Stéphane Lhomme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stéphane Lhomme
Image dans Infobox.
Stéphane Lhomme en 2011.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Activiste, écologisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Stéphane Lhomme, né à Bordeaux le (55 ans), est un militant associatif français.

Militant pour des problématiques locales sur Bordeaux, il s'implique en même temps dans le mouvement antinucléaire à partir de 1999. Il est salarié du réseau Sortir du nucléaire de 2002 à 2010, puis fonde l'Observatoire du nucléaire.

Depuis 2015, il est également un animateur du mouvement de refus des compteurs communicants (Linky, Gazpar...)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphane Lhomme est instituteur de 1991 à 2002 ; il habite à Bordeaux de 2000 à 2008.

En 2000, Stéphane Lhomme fonde l'association antinucléaire « Tchernoblaye » ; il devient également administrateur du réseau Sortir du nucléaire. En 2002, il quitte l'Éducation nationale pour devenir au mois de septembre salarié du réseau, chargé des relations extérieures. En 2010, il fonde l'Observatoire du nucléaire dont il devient directeur en 2012.

Depuis 2008, il n'habite plus Bordeaux mais Saint-Macaire, dont il est conseiller municipal de 2015 à 2020.

Militantisme à Bordeaux[modifier | modifier le code]

En 2000 et 2001, il milite avec l’association Droit au logement, pour accélérer le relogement de gitans sédentarisés touchés par le saturnisme (plomb dans le sang)[2] parmi lesquels ses propres élèves [3].

De 2002 à 2004, il est porte-parole du collectif pour l’abrogation de l’arrêté municipal « antibivouac » pris par le maire de Bordeaux, Alain Juppé, principalement à l'encontre des personnes sans domicile fixe. Après plusieurs manifestations, il dépose un recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal administratif. Le , le Tribunal administratif annule l’arrêté, jugement confirmé par la Cour administrative d’appel le [4],[5].

Le , il participe à l'animation d'une manifestation (1000 personnes) contre la venue à Bordeaux de Vladimir Poutine, qui était invité par le maire Alain Juppé[6].

Stéphane Lhomme a rassemblé ses griefs à l'encontre d'Alain Juppé dans un livre, Alain Juppé saute sur Bordeaux (Le retour) publié en . Le , veille de l'élection municipale anticipée, il est arrêté par la police pour « vente à la sauvette » devant la librairie Mollat qui, selon lui, aurait retiré son livre des rayons pour ne pas nuire au candidat Juppé[7]. Il est jugé et relaxé en 2008 par le Tribunal d'instance de Bordeaux[8].

Militantisme antinucléaire[modifier | modifier le code]

Stéphane Lhomme lors de la manifestation du 25 avril 2011 devant la centrale nucléaire du Blayais.

Tchernoblaye[modifier | modifier le code]

Le , l'association Tchernoblaye organise une manifestation antinucléaire qui rassemble de 1 000 à 2 000 personnes[9] pour exiger la fermeture de la centrale du Blayais, qui a connu une situation de crise quelques semaines plus tôt lors de la tempête de décembre 1999.

Le , dans le cadre d'une action de l'association Tchernoblaye, Stéphane Lhomme bloque un wagon de déchets nucléaires au cœur de Bordeaux[10].

Le , l'association organise une manifestation qui rassemble 1 000 à 1 500 personnes devant la centrale nucléaire du Blayais, pour en demander la fermeture avant qu'elle n'arrive à 30 ans de fonctionnement le suivant[11]. Le , l'association rassemble à nouveau entre 1 000 et 2 000 personnes sur les quais de Bordeaux pour demander le même motif[12].

Réseau Sortir du nucléaire[modifier | modifier le code]

En , lors du Sommet mondial du développement durable à Johannesburg (Afrique du Sud), Lhomme occupe le stand d'EDF, resté vacant au début du Sommet, et y appose des autocollants et affiches antinucléaires avant d'être arrêté par la police sud-africaine[13].

Affaire du document "confidentiel défense" sur le réacteur nucléaire EPR[modifier | modifier le code]

Le , sur réquisition de la section antiterroriste du Parquet de Paris, une équipe de la Direction de la surveillance du territoire (DST) place Stéphane Lhomme en garde à vue pendant 14 heures, d'abord à son domicile puis au commissariat central de Bordeaux. Son domicile avait alors été perquisitionné et la copie d'un document EDF classé « confidentiel défense » y avait été saisie. Il est accusé de « compromission du secret de la défense nationale ». Le document en question concerne la sécurité du réacteur nucléaire EPR, en projet au moment des faits[14],[15]. Le , Stéphane Lhomme, convoqué par la DST à son siège national de Levallois-Perret, est à nouveau placé en garde à vue et interrogé pendant 9 heures[16],[17]. Cette garde à vue a été présentée par la DST comme étant la suite de celle de  : après deux ans d'enquête et d'interrogatoires, « la DST recherche la source d'une fuite sur la sécurité de l'EPR »[18]. Il est alors sous la menace d’une mise en examen par le parquet de Paris et la DST pour « compromission du secret de la défense nationale », délit passible de cinq années d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende[14]. La procédure a finalement été classée sans suite fin [19].

Espionnage par EDF et les Renseignements généraux[modifier | modifier le code]

Dans son édition du , Le Canard enchaîné révèle que, depuis 2006, Électricité de France aurait placé Stéphane Lhomme sous surveillance par le biais de l'entreprise suisse Securewyse, ce que le patron de cette société, Michel Arditi, dément[20]. Dans la même édition, Le Canard enchaîné rapporte que « EDF et les RG de Bordeaux ont travaillé main dans la main à la surveillance de Stéphane Lhomme »[20]. Le magazine Le Point, dans son édition du , affirme que « la boîte mail de Stéphane Lhomme aurait été espionnée grâce à un contact chez Wanadoo »[21].

En , les administrateurs régulièrement élus sont soudainement révoqués et Stéphane Lhomme est licencié, plusieurs personnes lui reprochant son "radicalisme"[22]. La direction du réseau avance des « manquements graves au droit du travail et à ses fonctions »[23]. En 2015, la Cour d'appel de Lyon annule l'éviction des administrateurs et le licenciement de Stéphane Lhomme : un accord permettant de clore la procédure en cours devant les prud'hommes lui attribue 37 460  au titre des dommages et intérêts[24].

Observatoire du nucléaire[modifier | modifier le code]

Après son départ de « Sortir du nucléaire », Stéphane Lhomme a créé l'Observatoire du nucléaire[25].

Le « don d'Areva »[modifier | modifier le code]

Le , en tant que directeur de l'Observatoire, Lhomme accuse la société Areva de corruption après que cette entreprise a versé au budget du Niger une somme, dite le « don d'Areva », directement affectée à l'achat d'un nouvel avion pour le président du Niger, Mahamadou Issoufou, par ailleurs ancien directeur d'une filiale d'Areva. Le , Areva annonce avoir porté plainte contre Stéphane Lhomme[26] pour « diffamation ». Areva demande qu'il soit condamné à payer 5 000 euros plus trois insertions de 5 000 euros HT chacune dans des journaux nationaux ce qui, en ajoutant divers frais (avocats, etc.), fait un total de près de 30 000 euros. Après une première audience, le au tribunal de grande instance de Paris, le procès proprement dit a eu lieu le [27], alors que Les Inrockuptibles[28], Politis[29] et Reporterre[30] ont rapportés les accusations portées par Lhomme.

La Cour d'appel de Paris rend son jugement le  : Areva est déboutée[31].

Contre la voiture électrique "propre"[modifier | modifier le code]

Tout en précisant qu'il ne fait aucunement la promotion de la voiture thermique (essence ou diesel), selon lui une « calamité environnementale », Stéphane Lhomme conteste le caractère « propre » ou « écologique » de la voiture électrique, en particulier lorsque ses batteries sont rechargées à l'électricité nucléaire. Il saisit le jury de déontologie publicitaire, contraignant les principaux constructeurs de voitures électriques (Renault, Citroën, Nissan, Mitsubishi, Opel et Bolloré) à rectifier leurs publicités[32].

De même, le , le jury de déontologie publicitaire donne raison à l'Observatoire du nucléaire qui contestait la présentation de BlueCUB (l'équivalent bordelais d'Autolib) comme étant un service « écologique ». À la suite de cette décision, Stéphane Lhomme appelle les habitants de la CUB à débrancher les voitures électriques en charge sur la voie publique[33]. Le , le jury de déontologie publicitaire donne à nouveau raison à l'Observatoire du nucléaire concernant cette fois Autolib et son équivalent lyonnais Bluely qui ne peuvent donc prétendre proposer un service « écologique »[34]. Le , l'Observatoire du nucléaire attaque Bluecub en justice, cette société n'ayant pas rectifié ses publicités après l'avis du jury de déontologie publicitaire[35].

Stéphane Lhomme apparaît dans deux documentaires critiquant la voiture électrique, sur France 5 et France 2 (Envoyé Spécial), dans lesquels on le voit débrancher les voitures électriques Bolloré (Autolib à Paris, Bluecar à Bordeaux) en charge sur la voie publique[36],[37].

Rejets de plutonium dans la Loire[modifier | modifier le code]

Le documentaire Spécial investigation diffusé par Canal + le contient une interview de Marcel Boiteux qui reconnaît qu'EDF a opéré des rejets volontaires de plutonium dans la Loire pendant cinq ans après l'accident nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux de 1980 (Loir-et-Cher).

Après ces révélations, Stéphane Lhomme dépose une plainte en justice contre EDF et Marcel Boiteux. Le procureur de Blois ouvre alors une enquête et missionne à cet effet l'institut scientifique de la Gendarmerie nationale (OCLAESP), lequel l'entend le [38],[39],[40]. La plainte est classée sans suite en 2016[41].

Primaire d'EELV pour l'élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Stéphane Lhomme avec Eva Joly, Nicolas Hulot et Henri Stoll.

Précédemment militant à la Ligue communiste révolutionnaire en 1999[42], il annonce le sa candidature à l'élection primaire d'Europe Écologie Les Verts — qui doit désigner le candidat de ce parti à l'élection présidentielle« contre Nicolas Hulot » et « pour une écologie politique de combat »[43]. Il obtient 4,64 % des voix au premier tour des primaires derrière Eva Joly, Nicolas Hulot, et Henri Stoll.

Militantisme contre les compteurs communicants[modifier | modifier le code]

En , le conseil municipal de la commune de Saint-Macaire, sur proposition de Stéphane Lhomme, prend position contre le remplacement des compteurs (électricité, gaz, eau) par des compteurs communicants, pour différentes raisons dont la captation de données sur la vie privée des usagers, les risques techniques (dysfonctionnements, incendies, surfacturations, etc), les risques sanitaires notamment du fait des ondes électromagnétiques émises, et pour des raisons environnementales car la majeure partie des compteurs existant serait en parfait état de marche[44]. Adoptée à l'unanimité, cette décision est appuyée par une lettre aux habitants[45].

À la suite de cela, la commune reçoit de nombreuses demandes d'informations d'un peu partout en France. Stéphane Lhomme se retrouve à expliquer les raisons de la prise de position de sa commune et devient peu à peu un des animateurs du mouvement d'opposition aux compteurs communicants, animant bénévolement un site web (qui en particulier recense les communes prenant position contre ces compteurs) et donnant des dizaines de conférences dans de nombreuses régions[46].

Fin 2017, il accuse les dirigeants de UFC-Que Choisir de « trahir les consommateurs » en faisant le jeu du compteur Linky, révélant que cette association est liée contractuellement au distributeur Enedis (installateur des compteurs Linky). UFC-Que Choisir lance alors quatre procédures en justice à l'encontre de Stéphane Lhomme qui sort victorieux du premier jugement, rendu le [47].

En mai 2020, Stéphane Lhomme gagne aussi le triple procès engagé contre lui par l'UFC-Que Choisir, une journaliste de Que Choisir et un chargé de mission de l'UFC[48].

Le 28 janvier 2021, la Cour d'appel de Paris confirme la triple victoire de Stéphane Lhomme.[49]

Tribune dans les médias[modifier | modifier le code]

Des tribunes de Stéphane Lhomme sont parfois publiées par des médias comme les journaux Le Monde ou Libération:

- Émissions de CO2  : l’impasse de la voiture électrique[50]

- « Plus de 500 municipalités s’opposent aux compteurs Linky »[51]

- Le troc radioactif de Sarkozy[52]

- Sortir du nucléaire à un rythme "raisonnable" est… déraisonnable ! [53]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Lhomme, L’Insécurité nucléaire : Bientôt un Tchernobyl en France, Barret-sur-Méouge, Yves Michel, coll. « Écologie », , 251 p. (ISBN 2-913492-40-1)
  • Stéphane Lhomme, Alain Juppé saute sur Bordeaux (Le retour), Paris, Syllepse, coll. « Arguments et mouvements », , 128 p. (ISBN 2-84950-121-2)
  • Collectif, Pour repolitiser l'écologie, Parangon/Vs, , 160 p. (ISBN 978-2-84190-176-0)
  • Stéphane Lhomme, Uranium olympique, autoédition, , 89 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://reporterre.net/Le-compteur-Linky-bientot-partout-mais-les-resistances-toujours-vives
  2. F. Letourneux, « Le temps long des gitans - France »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur LCI, (consulté le 12 février 2021)
  3. https://www.journal-bacalan.fr/2018/03/21/francois-sanchez-bacalan/
  4. Arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux
  5. Pour la cour administrative d'appel de Bordeaux, « les risques d'atteinte au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques » ne justifiaient pas l’arrêté "anti-bivouac"
  6. Sud-Ouest, jeudi 13 février 2003 : 800 voix contre « le génocide en Tchétchénie »[citation nécessaire]
  7. « Un anti-Juppé arrêté pour vente à la sauvette », sur www.20minutes.fr (consulté le 12 février 2021)
  8. « Mollat dans le paysage des librairies bordelaises », sur Rue89Bordeaux, (consulté le 12 février 2021)
  9. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Manifestation antinucléaire à Blayais », sur Ina.fr, (consulté le 13 mai 2016)
  10. « La chasse au Castor », sur France Culture (consulté le 12 février 2021)
  11. « Des centaines d’anti-nucléaires contre la centrale - BRAUD ET SAINT-LOUIS (33) - France 3 Régions - France 3 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (consulté le 12 février 2021)
  12. « Bordeaux: une longue chaîne humaine anti-nucléaire », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 12 février 2021)
  13. « Un militant antinucléaire occupe le stand d'EDF à Johannesburg », La Gazette nucléaire, nos 201/202,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  14. a et b « Un anti-nucléaire arrêté par la DST », sur LEFIGARO (consulté le 12 février 2021)
  15. « Le porte-parole du réseau Sortir du nucléaire placé en garde à vue », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2021)
  16. Le JDD, « Nucléaire: La vérité inquiète », sur lejdd.fr (consulté le 12 février 2021)
  17. « Sortir du nucléaire : « Nous devons révéler ces infos » », sur L'Obs (consulté le 12 février 2021)
  18. « La DST recherche la source d'une fuite sur la sécurité de l'EPR »
  19. « Les antinucléaires s'autorisent à dévoiler des secrets défense », sur L'Obs (consulté le 12 février 2021)
  20. a et b « EDF avait plus d'une opération d'espionnage au compteur de Jérôme Canard », Le Canard enchaîné, 8 avril 2009.
  21. « EDF, le pirate et les officines, actualité Politique - Le Point »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (consulté le 12 février 2021)
  22. « Stéphane Lhomme évincé de Sortir du nucléaire », sur Libération.fr (consulté le 13 mai 2016)
  23. « ex-sortir du nuclaire, Stéphane Lhomme reste actif », sur 20minutes.fr, (consulté le 13 mai 2016)
  24. http://sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/procotole_sl.pdf
  25. Le JDD, « Edouard Philippe : Areva, les années mystère », sur lejdd.fr (consulté le 27 juillet 2020)
  26. Prisma Media, « AREVA dépose plainte contre Stéphane Lhomme », sur Capital.fr (consulté le 13 mai 2016)
  27. « Romandie.com - Live Monitoring de News Suisses et Internationales », sur www.romandie.com (consulté le 13 mai 2016)
  28. Geoffrey Le Guilcher, « Les Inrocks - Le Niger destinait bien le "don" d'Areva à l'achat d'un nouvel avion présidentiel », sur Les Inrocks, (consulté le 13 mai 2016)
  29. « Les 17 milliards de CFA d’Areva au Niger ont bien payé l’avion présidentiel ! », sur Politis.fr (consulté le 13 mai 2016)
  30. « Areva a-t-elle offert un avion au président du Niger ? L’Observatoire du nucléaire publie de forts indices », sur Reporterre (consulté le 13 mai 2016)
  31. « Le militant antinucléaire Stéphane Lhomme relaxé des accusations d'Areva », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  32. « Publicité : non, la voiture électrique n'est ni écologique ni propre », sur Basta ! (consulté le 13 mai 2016)
  33. « Bordeaux : quand les écolos débranchent... », sur France 3 Aquitaine (consulté le 13 mai 2016).
  34. Audrey Garric, « La voiture électrique n'est pas « écologique » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  35. « Bordeaux: plainte au pénal pour publicité mensongère contre une voiture électrique Bolloré », sur www.romandie.com (consulté le 13 mai 2016)
  36. « VIDEO. La voiture "verte", électrique mais pas écologique », sur francetv info, (consulté le 13 mai 2016)
  37. « La voiture électrique, pas si écolo ! », sur France 5,
  38. « ENVIRONNEMENT Rejets de plutonium : le parquet ouvre une enquête - 10/07/2015 - La Nouvelle République Loir-et-Cher », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 13 mai 2016)
  39. « L'Observatoire du nucléaire attaque EDF en justice », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 13 mai 2016)
  40. « Rejets délibérés - 04/08/2015 - La Nouvelle République Loir-et-Cher », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 13 mai 2016)
  41. https://www.ouest-france.fr/environnement/rejet-de-plutonium-dans-la-loire-la-plainte-contre-edf-classee-4529559
  42. « Stéphane Lhomme, l'agité du nucléaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2021)
  43. « "Nicolas Hulot n'est écologiste qu'au petit écran" », sur L'Obs (consulté le 12 février 2021)
  44. « EDF : une cinquantaine de communes font la guerre à Linky », sur leparisien.fr, (consulté le 17 avril 2016).
  45. « Energie : Une commune veut bannir les compteurs Linky et Gazpar », sur 20minutes.fr, (consulté le 13 mai 2016).
  46. https://reporterre.net/Le-compteur-Linky-bientot-partout-mais-les-resistances-toujours-vives
  47. « Compteurs Linky : "Que Choisir" perd son procès contre le Girondin Stéphane Lhomme », sur SudOuest.fr (consulté le 12 février 2021)
  48. « Que Choisir perd son procès contre le militant girondin Stéphane Lhomme », sur SudOuest.fr (consulté le 12 février 2021)
  49. https://www.sudouest.fr/economie/energie/compteurs-linky-le-girondin-stephane-lhomme-gagne-son-proces-contre-que-choisir-1764866.php
  50. https://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/23/emissions-de-co2-l-impasse-de-la-voiture-electrique_4795636_3234.html
  51. https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/12/plus-de-500-municipalites-s-opposent-aux-compteurs-linky_5269690_3232.html
  52. https://www.liberation.fr/tribune/2007/12/12/le-troc-radioactif-de-sarkozy_108364
  53. https://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/31/sortir-du-nucleaire-a-un-rythme-raisonnable-est-deraisonnable_1529359_3232.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]