guinéen », sur Libération, (consulté le )
  11. Béatrice Dugué, « Un boulanger en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  12. a et b « Besançon : un an après la grève de la faim du boulanger pour son apprenti, un documentaire retrace leur combat », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le )
  13. Aurélien Romano, « Le boulanger de Besançon présent au Sénat pour l’examen du texte sur les jeunes majeurs étrangers », sur Public Senat, (consulté le )
  14. France 3 Bourgogne Franche-Comté, « Guerre en Ukraine, l'incroyable convoi solidaire du boulanger Stéphane Ravacley », sur YouTube, (consulté le )
  15. Sarah Rebouh, « Guerre en Ukraine : deux nouvelles collectes organisées à Besançon pour venir en aide aux réfugiés », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le )
  16. Rachel Saadoddine, « Un deuxième convoi solidaire est parti de Besançon direction la frontière ukrainienne », sur France Bleu, (consulté le )
  17. « Stéphane Ravacley, boulanger et candidat de la Nupes en campagne dans le Doubs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Législatives. Le boulanger qui avait fait une grève de la faim pour son apprenti investi par EELV », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  19. Par Laura Wojcik Le 9 mai 2022 à 16h28, « VIDÉO. «J’aimerais que l’Assemblée soit remplie d’ouvriers»: Stéphane Ravacley, un boulanger à la conquête du Parlement », sur leparisien.fr, (consulté le )